PISA : savoir regarder au delà de l’effet palmarès

Dans quelques jours, le 3 décembre, la vague PISA va déferler sur la France.

Les quelques indiscrétions  lâchées dans les milieux ministériels et l’empressement journalistique qui en a découlé depuis laisse en effet prévoir une couverture sans précédent en France pour la publication des résultats de l’enquête 2012 de l’OCDE.

Pour ceux qui voudraient se mettre à jour sur ce qu’est l’enquête PISA, nous invitons à consulter, outre la présentation officielle par l’OCDE, le Que Sais Je ? sur les enquêtes PISApublié par Georges Felouzis et Samuel Charmillot ainsi que le dossier que nous lui avons consacré : PISA, ce que l’on en sait et ce que l’on en fait (d’autres références consultables en ligne sont mentionnées à la fin de cet article).

Rappelons déjà que si le classement de la France va sans doute nourrir une grande partie des commentaires, c’est loin d’être l’information la plus intéressante de l’enquête triennale sur les acquis des élèves.

En effet, la position de tel ou tel pays dans le classement peut évoluer très rapidement sans que cela reflète nécessairement des écarts problématiques  entre systèmes éducatifs. Autant il peut par exemple y avoir du sens à comparer la place respective des différents pays européens dans PISA, autant étalonner la performance française au regard des résultats de Shanghai ou de la Corée du sud est assez vain au regard de cultures et de pratiques scolaires aussi différentes.

Un ministre néerlandais avait évoqué il y a quelques temps l’objectif pour son système éducatif de figurer dans le “top 5” de PISA, ce qui montre l’absurdité de raisonnements purement concurrentiels induits par certaines lectures de l’enquête.  Vouloir piloter une politique éducative avec PISA en ligne de mire, c’est en fait saper sa pertinence scientifique comme instrument de mesure, puisque cela veut dire qu’on infléchit son comportement en fonction du thermomètre. Une loi sociologique bien connue que les responsables de politiques publiques devraient mieux intégrer !

Plus que la position de son pays dans le classement, il faut en fait regarder ce que le résultat global recouvre précisément.

Pour la France en l’occurrence, deux problème centraux risque d’être une nouvelle fois mis en exergue par PISA :

  • d’une part une détérioration des résultats des élèves français depuis une dizaine d’années, tendance beaucoup plus préoccupante que le résultat absolu;
  • d’autre part une aggravation des disparités entre les élèves, disparités étroitement liées à une ségrégation croissante entre établissements qui recoupe en grande partie une tendance à la séparation entre publics selon leur origine sociale et culturelle.

De ce point de vue, l’enquête de l’OCDE oblige à se poser des questions sur la façon dont la République respecte les missions qu’elle donne à son système éducatif, ce qui est déjà beaucoup !

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que PISA sanctionne ce qui s’est passé durant la formation d’un jeune pendant ses quinze premières années : c’est donc autant le produit de l’enseignement reçu 10 ans auparavant à l’école primaire (ou par son éducation familiale) que le produit de sa scolarité dans ses dernières années de collège. Difficile, dans ces conditions, de pointer telle ou telle politique conjoncturelle menée par tel ou tel ministre.

Mesurer les acquis à 15 ans signifie aussi qu’on ne les mesure pas à 18 ans ou à 20 ans : PISA “favorise” ainsi tendantiellement  les systèmes qui organisent des tris sélectifs des élèves plus tard (par exemple au moment de l’accès à l’enseignement supérieur) plutôt que ceux qui les différencient précocement au niveau du collège (comme c’était le cas pour l’Allemagne). Il est probablement plus “juste” de différer la différenciation mais encore faut-il avoir conscience de ces choix et de leurs implications.

Il faut enfin garder à l’esprit que PISA , pour des raisons parfaitement légitimes, se focalise sur l’utilisation des savoirs par les élèves (ce qu’ils appellent un peu rapidement “‘compétences”) dans seulement trois grands domaines (compréhension écrite, culture mathématique, culture scientifique et technique). C’est déjà beaucoup, mais cela signifie aussi que l’éducation physique et sportive, l’histoire, les langues vivantes étrangères et divers autres domaines d’apprentissage scolaire ne sont pas pris en compte.

