Les TIC ne changent pas (encore) notre façon d’apprendre

C’est une des conclusions majeures d’un rapport publié par l’OCDE en juillet dernier, avec le soutien de la Fondation MacArthur, sous le titre Connected Minds: Technology and Today’s Learners.

Une publication qui donc interroge les liens entre technologies et apprentissage du point de vue des apprenants et qui cherche à savoir si le niveau d’adoption ou de dépendance à l’égard des technologies influence le rapport au savoir et les attentes en matière d’enseignement et d’apprentissage. Autrement dit, il s’agit d’examiner au plus près les recherches disponibles pour déterminer si oui ou non le décalage maintes fois dénoncé entre les pratiques personnelles et les méthodes de l’enseignement formel s’avère préjudiciable aux apprentissages ; si les jeunes issus de cette génération C comme connectés se sentent déphasés du fait que l’école, l’université ne misent pas davantage sur les TIC… des questions que je n’avais pas abordées directement dans ma revue de littérature sur les jeunes et les médias sociaux, mais auxquelles j’étais bien évidemment tentée de répondre “oui”.

Eh bien la réponse est globalement négative, même s’il convient de nuancer le propos, en particulier parce que le manque de recherche empirique, fréquemment pointé, ne permet pas de conclure définitivement, mais d’offrir plutôt un instantané. En l’état actuel des connaissances, donc, les discours courants sur la nécessité d’opter pour un changement radical de pédagogie en sollicitant les compétences que les jeunes développent en contexte informel, ne sont pas attestés par les travaux scientifiques disponibles.

Parmi les principaux résultats mis en évidence dans l’étude de l’OCDE :

Tout d’abord, les “new millennium learners” n’existent pas vraiment, dans la mesure où un terme englobant toute une génération ne peut que prédire des pratiques intenses d’internet, mais reste impropre pour qualifier la diversité des profils liés à l’adoption et l’usage des TIC (et les inégalités qui vont avec). Rien de nouveau ici, la question a été discutée à maintes reprises par tous ceux qui prétendent un tant soit peu s’y connaître en TICÉ.

Même si le fait d’être connecté change la manière d’accéder à l’information et de communiquer, même si la construction identitaire est marquée par ces expériences, rien ne permet d’affirmer que les usages des technologies transforment véritablement la façon d’apprendre, les valeurs sociales, les modes de vie ni les attentes à l’égard de l’éducation formelle. N’en déplaise aux chercheurs de l’IPTS à Séville et à ceux du Digital Youth Project aux États-Unis !

Le fait d’être plus ou moins “connecté” ne dit rien sur les usages, bons ou mauvais, des technologies ; autrement dit, un usage plus intensif n’est pas nécessairement plus bénéfique : la pratique du multi-tâche, par exemple, peut impacter positivement ou négativement l’apprentissage. De même, le fait d’être familier avec telle ou telle technologie ne prédit en rien la capacité à mettre cette familiarité à profit dans un contexte éducatif formel.

L’influence de ces pratiques numériques, effectivement en plein essor, sur le développement cognitif reste par ailleurs mal connue. Bien qu’il soit sans doute trop tôt pour que des effets significatifs soient mesurés, certaines recherches semblent indiquer à plus ou moins long terme un affaiblissement de l’intelligence verbale au profit de formes d’intelligence plus “spatiales”, liées aux images.

De nombreuses recherches montrent parallèlement que les apprenants ne sont pas toujours à l’aise avec les innovations pédagogiques introduites par les TIC, indépendamment de leurs niveaux de pratiques en dehors de l’école ou de l’université. Les TIC doivent servir à améliorer l’enseignement tel qu’il existe, pas à le changer radicalement. Leur valeur ajoutée est directement liée au fait qu’elles peuvent être pratiques et permettre d’améliorer la productivité des apprenants : grâce aux technologies, ils sont plus efficaces et donc plus performants.
Si cette valeur ajoutée n’est pas immédiatement perceptible, les jeunes sont peu disposés à adopter de nouveaux outils, ni à changer leurs manières de faire. Une telle réticence serait due au fait que les innovations sont par nature incertaines, perturbatrices, inconfortables. À moins qu’il s’agisse d’une question d’expérience : ils imaginent difficilement d’autres configurations que celles qu’ils connaissent déjà… À moins qu’il s’agisse d’une question de distance : ceux qui ont terminé leurs études sont très souvent plus critiques, et donc plus inventifs, que ceux qui sont en train de les suivre…

Toujours est-il qu’il ne faudrait pas comprendre ces analyses comme un encouragement à la démission : bien au contraire, décideurs et praticiens doivent poursuivre leurs efforts pour mieux comprendre ce décalage observé entre les pratiques liées à l’éducation formelle et celles relevant de la sphère personnelle. Il s’agit bien de prêter attention à la manière dont les jeunes apprennent, jouent et socialisent et de s’en inspirer pour soutenir l’innovation pédagogique. Car la recherche ne laisse guère d’ambiguïté sur la question de la motivation : les jeunes à qui l’on propose régulièrement des activités impliquant l’usage des technologies sont plus engagés dans leurs apprentissages, c’est sûr ! Ouf ! Work in progress donc !

Une transition douloureuse entre le Lycée et l’Université pour les étudiants américains

Une importante disparité existe entre l’idée que se font les étudiants sur leur vie, académique et/ou sociale, à l’Université et la réalité. Une récente étude du IQS Research indique que seulement 11% des nouveaux étudiants pensent que l’Université sera “difficile” alors que 49% pensent le contraire et 40% ne se prononcent pas. La majorité d’entre eux ne semblent pas conscients des challenges qu’ils vont devoir affronter ni même des responsabilités en terme d’organisation, de financement ou encore de logement qu’ils vont devoir assumer. Ces difficultés à s’adapter à leur nouveau mode de vie, loin de leur famille pour la plupart, vont contribuer largement à l’échec des étudiants de première année (42% sortent sans diplôme au bout de 6 ans).

Beaucoup d’entre eux entrevoient l’année universitaire comme le prolongement naturel de leur expérience lycéenne. Ils n’ont pas conscience que les études post-secondaires requièrent plus de discipline dans la gestion de leur autonomie et que seule une appréhension adéquate de leur nouveau statut et l’adoption de certains comportement leur permettront de réussir leurs études.

Pour les chercheurs du rapport IQS, une majorité d’étudiants n’est pas préparer psychologiquement à s’adapter aux contraintes de la vie universitaire. Une responsabilité importante incombe alors aux parents, aux conseillers et aux enseignants de projeter une image plus réelle des obstacles qui vont immanquablement se dresser dans le parcours des “freshmen“.

En France, l’université de Nantes par exemple, propose aux lycéens un site entièrement consacré à leur intégration et à l’orientation lors de leur première année d’étude ainsi qu’une Mission “Université Lycées” destinée à “former les acteurs de l’orientation (chefs d’établissement, conseillers d’orientation, professeurs principaux…), améliorer l’information sur les études universitaires, coordonner les interventions dans les lycées” ou tout simplement préparer l’accueil des lycéens sur les campus.

Lire aussi : Bangser Michael (2008). Preparing High School Students for Successful Transitions to Postsecondary Education and Employment. New York : MDRC.

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search