Un dispositif favorisant le climat scolaire: le lieu échange parents

La spécificité du collège dans lequel j’ai été accueillie est le lieu échange-parents. Lors de ma visite, j’ai eu la chance de découvrir ce lieu, qui a vu le jour il y maintenant cinq ans et de rencontrer l’adulte relais responsable de l’espace qui est une personne extérieure à l’établissement missionnée sur ce projet à temps plein.

Ce lieu est ouvert toute la semaine sauf le mercredi après-midi. Sept ateliers de Français Langues Étrangères (FLE) sont proposés. Les parents ont passé les examens du Diplôme Initial de Langue Française (DILF), du Diplôme d’Etudes en Langues Française de niveau 1 (DELF1) ou du Diplôme d’Etudes en Langues Française de niveau 2 (DELF 2). Des parents qui ont commencé par apprendre les bases du français passaient cette année le niveau B1 (Selon l’échelle du Cadre européen commun de référence pour les langues).

Des parents de différentes origines sont présents aux ateliers : espagnole, italienne, roumaine, bulgare, marocaine, algérienne, tunisienne, serbe, bosniaque. Toute la richesse du quartier est représentée.

Différents ateliers

La particularité du lieu-parents c’est que les ateliers sont animés par des professeurs. Par exemple, le lundi matin, l’atelier créatif est proposé par une enseignante de français. Les relations entre parents et professeurs deviennent des échanges d’adultes à adultes. Cela favorise le fait que le parent se sente à l’aise avec l’enseignant, ils parlent de leurs passions, de leur vie…

Ces ateliers sont créés dans le but de faire rencontrer parents et professeurs : on peut parler facilement de son enfant, de l’ambiance de la classe, toutes les questions que l’on pourrait poser à un professeur mais dans un climat plus serein où il y a de la parité d’estime, les barrières liées au statut s’effacent.

Une séance de gymnastique d’une durée de 1h30 est proposée aux mamans deux fois par semaine. Cette séance est animée par une enseignante d’EPS. Il se posait le problème dans le quartier que les jeunes filles ne faisaient pas de sport, la réponse la plus adaptée a été de faire pratiquer une activité sportive aux mamans.

D’autres ateliers sont proposés : anglais, allemand, informatique, formation premiers secours… Un atelier « journal des parents » a été créé, il s’agit du premier journal écrit par des parents dans le quartier. Un atelier retouche a été mis en place à l’initiative d’une maman couturière.

Les parents s’inscrivent dans les ateliers qui les intéressent. Les mères sont plus présentes que les pères. Cependant, ils ont exprimé la volonté d’assister à des cours le soir mais cela reste compliqué à organiser pour l’établissement. Les pères à la recherche d’une formation viennent prendre des cours de FLE. Cette année deux d’entre eux sont venus durant deux trimestres puis ont trouvé un emploi. Beaucoup de pères sont engagés auprès de la fédération de parents d’élèves (14 délégués), ils sont très motivés et se rencontrent une fois par mois pour l’organisation , la préparation à la participation au Conseil d’Administration (CA). Ils sont présents dans les différentes commissions du collège.

Les cours de FLE sont donnés par des formatrices extérieures à l’établissement. Le choix de la personne est très important pour que parents et formatrice soient à l’aise, crée un échange, un partage dans le but de favoriser un bon climat. Il faut encourager la stabilité de l’équipe de ce lieu échange-parents.

Les objectifs de ce lieu-parents

L’enjeu de la création de ce lieu est d’ouvrir l’école aux parents. Deux objectifs majeurs sont à atteindre : faciliter l’intégration des parents au collège et l’intégration dans la société via la maîtrise de la langue française. Les ateliers ne sont que des accroches, des prétextes : une maman qui vient en cours de FLE et en atelier créatif est obligée de parler en français, sans qu’elle ne s’en rende compte. Les ateliers sont toujours mis en place pour répondre à un besoin. Ces besoins et les demandes des familles sont pris en considération. Une relation de confiance s’établit peu à peu grâce à cet espace. Il est nécessaire de passer par cette étape pour pouvoir aider les enfants.