Autrement dit, PISA nous dit des choses passionnantes sur les acquis cognitifs des élèves de 15 ans, voire au-delà, mais ne nous dit pas tout sur la formation du jeune et du citoyen au regard des valeurs que chaque système entend construire ou transmettre via son école. Cela peut paraître évident, mais il n’est pas inutile de le rappeler…

 

 

Parmi les références librement consultables en ligne :

 

 

 

 

 

 

Quand 22 500 enfants parlent de leurs droits… l’équité vacille

L’UNICEF France a lancé une consultation auprès des 6-18 ans, sur leurs droits au quotidien, de février à juillet 2013. 22 500 enfants et adolescents ont répondu à cette enquête.
La Consultation a été conduite à travers un réseau de 74 Villes amies des enfants partenaires de l’UNICEF et une plate-forme web dédiée. Dans ces villes, les questionnaires ont été proposés lors d’ateliers dans les accueils périscolaires, les centres de loisirs, les écoles, les collèges et les lycées.

Les 133 questions posées étaient regroupées en grands domaines comme “mes droits”, “ma vie de tous les jours”, “mon éducation, mes loisirs” ou “ma santé”.

Les résultats (TNS-SOFRES) ont été analysés par Serge Paugam (sociologue, CNRS/EHESS/ENS). L’ensemble des résultats  publié ce mardi 19 novembre, veille de la journée internationale des droits de l’enfant, est publié par France_Info.fr, associé à l’opération.

Dans le domaine de l’éducation, l’UNICEF regroupent les questions et résultats  en trois catégories : conditions de la vie scolaire, activités électives en dehors de l’école et loisirs à la maison.

Conditions de vie scolaire
– 9 élèves sur 10 disent se sentir bien, en sécurité, à l’école;
– 72% trouvent la journée trop longues et se disent fatigués dans l’après-midi;
– 28% mettent plus d’une demi-heure pour se rendre à l’école, au collège ou au lycée;
– 55% pratiquent une activité sportive encadrée sur le temps de midi, 49% une activité culturelle ou artistique;
– 55% des enfants ont déjà connu une situation de harcèlement en milieu scolaire (par les autres enfants ou jeunes);
– 35% avouent que les adultes leur font peur;
– 68% disent pouvoir confier leurs ressentis à un adulte dans l’établissement scolaire.

Activités hors cadre scolaire
– 80% affirment participer à des activités avec d’autres enfants;
– 72% pratiquent un sport le mercredi ou le WE;
– 57% pratiquent une activité de loisirs (musique, dessin, etc.)
– 75% disent avoir accès à une médiathèque municipale ou scolaire.

Activités à la maison (“sociabilité amicale et loisirs à la maison”) – 92% des répondants disent avoir du temps pour jouer, se reposer et s’amuser;
– 86% peuvent organiser une fête pour leur anniversaire;
– 84% peuvent inviter des amis chez eux pour jouer ou manger;
– 94% ont au moins un jeu ou un jouet adapté à leur âge;
– 91% ont un vélo, un skate, un trottinette ou des rollers;
– 78% ont des aires de jeux près de chez eux.

Derrière ces chiffres bruts, se cache un autre paysage, celui de l’intégration sociale des enfants et adolescents. L’UNICEF a cherché à construire un indicateur d’intégration, visant à mesurer le degré de protection et de reconnaissance, l’intégration dans la famille, le quartier, l’école , la participation à la vie en collectivité.

Sans grande surprise, hélas, on constate que les enfants les plus démunis sont aussi ceux qui se sentent le moins en sécurité (dans leur quartier et à l’école), qui se sentent moins respectés. A l’école, 55,6% des plus démunis se sentent respectés par les adultes, quels que soient la couleur de leur peau, leur religion, leur culture ou leur physique  alors que 78,3%  des plus  favorisés déclarent ressentir ce respect. De même à une intégration sociale faible correspond une qualité de vie dégradée (42% des plus démunis).
13,6% de l’ensemble des enfants sont confrontés à un risque potentiel de dégradation de leur santé,  ce pourcentage est de l’ordre de 40% parmi les élèves les plus précaires. Cette précarité sociale, de santé, s’accompagne également d’une fragilité dans la confiance éprouvée vis-à-vis de l’entourage.

La synthèse des différents items retenus pour construire ces différents indicateurs d’intégration sociale montre que :
– 18% des enfants sont dans une situation jugée préoccupante;
– 8,7% des enfants sont dans une situation de grande privation, 5,8% d’une extrême privation;
– 13,1% des enfants évoluent dans un cadre de vie précaire voire très précaire (6,3%).

AG de l’AIPU France : encore une semaine pour amender les statuts, envoyer un pouvoir ou candidater

Vous l’avez peut être déjà noté dans votre agenda : l’Assemblée générale constitutive de l’AIPU se tiendra à l’IFÉ – ENS de Lyon le lundi 2 décembre prochain, de 9h00 à 17h30.

