EduObs, un annuaire pour les chercheurs en éducation

Un annuaire en ligne, ouvert à tous les chercheurs en éducation, « éduObs », vient d’être lancé à l’initiative de l’IFÉ en cette rentrée 2014, à l’adresse  suivante : https://ife.ens-lyon.fr/eduObs

Il est ouvert à tous ceux qui ont déjà publié des travaux de nature scientifique concernant l’éducation : les chercheurs confirmés comme les jeunes docteurs sont ainsi bienvenus !

Ses objectifs :

– permettre à tous ceux qui produisent des travaux scientifiques sur l’éducation d’être plus facilement identifiables, dans la communauté universitaire comme vers l’extérieur ;

– favoriser la structuration et la visibilité de la recherche en éducation en rassemblant des informations jusque là éparpillées ;

– offrir un point d’accès central à tous ceux qui s’interrogent sur les travaux menés en matière de recherche en éducation.

Aujourd’hui, repérer un chercheur qui travaille sur une thématique éducative implique soit de le connaître déjà, soit d’aller fouiller dans de multiples sites de laboratoires, d’équipes ou d’institutions pas toujours faciles à explorer.

Si de nombreux réseaux de chercheurs produisent des listes ou des annuaires de leurs membres, ils sont généralement organisés autour de thématiques, de disciplines ou de sous-disciplines. Il n’existait pas à notre connaissance de carrefour permettant d’accéder potentiellement à des chercheurs originaires de disciplines, de statuts et de démarches diverses, mais partageant un intérêt commun pour les questions éducatives.

De plus, il est devenu courant qu’à l’occasion du lancement d’un projet de recherche (ANR, PCRD, Erasmus+ , etc.) comme lors d’un chantier de politique publique, la nécessité d’une cartographie de la recherche dans le domaine soit évoquée, qui comprend toujours une identification des acteurs et de leurs travaux.

Cette demande récurrente a conduit l’IFÉ, en complément d’autres initiatives, à lancer un chantier de cartographie (EducMap) dans lequel s’inscrit l’initiative éduObs.

FicheEduOBs

Concrètement, éduObs se présente comme une plate-forme sur laquelle chaque membre renseigne sa fiche, autorise sa mise en ligne (validation) et peut la mettre à jour à tout moment pour garantir la pertinence des données.

Chacun peut présenter brièvement son parcours et ses responsabilités actuelles, décrire ses activités principales de recherche, mettre en évidence ses domaines d’expertise et signaler ses principales publications.

En tant que chercheur membre, vous aurez accès à toutes les données professionnelles de vos collègues. Les coordonnées personnelles ne sont jamais rendues publiques mais sont demandées pour des raisons techniques de communication.

Les internautes qui ne sont pas membres n’ont en revanche accès qu’à une sélection de renseignements sommaires (identité, établissement).

Certains acteurs de l’éducation peuvent disposer, sur demande motivée, d’un compte « invité », qui permet d’accéder à plus d’informations, mais pas aux coordonnées professionnelles ni aux CV.

CarteEduObsPour éviter toute exploitation commerciale ou tout détournement d’utilisation, un certain nombre de procédures de protection des données ont ainsi été mises en place qui  prévoient des niveaux différents d’information.

Une foire aux questions est à disposition pour préciser le fonctionnement d’éduObs et vous assister dans les éventuelles difficultés techniques.

L’équipe Veille et analyses de l’IFÉ assure l’administration et la modération de la plate-forme, en s’efforçant de répondre aussi rapidement que possible aux diverses demandes d’assistance à nos adresses habituelles ou en passant par le formulaire de contact.

Si certains ajustements seront sans doute à envisager dans la prochaine version de l’annuaire, nous attendons maintenant les premiers retours, en espérant qu’un grand nombre de chercheurs en éducation n’hésitera pas à s’emparer de cet outil que nous mettons à la disposition de la communauté !

 

Aide éduObs
Aide éduObs

 

 

 

Le système éducatif suédois en crise ?

Dans le cadre de l’émission Voxpop, la chaine Arte a présenté cette semaine un reportage sur « l’échec de la privatisation des écoles en Suède ». La correspondante d’Arte, Paula Dahlberg, y explique la défaillance des Friskol, écoles indépendantes subventionnées et gratuites,  dont la mise en place date des années 1990 et qui représentent 13% des écoles primaires (2012).

Cette réforme avait pour objectif d’offrir à tous les parents le choix de l’école (et de la pédagogie). Pour ce faire, l’État verse aux écoles un chèque éducation pour la scolarité de chaque élève. Les Friskol sont gérées par des associations, des fondations ou des entreprises. On parle d’entreprise scolaire, de groupes. Ainsi, le groupe Academedia qui gère 94 établissements a été créé par 37 entreprises avec un objectif éducatif, alors que d’autres écoles sont gérées par la société  Skanditek dont la vocation est d’être avant tout une société chimique et pharmaceutique 1 .