Un gros travail a été mené sur la rumeur. Dans le quartier les parents entendaient toutes sortes de choses sur le collège : « De toute façon je ne peux pas mettre mon enfant dans ce collège, le niveau est bas, il y a des problème de comportement ». Pour contrer à cette mauvaise image du collège, il fallait répondre grâce à du concret. L’adulte relais a décidé de permettre aux parents via un questionnaire de poser leurs questions à des chefs d’établissements du quartier. Quatre écoles ont répondu favorablement à ce projet. Cela a donné lieu à la première exposition dans le collège. Face aux rumeurs négatives sur l’établissement, il était nécessaire de rassurer les parents, de montrer une réalité pour se questionner et évoluer. A partir de là, l’image du collège a considérablement changé.

De plus, les parents qui fréquentent le lieu parlent aux autres donc le reste du quartier est au courant de ce qu’il se fait dans le collège. Les parents qui viennent rassurent les autres.

Ce lieu a permis de faire revenir des parents qui ont eu une mauvaise expérience de l’école. Lors d’une exposition, ils ont écrit leurs souvenirs de l’école. Ils décrivaient leur passé difficile dans leur établissement et leur relation particulière à celui-ci. Grâce à ce lieu, les parents renouent avec les apprentissages dans le collège de leurs enfants.

Dans ce lieu-parents, on essaye de réconcilier les parents, l’école et l’enfant. Un autre objectif majeur de ce lieu est de permettre aux élèves d’atteindre de meilleurs résultats au collège.

Lors de ma visite, une maman m’expliquait que le fait qu’elle se rende au lieu échange-parents rassure son fils, ça lui fait plaisir, il sent que sa mère est investie dans son école. Selon cette maman, pour le climat général de l’établissement, ce lieu est très important. Parfois, des problèmes sont réglés dans ce lieu plutôt que dans le bureau du CPE. Une réelle confiance est établie dans cet espace.

Selon l’adulte relais, en ayant une image positive de leur établissement, en voyant leurs parents investis dans le collège, les jeunes sont plus motivés, le climat scolaire s’améliore et les résultats progressent. C’est là tout l’enjeu de ce lieu échange-parents.

Pour aller plus loin sur cette thématique, les cahiers pédagogiques proposent l’ouvrage : « Enseignants, parents, réussite des élèves : quel partenariat ? »

L’évaluation des élèves… en conférence nationale

Ça y est, c’est parti, l’évaluation est sur le devant de la scène pour six mois.

Plusieurs signes avant-coureurs avaient laissé présager de cette nécessaire réflexion (espérée) d’envergure: les relations scabreuses entre le Brevet des collèges et l’évaluation par compétences; les rôles contestés du baccalauréat ex-sésame, détrôné par la précocité des admissions post-bac, symbole de rituel de passage, vieillissant et onéreux; la difficile gestation des préconisations du Conseil supérieur des programmes, empêchée par de nombreux débats et réticences et qui évoque le minimum “syndical” sur ce que devraient être ou ne pas être les procédures d’évaluation.

La conférence nationale sur l’évaluation des élèves a été lancée  (il s’agira de bien l’attraper), aujourd’hui 24 juin 2014. Le ministre Benoît Hamon a donné son sentiment, demandant à toute la communauté scientifique et aux professionnels de l’éducation de se mobiliser de juillet à décembre 2014.

“La démarche est inédite : elle vise à faire adopter par des représentants de la communauté éducative et de la société civile, réunis dans un jury composé d’acteurs et d’usagers du système éducatif, des recommandations fondées sur les résultats de la recherche, les connaissances scientifiques, les pratiques de terrain nationales et internationales” (Ministère de l’éducation nationale).

Les questions mises en débat:

– Comment l’évaluation peut-elle être au service des apprentissages des élèves et participer à leurs progrès ?
– Comment rendre compte aux familles des progrès des élèves ?
– Quelle place et quelle forme de la notation dans l’évaluation des élèves ?
– Quels doivent être les moments de l’évaluation dans les parcours des élèves ?
– Comment mobiliser les évaluations dans la détermination des parcours des élèves, leurs choix d’orientation et les procédures d’affectation ?