Cette journée “constitutive” est importante car c’est là que se dessineront les contours des actions qui seront menées dans les 2 prochaines années, sous la responsabilité du conseil d’administration qui aura été élu… et qui poursuivra le travail mené depuis février 2013 par une équipe d’une dizaine de personnes, constitué en “groupe technique” [1].

 

Mais au fait, l’AIPU, qu’est-ce que c’est ?

L’Association internationale de pédagogie universitaire (AIPU), créée en 1981, avec le soutien de l’AUF et de l’Unesco, se donne pour mission de valoriser la fonction enseignante dans l’enseignement supérieur francophone et de promouvoir les solidarités nord-sud dans ce domaine.
Elle s’appuie aujourd’hui sur un réseau de praticiens, de formateurs et d’experts qui oeuvrent dans 35 pays et 3 zones géographiques (Europe, Amériques et Afrique).

Le bureau de la section internationale, actuellement sous la présidence de Sylvie Doré (Québec), organise un congrès tous les 2 ans. L’association édite également la revue RIPES (revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur), hébergée sur revues.org (2 n° par an).

Les sections constituées sont les suivantes : Algérie, Afrique subsaharienne, Amériques, Belgique, Liban, Maroc, Suisse.
Et s’y ajoutera donc bientôt la France, c’est tout l’enjeu de l’AG constitutive du 2 décembre prochain !

 

L’AG constitutive : un rdv à ne pas manquer, soutenu par l’IFÉ et la CPU :

La journée consacrée à l’AGC se déroulera en 3 temps :

  • lancement des travaux le matin, avec une introduction à 3 voix : celle de Michel Lussault, directeur de l’IFÉ, celle de Michel Delhaxhe, secrétaire général de l’AIPU internationale et celle de Khaled Bouabdallah, vice-président de la CPU.
  • assemblée générale proprement dite, animée par Nicole Rege Colet, en 2ème partie de matinée, avec 2 temps forts : l’adoption des statuts (dont vous pouvez consulter la version préliminaire ici) et l’élection du conseil d’administration (auquel vous pouvez candidater ici).
  • 4 ateliers de prospective l’après-midi, visant à mobiliser largement les acteurs de l’enseignement supérieur français et à favoriser l’émergence de synergies au sein de l’AIPU France.

1/ quelles modalités pour la formation et l’accompagnement des enseignants du supérieur ?
animé par Laure Endrizzi, IFÉ, ENS de Lyon
Rapporteur : Isabelle Chênerie, université Toulouse 3 Paul Sabatier
Peut-on apprendre à enseigner… autrement qu’en enseignant ? La question, qui pouvait sembler triviale il y a peu, nourrit désormais nombre d’initiatives dédiées à la professionnalisation du savoir enseigner : formations pour les doctorants, formations diplômantes des enseignants, ateliers ponctuels de formation couplés ou non à un accompagnement pédagogique et/ou techno-pédagogique des équipes, soutien pour le montage de projets, pour l’évaluation des enseignements ou pour la valorisation de l’activité dans le cadre de la carrière, etc. Les interventions ne manquent pas, mais restent difficiles à appréhender, du fait notamment de leur manque de visibilité et de la diversité des acteurs, nationaux ou locaux, qui les portent ou qui sont impliqués dans leur déploiement.
L’AIPU France n’a pas vocation à trancher, ni à alimenter la concurrence entre les différents modes d’intervention. Elle peut en revanche avoir un rôle à jouer dans la mutualisation des expertises et dans la réflexion sur le développement professionnel des acteurs de la pédagogie du supérieur. Dans le respect des initiatives concertées existantes, cet atelier permettra de discuter des actions réalistes que l’AIPU pourrait mener à la fois sur un plan opérationnel et sur un plan plus stratégique pour contribuer à la professionnalisation du savoir enseigner.

2/ quelles perspectives d’articulation entre recherche et pratique en matière de pédagogie du supérieur ?
animé par Emmanuelle Annoot, université du Havre
Rapporteur : Nicole Rege Colet, université de Strasbourg
Et si l’AIPU France formulait un programme de recherche en pédagogie universitaire ?
Nous sommes nombreux à penser que les recherches sur la pédagogie universitaire et l’impact des services d’appui comme les SUP peinent à se développer en France. Et pourtant il existe de nombreuses expériences en cours et la recherche-action liée aux pratiques pédagogiques innovantes et au développement professionnel des enseignants-chercheurs prend progressivement forme. La création de l’AIPU France est une occasion à saisir pour faire un état des lieux, promouvoir ces travaux et formuler des perspectives de développement. Nous vous proposons de commencer par un exercice pratique pour partager nos expériences et nos attentes par rapport à la consolidation des connaissances sur la pédagogie universitaire. Cet exercice servira à identifier les questionnements, les objets d’études, les méthodes de travail et les coopérations qui dessineraient les contours d’un programme de recherche-action en pédagogie universitaire reflétant les priorités de l’AIPU.

