Livre d’or des 10 ans

Vous avez été nombreux à nous envoyer vos témoignages à l’occasion de notre anniversaire des 10 ans d’activités en matière de veille en éducation.

Nous les avons donc rassemblés dans un livre d’or que vous pouvez télécharger ici.

Chaleureux, encourageants, sympathiques, enthousiasmants, surprenants : les mots nous manquent pour qualifier vos messages !

Sachez que ces témoignages nous accompagneront dans notre travail au quotidien et qu’ils nous motivent déjà pour lancer de nouveaux projets.

 

P.S : nous avons remarqué que de nouveaux témoignages continuent d’arriver depuis la mise en forme de notre livre d’or. Si vous souhaitez laisser un mot, merci d’utiliser désormais de préférence la fonction “répondre” à la fin de ce message.

 

 

Les temps périscolaires scolarisés mais pas évalués

D. Glasman dénonce ce qu’il appelle « l’envahissement du scolaire » qui se développe largement depuis plus de 30 ans sous forme de dispositifs d’accompagnement destinés aux élèves, de la maternelle au lycée en regrettant, non pas les objectifs, mais la forme dans laquelle ces accompagnements sont organisés. Vouloir à tout prix attribuer une valeur scolaire à l’ensemble des temps de l’enfant, c’est lui refuser un droit au jeu, au repos, à la rêverie.

Roger Sue  prône un cursus éducatif qui résulterait de la juxtaposition de compétences acquises lors de différents temps sociaux (initiation au travail en entreprise, participation à des associations d’art ou de loisirs) dont l’école bien entendu, et qui serait le reflet d’une véritable éducation plurielle. Il faut d’abord agir en faveur d’une prise en compte des temps périscolaires dans les évaluations des élèves. Les actions et programmes périscolaires ne sont pas évalués, et « ce qui n’est pas évalué ne compte pas ».

Et pourtant, les temps libres de l’enfant (210 jours de “congés contre 155 jours d’école) sont aujourd’hui largement occupés par le périscolaire, l’extrascolaire, le parascolaire, autant de temps éducatifs qui ne sont pas pris en compte dans l’évaluation des apprentissages de l’enfant. Alors que l’École est le domaine de l’Éducation par excellence, elle n’en représente qu’une seule facette. Environ la moitié des Français estiment que l’éducation est partagée entre plusieurs acteurs (parents d’élèves, associations agréées d’éducation populaire, services municipaux, institutions culturelles locales, etc.) et ne relève pas exclusivement de l’École, ni des parents.

« Partager l‘éducation » consiste à envisager les complémentarités, favoriser la porosité entre tous les espaces et temps éducatifs en mobilisant l’ensemble des acteurs du système. Quels sont ces dispositifs périscolaires ? Comment se traduisent-ils sur le terrain ? Quels en sont les bénéfices pour l’enfant ? Comment garantir une action efficace et de qualité ? Nous abordons ces thèmes dans le Dossier d’actualité Veille & Analyses n°81 du mois de janvier 2013.

Glasman Dominique (2005). « Leur reste t-il du temps pour jouer ? ». Diversité: Ville école Intgération, n° 141.

Sue Roger (2006). « Les temps nouveaux de l’éducation ». Revue du Mauss, n° 28, p. 193–203.

Colloque inaugural de la Chaire UNESCO “Former les enseignants au XXIe siècle”

Le colloque inaugural de cette nouvelle chaire UNESCO vient de se terminer. Salle comble , composée d’invités venus  de la francophonie et nombreux passagers inscrits au Plan national de formation (PNF) avec un appui marqué de la DGESCO.

Cette chaire, portée par Luc Ria, professeur d’université à l’Institut français de l’Éducation, a pour objectifs de :

  • produire et diffuser des connaissances relatives au travail enseignant;
  • développer avec les partenaires au projet de nouvelles ressources de formation initiale ou continue;
  • œuvrer en faveur de la création d’un réseau d’universités francophones et non francophones afin de faciliter le développement en commun de politiques relatives à la formation initiale et continue des enseignants de l’enseignement scolaire général;
  • agir en tant qu’espace vivant de partage d’expériences et d’échanges pour une meilleure compréhension des évolutions du métier d’enseignant et contribuer ainsi à améliorer l’accès, la qualité et l’équité de l’éducation à travers une qualité accrue du corps enseignant.

