De l’art d’(ab)user du WEB ?

Les professionnels de l’information (dont les enseignants-documentalistes) savent combien sont importants l’apprentissage d’une bonne maîtrise de l’information et l’acquisition d’un bon esprit critique. Ils  traquent et vouent aux gémonies tout adepte du plagiat et du « copier-coller » stupide.
Lorsqu’on enseigne « la recherche d’information », l’évaluation de l’information est un passage incontournable au cours duquel de petits exercices permettre de “piéger” les élèves/étudiants en les faisant travailler sur des sites ou des pages « peu fiables ».

Un enseignant de Lettres est allé plus loin dans la démonstration de l’usage irréfléchi et paresseux du Web. Il a monté une séquence pédagogique à partir d’une œuvre littéraire du 17e siècle, quasiment inconnue sur le Web :
–       il a légèrement modifié la notice Wikipedia sur l’auteur;
–       il a contribué à plusieurs forums, en posant des questions sur l’œuvre (à la manière d’un élève);
–       il a rédigé un texte « le plus lamentable possible » et l’a publié sur des sites proposant des corrigés ou des dissertations, « qui [les] ont validé sans barguigner »;
–       il a posté des liens vers ces différentes pages (comportant chacune des marqueurs permettant une meilleure traçabilité du plagiat prévisible);
–       il a fait travailler ses élèves de première sur le poème du 17e siècle.
« Sur 65 élèves de Première, 51 élèves ont recopié à des degrés divers ce qu’ils trouvaient sur internet, sans recouper ou vérifier les informations ou réfléchir un tant soit peu aux éléments d’analyses trouvés ».
Cet enseignant espère avoir ainsi sensibilisé ses élèves à la nécessité d’évaluer l’information,  d’en faire un usage intelligent.

Chaque enseignant-documentaliste rêve de bénéficier d’un temps enfin reconnu pour « enseigner » la culture informationnelle, qui ne peut se suffire d’un saupoudrage dans les enseignements disciplinaires, malgré la dextérité de certains, comme évoqué ci-dessus. Le 9e congrès de la FADBEN (documentalistes et bibliothécaires de l’éducation nationale) tente encore une fois de faire entendre la voix du bon sens dans un nouveau manifeste.

Cette revendication, hélas trop ancienne, devrait aussi être celle des enseignants universitaires pour une meilleure formation des étudiants et doctorants… et des chercheurs qui, disons le tout net (sans jeu de mots), ne sont pas très doués pour chercher des informations hors de leur sphère de connaissances, ou faire de la veille.

Et, quand on veut être efficace et/ou excellent, une bonne culture numérique, ça peut aider considérablement.

Education au patrimoine : mémoire, histoire et culture commun

En 2011, les 15 772 monuments et sites  français ouverts au public les 19 et 20 septembre pour la 26e édition des Journées européennes du patrimoine ont recensé plus de 12 millions de visiteurs. Les Journées du patrimoine ont popularisé le terme de « patrimoine » en un sens récent et bien particulier : le monument historique, témoin du passé national, tend à s’effacer devant le « bien commun » dans lequel les citoyens peuvent se reconnaître et partager des valeurs.

Le dossier d’actualité n°71 du service Veille & Analyse de l’Ifé, rédigé par Marie Musset, s’intéresse à la place de l’éducation au patrimoine dans les classes. En effet, accompagnant la démarche du citoyen, l’« éducation au patrimoine » est rapidement devenue un objectif prioritaire au niveau national, européen et mondial et l’école en est un acteur privilégié.

N’épousant pas forcément les contours des disciplines scolaires, l’« éducation au patrimoine » les concerne toutes en s’intéressant aux connaissances « sur » les contenus patrimoniaux, mais aussi à l’éducation « par » le patrimoine : par le biais de partage d’expériences émotionnelles et artistiques, elle peut susciter ou identifier une communauté de valeurs.