3/ quelles initiatives pédagogiques pour la réussite des étudiants ?
animé par Christophe Batier, université Claude Bernard Lyon 1
Rapporteur : Éric Sanchez, IFÉ, ENS de Lyon
(descriptif à venir).

4/ quelles stratégies des établissements d’enseignement supérieur au service d’un enseignement de qualité ?
animé par Julien Douady, université Joseph Fourier Grenoble et Brigitte Gassie, université de Nantes
Rapporteur : Olivier Rey, IFÉ, ENS de Lyon
(descriptif à venir).

 

Comment participer au lancement de l’AIPU France ?

Toutes les informations relatives à l’AIPU France sont disponibles sur le site de l’AIPU Internationale.
Pour l’instant, le programme d’activités n’est bien évidemment pas établi, puisqu’il s’agit déjà de rendre cette association officielle en la dotant d’un Conseil d’administration et de statuts.
Dans cette perspective, tous les membres du groupe technique qui travaillent depuis plusieurs mois à l’organisation de cette AGC comptent sur votre participation !

Alors inscrivez-vous ! ou si vous ne pouvez pas venir, participez à distance en donnant votre pouvoir à une personne qui sera présente.

Vous pouvez également prendre connaissance de la version préliminaire des statuts qui sera soumise au vote lors de l’AGC et proposer des amendements (20 novembre, dernier délai).

Le 20 novembre, c’est aussi la date butoir pour proposer votre candidature à l’un de 8 postes du CA. Et les jeux sont ouverts !

Les ateliers de prospective du 2 décembre seront également un moment fort ! Nous souhaitons que les débats reflètent la pluralité des initiatives françaises en matière d’enseignement dans les établissements supérieurs et que des convergences d’intérêts et d’actions puissent être formulées.

Pour les adhésions, en revanche, il faudra attendre un peu… pas avant début 2014, le temps que l’association soit effectivement enregistrée auprès de la préfecture et que les démarches bancaires soient accomplies.
Mais cela ne vous empêche bien entendu pas d’apporter votre contribution en amont !

 

D’autres rendez-vous sont d’ores et déjà prévus en 2014 :

– une journée scientifique à Dijon, le vendredi 14 février 2014, à l’initiative de l’université de Bourgogne
Cette journée, organisée à l’occasion des 10 ans du Centre d’innovation pédagogique et d’évaluation, aura pour thème “Pratiques pédagogiques et apprentissages étudiants : liens, effets et perspectives d’évaluation”.

– le 28ème congrès de l’AIPU qui se tiendra à l’université de Mons en Belgique, du 18 au 22 mai 2014
Le thème retenu est le suivant : “Pédagogie universitaire, entre enseignement et recherche”.

 

———————–

[1] membres du groupe technique : Emmanuelle ANNOOT (Université du Havre), Christophe BATIER (Université Claude Bernard – Lyon 1), Joëlle DEMOUGEOT-LEBEL (Université de Bourgogne), Julien DOUADY (Université Joseph Fourier – Grenoble), Laure ENDRIZZI (École normale supérieure de Lyon), Brigitte GASSIE (Université de Nantes), Anne-Céline GROLLEAU (Université de Nantes) et Nicole REGE COLET (Université de Strasbourg).

“Former les enseignants au sein des établissements scolaires”

C’est le titre de la conférence de consensus et de dissensus qui a eu lieu il y a maintenant une semaine à l’Institut français de l’Éducation, chapeautée par Luc Ria. Un jury d’experts était présent pour réagir aux différentes interventions et proposer en fin de journée une synthèse des débats, pour dépasser les tensions et lancer des pistes de recherche.

Voici quelques notes sur trois interventions, qui reflètent les différents moments de la journée : “Le point de vue des travaux sur l’organisation des établissements scolaires” par Vincent Dupriez, “De nouvelles formes d’organisation du travail collectif : amélioration des pratiques individuelles ? A quelles conditions ? Avec quels guidages ?” de Caroline Letor, et un témoignage d’un ancien chef d’établissement ayant tenté de mettre en œuvre un collectif de travail, Nicolas Feld-Grooten.