Le colloque organisé à Lyon, ces 23 et 24 janvier, est donc la première étape de l’activité de la chaire. Les sujets traités reflètent les préoccupations partagées quant à la formation des enseignants, leur développement professionnel, l’apprentissage du métier (ou de la profession?), etc.

Les conférences ont interrogé les concepts toujours discutés de professionnalité, professionnalisation, identité professionnelle mais aussi les pratiques de formation “innovantes”. La deuxième journée a questionné les auditeurs, Maurice Tardif n’hésitant pas à bousculer le sacro-saint “praticien réflexif” (pour mettre en valeur son dernier ouvrage : Le virage réflexif en éducation. Où en sommes-nous 30 ans après Schön?). Les autres intervenants de la matinée, prenant un peu de hauteur par rapport à l’activité spécifique de l’enseignant ont traité de l’activité au travail sous l’angle de “l’ergonomie de langue française” (Marc Durand), de l’alternance (Laurent Veillard). Patrick Mayen a sans doute pris le plus de distance avec la profession enseignante dans  sa contribution “apprendre en situation de travail: à quelles conditions?” : cela permet aussi d’envisager l’activité enseignante comme une activité singulière, certes, mais qui doit aussi se nourrir de réflexions communes sur ce qui se passe dans d’autres contextes.

Les résumés des autres contributions sont accessibles via le site web de la Chaire.

2003- 2013 : la veille en éducation a dix ans !

En ce mois de janvier 2013, notre équipe fête ses dix ans d’activité et en profite pour recueillir les témoignages de ses lecteurs.

De l’INRP à l’ENS de Lyon, le service de Veille Scientifique et Technologique est en effet devenu le service Veille & Analyses, tout en poursuivant l’essentiel de ses activités.

Initiative originale dans notre pays, cette mission de veille a perduré pendant 10 ans grâce aux encouragements et au soutien de ses lecteurs et utilisateurs divers dans le monde de l’éducation, que nous sollicitons d’ailleurs aujourd’hui pour laisser leur témoignage sur ce que nous faisons et, éventuellement, sur ce que nous pourrions développer.

Puisqu’il est coutume d’aligner désormais des chiffres en guise de bilan, on pourrait écrire que la veille, à travers nos différentes rubriques, c’est en dix ans :

  • 80 dossiers parus ;
  • 6826 abonnés qui reçoivent régulièrement nos publications ;
  • 158 revues dont les sommaires sont systématiquement surveillés ;
  • 632 rapports et études en français et 1100 internationaux stockés dans notre base de données ;
  • 1100 colloques signalés ;
  • 793 ouvrages sélectionnés;
  • 1315 thèses recensées ;
  • 7148 notices bibliographiques ;
  • 438 articles de blog ;
  • etc.

On pourrait aussi décrire les multiples conférences et formations auxquelles les collègues de la veille participent dans leurs domaines d’expertise, les contributions dans les publications amies qui nous sollicitent, les réseaux européens dans lesquels nous sommes impliqués, les dossiers communs montés avec les collègues de l’Agence qualité éducation et de l’IFÉ, les réponses aux sollicitations ministérielles ou académiques…

Une partie de notre petite histoire est retracée dans la frise chronologique qui conclut cet article.

Rappelons ici que c’est dans les locaux provisoires d’un ancien lycée professionnel expérimental au fin fond de Saint-Fons (lycée Léon Blum), dans la banlieue lyonnaise, qu’a commencé notre activité. L’INRP avait réunit là trois personnes nouvellement recrutées, qui devaient inventer ce que pourrait bien être une mission de veille scientifique, sachant que si la direction de l’Institut avait décidé de créer une cellule portant ce nom, elle n’avait pas délivré de feuille de route plus précise…

Il s’agissait en fait de prendre la suite à la fois d’un service de transfert qui existait à l’INRP Paris, de la revue Perspectives documentaires en documentation, et de certaines banques de données existantes.

Il y eut même une incertitude sur le nom : selon les documents, la veille était « scientifique et technique », « scientifique et technologique », voire même « scientifique, documentaire et technologique »… L’acronyme « VST » s’est néanmoins imposé au fil du temps.

L’équipe se fiera finalement à sa propre interprétation, en estimant qu’il s’agissait de faire de la veille sur la recherche en éducation, en utilisant internet (encore assez inusité dans le milieu à l’époque) et en exploitant et produisant des ressources documentaires.

