Les Maisons Familiales Rurales: Réussir autrement

logo-mfrLes Maisons Familiales et Rurales sont issues du milieu associatif d’après la loi de 1901 et dépendent de l’enseignement agricole. Ce qui caractérise les MFR, c’est l’alternance entre les semaines de formation où les élèves sont présents à la MFR et les semaines de stage.

Réussir autrement

La volonté des MFR c’est de faire réussir les élèves autrement grâce à la pédagogie de l’alternance. Cette pédagogie se divise en quatre phases communes à toutes les MFR :

  • La préparation du plan d’étude : Il s’agit d’élaborer un questionnaire que l’élève sera capable de renseigner à la fin de son stage;

  • Le plan d’étude : Il s’agit de développer les réponses au questionnaire pour créer un rapport de stage;

  • L’étude de stage : Il s’agit de la correction de l’étude de stage. Tous les élèves effectuent un entretien individualisé avec un formateur permettant un retour sur le travail de chacun. Ce dossier donnera lieu à une note;

  • La mise en commun : Il s’agit d’un temps de mutualisation. Les formateurs évoquent les contenus des études de chaque élève. C’est un échange collectif permettant de travailler le projet d’orientation des adolescents. Ce travail est indispensable car un projet d’orientation permet de se projeter vers l’avenir.

En ce qui concerne les enseignements en salle de classe, les MFR se basent sur le référentiel de compétences des établissements agricoles. Les élèves ont des cours de français, de mathématiques, de vente, de technologies mais aussi des modules de la vie sociale et culturelle tels que des enseignements d’éducation à la sexualité, à la santé…

Pédagogique et éducatif

Les élèves sont au cœur de la pédagogie des MFR, l’équipe de formateurs se rend disponible pour les élèves à chaque instant. Le fonctionnement d’une Maison Familiale est très différent d’un établissement de l’Éducation nationale. Tout d’abord, il n’y a pas de CPE ainsi, la dichotomie entre l’éducatif et le pédagogique est inexistante. Les formateurs assurent tout l’aspect pédagogique en donnant du sens aux apprentissages, et ils se chargent aussi de tout ce qui relève de l’éducatif en conduisant des problèmes dans la classe ou en dehors vers une solution.

Travail en équipe

Pour le bon équilibre d’une MFR, le travail en équipe est primordial. Dans ces structures, il est nécessaire de rendre les apprentissages vivants, de donner du sens. Par exemple, les cours de technologie sont en lien avec les futurs stages. Il faut éviter les confusions cognitives, les questions « à quoi ça sert », « pourquoi on apprend ça ? ». Il est essentiel de favoriser le travail en demi-groupe pour que les jeunes se sentent pris en considération.

La pédagogie de l’alternance signifie un travail en collaboration autour de plusieurs acteurs : la famille, le maître de stage et les formateurs. Le carnet de formation permet de faire le lien entre ces différentes personnes gravitant autour de la réussite des élèves.

Public hétérogène

Les MFR accueillent des adolescents souvent abimés par leur expérience scolaire antérieure. Leurs bulletins affichent des résultats très médiocres et pour certains des problèmes de comportement avérés. Les Maisons Familiales procèdent à leur propre recrutement, les élèves « dys » (dyslexique, dysphasique, dyscalculie…) sont de plus en plus demandeurs pour intégrer les établissements de ce type . Le public accueilli est très hétérogène :

  • Élèves « dys » ;

  • Élèves ayant de grosses difficultés sociales et familiales ;

  • Élèves renvoyés plusieurs fois d’établissement de l’Éducation Nationale ;

  • Élèves qui envisagent une orientation professionnelle.

D’après les élèves rencontrés, l’internat est propice à leur réussite car des heures d’études obligatoires sont mises en place, ils peuvent travailler à plusieurs, s’entraider, les formateurs sont disponibles pour les encourager, les épauler et cela les obligent à se mettre au travail.