Mais  la relation triangulaire et dynamique entre patrimoine, histoire et mémoire est complexe, et la plupart des éléments patrimoniaux identifiés comme tels sont imprégnés de conflits du passé, conflits désormais historiques mais qu’il convient de revisiter pour éclairer le présent. Il faut donc avoir le courage et prendre le temps d’identifier le potentiel de dissension et de confrontation, de négociation et de consensus que renferme la construction du patrimoine.  Cette condition est indispensable pour que le patrimoine puisse devenir un outil d’éducation civique.

Jusqu’où une position académique peut-elle s’accommoder d’affirmations approximatives ?

Son métier consistant à parcourir la littérature scientifique de façon régulière, il n’est pas rare que l’on sursaute à la lecture de tel ou tel passage de document qui avance une donnée fantaisiste ou progresse à coup d’affirmations peu solidement étayées. On poursuit néanmoins la lecture en notant, par devers soi, le manque de rigueur de l’auteur sans plus revenir dessus. Qui peut se targuer d’être infaillible ? Dans la mesure où vérifier tout cela, comparer les sources et faire donc l’effort de la preuve prend du temps et ne peut que s’attirer des inimitiés, on se dit que c’est vain et l’on passe à autre chose.

Ceci dit, jusqu’à quel point peut-on, paré de toute la légitimité accordée par ses titres universitaires, voire par la caution scientifique de la revue ou de la collection dans lesquels on publie, faire bon marché de la rigueur qui est censée distinguer les publications d’un chercheur ?

C’est la question que je me pose à la faveur de la lecture d’un ouvrage, fort intéressant, issu d’un colloque qui s’est tenu à Besançon à l’automne 2009 (1). Dans cet ouvrage, Olivier Beaud, professeur de droit public à Paris 2, président de “Qualité de la Science française” et figure bien connue de la contestation des projets de décrets sur les enseignants-chercheurs au printemps 2009, est l’auteur d’un chapitre sur les “libertés universitaires”. Il n’est pas lieu ici de commenter ses positions, mais plutôt une affirmation et un développement pas si anecdotique que cela.

Dès le début de son article, il affirme ainsi (p. 316) que  l’absence de littérature sur le sujet des libertés universitaires “révèle d’ailleurs l’absence de véritable réflexion menée en France sur l’Université“. A l’appui de cette affirmation, il renvoie à une (longue) note de bas de page qui entend le démontrer par l’anecdote concernant un ouvrage belge qu’il a cherché en vain dans le catalogue du SUDOC preuve que personne en France ne s’intéresse au sujet. Dans les mots d’Olivier Beaud: “le seul livre un peu récent qui contient une partie entièrement consacrée à la liberté académique n’est pas accessible en France“. Il se trouve que je me rappelais fort bien de l’ouvrage en question (2) puisque je l’avais utilisé dans le cadre d’un dossier de synthèse sur l’enseignement supérieur mis en ligne en 2005. Je vais donc vérifier que l’ouvrage se trouvait d’une part effectivement bien en deux exemplaires dans la bibliothèque de l’ex-INRP depuis plusieurs années (bien avant 2005), et j’en profite pour constater que le SUDOC fait état de 25 exemplaires présents dans les diverses bibliothèques universitaires françaises !

Bref, comme je ne peux pas imaginer que l’éminent juriste ait pris la peine de semer sciemment des inexactitudes pour les besoins de sa démonstration, j’en conclue qu’il n’a pas su formuler correctement sa requête dans le SUDOC ou qu’il a mal lu les résultats du catalogue en ligne. Dans ce cas là, on reste prudent dans ses affirmations et on ne convoque surtout pas des outils qu’on maitrise imparfaitement pour construire ses arguments…

Cela m’a amené à me rappeler d’autres universitaires s’intéressant aux réformes dans l’enseignement supérieur, dont une affirmation m’avait également fait sourciller. Dans un article publié en 2008 dans la revue “Recherche et formation”, significativement sous-titré “vers la fin du métier d’enseignant-chercheur ?“, les auteurs concluaient leur article en critiquant le modèle américain des universités et, au détour d’un développement, écrivaient (p.86) que “la plupart des établissements américains sont privés“.