Les réponses se construiront au fil des réunions de groupes de travail et lors de la semaine de l’évaluation, en décembre, faite d’auditions et débats publics.

Nous avons programmé depuis quelques mois la réalisation d’un Dossier de Veille de l’IFÉ sur l’évaluation des élèves (alors que l’actualité frémissait à peine).   Les premières pages de cette revue de littérature de recherche sont en phase avec les questions posées (ou l’inverse?), preuve que la recherche peut contribuer  aux débats.

Les auteurs de cette synthèse (Olivier Rey et Annie Feyfant) persévèrent dans leurs efforts, assurés d’avoir des encouragements pour ces premiers éléments qu’ils jugent honorables même s’ils peuvent mieux faire.  Ce n’est pas encore  gagné pour “les félicitations” lors de l’évaluation sommative, à parution, mais heureusement, on échappera à l’évaluation notée, qui nous aurait certainement démotivés pour les prochains Dossiers !

Le document remis lors de la conférence de presse, ici.

Législation française en matière d’évaluation des enseignements dans le supérieur (1992-2014)

En préparant mon prochain dossier de veille sur la qualité de l’enseignement (n°93, à paraître), il m’est apparu utile à un moment donné de faire le point sur les textes qui encadrent les questions d’évaluation des enseignements… d’autant que je me suis aperçue, un peu par hasard, en allant chercher le lien hypertexte sur Légifrance, que le fameux arrêté Lang de 2002 n’était plus en vigueur…

Avec l’abolition de cet arrêté du 23 avril 2002 (le plus prescriptif à ce jour en matière d’évaluation par les étudiants, mais aussi le plus ambitieux quant à son utilisation), la tendance semble être d’aller vers une responsabilisation plus forte des établissements dans le choix des modalités d’évaluation à mettre en œuvre, basée notamment sur le renforcement des conseils de perfectionnement.
La dimension formative de l’évaluation par les étudiants reste présente (arrêté du 9 avril 1997), mais le lien avec l’habilitation des formations disparaît. Officiellement, il s’agit plutôt désormais de stimuler le dialogue entre les équipes pédagogiques, les étudiants et les milieux socioprofessionnels, en vue d’améliorer la qualité des formations (cf. arrêté du 22 janvier 2014).
Une vision moins normative donc, qui est cohérente compte tenu des critiques parallèles essuyées par l’AERES, mais qui dissocie désormais l’évaluation des enseignements des procédures d’habilitation, qui lui concède un rôle indirect dans les évaluations externes et démarches de contractualisation, et qui continue à ne pas statuer sur le lien avec la carrière des enseignants… Sans doute que les auteurs de l’Avis du HCEE en 2002 – instruit pas le rapport de Jacques Déjean – continueraient à penser que le gouvernement doit se positionner plus fermement…

Suit dans cet article une chronologie des textes qui ont traité et traitent actuellement cette question de l’évaluation des enseignements. Les arrêtés en vigueur sont entièrement retranscrits.

Arrêté du 26 mai 1992 relatif au diplôme d’études universitaires générales, licence et maîtrise (arrêté Lang – NOR: MENZ9202416A), version révisée du 10 octobre 1995, en vigueur
Il introduit pour la première fois la possibilité d’une évaluation des enseignements via notamment l’appréciation des étudiants, à la demande du conseil d’administration de l’établissement.
Titre IV Habilitation et évaluation – Art. 24
« Pour chaque module ou niveau d’enseignement dispensé, une procédure d’évaluation des enseignements faisant notamment appel à l’appréciation des étudiants, peut être établie par le conseil d’administration de l’établissement, sur proposition du président de l’université, après avis du C.E.V.U., ou du chef de l’établissement et dans le respect des dispositions de la loi du 26 janvier 1984 et du décret du 6 juin 1984 susvisés. »

