Quelle(s) science(s) pour améliorer l’éducation ?

Peut-on sortir de l’opinion sur l’éducation pour entrer dans le champ du savoir et à quelles conditions ? Nous avons tenté de répondre à cette interpellation formulée par Bernard Charlot, en publiant le Dossier de veille de l’IFÉ de janvier 2014Entre laboratoire et terrain : comment la recherche fait ses preuves en éducation.

Mal considérées et souvent conspuées, les sciences de l’éducation sont en effet souvent sommées de faire leurs preuves, comme ces “mauvais” élèves dont on doute qu’ils ont “le niveau”.

On leur demande de faire la preuve de leur noblesse académique, comme s’il y avait toujours un doute sur leur légitimité scientifique. On leur demande aussi de faire la preuve de leur pertinence pour les pratiques éducatives, comme s’il y avait toujours un doute sur leur utilité. Bref, qu’elles soient trop du côté du terrain, accusées d’être militantes, ou au contraire trop du côté du laboratoire universitaire, accusées d’être coupées des réalités, elles ne sont jamais à la bonne place !

Dans le même temps, on cherche du côté de sciences expérimentales, qui correspondent mieux aux stéréotypes que l’on peut avoir de la recherche “vraiment” scientifique, des réponses pour l’éducation. Surtout, on demande aux recherches d’identifier enfin des techniques efficaces, des pratiques qui marchent, histoire de remonter au plus vite dans le classement PISA.

Il existe en effet un ensemble de discours au niveau international arguant de la nécessité d’asseoir tant les pratiques que les politiques éducatives sur les résultats de recherches. Ces discours, qui forment une quasi-doctrine, sont souvent rassemblés sous l’étiquette evidence-based education.

De quoi s’agit-il ? Quels sont les principaux arguments des contempteurs comme des zélateurs de cette doctrine ? Au delà, quelles sont les conditions envisageables pour une approche scientifique de l’éducation ? Quels sont les liens souhaitables ou nécessaires entre les recherches, les pratiques et les politiques éducatives ?

Voilà quelques unes des questions auxquelles nous nous efforçons d’apporter des pistes de réponses en mobilisant la littérature française et internationale sur la question.

Pour compléter le Dossier de veille  :

 –  retrouvez les références bibliographiques utilisées dans ce Dossier de veille de l’IFÉ ainsi que de nombreuses autres sur le même thème dans notre base bibliographique collaborative Wikindx avec le mot-clé “utilisation des recherches“. 

– consultez les sites et ressources spécialisés sur cette thématique :

Jusqu’où empiler les disciplines ?

Une lettre ouverte au Président de la République lui demandant de valoriser l’enseignement de l’informatique a récemment été publiée par la société informatique de France qui se conclut, évidemment, par la demande de création d’un CAPES et d’une Agrégation d’informatique.

Nous ne discuterons pas ici du fond de cette revendication, mais de ce qu’elle signifie en tant que démarche : alors même que le président du Conseil supérieur des programmes met en avant la nécessité d’une approche globale et curriculaire, les pétitionnaires empruntent la voie classique typiquement française consistant à rajouter une couche à l’empilement disciplinaire dont souffre déjà l’enseignement secondaire.

Il est singulier que la seule méthode que l’on envisage pour promouvoir un champ de connaissances ou de compétences soit de créer une nouvelle boîte disciplinaire. A la place de laquelle d’ailleurs ? Mystère. Soit il s’agit de plaider pour qu’on rajoute quelques heures aux emplois du temps existants, soit il s’agit de rogner sur les horaires existants d’autres disciplines, mais dans ces cas là il faut dire lesquelles.

On sait déjà que l’histoire est intouchable dans les séries où se forment les enfants de l’élite (en filières pro et technologiques c’est un autre affaire…) puisque le Président l’avait rétabli en terminale S en 2012, devant une autre vague pétitionnaire. Alors, à qui le tour ? La philosophie ? les mathématiques ? Les langues vivantes ?… Bien entendu, ces disciplines ainsi que toutes les autres existantes sont “indispensables à la formation du citoyen” et “à la compréhension du monde dans lequel nous vivons” et même certainement à notre compétitivité et nos capacités d’innovation.

On peut aussi d’ailleurs penser que c’est impensable qu’il n’y ait pas de formation au droit dans le socle commun, alors que les questions juridiques prennent tant d’importance dans nos sociétés. Et la psychologie ? Et la sociologie ? Et comment prépare-t-on “nos enfants” à se nourrir correctement ? A vivre en société et avec le respect des différences ? A savoir gérer leurs relations avec autrui ? Sans parler des éducation à… (la santé, l’environnement, la sexualité, la citoyenneté…) qui sont si difficilement assurées actuellement ?   Philippe Perrenoud a récemment montré (cf. note critique sur le site de la Revue française de pédagogie) combien les enseignements disciplinaires actuels pouvaient mal préparer à la vie du futur citoyen, travailleur, consommateur, etc.

Peut-on vraiment demander à l’école de se (sur)charger de tout comme le montre Lelièvre ?

Le débat est assurément complexe, mais ce qui est certain, c’est que revendiquer une place au soleil pour une “discipline” sans se soucier de l’équilibre curriculaire d’ensemble est sans doute le pire moyen de l’entamer.

Ce qui fait changer un établissement – CRAP – E&D – Lyon – 11 janvier 2014

IMG_20140111_093217_1 Resized3C’est à Lyon que ce weekend le CRAP – Cahiers pédagogiques et Éducation & Devenir ont organisé une matinée au CRDP autour du dossier  des Cahiers Pédagogiques n° 509 : “Ce qui fait changer un établissement”.