Renforcée par trois autres collègues et une « chef de service » à la rentrée scolaire de septembre 2003, l’équipe va donc inventer, bricoler et expérimenter.

De la fabrication « maison » des premières pages internet dynamiques (en php/mysql pour les connaisseurs) à la réalisation des « lettres de la VST » en passant par l’écriture de premiers (gros) dossiers de synthèse, l’équipe se fit la main et apprit à connaître le champ de la recherche en éducation.

Rapidement, elle prit deux options qui marquèrent ses activités : une ouverture internationale significative, tout du moins vers les productions qui existent en anglais, ainsi qu’une politique de publication « en libre accès » sur internet, deux inflexions majeures par rapport aux traditions d’alors du monde de la recherche en éducation.

C’est d’ailleurs en parcourant les publications étrangères que nous avons découvert l’usage « standard » de la revue de littérature scientifique, qui vise à faire le point sur ce qu’on sait à un moment donné à partir des des acquis de la recherche.

Jean-Claude Forquin, contributeur de la Revue française de pédagogie et inspirateur majeur de la revue PDE avait popularisé et théorisé la « note de synthèse », exercice ambitieux consistant à faire un état des savoirs existants.

Progressivement, nous allions reprendre en partie cet héritage tout en le réorientant vers des productions plus concises, plus orientées vers l’actualité, avec comme ambition de faire œuvre de médiation entre la recherche et ses utilisateurs (praticiens et décideurs) plus que celle de concurrencer les exercices comparables réalisées dans les publications scientifiques traditionnelles.

La cellule bénéficie en février 2005 de l’emménagement de l’INRP dans des locaux flambants neufs à Gerland et se rapproche de la bibliothèque, qui assure un accès précieux à la documentation de référence en éducation.

Devenue « service » aux alentours de 2006, la VST diversifie ses activités mais doit prendre en compte le succès croissant de ses « lettres » puis « dossiers d’actualité », qui sont devenus au fil du temps la production emblématique du service. Dès lors, la régularité de publication des dossiers d’actualité devient un objectif prioritaire.

L’essentiel des principes de fonctionnement de la veille est par conséquent fixé à la fin de l’année 2006.

Après la dissolution de l’INRP par le gouvernement en décembre 2010, l’ENS de Lyon reprend l’héritage en restructurant les activités dans un nouvel « Institut français de l’Éducation ». Au sein de ce dernier, un département, l’Agence Qualité Éducation, est créé. Il rassemble l’ancienne VST, le Centre Alain Savary, le service de formation des formateurs et l’ingénierie de pilotage de projet, partie démembrée des anciennes relations internationales de l’INRP. Ces changements, intervenus en 2011, amenèrent leur lot de déménagements et d’ajustements de nature à altérer certaines activités.

Néanmoins, une vingtaine de dossiers ont été produits ces deux dernières années (2011 et 2012), une productivité record alors même que le service, désormais « Veille & Analyses AQE », a été ramené à six personnes, autrement dit son étiage de septembre 2003, après avoir grimpé jusqu’à 10 personnes en 2006-2007.  😯

Et demain ?

Dans les prochains dossiers à paraître, on parlera du périscolaire et de l’éducation aux marges de l’école, de la démarche de projet dans l’enseignement, de la dimension territoriale de l’éducation, du continuum Bac-3/Bac+3, du décrochage scolaire dans le secondaire.

Nous envisageons également de procéder à des mises à jour de certains anciens dossiers sur des sujets récurrents, qui sont fréquemment mobilisés, comme la formation des enseignants ou l’évaluation des élèves par exemple.

Le souci général consiste à fournir des références utiles sur les grandes questions vives de l’éducation aujourd’hui, et donc de ne pas passer à côté d’une thématique majeure, mais aussi de réaliser des analyses appuyées sur une masse critique minimum de travaux de recherche.

Or, certains sujets au cœur de l’actualité sont, hélas, peu traités par les chercheurs.

Dans ces limites, nous nous efforcerons de réaliser les productions les plus utiles et les plus pertinentes pour les personnels et les cadres de l’éducation nationale, les responsables de politique éducative et tous ceux qui, à un niveau ou un autre, souhaitent éclairer leur action dans le domaine éducatif par une dimension réflexive que sont censées apporter les recherches en éducation.

C’est une belle mission de service public, que nous aurons à cœur d’essayer de réaliser aussi longtemps que l’on nous fera confiance pour ce faire !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search