Arrêté du 9 avril 1997 relatif au diplôme d’études universitaires générales, à la licence et à la maîtrise (arrêté Bayrou – NOR: MENU9701083A), version révisée du 15 avril 1997, en vigueur
Il distingue l’évaluation des formations (organisation des études) réalisée à la demande du conseil d’administration de l’établissement et évaluation des enseignements dans une visée formative (qui prend en considération l’appréciation des étudiants et dont les résultats sont destinés aux seuls enseignants).
Titre IV Habilitation et évaluation – Art. 23
« Pour chaque cursus, est organisée une procédure d’évaluation des enseignements et de la formation. Cette évaluation, qui prend en compte l’appréciation des étudiants, se réfère aux objectifs de la formation et des enseignements.
Cette procédure, garantie par une instruction ministérielle, a deux objectifs. Elle permet, d’une part, à chaque enseignant de prendre connaissance de l’appréciation des étudiants sur les éléments pédagogiques de son enseignement. Cette partie de l’évaluation est destinée à l’intéressé. La procédure permet, d’autre part, une évaluation de l’organisation des études dans la formation concernée, suivie pour chaque formation par une commission selon des modalités définies par le conseil d’administration de l’établissement, après avis du conseil des études et de la vie universitaire.
Cette commission, composée par le président de l’université après avis du conseil des études et de la vie universitaire, comprend un nombre égal de représentants élus des étudiants et d’enseignants-chercheurs ou d’enseignants.
Ces procédures d’évaluation sont organisées dans le respect des dispositions de la loi du 26 janvier 1984 et des statuts des personnels concernés »

Arrêté du 23 avril 2002 relatif aux études universitaires conduisant au grade de licence (arrêté Lang – NOR: MENS0201070A), révisé le 1er août 2011, abrogé au 1er septembre 2012, remplacé par l’arrêté du 1er août 2011.
Les articles 20 et 21 introduisaient l’obligation de mettre en œuvre l’évaluation des formations et des enseignements selon des modalités variées, permettant la participation de tous les étudiants et prévoyaient que les résultats soient communiqués au ministère dans le cadre de sa démarche contractuelle avec l’établissement et au CNE dans le cadre des évaluations périodiques qu’il conduisait.

Arrêté du 1er août 2011 relatif à la licence (NOR: ESRS1119411A), révisé le 1er septembre 2012, remplace l’arrêté du 23 avril 2002, en vigueur jusqu’au 1er septembre 2014
L’arrêté est en vigueur au moment de la rédaction de ce dossier, mais il sera abrogé au 1er septembre 2014, et remplacé par l’Arrêté du 22 janvier 2014.
L’article 19 préconise la mise en place de conseils de perfectionnement pour chaque formation et une évaluation des formations et des enseignements notamment au moyen d’enquêtes régulières auprès des étudiants. La perspective est d’améliorer la qualité des formations, les résultats de ces évaluations sont destinés au conseil de la composante et au CEVU.

Arrêté du 22 janvier 2014 fixant le cadre national des formations conduisant à la délivrance des diplômes nationaux de licence, de licence professionnelle et de master (NOR: ESRS1331410A), en vigueur au 1er septembre 2014
L’article 5 reprend globalement la trame de l’article 19 de l’Arrêté du 1er août 2011 qu’il remplacera au 1er septembre 2014. La visée décisionnelle dans le cadre d’une démarche d’auto-évaluation est amplifiée : les évaluations servent d’appui à l’évolution de l’offre des formations et la position des conseils de perfectionnement, désormais destinataires des résultats des évaluations, est renforcée.
Titre 1er Dispositions communes aux diplômes nationaux de licence, de licence professionnelle et de master – Art. 5
« Dans le cadre de la politique de l’établissement, des dispositifs d’évaluation sont mis en place pour chaque formation ou pour un groupe de formations, notamment à travers la constitution de conseils de perfectionnement réunissant des représentants des enseignants-chercheurs, des enseignants, des personnels bibliothécaires, ingénieurs, administratifs, techniciens, ouvriers, de service et de santé, des étudiants et du monde socioprofessionnel.
Une évaluation des formations et des enseignements est notamment organisée au moyen d’enquêtes régulières auprès des étudiants. Cette évaluation est organisée dans le respect des dispositions des statuts des personnels concernés.
Ces dispositifs favorisent le dialogue entre les équipes pédagogiques, les étudiants et les représentants du monde socioprofessionnel. Ils éclairent les objectifs de chaque formation, contribuent à en faire évoluer les contenus ainsi que les méthodes d’enseignement afin de faciliter l’appropriation des savoirs, des connaissances et des compétences et de permettre d’en améliorer la qualité. Ces dispositifs peuvent également servir de base à l’évolution de la carte de formation de l’établissement en cohérence avec la politique de site.
Les résultats des évaluations font l’objet de présentations et de débats au sein des équipes pédagogiques, du conseil de perfectionnement, du conseil de la composante concernée et de la commission de la formation et de la vie universitaire du conseil académique ou du conseil de l’établissement qui a compétence en matière de formation. »