A propos du climat scolaire

D’après les travaux de l’OCDE, la qualité du climat scolaire est la corrélation de plusieurs éléments. Tout d’abord en ce qui concerne la qualité du bâtiment scolaire. Dans la MFR visitée, les élèves ont un avis positif sur les locaux notamment grâce au grand parc arboré. On favorise l’implication des élèves dans la vie de l’établissement. Tout d’abord, ils doivent effectuer des services. Chaque semaine, à tour de rôle, deux élèves sont responsables du ménage dans la salle de classe, à deux autres est confiée la préparation de la table du petit déjeuner, du déjeuner et du dîner etc. Ces services parfois difficiles à comprendre pour les 4èmes, deviennent très rapidement ritualisés. Ces tâches permettent aux élèves de s’ancrer dans la vie réelle, de les aider à devenir des citoyens autonomes, de les rendre plus respectueux et donc de favoriser un climat scolaire positif.

En ce qui concerne le climat relationnel, le fait qu’il y ait un nombre restreint d’élèves, les adolescents ressentent moins de tensions, les formateurs ont plus de temps pour chacun. De manière individuelle, les élèves se sentent mieux en évoluant dans un environnement à taille humaine. Le fait d’avoir quitté leur ancien établissement est pour l’ensemble des élèves un bénéfice considérable, le fait de couper complétement avec leur ancien milieu est propice à une reprise favorable de leur scolarité.

Les élèves sont unanimes pour dire que les formateurs sont disponibles à 100% pour eux. Ils se sentent écoutés, pris en considération, aidés. Ils considèrent qu’il s’agit un peu de l’école de la deuxième chance, ainsi, ils saisissent l’opportunité de tout « recommencer à zéro ».

Dans la MFR qui m’a ouvert ses portes, le vendredi, c’est le jour de la « synthèse ». Avant que les élèves ne rentrent chez eux, ils se regroupent avec l’ensemble des formateurs pour faire un bilan de la semaine, on aborde les points positifs et les points négatifs. Toutes ces informations sont transmises à la direction. Ainsi, les élèves peuvent faire entendre leur avis et savent que celui-ci sera entendu.

Pour les élèves interrogés, les sanctions sont jugées comme étant justes ce qui contribue à un climat scolaire favorable. Ces règles ont été clairement explicitées aux élèves en début d’année scolaire. Chaque adolescent a signé le règlement intérieur. De nombreux élèves insistent sur le fait qu’un dialogue est établit avec les formateurs avant la sanction. La tolérance face à la violence est nulle. Chaque élève est parfaitement au clair avec ces consignes.

Dans cette MFR, le levier principal du climat scolaire favorisant la persévérance scolaire est la motivation des élèves. Selon les niveaux, l’année scolaire est rythmée par un fil conducteur, un thème de travail, permettant la motivation des élèves. Des élèves très difficiles à leur arrivée se retrouvent en fin de 4ème complétement transformés. Pour la majorité des jeunes accueillis en MFR, la pédagogie du « réussir autrement » correspond à leurs besoins.

Alors que le constat est fait que de plus en plus d’élèves de l’Éducation nationale décrochent, les MFR réussissent à raccrocher des élèves jusqu’à les amener au diplôme. Ainsi, on peut se demander si l’Éducation nationale n’a pas tout intérêt à regarder de plus près ce qu’il se passe dans les établissements agricoles et notamment dans les MFR.

Je remercie la MFR de la Dombes pour son accueil chaleureux.

 

