Curation et infobésité

L’association Doc Forum (Lyon) s’associe à l’ADBS à l’occasion des cinquante ans de cette dernière pour une matinée dédiée à la curation et l’infobésité qui s’est tenu à l’Université Lyon 1 le jeudi 30 mai 2013. Trois intervenants se sont succédé :

  • François Magnan, consultant,  a présenté le concept de curation et différents outils qu’il utilise ;
  • Antoine Msika, community manager pour Pearltrees ;
  • Frédéric Crutel pour l’entreprise Human Connect qui accompagne les entreprises dans leur politique de curation.

Cet article se fait l’écho de la première intervention, plus générale et plus directement liée à notre activité de veille en éducation. Le diaporama de l’intervention de François Magnan est disponible sur son blog.

Curation et web 2.0

Le terme de curation vient de l’anglais et décrit à l’origine le travail du commissaire d’exposition lors d’expositions artistiques : il choisit les oeuvres, les organise et les commente. Appliqué à l’information, il s’agit en fait de sélectionner des sources, les organiser et les éditorialiser pour les diffuser avec une valeur ajoutée.

Dans les années 1990, à côté des moteurs de recherche se sont développés des annuaires de recherches (ex : Yahoo) qui étaient élaborés par des personnes (éditeurs, documentalistes, etc.) chargées de sélectionner les ressources pour la constitution de ces annuaires. Avec le web 2.0, l’internaute devient acteur et organise lui-même le contenu du web, notamment en ayant recours aux divers outils de réseaux sociaux (bookmarking social, microblogging, réseaux professionnels). Une étude de 2010 de Forrester (Social Technographics) définit les profils des internautes et montre que 20% des personnes interrogées se considèrent comme des “collectors“, c’est-à-dire qu’ils agrègent et annotent du contenu. La curation profite aussi de ces outils du web 2.0.

L’infobésité est un concept plus ancien que le web, mais on assiste à un accroissement vertigineux de la quantité d’informations mises à disposition sur la toile, ce qui rend nécessaire le filtrage, le tri, le classement, etc. La curation est un remède à cette infobésité.

Plusieurs types de curation

Il faut distinguer la curation automatique de la curation humaine. Des outils permettent de faire de la curation de contenu de manière automatisée, à partir de requêtes de recherche, de filtrage prédéfinis (automatiques et personnalisables), mais le filtrage humain est ce qui va apporter de la qualité à la curation à travers un travail d’éditorialisation.

Il convient aussi de distinguer la curation continue de la curation ponctuelle, selon qu’il s’agit du fruit d’un travail thématique au long cours ou plutôt d’un travail lié à un projet limité dans le temps.

La curation en entreprise peut se faire aussi en interne (réseau entre professionnels de l’entreprise, sur un intra- ou extranet) ou en externe dans une perspective plus marketing en direction des usager ou clients.

Quatre questions clés pour un projet de curation

  • Quel sujet ? Mieux vaut avoir des connaissances préalables et de l’intérêt pour le sujet à propos duquel on souhaite diffuser le résultat d’une veille ;
  • Pour quel public ? S’adresse-t-on au grand public ou à un public ciblé ? La ligne éditoriale est plus aisée dans le second cas ;
  • À partir de quelles sources ? Il est possible (souhaitable même) de mixer des sources de confiance (validation de l’information plus facile) et des sources avec traitement automatique (voir les suggestions faites par les différents services en ligne ou les alertes mails et autres flux RSS) ;
  • Combien de temps ? S’agit-il d’une veille continue ou temporaire ? Le temps passé chaque jour à cette activité est à prévoir aussi en amont, car cette activité est très rapidement chronophage.

Les différentes phases d’un projet de curation

  • Choisir le sujet, la thématique, ainsi que les outils qui seront utilisés ;
  • Sélectionner les informations les plus pertinentes ;
  • Éditorialiser le contenu en classant dans des catégories, en indexant à l’aide de mots-clés, en commentant et contextualisant les informations ;
  • Partager ce contenu sur les réseaux sociaux, ce qui permet de promouvoir ce travail et de se positionner dans une communauté de curateurs.

Les outils de curation

François Magnan a sélectionné quelques outils qu’il utilise, mais quantité d’autres existent. Si Diigo existe depuis 2006, le boom de ces outils se situe quelques années plus tard avec l’arrivée de Pearltrees en 2009, de Scoop.it en 2010 et de Storify en 2011 par exemple.