Décrochage scolaire, climat scolaire: un exemple en lycée professionnel

La voie professionnelle permet d’acquérir des connaissances et des compétences dans un domaine professionnel. Les élèves préparent, après la troisième un CAP ou un baccalauréat professionnel.

Public accueilli

En visite dans un lycée professionnel, la proviseure qui a accepté de me recevoir m’explique que c’est en quelque sorte un choix de « relégation ». Ne viennent en lycée professionnel que les jeunes qui ont connu des difficultés au collège. Le lycée professionnel scolarise des vagues d’immigration récente, des élèves en échec scolaire ou ayant des difficultés scolaires.

Dans cet établissement, ¼ des élèves ont le brevet des collèges et un jeune sur deux maîtrise le socle commun de compétences. Toute la noblesse, l’enjeu et la fierté d’un lycée professionnel est de scolariser de “mauvais élèves”, qui n’ont pas envie de venir, et d’en faire de “bons élèves” qui réussissent un baccalauréat professionnel et qui s’insèrent dans une poursuite d’étude ou dans la voie professionnelle.

Le lycée accueille deux tiers de garçons et un tiers de filles, ils ont de 15 ans à 20 ans et sont issus de familles défavorisées.

La persévérance scolaire

Le décrochage scolaire est plus présent en CAP qu’en baccalauréat professionnel. Deux explications possibles :

  • Des élèves trouvent des contrats d’alternance : les meilleurs élèves vont vers l’alternance car ils veulent gagner leur vie. On parle plus facilement de réorientation.

  • Des élèves qui sont à bout de souffle dans leur scolarité qui ne supportent plus d’être en classe.

Le lycée professionnel travaille en partenariat avec le CIO, la mission locale et avec les travailleurs sociaux. Au sein de l’établissement, un travail de partenariat s’établit notamment autour du Groupe de Prévention du Décrochage Scolaire (GPDS). Il se compose des deux CPE, de la COP, de l’intervenante de la Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire (MLDS), de l’infirmier, de l’Assistante Sociale (AS), de deux professeurs et de la proviseure qui préside. Cette assemblée évoque des cas d’élèves qui sont encore présents mais de manière perlée. Durant ces rencontres chacun des membres peut évoquer des suspicions d’élèves potentiellement décrocheurs.

L’absentéisme est le premier indicateur de décrochage scolaire. Selon la proviseure, l’absentéisme et le décrochage seraient des synonymes. Des résultats qui chutent pourraient être un indicateur mais au vu des résultats plutôt faibles dès l’arrivée des élèves, cette composante n’est pas fiable.

Les élèves choisissent leurs cours, ce sont des absentéistes qui ciblent tel ou tel enseignement. Il n’est pas rare que des élèves soient absents en cours, mais qu’ils soient présents dans l’enceinte du lycée. C’est leur lieu de vie, ils viennent au lycée parce qu’ils s’y sentent bien.

Il est important de souligner que dans cet établissement public local d’enseignement (EPLE) l’équipe pédagogique et le pôle médico-social sont stables.

Le taux de réussite au baccalauréat professionnel est un peu moins bon que la moyenne académique. L’objectif est d’arriver à être dans la moyenne entre autre en travaillant sur l’absentéisme. En effet, les élèves absents, en situation de décrochage scolaire, sont conservés sur les listes alors qu’ils ne se présentent pas à l’examen. Les résultats sont donc biaisés.