Et le modèle économique prend l’eau : un collège sur quatre est déficitaire, et les gestionnaires,  tout en continuant à rémunérer les actionnaires, cherchent à réduire les dépenses, sur le matériel pédagogique, les locaux mais aussi sur les salaires versés aux enseignants (recrutés par l’école).

Cela contraste quelque peu avec ce que nous savions ou pensions savoir sur le système éducatif suédois. La décentralisation  engagée par le gouvernement conservateur au début des  années 1990 (les communes ont en charge le financement, l’organisation et le recrutement) a été plébiscitée, notamment par les économistes 2 . Encore récemment, certains ont salué les effets positifs du système de chèque scolaire « pour introduire la compétition entre école et offrir le choix d’une autre école » 3  4 .

Marie Duru-Bellat, lors de la parution des dernières données PISA, constatait, comme bon nombre de parents et enseignants suédois, les travers d’un système devenu inégalitaire : « un pays comme la Suède qui était dans les premières enquêtes un pays à la fois aux performances élevées et égalitaires, a vu ses performances se dégrader sensiblement sur ces deux aspects. Il faut dire qu’en Suède, a été développée depuis les années 1990 une politique de décentralisation des établissements et de libéralisation, avec un système de chèques scolaires permettant aux élèves de choisir leur école ; il s’en est suivi une ségrégation accrue des écoles, dont toute la recherche montre que les élèves les plus défavorisés en paient le prix » 5 .

Étrangement, à la même date, le site Contrepoints publiait une analyse contradictoire. On peut y lire, dans un paragraphe intitulé « qu’en pensent en général les chercheurs ? » : « À l’exception des études militantes, les études scientifiques concluent toutes à peu de choses près que les effets académiques ne sont pas significatifs. Quant aux effets sur la ségrégation sociale, ils sont impossibles à analyser car le développement des écoles indépendantes s’est accompagné en pratique d’une révolution pédagogique (consistant en gros à introduire des méthodes d’apprentissage individualisées laissant beaucoup plus de libertés aux élèves, méthodes qui – selon les chercheurs – tendent à desservir les enfants d’origine sociale modeste). Au niveau financier, on note une légère augmentation des dépenses publiques. La cause en est le statut rigide des professeurs des écoles municipales, qui interdit de réduire autant que nécessaire les effectifs publics lorsque le nombre d’élèves baisse. Les études n’apportent donc aucune conclusion nette » 6 .

Il est assez difficile prendre la mesure exacte de la crise signalée ici ou là. Le débat est exacerbé par des élections législatives toutes proches. Plusieurs écoles indépendantes ont bien été fermées, jetant hors de l’École plusieurs centaines d’élèves (impossible d’avoir un décompte précis). Les parents ayant inscrit leurs enfants dans le secteur privé sont donc inquiets mais restent attachés à une offre pédagogique différente.  Quant à la qualité des enseignants, difficile de savoir où se situent les « bons » enseignants : pour les uns les écoles indépendantes ont aspiré les bons élèves et enseignants, pour les autres les  restrictions budgétaires dans ces mêmes écoles ont entrainé une sous-qualification des enseignants.

Globalement, les détracteurs d’un marché scolaire trop concurrentiel et fortement ancré dans une vision “marketing” réclament plus de contrôle de la part de l’État, quant à la création de chaque nouvelle école, la qualification des enseignants et la gestion des établissements.

Voir aussi : Plumelle B. (2005). « L’éducation en Suède ». Revue internationale d’éducation de Sèvres, n° 39, septembre, p. 139-146.

 

 

  1. IREF (2013). Les vouchers (chèques éducation) et les écoles libres : l’exemple suédois. []
  2. « Le système scolaire en Suède : la réussite d’une responsabilisation locale ». Meistermann M., Fondation IFRAP, 6 juin 2013. []
  3. Sandström M. & Bergström F. (2002). School Vouchers in Practice: Competition Won’t Hurt You! Stockholm : The Research Institute of Industrial Economics, Stockholm. []
  4. Bölmark Anders & Lindahl Mikael (2012). Independent schools and long-run educational outcomes – evidence from Sweden’s voucher reform. Uppsala : Institute for evaluation of labour market and education policy []
  5. Duru-Bellat Marie (2013). « Pisa : nous et les autres… » Huffingtonpost .fr, 3 décembre []
  6. « Les débats actuels sur l’école en Suède », interview de Marianne Molander Beyer dans les Cahiers pédagogiques, n° 508, octobre 2013. []

Le passé, le présent et le futur des recherches en éducation : un lourd programme

Avec ma collègue Catherine Reverdy, nous sommes de retour de l’« European Conference of Educational Research » (ECER 2014), qui fêtait à cette occasion les 20 ans de l’European Educational Research Association, l’association organisatrice de ce colloque et qui se tenait cette année à Porto. Un imposant programme détaillant les  4 sessions par jour des 32 networks (environ six heures/jour) de l’association était distribué aux participants.