Scoop.it permet une diffusion des ressources au fil du temps, organisées à la manière d’un magazine. Il permet aussi des suggestions que l’on peut paramétrer (choisir les sources et les mots clés). La capture des sources est simple, rapide. Le contenu est entièrement éditable (titre, photo, texte de présentation) et il est possible de commenter les informations diffusées sur ce réseau. Pour trouver l’information en amont, des agrégateurs de flux RSS ont toute leur place dans la palette d’outils (The old reader, rssowl, etc.), ainsi que les réseaux du type Twitter.

Storify peut s’avérer très utile dans le cas d’une curation temporaire, liée à un événement ou à un thème précis, dans la mesure où cet outil permet d’assembler rapidement du contenu de diverses sources (par glisser-déposer), de le classer et le commenter (titre, chapeau et zone de commentaire pour chaque source) à la manière d’une histoire. Il est très apprécié des journalistes.

Diigo est un outil de social bookmarking (marque-pages). Il est apparu avant que le terme de curation ne concerne le web, mais il offre une très grande richesse fonctionnelle et permet un usage collaboratif intéressant. Revers de la médaille : ce n’est pas le plus facile à prendre en main.

Discussion

Des questions relatives au droit d’auteur, notamment en ce qui concerne les images, ont été soulevées. C’est un sujet sensible, qui est toujours d’actualité.

La pérennité des données a été abordée aussi. Le fruit de la curation est la plupart du temps hébergé sur des serveurs qui appartiennent à des entreprises, sans que l’on ait de garantie de pérennité sur le moyen terme (voire parfois le court terme). Des activités cessent du jour au lendemain (voir le choix de Google d’arrêter certains de ses services comme Google Reader pourtant largement utilisé). Or tous ces services n’offrent pas la possibilité d’exporter nos données dans un format réutilisable ailleurs. Pearltrees ou Diigo le permettent, mais pas Scoop.it ni Storify par exemple.

Il aurait été intéressant aussi d’aborder la manière de procéder avec tous ces outils. Il a bien été dit que la curation est une activité chronophage. Il existe des services qui permettent de sélectionner facilement les réseaux sur lesquels publier le fruit de la curation. Cette articulation est à penser aussi en amont pour trouver la solution ou la combinaison la plus efficace.

Convention collective, dialogue social: les enseignants danois et leurs employeurs

Les expressions telles que “convention collective”, “lock-out”, “négociation avec des employeurs locaux” semblent sans doute bien éloignées du quotidien des enseignants français qui n’ont, bien souvent, pas eu d’autres employeurs que l’État, par intermédiaire de ses ministres de l’éducation nationale.

Il est pourtant un pays (parmi d’autres) où les enseignants connaissent depuis plusieurs semaines les tensions propres au monde de l’entreprise: le Danemark. Il faut savoir que depuis 1986 (décentralisation)  les communes danoises financent les établissements scolaires, y compris les personnels et enseignants. D’autres réformes, en 1994 puis 2004, précisent encore ce rôle puisque les collectivités locales sont responsables du fonctionnement des établissements et du recrutement des personnels (au motif de plus de démocratie et d’une meilleure adaptation “aux réalités du terrain”).

Pourquoi parler du fonctionnement décentralisé danois? Parce que fin avril a pris fin le lock-out des enseignants danois qui durait depuis un mois. Depuis le 2 avril, en effet, les employeurs (représentés par la LGDK – association représentant les municipalités) interdisaient à 69 000 enseignant(e)s de se rendre dans les écoles . Raison de ce blocage des enseignements : le refus des enseignants de voir modifier, sans recrutement ou augmentation de salaire,  le nombre d’heures de présence (et de cours) avec les  élèves (de 25 à 30 heures pour les 6-9 ans, de 28 à 35 heures pour les 9-12 ans et de 30 à 37 heures pour les 12-15 ans). Les municipalités souhaitaient donner aux chefs d’établissement le pouvoir de répartition entre heures de préparation des cours et enseignement.

À la suite d’une négociation collective infructueuse, les municipalités avaient donc décidé le lock-out des écoles.
Le gouvernement  a joué les intermédiaires pour dénouer le conflit, en proposant une mesure législative d’urgence (3 heures d’enseignement de plus et la fin de la dégressivité de temps de travail après 60 ans contre des hausses de salaires).

