Apprentissages 2.0 au secondaire

Le numérique à l’école fait couler beaucoup d’encre depuis plus de trente ans. Objet de toutes les attentes, les TIC ont pénétré les établissements scolaire de manière importante. Des logiques d’équipements (plan “ordi pour tous”, “cartable numérique”, ordinateurs portables ou encore tablettes) font place petit à petit à des logiques d’usages numériques et de développements de ressources.

La question de l’impact des TIC à l’école n’est pas nouvelle. Il semble qu’elle soit mal posée tant le rapport au savoir, l’accès à l’information, l’organisation de cette information bousculent les repères habituels. Les questions relatives à la pédagogie, à l’encadrement mais aussi à la formation des enseignants sont directement liées au développement des usages numériques à l’école.

Après un dossier sur le numérique dans l’enseignement supérieur, le dossier d’actualités n°79, qui a bénéficié des conseils avisés de Jean-Louis Durpaire, intitulé “Pédagogie + Numérique = Apprentissages 2.0” dresse un état des lieux de la recherche sur la question du numérique dans le secondaire.

Ni césar, ni oscar pour les profs d’université français?

Quand la sociologie nous décale de l’académisme…

La lecture de l’Huffington Post édition française du jour reprend un article de Céline Manceau publié sur son blog “Fac story” : “Le prof d’université : héros du grand écran“.
Le sujet : un ouvrage de  Emmanuel Ethis et Damien Malinas : “Les films de campus: l’université au cinéma“. Les deux sociologues de l’université d’Avignon (E. Ethis en étant par ailleurs le président) ont travaillé sur un corpus de plus de 650 films  se déroulant sur un campus et/ou dont l’un des personnages principaux était un(e) universitaire. Emmanuel Ethis donne quelques conclusions et explications  sur le site EducPros.fr :

Les films de campus sont les révélateurs des représentations les plus utopiques ou les plus dystopiques de notre relation aux savoirs et au progrès, ce vers quoi l’on est susceptible de tendre suivant les choix individuels ou collectifs que l’on est amené à faire“.

Pourquoi peu de films français et donc peu d’universitaires français susceptibles d’être des héros (ou contre-héros)? E. Ethis l’explique par le fait que les réalisateurs français n’ont pas fréquenté l’université …
Le jeu pour ceux qui voudront bien lire le livre sera sans doute d’imaginer le pitch qui reprendra les lieux, les profs qu’ils ont connus. Sera-ce un thriller bien gore (une histoire de vengeance) ou l’histoire romancée d’un matheux génial?

Le blog de C. Manceau pourra compléter la culture de ceux qui voudraient en savoir plus sur l’étrangère association entre  “héros” et “profs d’université”, puisqu’il est entièrement consacré au sujet.

Biblio:
– Ethis Emmanuel, Malinas Damien (2012). Les films de campus:l’université au cinéma. Paris : Armand Colin, 128 p.

– Manceau Céline (2012). Le prof d’université : héros du grand écran, Huffintonpost.fr, 22 novembre 2012.

Il faut accepter le management, de manager et d’être managé

Ce billet clôt la série d’articles publiés suite au séminaire des chefs d’établissement de l’enseignement agricole du mois d’octobre 2012. Michel Bascle, directeur de l’ENFA de Toulouse (Ecole nationale de formation agronomique) où sont formés les enseignants de l’enseignement agricole participait à la deuxième table ronde intitulée “Comment impulser et accompagner les changements au sein de la communauté éducative ?”.

Pour lui, le changement sera plus facilement intégré dans un futur proche, car les “jeunes” enseignants intègrent davantage la remise en cause des acquis permanents. Il n’empêche que le chef d’établissement doit avoir une stratégie pédagogique claire, et l’atomisation des fonctions des proviseurs et principaux ne rend pas cette tâche simple. Imaginer un projet pédagogique demande du temps. La question du management (terme utilisé par M. Bascle) est centrale.

Or, pour manager, il faut trois conditions :

  • il faut un manager, c’est à dire un moteur.
  • il faut accepter d’être managé : ce n’est pas une attitude habituelle dans le monde de l’enseignement.
  • il faut que l’institution accepte ce type de management : elle doit accorder sa confiance à l’établissement, et lui laisser de l’autonomie.