Nous avons nous-mêmes présenté deux communications : la première axée sur les problématiques de médiation entre les politiques, la recherche et les praticiens avec la présentation de notre service comme brokerage agency (voir le Dossier de Veille  n° 89  de janvier 2014, rédigé par Olivier Rey).

La deuxième portait sur l’interprétation des résultats issus de la recherche scientifique par les politiciens en prenant comme exemple l’engouement pour la neuro-éducation, sujet que nous avions abordé dans le Dossier de Veille n° 86 de septembre 2013.

Les résumés en anglais de ces présentation se trouvent sur le site de l’ECER :

Très évocateur des préoccupations émergentes en éducation et de l’état actuel des recherches, le thème choisi pour l’ECER 2014 était : The past, present and future of educational research.

Les chercheurs « stars » (Madeleine Arnot, Gert Biesta, Marilyn Cochran-Smith, António Nóvoa et Agnès van Zanten) étaient invités à communiquer lors de keynotes (mini-conférence d’une heure) sur ce point et leurs différentes présentations étaient à l’image de courants divergents sur la place que devait tenir la recherche en éducation. Ces conférences sont en général très instructives sur les questions que se posent (ou non) les chercheurs à travers toute l’Europe et cela a lancé de nombreux débats au sein de l’association.
Parmi les problématiques récurrentes, la place des recherches en éducation dans la société actuelle, tournée résolument vers la connaissance, et par conséquent le rôle et la responsabilité des chercheurs en éducation, appelés souvent en tant qu’« experts » d’une question, face aux parents, aux chefs d’établissement, aux enseignants, aux journalistes, aux politiques…

Les différents intervenants étaient d’ailleurs divisés sur la question de l’évaluation de la recherche (et donc des chercheurs), du rendre compte et de l’importance de l’utilisation de la recherche.
Pour Agnès van Zanten, la médiation scientifique des résultats de recherche devrait être mieux prise en charge par les chercheurs, eux-mêmes devant assumer leur rôle d’expert dans une société avide de connaissances.
A l’opposé, António Nóvoa s’insurgeait contre l’assujettissement des universités face aux demandes des politiques, aux perpétuelles justifications et à l’injuste répartition des financements… Seule la liberté du chercheur avait de l’importance selon lui ! Espérons que ce sentiment ne soit pas partagé par l’ensemble de la communauté de chercheurs (pas évident au vu de la standing ovation que son discours a provoquée…).

Les ressources éducatives libres (OER) se tournent (enfin) vers leurs usagers

Pour faire suite à notre déplacement à l’ECER 2014, voici le compte-rendu d’un des très nombreux symposiums auxquels on pouvait assister. Il est en lien avec mon prochain dossier, qui porte sur les ressources pour l’enseignant et qui s’inscrit dans le cadre du projet ANR « Ressources vivantes pour l’enseignement et l’apprentissage » (ReVEA). Ce symposium, « Open Educational Resources and Informational Ecosystems: Impacts on Education », constitué de 4 communications en une heure et demie, avait pour sujet le courant de l’open education qui, comme son nom l’indique, cherche à rendre disponible, accessible, gratuit, tout ce qu’il faut pour enseigner et apprendre. Les chercheurs dépendant des réseaux 6 (Open Learning: Media, Environments and Cultures) et 12 (LISnet – Library and Information Science Network) étaient présents dans ce symposium commun.

Le courant de l’open education est très à la mode depuis sa création au début des années 2000. Il répond aux besoins soulevés par la société de la connaissance : rendre la connaissance accessible à tout le monde, à tout âge, la partager, la discuter, la créer facilement, etc. En 2013, un rapport de la Commission européenne (« Ouvrir l’éducation: les nouvelles technologies et les ressources éducatives libres comme sources innovantes d’enseignement et d’apprentissage pour tous ») préconisait de :
– « aider les établissements éducatifs, les enseignants et les apprenants à acquérir des compétences numériques et des méthodes d’apprentissage;
– soutenir la mise en place et l’accessibilité de ressources éducatives libres (REL) ;
– connecter les salles de classes et mettre à disposition des matériels et contenus numériques ;
– mobiliser toutes les parties prenantes (enseignants, apprenants, familles, partenaires économiques et sociaux) afin de redéfinir la place des technologies numériques dans les établissements éducatifs. »

Continuer la lecture de « Les ressources éducatives libres (OER) se tournent (enfin) vers leurs usagers »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search