Pour en savoir plus :

– Une revue de presse du Courrier international, au début du lock-out : “Au Danemark, l’école ferme ses portes aux profs“.
– Le descriptif du litige par le quotidien La Croix “: Résultant d’un conflit avec les employeurs, la situation est inédite dans un pays où le consensus est une tradition“.

Monde enseignant, monde inégal : des constats intéressants de la cour des comptes

La cour des comptes a rendu public aujourd’hui un rapport intéressant sur la gestion des enseignants. Contenant un certain nombre de propositions peu consensuelles, il sera sans doute abondamment commenté par des journalistes qui s’amuseront à mettre en contradiction les réformes ministérielles en cours et les propositions plus audacieuses des magistrats de la rue Cambon.

Le ministère sera dans son rôle en soulignant la difficulté voire l’irréalisme politique de certaines propositions : ce sont pas les experts en tous genres qui vont organiser des contre-manifestations quand telle ou telle mesure aura provoqué la énième manifestation d’enseignants !

Ceci noté, le rapport de la cour des comptes, au delà de tel ou tel aspect, montre surtout une nouvelle fois qu’une grande part du monde enseignant et du système éducatif en France vit dans une sorte de schizophrénie permanente, en brandissant de façon récurrente le drapeau de l’égalité républicaine pour protester contre diverses velléités de changements. Alors même, en effet, que cette égalité est revendiquée à la fois comme objectif et élément d’identité du monde scolaire, la réalité du système éducatif  est profondément ancrée dans la multiplicité des disparités, des iniquités et des inégalités.

On savait que la France, pays des grandes écoles, protège et aide ses élites (et leurs enfants) de façon inversement proportionnelle à l’attention qu’elle prête aux élèves issus des classes populaires.

Le rapport de la cour des comptes montre aussi que le corps enseignant, déjà fragmenté en de multiples statuts dont on peine souvent à comprendre la légitimité et l’utilité, est aussi traversé par des inégalités profondes en termes de conditions de travail comme de rémunérations.

Selon qu’on est agrégé ou certifié, selon qu’on bénéficie d’heures supplémentaires dans le  secondaire ou qu’on est professeur des écoles, selon qu’on est dans tel territoire ou tel autre : au niveau de différenciations mis en exergue par la cour des comptes, parler d’enseignant moyen ou même de salaire moyen des enseignants n’a plus aucun sens ! On peut même constater que la plupart du temps, la condition enseignante est aux antipodes du principe ” à métier égal, salaire égal” ou, du moins, que derrière des statuts théoriquement comparables, se développent des métiers qui n’ont pas grand chose de commun.

Et pourtant, dans le même temps, on sait qu’il n’est rien de plus facile que de dénoncer toute réforme au nom de l’introduction du “salaire au mérite” ou au nom de l’arbitraire contenu dans toute augmentation de l’autonomie de l’établissement…

Un rapport du Sénat sur le métier d’enseignant à (re)lire

Il y moins d’un an est sorti un rapport du Sénat sur le métier d’enseignant, ce rapport commencé en janvier 2012 a été rendu en juillet 2012[1].

Ce rapport imposant de 133 pages est le fruit du travail d’une mission d’information composée d’une quinzaine de sénateurs de toutes tendances politiques et dirigée par Mme Gonthier-Maurin, sénatrice PCF, au nom de la commission culture du sénat. Cette mission a auditionné une cinquantaine des personnes (chercheurs, chargé d’études de l’IFE, responsables de l’Education nationale, syndicalistes). L’intérêt de ce rapport est d’avoir été publié lors d’un changement de majorité politique. En plus de l’observation de la dégradation des conditions du métier d’enseignant ce rapport comportait des propositions. Il est donc intéressant de voir ce qu’il est advenu de ces propositions un an plus tard avec un nouveau ministère.