Le jour où les personnels accepteront d’être managés, alors il sera possible de développer une logique d’établissement formateur, c’est à dire de mobiliser les formateurs dans une logique de professionnalisation permanente. Le changement ne se décrète pas, il s’impulse. La difficulté réside dans la mise en place des conditions propices à ce qu’une dynamique voit le jour. Tout établissement a une culture qui lui est propre (c’est à dire des valeurs partagées qui induisent des comportements). Il convient de se saisir de cette culture pour la développer, l’orienter…

Rythmes scolaires : le temps (de la) presse

Une  revue de la presse de ce début de semaine et notamment celle du CRAP montre que la réforme sur les rythmes scolaires a du plomb dans l’aile.

Philippe Watrelot fait un historique des épisodes qui ont précédé puis suivi la concertation sur l’école. Rien de réjouissant pour les élèves…
Parmi les articles de presse et autres blogs, figure le billet d’humeur de Catherine Chabrun, enseignante pédagogie Freinet qui rappelle qu’en 2008, le passage de 26 à 24 heures d’enseignement avait fait un tollé parmi les  enseignants, qui réclamaient de garder une semaine de 4,5 jours et leurs 27 heures de services (dont deux heures d’aide personnalisée et une heure de concertation).
Certes, en 2008 comme en 2012 les enseignants demandent que la question des rythmes soit intégrée dans une réflexion plus vaste sur l’école, mais les critiques tenant au temps de services faites en 2008-2010 sont parfois en contradiction avec celles d’aujourd’hui… du moins pour une minorité d’enseignants.

Reporter l’organisation et la charge des heures où les élèves ne sont plus en groupe classe, face à l’enseignant, sur les collectivités locales, ce que semble vouloir certains enseignants (ou syndicats enseignants ?) faciliterait la vie de ces derniers mais pas des collectivités. La presse généraliste offre quelques exemples de mairie qui ont déjà mis en place la semaine de quatre jours et demi, avec activités péri-extra-scolaires. Ça marche mais ça coûte. Exemple :
A Lomme, l’école des fans des quatre jours et demi, Libération, 15 novembre 2012

L’humeur chagrine de C. Chabrun (et d’autres) tient au constat suivant:  “Les enseignants ont donc une heure de moins devant les élèves par rapport à 2007, mais une heure de plus par rapport à 2012. Et coup de tonnerre, les syndicats surfent sur cette heure supplémentaire, les communiqués indignés se succèdent, les enseignants se sentent maltraités… On a même l’impression que la semaine de 4 jours avec les 24 heures devant la classe entière est un acquis qu’il faut défendre. On oublie les rythmes, le temps compressé, les programmes qui ne suivent pas et l’aide personnalisée…“.

Mais si la presse s’empare des rythmes scolaires, c’est sans doute parce que cela parle aux parents. Hors, au delà de la forme, il faut aussi s’occuper du fond. L’enquête réalisée par le SNUipp (syndicat majoritaire chez les enseignants du premier degré) montre qu’il y a aussi d’autres choses à dire et d’autres discussions à mener. Le résumé des faits par le SNUipp :

L’école primaire jouit d’une bonne image auprès d’une majorité des enseignants1, qui jugent alors son fonctionnement global comme bon, même si certaines missions de l’Ecole qu’ils jugent comme importantes, ne demeurent pas, selon eux, totalement remplies ;
Pour autant sur le plan individuel, la situation apparaît relativement sombre pour les enseignants, qui dénoncent une mauvaise image de leur métier dans la société, des conditions de travail difficiles et dégradées, ainsi qu’un manque de ressources pour assurer la réussite de leurs élèves, même si ce métier reste, pour une majorité d’entre eux, passionnant ;
Si les enseignants plébiscitent, sur le principe, une réforme de l’école primaire, une majorité d’entre eux souhaiterait qu’elle se concentre sur les aspects qui fonctionnement le moins, fixant alors comme principales priorités la baisse du nombre d’élèves par classe, la refondation de la formation des enseignants ou encore le principe de plus de maîtres que de classes ;
Face à la réforme des rythmes scolaires, les enseignants déclarent manquer d’information. Un enseignant sur deux se déclare favorable au principe de l’ajout d’une demi-journée d’école par semaine, reste que ni l’ajout de cette demi-journée le mercredi matin ou le samedi matin ne convainc une majorité (34% étant favorables à l’ajout d’une demi-journée le mercredi matin et 27% au samedi matin). Ils soulignent également le fait que cette réforme doit être accompagnée d’autres mesures.