Réagissant au nouveau Dossier de veille de l’IFÉ n° 87 d’Annie Feyfant sorti pour l’occasion et devant nourrir les discussions de la journée, Vincent Dupriez (Université catholique de Louvain) a commencé par s’interroger sur l’organisation des établissements scolaires, à travers le concept d'”organisation apprenante” : est-ce l’organisation elle-même qui apprend, ou les individus qui ont des pratiques communes dans une même organisation ? Quelle est la nature de ces savoirs appris dans ce cadre par les enseignants ? Car une formation suppose aussi un apprentissage de la part des enseignants. Ce qui est visé ici semble davantage le développement de la profession enseignante que celui de l’organisation. Dupriez insiste  sur le rôle du groupe professionnel (inclus dans l’organisation elle-même, mais portant les revendications de la profession), souvent négligé, et sur la tension qui existe entre le sentiment d’appartenance au groupe professionnel et le sentiment d’appartenance à l’établissement.

Continuer la lecture de « “Former les enseignants au sein des établissements scolaires” »

Travail par compétences dans les établissements : partagez vos expériences

A la faveur de la mise en place du socle commun, les initiatives en matière de compétences se sont multipliées dans les écoles, les collèges et les lycées depuis quelques années.  On en retrouve des traces sur les sites des académies (notamment les pages des CARDIE), dans la banque nationale Expérithèque, dans certaines publications comme les Cahiers pédagogiques, etc.

Un peu partout en France, en effet, des enseignants travaillent autour des compétences dans des configurations variées : en école primaire, comme au collège ou au lycée, à leur propre initiative dans leur classe, dans le cadre de leur projet d’établissement, entre collègues d’une même discipline ou avec des collègues d’autres disciplines, etc.

Nous avons identifié, dans le cadre du projet européen KeyCoNet, un certain nombre d’expériences françaises qui ont fait l’objet d’études de cas plus approfondies. Il nous est en revanche apparu qu’il était souhaitable de permettre aux acteurs des établissements de se mettre en relation les uns avec les autres, de façon complémentaire aux cadres institutionnels existants.

C’est dans cet esprit que la plate forme KeyCoNet France a été lancée, dans un esprit de  mutualisation. Ouverte discrètement cet été, elle accueille depuis la rentrée de premiers témoignages d’initiatives et d’expériences.

La plate forme consiste en un site web nourrit par ses utilisateurs sur le principe du partage entre pairs : chacun peut voir un résumé des initiatives mises en ligne, mais seuls ceux qui auront contribué en complétant une fiche “initiative” auront accès aux données complètes des autres projets (comportant notamment des coordonnées de contact des autres collègues).

La plate forme repose ainsi sur la libre contribution des utilisateurs, l’équipe KeyCoNet de l’IFÉ (Institut français d’Éducation) se contentant d’une modération technique et de la maintenance du site.

Accès direct à KeyCoNet France : http://ife.ens-lyon.fr/KeyCoNet/web/app.php

 

 

Une enquête sur les recherches TICE en Afrique et dans le pourtour méditerranéen

Deux équipes réalisent une cartographie des recherches francophones sur les TICE dans le cadre d’une collaboration avec l’IFIC (Institut de la francophonie pour l’ingénierie des connaissances et la formation à distance, Agence universitaire de la francophonie – AUF) :

– une première équipe, de l’Institut Français de l’Education (IFÉ, ENS de Lyon), coordonnée par Luc Trouche, s’intéresse au pourtour méditerranéen (du Maroc à la Turquie)

– une seconde équipe, de l’ENS de Yaoundé, coordonnée par Marcelline Djeumeni-Tchamabé, se consacre à l’Afrique subsaharienne.

Les recherches sur les TICE constituent un champ très vaste, qui recoupe un ensemble de domaines : didactique des disciplines, psychologie, économie, sociologie, sciences du langage, informatique, sciences de l’éducation, e-learning… Autant de disciplines qui cherchent à éclairer les questions posées par la rencontre entre éducation et technologie.
L’objectif de ce travail est d’avoir une meilleure visibilité sur ces réseaux et thématiques émergents, pour encourager de nouvelles formes de collaborations scientifiques (appui aux études doctorales, à la formation et à la publication pour les chercheurs).
Dans cette perspective, un questionnaire en ligne a été mis en ligne et ouvert à tous les chercheurs concernés :  http://ife.ens-lyon.fr/enquetes/TICE . `
Pour tout contact : Reftice@ens-lyon.fr ; Twitter : @reftice

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search