« Einstein philosophe » : cheminons de la réalité à la théorie… et vice versa

Ce n’est pas souvent (et ça ne se reproduira pas de sitôt) qu’on a l’occasion d’évoquer la physique dans ce blog, ou la philosophie. Et cet article porte sur le lien entre les deux ! Ne fuyez pas, il n’y aura pas d’équation ni trop de jargon philosophique, promis.
J’ai assisté jeudi 22 mai au colloque « La raison et le réel : questions épistémologiques » organisé par ACCES à l’Institut français de l’Éducation. Seule l’intervention de Michel Paty, directeur de recherche émérite au CNRS au laboratoire de philosophie et d’histoire des sciences (SPHERE) sera relatée ici, avec l’espoir de ne pas trahir son propos : « La pensée scientifique comme expérience de la réalité du monde. La microphysique parmi les sciences ».
Cet ancien physicien devenu philosophe nous a fait partager le cheminement de sa pensée qui consiste à répondre à la question : « La physique peut-elle décrire le réel ? » Cette question qui existe depuis l’Antiquité, dès le début de la philosophie, revient à étudier les liens entre d’une part la pensée et le discours sur la pensée (logos en grec, à la base des sciences) et d’autre part la réalité vécue par l’être humain. Dit autrement, en se rapprochant de la pensée scientifique : est-ce que notre connaissance du monde correspond bien à quelque chose d’existant ou n’est-elle qu’un ensemble de concepts reliés entre eux, sans fondement tangible ?

Continuer la lecture de « « Einstein philosophe » : cheminons de la réalité à la théorie… et vice versa »

Liaison SEGPA / LP – Sécurisation et continuité des parcours scolaires

L’équipe ASH (en charge de l’adaptation scolaire et de la scolarisation des élèves handicapés) de l’inspection du Rhône a organisé le 20 mai 2014 au collège des Gratte-ciel Môrice Leroux (Villeurbanne) une « journée des SEGPA » qui avait pour thème la liaison SEGPA / Lycée professionnel pour les élèves issus de SEGPA qui sont orientés vers des CAP en LP. La problématique retenue était celle de la sécurisation de la continuité du parcours scolaire de ces élèves, afin d’éviter que ces élèves ne connaissent des situations difficiles propices au décrochage scolaire.
Le public était composé de directeurs de SEGPA, de professeurs, CPE et proviseurs de LP (pour une présentation des SEGPA, voir la vidéo sur Capcanal).
Après une introduction faite par l’IA-DASEN adjoint M. Krosniki qui a insisté sur la sécurisation et la continuité des parcours, tout en plaidant pour une école réellement inclusive, pas uniquement pour les élèves en situation de handicap, Mme Aduayom (IEN-ASH) a rappelé le principe d’éducabilité de tout un chacun et la nécessité de proposer des parcours ambitieux pour tous. La liaison entre les niveaux est inscrite dans le cadre institutionnel et ne concerne pas que le passage de l’école primaire au collège. À ce titre, un travail sur la liaison SEGPA / LP est essentiel : les élèves passent d’un environnement protégé, protecteur, bienveillant à un établissement plus grand, où ils se retrouvent davantage « fondus dans la masse ».
Mon intervention consistait à présenter une synthèse de la recherche sur le décrochage scolaire, en insistant effectivement sur les risques liés aux transitions, aux passages d’un établissement à l’autre, d’une unité à une autre. L’orientation vers la voie professionnelle est aussi fortement corrélée à un risque accru de décrochage scolaire. Pour ces raisons, et pour d’autres, le travail en commun entre tous les professionnels (éducation, santé, sociaux, etc.) est une nécessité. Mais ces alliances éducatives (comme cela existe au Québec) ne sont pas faciles à mettre en œuvre, car elles demandent de sortir de sa logique institutionnelle, de ses prérogatives, pour travailler mieux ensemble en fonction d’objectifs définis, différents selon les élèves. Les élèves en situation scolaire difficile interrogent fortement les institutions éducatives.

La matinée s’est terminée sur deux témoignages d’expérimentations :