Après une présentation des deux associations (Martine Langanay pour E&D ; Roxane Caty-Leslé pour le CRAP), Alain Bouvier et Romuald Normand ont échangé sur le thème. La discussion, animée par Jean-Yves Langanay, était articulée autour de trois questions.

 

Quels sont les principaux points de blocage qui s’opposent au changement dans les établissements?

Alain Bouvier a juste mentionné le problème des corporatisme au sein de l’Éducation nationale, disant que ceci avait déjà largement été débattu ailleurs et qui le sera encore lors du prochain colloque de l’AFAE. Selon lui, il y a un hiatus entre les responsabilités individuelles des enseignants, encouragées par la loi (liberté pédagogique et autonomie individuelle) alors qu’il serait souhaitable d’aller vers un fonctionnement plus collectif et collaboratif, ce qui signifie qu’il faut développer le travail en équipe.

Pour Romuald Normand, le changement se fait petit à petit, il parle de “transformation silencieuse” à l’œuvre. Les établissements sont insuffisamment accompagnés pour soutenir l’innovation et favoriser le changement. Il souligne le rôle essentiel des chefs d’établissement et des corps d’inspection, à condition que ces derniers soient dans une logique d’accompagnement d’équipes et non pas de contrôle et de sanction.

Le changement passe aussi par une mutualisation des pratiques :  que faire des ces nouveaux savoirs, de ces expertises qui se développent dans les établissements ? Le rôle des CARDIE peut être un levier intéressant. Il est dommage qu’il y ait un cloisonnement entre la recherche et les professionnels (les chercheurs devraient savoir se décentrer).

Leadership et gouvernance : quelle communication entre les universitaires et les militants pédagogiques ?

Pour Alain Bouvier, depuis les premières lois de décentralisation, des responsabilités importantes sont exercées par d’autres parties prenantes que l’État : les collectivités territoriales, dont la part augmente sans cesse. On le constate sur le terrain avec la mise en place des PEDT, avec l’implication de ces collectivités dans la culture, le sport, la sécurité, etc. La gouvernance c’est “mettre ensemble les différentes parties pour discuter sur les projets, les indicateurs d’évaluation”. Cela suppose aussi d’apprendre de nos erreurs et travailler en commun sur des projets.

Pour Romuald Normand, le leadership, malgré ce qu’en disent ces détracteurs, n’est pas d’essence néo-libérale. Par contre, il revendique une origine libérale, au sens politique du terme : organisation de la discussion, encouragement des initiatives par le chef d’établissement, encouragement de la créativité, etc. Il préfère le terme de leadership à celui de pilotage qui est trop étroit pour rendre compte de cette réalité. Le leadership s’est construit contre l’idée d’un fonctionnement bureaucratique de l’établissement (dont Alain Bouvier a souligné la lourdeur, et le soutien dont les organisations syndicales font preuve au niveau du ministère lors des commissions notamment). Le management, qui est orienté vers la performance, ne suffit pas non plus à améliorer le système et son efficacité.

Le leadership suppose un partage de valeurs auxquelles tout le monde adhère, une transformation du partage des rôles de chacun, et un travail avec divers partenaires. Le rôle des enseignants et des équipes pédagogiques s’en trouve modifié aussi. Il faut regarder avec intérêt le développement de fonctions intermédiaires, beaucoup plus développées à l’étranger.

Alain Bouvier constate que les valeurs de l’Éducation nationale (liberté, laïcité, égalité…) ne sont partagées qu’en apparence, mais que dès que l’on analyse des situations précises, dès que l’on sort des généralités, il n’y a plus de consensus. Or ceci est fort dommageable pour l’efficacité du système. Les pays qui ont des systèmes performants sont ceux où existe un consensus fort de la société civile sur ce qu’ils attendent de l’École.

Romuald Normand estime malgré tout que les valeurs républicaines sont largement partagées, mais qu’elle se heurtent parfois à des idéologies professionnelles qui peuvent être multiples : un travers récurrent est que les personnes parlent souvent au nom des autres (représentants d’une discipline, d’un établissement, d’un mouvement pédagogique, d’une sensibilité syndicale, etc.) plutôt que de sa propre pratique. Il faut savoir reconnaitre les problèmes et en faire une base de réflexion commune : “nos problèmes sont nos amis”.

Quels leviers pour favoriser le changement ?

Les deux intervenants mentionnent le développement des auto-évaluations dans les établissements, qui respecte le contexte local de l’établissement et qui est le fruit d’une démarche collective interne. Une des difficultés, outre le fait que ça ne fasse pas partie de la culture professionnelle, vient de l’acceptation de mettre son propre travail sous le regard de l’autre. La position de “l’ami critique” ne va pas de soi. Cela pose aussi la question de la formation des enseignants : l’établissement doit être un lieu essentiel de la formation continue (établissement apprenant).

Table ronde

La matinée s’est terminée avec une table ronde associant enseignants, CPE et principal de collège. Il a été question d’expérimentations autour de l’implication des parents dans le collège avec une salle dédiée, et d’un pôle d’excellence scientifique pour les bons élèves d’un établissement afin de changer l’image d’un autre collège.


Pour compléter sur le sujet, vous pouvez aussi (re)lire les dossiers de veille suivants :

Bonne année 2014 !

L’année 2013 s’en est allée, 2014 est déjà arrivée. L’équipe Veille & Analyses de l’IFÉ vous adresse ses meilleurs vœux pour cette nouvelle année. Nous poursuivons notre activité de veille en éducation, vous pouvez compter sur notre présence sur ce blog, sur notre site et dans vos boites aux lettres électroniques pour lire notre bulletin et nos incontournables Dossiers de veille !

Que 2014 soit une bonne année pour l’éducation et la formation !

carte de voeux
Meilleurs voeux 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search