A propos du climat scolaire

Selon la proviseure, le climat scolaire est la condition première pour amener les élèves vers la persévérance scolaire. Elle accorde beaucoup d’importance à l’ambiance générale de l’établissement. Selon elle, si les élèves ne se sentent pas bien dans leur établissement, les membres de la communauté éducative ne seront pas bien non plus, et inversement. Les locaux sont estimés comme le levier le plus important du climat scolaire favorisant la réussite. Un réel travail est mené au niveau des locaux de l’établissement : créer un foyer des élèves, aménager un patio avec jardin, placer des bancs dans le hall fabriqués par les élèves, rendre la salle des professeurs plus agréable en y installant une machine à café… Il faut faire en sorte que le lycée soit le plus accueillant possible, le plus agréable, avoir un joli accueil, mettre des poubelles tant dans l’établissement qu’aux abords du lycée. Si l’établissement paraît chaleureux aux yeux des élèves, ils vont avoir envie de venir. Une fois qu’ils sont là il faut que les apprentissages aient du sens, travailler sur l’orientation, sur leurs projets, même si ce qu’ils font ne leur plaît pas forcément, faire de leur formation un tremplin pour faire autre chose après.

En second temps, des relations interpersonnelles positives entre élèves, entre élèves et professeurs et entre professeurs joue un rôle essentiel. La proviseure veille à ce que les enseignants ne se sentent pas seuls, elle se rend disponible pour eux dès qu’ils en ont besoin. Elle s’arrête souvent en salle des professeurs, dans le hall d’entrée pour apprécier le climat scolaire.

L’ensemble de la communauté éducative s’engage à garantir un climat scolaire serein, la vigilance au sein de l’établissement tout comme aux abords est une des préoccupations de tous les instants. Selon la chef d’établissement, il n’y a pas de bon travail s’il n’y a pas de bon climat scolaire, c’est la base de tout travail éducatif. Elle accorde une importance toute particulière au langage des élèves, à leur vocabulaire et n’hésite pas à les reprendre systématiquement.

Selon les élèves interrogés, les règles ont été clairement explicitées en début d’année. Les élèves ont la possibilité se s’impliquer dans la vie du lycée grâce à des actions, des projets : Les membres du CVL travaillent sur le projet de création d’un foyer ; des élèves œuvrent à la mise en place des bancs préalablement fabriqués par leurs soins dans le hall d’entrée ; les secondes ont rédigé des contes fantastiques en cours de français qui ont été vendus lors de la journée portes ouvertes, avec l’argent récolté, un voyage à Disney à été organisé ; les 30 ans du lycée ont été célébrés ; la maison des lycéens a vu le jour…

D’après une élève interrogée, l’implication dans ces projets est source de motivation car les élèves s’investissent beaucoup mais en contrepartie, ils sont fiers du résultat.

La volonté serait d’associer le plus possible les parents à la vie de l’établissement: ils sont conviés à la réunion de rentrée, à la remise des bulletins en main propre au premier et deuxième trimestre. Malheureusement, en règle générale, ceux qui répondent présents sont les parents des élèves pour qui tout se passe plutôt bien. Les familles que l’on a le plus besoin de voir sont souvent absentes de ce genre de manifestation.

L’arrivée en lycée professionnel est synonyme d’une orientation plutôt subie. Ainsi, il est essentiel de favoriser un accompagnement individualisé du jeune, un dialogue vers son orientation future.

“Des trésors au fond des placards”

C’est pour éviter que ces trésors restent au fond de leur placards, que le site Master Contributions a été créé (en 2011?) par une prof d’histoire-géo, actuellement au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS, université Paris Descartes). Il se veut coopératif, gratuit, simple et surtout accueillant pour les mémoires de recherche de niveau master.

Les principes énoncés :
– Proposer une plate-forme coopérative de mémoires et travaux de recherches sous forme d’une banque de données et de contacts;
– Faciliter la mise en relation pour des échanges de bonnes pratiques sur un principe (chercheur confirmé/ jeune étudiant chercheur – étudiant chercheur/ entreprise etc.…);
– Limiter aux mémoires et rapports soutenus devant jury avec mentions « Très bien » ou « Bien »; Le site ne cherche pas à « capturer » les thèses de doctorats puisque des annuaires et autres sites et/ou éditeurs les répertorient par ailleurs.
– Offrir une plateforme de diffusion de maîtrises et de masters uniquement de recherche (cycle d’au moins 4 ans) et de qualité.