Autre point de vue sur le temps éducatif, celui du collectif des associations partenaires de l’école publique (CAPE) : “Refondation : il est temps d’avancer“, site du Collectif, lundi 19 novembre.

Pour mémoire :

– Conférence nationale sur les rythmes scolaires – Des rythmes plus équilibrés pour la réussite de tous : rapport d’orientation/ Odile Quentin, Christian Forestier; Ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative. Paris : la documentation française, 2011. En ligne.

– Conférence nationale sur les rythmes scolaires – Rapport de synthèse des auditions, des débats en académie et des échanges sur internet/ Odile Quentin, Christian Forestier; Ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative. Paris : la documentation française, 2011. En ligne.

Les compétences sont entrées dans les cuisines américaines

En Arkansas (mais aussi au Texas) le couple socle commun (Common Core state standards) et programmes (curriculum framework) a généré de nombreuses ressources pour les enseignants et les parents.

Pour ces derniers, à côté de la liste de courses ou du dessin du petit dernier, trône désormais le “refrigerator curriculum“. Décliné de la maternelle à la quatrième (parfois avant , parfois plus tard), dans une version anglaise et espagnole, voilà une liste au format A4 qui permet aux parents de cocher les compétences acquises par leur joli bambin.

Le rôle de parents est valorisé : à côté de la liste comportant une quarantaine de cases à cocher et correspondant à des concepts ou compétences en anglais, humanités (lettre et sciences humaines), maths, sciences, compétences sociales, on peut lire : “vous êtes le premier et le plus important enseignant de votre enfant. Nous apprécions votre soutien dans la construction d’une solide fondation pour préparer votre enfant à l’école“.

Quelques exemples :

  • Third grade (CE2) [mon enfant]…
    • décrit les personnages d’une histoire et comment leurs actions contribuent aux évènements
    • mesure des longueur en utilisant une règle graduée
    • apprend à poser des questions sur son environnement extérieur
    • sait utiliser une carte pour identifier les continents, les océans, les lacs, les montagnes, les États et les villes
    • développe et pratique les méthodes de résolution de problèmes

Non, ne cherchez pas à comparer avec votre rejeton, n’affichez pas son livret de compétences sur le réfrigérateur…

Un drôle de dossier de FranceTV éducation sur les pédagogistes…

FranceTVéducation, la chaîne éducative de France Télévision, a choisi de consacrer un dossier consistant de la partie “accompagner” de son site à des “débats pédagogiques”. Louable intention, si tant est que les rédacteurs s’efforcent de diversifier leurs sources. A ce jour en effet, l’espace contient un dossier consacré à la “place de l’école dans la société“, écrit par Phlippe Raynaud (politiste actuellement enseignant à l’université Paris 2) et surtout un dossier qui se veut consacré aux débat entre “pédagogues” et “républicains”, dont le contenu, à l’image du titre (“Républicains contre pédagogistes : décryptage du débat pédagogique), permet de fermer le débat sans plus de formalités.

Il faut dire que confier, sur ce sujet, un dossier à Nathalie Bulle, revient à demander à Claude Allègre d’arbitrer un débat sur le réchauffement de la planète ! Un coup d’oeil à la bibliographie (effectivement “sommaire”, comme il est précisé) et sur la sitographie suffit à comprendre, avec une dizaine de sites implicitement présentés comme pro “républicains”, dont le blog de Jean-Paul Brighelli ou Nathacha Polony, chercheurs bien connus sur l’éducation, et de l’autre côté deux sites représentants des pédagogistes, les Cahiers pédagogiques et le Café pédagogique, ce qui traduit surtout un méconnaissance des courants et débats actuels.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search