Un métier dégradé à refonder

Le rapport reprend les analyses de nombreux chercheurs dont Françoise Lantheaume (Université Lyon 2) sur la souffrance ordinaire des enseignants et le rapport insiste sur le fait que la difficulté des enseignants n’est pas un problème personnel mais qu’il faut soigner le métier pour ne pas avoir à soigner les individus. Parmi les facteurs de ce « travail empêché » les auteurs notent la multiplication des évaluations et la solitude croissante face à cette pression évaluative. Le rapport s’appuie sur les travaux du CNAM (Yves Clot et Jean-Luc Roger) qui montrent que les dilemmes professionnels sont de plus en plus nombreux pour les enseignants. Le rapport cite aussi une enquête de la MGEN de 2011 qui montre que sur 5000 agents de l’éducation nationale 24% sont en état de tension alors que ce taux est de14% chez les autres cadres. Ce malaise est accentué par le fait que l’Education nationale ne compte qu’un médecin pour 18 000 enseignants. Les enseignants manquent de reconnaissance de leur hiérarchie et du public. De même, l’appui de l’inspection, parasitée par l’objectif de faire appliquer les instructions, est trop rare. Les fins de carrières sont problématiques et les enseignants sont confrontés à l’injonction d’innover et dans le même temps ils subissent des prescriptions normatives.

Tout ceci abouti à l’exacerbation des conflits au sein des établissements et comme le montre les travaux d’Anne Barrère (Université Paris V) chaque acteur voit ses difficultés niées par les autres. Les conseils d’administration et les conseils pédagogiques ne sont pas des espaces de dialogue. Le rapport annuel du médiateur de l’Education nationale montre ainsi que les réclamations concernant des conflits entre direction et enseignants ont augmenté de 12% entre 2000 et 2010. De même la Fédération des Autonome de Solidarité enregistre une hausse des signalements, de la part des enseignants, de harcèlement.

La suppression de 70 600 postes entre 2006 et 2012 a non seulement fait disparaître la scolarisation des moins de 3 ans mais aussi exacerbé la pression sur les enseignants. De plus, la gestion, par académie, des suppressions de postes a abouti à des inégalités. Les suppressions de postes ont dû être compensées par un recours démesuré et onéreux aux heures supplémentaires (plus d’un professeur sur deux fait des heures supplémentaires dans le second degré). Enfin l’accumulation de réformes et de responsabilités alourdit le travail des enseignants. Les professeurs ne sont pas forcément hostiles au changement mais leur réticence naît plutôt du sentiment que le « bout de la chaîne » éducative n’est pas pris en compte lors de la conception des réformes, comme si la réalité de leur travail et de leur expertise étaient niées. Le rapport prend l’exemple de l’évaluation par compétences qui a été plaquée et qui devient un livret à cocher chronophage. Le rapport site aussi le programme CLAIR, soi-disant expérimental qui a été étendu sans évaluation[2] ou la réforme du lycée professionnel en trois ans qui ne convient pas à la majorité des élèves. La rapporteure note que ces deux réformes négatives ont touché principalement les élèves issus de milieux populaires. La réforme de la formation des enseignants accentue le malaise. La masterisation, qui couple le master 1 et le concours, pose problème. Le budget des IUFM intégré à l’université devient la variable d’ajustement et les stages sont devenus problématiques. Les enseignants stagiaires sont souvent envoyés en éducation prioritaire.

Logiquement le rapport préconise l’arrêt de la RGPP et de la suppression de postes en annonçant un plan pluriannuel de recrutement. Il faut remettre à plat la formation des enseignants pour une refonte partagée de la masterisation. Il faut redonner sens à l’école en mettant la prévention des difficultés d’apprentissage au cœur de la formation des enseignants avec la remise en place de l’alternance lors de l’année de stage. Le rapport préconise aussi la mise en place de dispositifs de pré-recrutement pour reconstituer le vivier des professeurs et sécuriser le parcours des étudiants. Il faut redéfinir l’articulation du master et du concours en étendant l’admissibilité sur trois ans pour laisser le temps de valider le master aux étudiants. Les auteurs proposent aussi de dynamiser la formation continue tout au long de la carrière, d’aménager la fin des carrières car les recherches des ergonomes montrent que l’expérience accumulée par les professeurs ne permet pas, à elle seule, d’amortir les effets du vieillissement. Le rapport invite aussi la création de collectifs d’enseignants hors de logiques hiérarchiques comme ceux suivi par le CNAM. Cela permettrait de préparer les futures réformes dans la concertation avec des enseignants reconnus comme experts de leur métier. Concernant l’évolution du statut des enseignants, elle doit se faire par une amélioration des conditions de travail et la fixation d’un horaire hebdomadaire devant élève doit rester la norme, qui peut être aménagé en éducation prioritaire.