  • Le projet « Service de suite » qui consiste à suivre les élèves sortants de SEGPA sur au moins une année, pour les accompagner dans leur parcours post-SEGPA et faire le lien avec les équipes de LP qui les accueillent. La collaboration avec les proviseurs et les enseignants vise à sécuriser leur poursuite d’étude et à favoriser leur insertion dans cette nouvelle formation. L’année qui suit leur sortie de SEGPA est ainsi ponctuée de contacts réguliers (notamment grâce aux réseaux sociaux en ligne), de bilans, de remise de diplôme (CFG), de moments de lecture et d’analyse de bulletins, de rencontre avec les élèves de la promotion suivante, etc.
  • La collaboration entre un LP de Vénissieux et le CRESS (Centre de recherche et d’éducation sport & santé) autour d’un programme destiné à favoriser l’adaptation de la démarche pédagogique aux besoins des lycéens de l’établissement (fiche expéritèque).  Des tests, basés sur les travaux de Piaget, sont proposés aux élèves pour évaluer leurs compétences. D’autres élèves d’autres établissements (centre ville, niveaux différents) ont aussi été évalués afin de comparer les résultats en fonction des publics. Plus de précisions sont accessibles sur le site du CRESS. Le constat présenté par le proviseur fait état d’un manque réel d’autonomie intellectuelle et morale des élèves du lycées, dans des proportions très importantes (pour une immense majorité des élèves). Autrement dit, les piliers 6 et 7 du socle commun ne devraient pas être validés pour la plupart d’entre eux. Au final, il apparait que ce sont les pratiques de prises en charge de la classe qui sont à faire évoluer plus que les prises en charge individuelles.

L’après midi s’est déroulé en petits groupes, pour présenter des actions existantes en LP et SEGPA, avec l’idée commune à tous qu’il faut maintenir l’ambition des élèves en difficulté. Les projets ne manquent pas, soutenus par des idées et des envies de faire réussir les élèves. Mais bien souvent,  même s’ils donnent satisfaction, ils ont une existence très précaire. Ils existent parce que les différents acteurs ne comptent pas leur temps, parce que la répartition des moyens est organisée en fonction de ces projets. Par contre, ils peuvent être remis en cause du jour au lendemain, si un nouveau chef d’établissement arrive qui a d’autres priorités, si un enseignant part à la retraite ou mute, si une subvention n’est plus allouée, etc. Une innovation peut-elle être généralisée, transposée, adaptée ailleurs alors même que sa reconduction n’est jamais certaine ?

Une lettre ouverte d’experts éducatifs demande une pause dans le cycle PISA

Grâce à un tweet de Luc Cédelle (eh oui, Twitter contribue à notre veille…), j’ai découvert une lettre ouverte à Schleicher, directeur du programme PISA à l’OCDE, figurant sur le site du Guardian : http://www.theguardian.com/education/2014/may/06/oecd-pisa-tests-damaging-education-academics

Lettre assez intéressante dont je ne reprendrai pas le fond ici, mais qui, pour résumer l’argument principal, demande une pause dans le programme au nom de l’effet palmarès que PISA a sur les politiques éducatives, poussant à toujours plus de tests standardisés pour bien figurer dans les résultats, au mépris de la richesse nécessaire d’un curriculum et de la diversité des contextes socio-culturels.

Les universitaires qui ont signé cette lettre, en compagnie d’autres acteurs éducatifs (représentants de parents, chefs d’établissements…) sont pour la plupart des chercheurs assez renommés dans le monde anglo-saxon, plutôt situés dans ce qu’on appellerait en France la mouvance de la sociologie des politiques publiques ou de la sociologie des politiques d’éducation. Certains (Stephen J. Ball, Harvey Goldstein, Atkinson…)  ont déjà publié des travaux dans des publications francophones comme la Revue Française de Pédagogie ou collaboré avec des français dans le cadre d’ouvrages.

Il est donc d’autant plus surprenant que cette lettre ouverte, dont le contenu plairait sans doute à de nombreux sociologues et chercheurs en éducation francophones, n’ait pas été élargie dès son origine à une aire internationale plus large que les pays anglophones et la Suède.

Un élément supplémentaire  à ajouter dans la réflexion initiée hier dans ce carnet sur ce sujet de l’internationalisation limitée de la recherche en éducation !

How could French Research influence international trends in educational policy ?

Je suis en train d’étudier un récent rapport de l’OCDE sur l’évaluation dans l’éducation et je constate, une fois de plus, que la quasi-totalité des références bibliographiques est en langue anglaise et provient d’auteurs anglo-saxons.  Un constat récurrent à chaque fois que l’on consulte un rapport d’une grande organisation internationale, qu’il s’agisse de l’OCDE, de l’Union européenne, etc.