On peut y naviguer
– via un moteur de recherche classique (recherche sur l’ensemble de la base de données);
– par grands domaines : sciences humaines et sociales, sciences formelles et naturelles et sciences de la vie, du corps et de l’art;
– par “discipline”, comme les sciences de l’éducation, la géographie ou encore “les études genre”.

Pour déposer son œuvre, il suffit de  s’inscrire, de renseigner quelques éléments descriptifs de celle-ci et de la “déposer” (en PDF).

Les veilleurs que nous sommes pourront-ils y trouver quelques pépites? Pour l’instant, seules les disciplines suivantes ont quelques dépôts : architecture et urbanisme (3 mémoires), arts et culture(2), chimie (1), études sur le genre (8), géographie (1), histoire (10), Info-Com (3), Informatique (1), Lettres et littérature (2), mathématiques (1), philosophie (2), psychologie (2), sciences de la santé (1), sciences de la terre et de l’univers (1), sciences de la vie (1), sciences de l’éducation (20), sciences des activité physiques et sportives (1), sciences du langage (1), sciences économiques (5), sciences juridiques (5), sciences politiques (3), sociologie/anthropologie 11).Fonds encore modeste et qui donc “peut mieux faire”.
Faites-vous connaître les masterisés!

 

Formateur d’enseignant : un couteau suisse?

La dernière conférence de consensus/dissensus de la Chaire Unesco “Former les enseignants au XXIe siècle pour l’année 2013-2014 s’est déroulée aujourd’hui.

Parmi les différentes interventions (voir le programme), retenons celle de Jean-Luc Ubaldi, professeur d’EPS en ZEP, formateur, directeur adjoint de l’ESPE de Lyon, pour la réalité des propos. Le titre son intervention : “Agir-interagir-prendre de la distance : itinéraire d’un formateur et d’un groupe d’enseignants en formation continue” , que l’on pourrait traduire par  “comment un enseignant de ZEP transcende son expérience (“mes savoir-faire et trucs“) auprès d’une équipe d’enseignants d’un collège lyonnais”. Se définissant comme un formateur hybride n’ayant pas de certitude quant aux choix théoriques, il nous raconte les objets étudiés au fil des six années passées avec cette équipe : passant du 8e siècle avant Jésus-Christ à la rédaction d’un poème  en passant par la proportionnalité (comme quoi, les profs d’EPS peuvent parler d’autres choses que l’EPS!) définis avec les enseignants d’histoire, de français, de maths, etc. (ils s’y sont tous mis).

L’idée est de se fédérer sur des problèmes professionnels  (pour travailler en équipe, difficile de discuter de problèmes de charisme personnel, par exemple) et sur un système d’options partagées: pédagogie du sens (plutôt que motivation), création d’interaction,  d’estime de soi, etc.; à croiser avec une série de pratiques (et un peu de cadrage théorique).

Une fois mis en place le cadre de travail (première étape) puis l’analyse des séquences pédagogiques (une année y fut consacrée) des visites croisées sont organisées par l’équipe enseignante (le chef d’établissement favorisant cette phase de “formation continue”) pour observation, description puis analyse. Objectifs de ces visites : recueil de faits pour montrer les “faits marquant signifiants”. Les enseignants ont souvent du mal à décrire les faits, il faut donc les pousser un peu dans ce sens; il faut  proposer des hypothèses d’explicitation puis des hypothèses d’action.
Les limites de l’opération (pour démultiplication) : la non ouverture de la porte des classes, les enseignants refusent le plus souvent, la vidéo en classe reste encore difficile.

Les conclusions de Jean-Luc Ubaldi :
– “La vertu des productions collectives est la confiance“;
– Il faut valoriser les enseignants qui réalisent ce type d’actions;
– Il faut encore régler la tension entre préoccupation didactico-pédagogique et préoccupation métier;
– En formation continue, en établissement, il faut engager les collègues dans une démarche de formalisation (préparation et restitution à la communauté éducative); construire une légitimité et la faire accepter.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search