Un rapport toujours d’actualité

Ce rapport n’a pas été voté par le groupe UMP qui défend le bilan du gouvernement précédent. Toutefois il est à noter que la contribution de ce groupe, auquel participe Jean-Claude Carle[3], rejoint le rapport sur le fait que le double regard de l’inspecteur et du chef d’établissement est en effet la garantie d’une notation équilibrée alors que l’une des dernières décisions du gouvernement avait été de supprimer cette double notation. Cette contribution propose aussi d’empêcher l’affectation d’enseignants néo-titulaires en éducation prioritaire. La parution de ce rapport, dans l’été, n’a pas suscité beaucoup de réactions. Le groupe de recherche sur la démocratisation scolaire salue son approche globale voire anthropologique du travail enseignant[4]. Par ailleurs, quelques semaines après, est paru le rapport de l’Inspection générale sur les composantes de l’activité enseignante hors la classe qui rejoint le rapport du Sénat sur l’alourdissement du travail enseignant et la possibilité d’aménager les horaires des enseignants en éducation prioritaire[5]. Le café pédagogique souligne les apports sur la difficulté du travail enseignant mais regrette que le rapport passe vite sur l’évolution des missions des enseignants. Cet article du café pédagogique a suscité depuis quelques réactions[6]. En effet, entre temps le nouveau ministre de l’Education a annoncé le recrutement de 60 000 enseignants et la mise en place des Ecoles Supérieures du Professorat et de l’Education répondant ainsi au vœu du rapport du Sénat. Mais en ce qui concerne le malaise des enseignants, très bien décrit par le rapport, peu de choses ont été faites et cela explique en partie que la refondation de l’école se soit heurtée au refus de la part d’enseignants de la réforme des rythmes scolaires. Soigner le métier d’enseignant reste donc une urgence.


[3] Auteur depuis d’un projet alternatif de refondation de l’Ecole http://www.ump-senat.fr/IMG/pdf/j-c_carle_un_projet_alternatif_de_refondation_de_l_cole_1_.pdf

Lutte contre le décrochage : entre prévention et réparation

DA-84Le décrochage scolaire, aussi appelé selon les pays et les situations abandon scolaire, désengagement, démobilisation, anorexie intellectuelle, descolarisation, sorties précoces, etc., concerne tous les pays et est bien souvent perçu avant tout comme un problème social (lié à la délinquance) et économique (les difficultés d’insertion professionnelle ont un coût). C’est pourquoi l’Europe s’est fixé l’objectif de ramener à 10% le taux moyen de décrochage, qui se situe autour de 13,5% (avec des écarts importants entre 20/30% et 4,5% selon les pays).

Après le Dossier d’Annie Feyfant sur les élèves à risque de décrochage (primaire), le dernier Dossier d’actualité (n° 84, mai 2013) Veille & Analyses s’intéresse aux causes et symptômes du décrochage lorsqu’il se manifeste au cours du cycle secondaire, essentiellement lors des phases de rupture (secondaire inférieur / secondaire supérieur ; passage dans la voie professionnelle ; intégration du marché du travail). L’école a une large part de responsabilité dans la fabrique du décrochage. Les principales causes concernent l’ennui à l’école, le climat scolaire, la violence, le manque de bienveillance. L’orientation aussi est à l’origine de nombreux cas de décrochage. Des pistes pédagogiques existent, à travers les différents dispositifs connus en France (PPRE, Découverte professionnelle, 3è d’insertion, MFR, Écoles de la deuxième chance, EPIDE) ou en mettant en œuvre des pédagogies différentes (Freinet, pédagogies institutionnelle, interactive, coopérative, alternative, etc.)

Après avoir privilégié des actions de réparation, la lutte contre le décrochage semble davantage s’orienter vers des actions de prévention, moins coûteuses et jugées plus efficaces. Encore faut-il que le problème soit traité de manière concertée entre les différents acteurs et que ces derniers soient issus d’univers différents et complémentaires. C’est le sens des nouvelles alliances éducatives sur un territoire donné qui se mettent en place, notamment au Québec avec l’expérience des CREPAS (Conseil régional de prévention de l’abandon scolaire).

Pour citer ce dossier :

Thibert Rémi (2013). Le décrochage scolaire : diversité des approches, diversité des dispositifs. Dossier d’actualité Veille et Analyses IFÉ, n° 84, mai. Lyon : ENS de Lyon.
http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=84&lang=fr

DA84-pdf-QRcode

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search