Autrement dit, ces organisations qui ont désormais un pouvoir d’influence certain en matière éducative, basent l’essentiel de leurs rapports officiels sur une littérature scientifique circonscrite à quelques pays de langue anglaise (Royaume Uni, Etats-Unis, Canada anglophone, Australie et Nouvelle Zélande) et aux auteurs de pays familiers avec l’usage de l’anglais comme langue d’expression scientifique (Pays Bas, Norvège, Suède, Finlande, Danemark…).

On pourrait ainsi se dire que pour peser dans le débat international sur les questions de politique éducative, mieux vaut être un auteur, même de seconde zone, du Royaume Uni qu’un auteur de premier plan français, espagnol ou allemand !

On imagine les implications politiques, culturelles et sociales que cela signifie, si l’on veut bien prendre conscience qu’un domaine comme l’éducation n’est pas un champ purement “technique” mais implique des questions de valeurs très liées aux aires et aux cultures linguistiques.

Ce constat, que l’on retrouve à de nombreux niveaux, n’est pas neuf, mais l’internationalisation croissante de certaines questions éducatives lui donne une certaine acuité.

Engagé dans un projet européen sur les compétences en éducation, j’ai été sollicité pour contribuer à la revue de littérature générale et ainsi pu faire “exister” les problématiques francophones … tout en remarquant que la partie “évaluation des compétences” de la revue de littérature, rédigée par un sympathique collègue anglais, ne comportait pas la moindre référence francophone malgré les nombreux travaux existants dans ce domaine.

En fait, il se passe même parfois un phénomène de marginalisation scientifique et culturelle : les travaux dans une autre langue que l’anglais sont considérés “régionaux”, essentiellement bons à informer sur la situation dans un pays circonscrit, pendant que seules les références anglaises sont considérées comme ayant une valeur générale et “internationale”… même quand elles ne traitent en l’occurrence que des derniers rebondissements d’une réforme anglaise !

On peut penser que la faiblesse historique des chercheurs francophones ( et surtout français il faut bien le dire) dans le maniement des langues étrangères est première responsable de cet état de fait. Pendant longtemps, de nombreux chercheurs français organisaient des colloques “internationaux” à bon compte, en se contentant d’inviter une poignée de collègues québécois et belges, pendant que les principaux congrès internationaux avec le reste du monde, se développaient ailleurs sans eux et en anglais…

On constate aussi que les collègues d’autres pays qui s’efforcent de répondre à des appels d’offre internationaux sont friands de volontaires français, car certaines institutions comme l’Union européenne valorisent fortement la présence de “français” dans des projets européens, pour compenser le moindre investissement des acteurs hexagonaux à ce niveau.

Si le problème est principalement un enjeu de compétence linguistique, on peut espérer que les jeunes générations de chercheurs pourront écrire et communiquer de façon plus simple au niveau international.

Outre que cela pose quand même le problème épistémologique du sens  et de la culture liés à la langue (essayez de traduire “accompagner un établissement” ou “veille scientifique” en anglais…), on peut se demander s’il n’y a que la langue en jeu.

Quand on voit les péripéties des classements internationaux des revues, on comprend bien que pour certains “experts”, toute revue provenant d’une université américaine ou anglaise un tant soit peu prestigieuse est automatiquement parée d’une aura “internationale” là où une revue française ou allemande sera toujours suspectée d’être “locale”, quel que soit le nombre d’articles provenant d’auteurs d’autres pays et quel que soit son nombre d’articles publiés en anglais.

On sait aussi que par le jeu des grosses plate-formes d’édition (Taylor et Francis, Elsevier…) comme des algorithmes des moteurs de recherche (qui privilégient les sites “locaux”), publier un article en anglais mais dans une revue ou un site web localisés en France n’offre pas de grandes garanties de visibilité internationale.

Dès lors, on peut aussi se demander si l’enjeu n’est pas seulement de savoir publier en anglais, mais aussi de publier dans les supports “consacrés” par ce qu’on appelle la recherche internationale mais qui ressemble parfois à la recherche anglo-saxonne…

Voir aussi :

Les revues à caractère international… et les autres

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search