Une mention qui fait bon marché du fait que chaque État américain a une ou plusieurs universités publiques ou que 2/3 des étudiants américains sont dans des établissements publics. Certes, les rapports s’inversent en nombre d’établissements si l’on exclut les “community college” (formations supérieures en deux ans), mais il reste que les universités publiques regroupent encore 39% des étudiants contre 23% pour les universités privées (4).

On peut imaginer que le raisonnement implicite vise peut-être le modèle des universités privées de recherche les plus prestigieuses (Harvard, Stanford, Princeton, Columbia…) mais à ce niveau, ce qu’il reste surtout comme impression est celle d’un raccourci qui, au mieux, demanderait un développement plus consistant, au pire, risque d’induire en erreur le lecteur moins expert de la question…

____________________

(1) Fortier Charles (dir.) (2010). Université, universités. Paris : Dalloz

(2)  Allard Julie, Haarscher Guy & Puig de la Bellacasa Maria (dir.) (2001). “L’université en questions : marché de savoirs, nouvelle agora, tour d’ivoire ? “. Bruxelles : Labor.

(3) Faure Sylvia, Soulié Charles et Millet Mathias (2008). Visions et divisions à l’université : vers la fin du métier d’enseignant-chercheur ?, Recherche et formation, n° 57, pp. 79-87.

(4) [Rapport d’Ambassade] Les universites americaines en quelques chiffres [Fiche strategique Etats-Unis]. http://www.bulletins-electroniques.com/rapports/smm07_039.htm 


 

Pour des synthèses théoriques de confrontation

Dans le mouvement sans fin de différenciation interne des disciplines et des paradigmes, les sciences sociales en général et la sociologie en particulier se présentent souvent comme une addition d’écoles, de courants, de méthodes et de paradigmes irréductibles qui coexistent en s’ignorant le plus souvent.  Bernard Lahire vient de publier un ouvrage (“Monde pluriel“) dans lequel il plaide au contraire pour une véritable confrontation scientifique en vue d’une approche sociologique globale qui ne se réduise pas une synthèse éclectique superficielle.

On trouvera sur le site SES ENS un entretien intéressant avec l’auteur  : comment penser l’unité des sciences sociales ?

Qui fait quoi en e-éducation en France ?

Pour tout savoir sur qui fait quoi en matière d’e-éducation en France, il va falloir attendre un peu… Attendre en particulier que l’enquête qui vient d’être mise en ligne par l’IFÉ porte ses fruits :

http://ife.ens-lyon.fr/e-education/

Il s’agit donc d’établir une cartographie de la recherche française en e-éducation, une cartographie couvrant l’enseignement scolaire, l’enseignement supérieur et la formation des adultes, avec des acteurs issus à la fois de la recherche publique et de la recherche privée.

Mais au fait, l’e-éducation, c’est quoi ? Le terme connaît un certain succès en France depuis les appels à projets e-éducation lancés dans le cadre du programme Investissements d’avenir, mais n’en demeure pas moins flou. Les concepteurs de l’enquête ont choisi de laisser la question ouverte. La recherche en e-éducation recouvre ainsi toutes les disciplines qui s’intéressent aux apports, progrès et transformations de l’éducation et de la formation en lien avec le numérique.

Ce beau projet est réalisé à la demande du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (DGESIP-MINES, DGRI) par un groupe de pilotage qui comprend, outre l’IFÉ, l’université Pierre et Marie Curie, l’université de Lorraine, l’ENS Cachan et le réseau ATIEF.

L’enquête s’adresse à toutes les équipes de recherche et entreprises déjà impliquées dans des projets de recherche sur l’e-éducation.
Elle s’adresse également aux associations et aux structures d’appui de l’enseignement supérieur qui contribuent ou sont susceptibles de contribuer à ces mêmes projets.

Les premiers résultats seront présentés lors de la semaine du web organisée à Lyon du 16 au 21 avril prochains. Les annuaires ainsi créés et la base de projets associés seront également mis à la disposition du public sur un site web hébergé par l’École normale supérieure de Lyon.

Les délais sont donc assez contraints… merci de faire circuler l’information auprès des organismes concernés et de contribuer à l’enrichissement des données collectées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search