iZone : innovation à l’école

Un article publié sur le site de la BBC intitulé “New York schools enter the iZone” fait état d’une nouvelle dynamique qui est en train de s’installer dans certaines écoles de l’État de New York. Il faut savoir que l’État de New York est celui qui compte le plus d’écoles avec 1700 écoles publiques, 1,1 millions d’élèves et 75 000 enseignants.

Le but de ces iZone schools, ou iSchools, est d’innover en proposant un enseignement très individualisé. Cela fait un moment que l’on parle de l’éclatement des lieux et du temps scolaires avec l’arrivée des TIC, il semble que cela devienne réalité puisqu’il est possible que les cours aient lieu ailleurs qu’à l’école. Bien sûr, le recours aux TIC est important, mais il n’est pas premier : l’innovation est avant tout pédagogique et nécessite des enseignants formés et chevronnés. Le maire de New York estime que le défi est de transformer les écoles en centres d’innovation et qu’il en va de la survie du système éducatif.

le projet iZone est une expérimentation qui confronte les écoles des grandes villes aux grandes questions actuelles : comment individualiser l’enseignement alors que les populations urbaines sont de plus en plus hétérogènes, socialement, économiquement et culturellement. Les écoles parties prenantes de ce projet partent des besoins des individus, les emplois du temps peuvent donc être très éclatés, divers, tout en gardant en ligne de mire l’objectif de développer l’esprit critique (mais aussi entre autres : conscience sociale, auto-management, etc.) chez les élèves. La question des compétences à faire acquérir est primordiale, surtout en ces temps d’incertitude économique.

81 écoles faisaient partie de ce dispositif en 2010-2011, elles devraient être le double cette année pour atteindre le chiffre de 400 en 2014.

D’autres informations sur ces iSchools sur le site iZone de la ville de New York

L’éducation à la santé : une question cruciale pour la santé publique

De l’éducation sanitaire à la promotion de la santé, le flou conceptuel et épistémologique qui règne autour des principes d’éducation à la santé est un frein à une véritable politique d’interventions éducatives dans le domaine de la santé, surtout en France semble t-il où, malgré un réseau de santé publique efficace, les actions menées au sein des établissement scolaires restent très modestes. La Direction de l’Évaluation, de la Prospective et de la Performance vient de publier une note d’information qui spécifie que « la promotion de la santé en faveur des élèves doit s’inscrire dans un programme défini en termes d’objectifs prioritaires, de stratégies d’action et d’évaluation ».

Cependant, le peu de recherches sur les modalités d’intervention et le manque de recul sur l’efficacité des actions de préventions ralentissent la mise en commun de bonnes pratiques. La charte d’Ottawa (1986), qui reste un pilier fondamental des principes de promotion en santé publique, définit ainsi les conditions préalables et garantes d’une « bonne santé » : l’individu doit pouvoir vivre en paix, se loger, se nourrir, accéder à l’éducation, disposer d’un revenu minimum, bénéficier d’un environnement social et économique viable et stable, avoir droit à la justice sociale et à un traitement équitable.

Qu’est-ce l’éducation à la santé dans le cadre scolaire ? Quelle légitimité de l’École à transmettre ces savoirs ? Comment faire évoluer les comportements des individus ? Autant de questions abordées dans le dossier d’actualité n° 69 Veille et Analyses qui tentent de clarifier les relations entre École et santé.

Réussite éducative, intégration et famille : quelques dispositifs

La publication du dossier d’actualité « Les effets de l’éducation familiale sur la réussite scolaire », en juin dernier, a été suivie de conférences présentant cette revue de littérature.

Les débats qui ont suivis, montrent combien les acteurs  qui cherchent à aider les élèves en difficulté et  à intégrer les familles dans ou autour des dispositifs de réussite éducative sont impliqués et préoccupés. Nos contacts ont été les suivants :

  • Dans les Hauts-de-Seine, le dispositif PREMIS, Plan pour la Réussite Éducative et une Meilleure Insertion Scolaire, est un dispositif créé en 1993 par le Conseil général.  S’adressant aux collégiens en difficulté (ceux qui ont du mal avec leur « métier d’élève »), le dispositif propose deux types d’actions : les ateliers qui permettent aux collégiens de « travailler » sur un projet créatif et ludique et qui peuvent être ouverts aux parents d’élèves ; le tutorat : un adulte référent, enseignant, aide éducateur, agent d’entretien, personnel administratif rencontre l’élève au moins une fois par semaine. Si les élèves qui bénéficient de ce dispositif ne voient pas leurs résultats scolaires fondamentalement bouleversés, ils améliorent leur rapport à l’école et retrouve confiance en eux. Selon les acteurs de ce dispositif, le bouche à oreille pérennise une forte participation au fil des états. La réussite de PREMIS est conditionnée par le volontariat des établissements et l’investissement des équipes pédagogiques dans cette tâche chronophage et délicate.
  • Autre recherche d’une meilleure intégration, celle proposée par l’EPI, Espace picard pour l’intégration. Cette association, qui existe depuis 1996, créé du lien et un réseaux entre les différents acteurs préoccupés par la réussite éducative : associations, services de la ville et de l’État concernés par l’intégration et la politique de la ville.  Lors d’une réunion, à la mi novembre, les débats autour de la réussite éducative, le rôle des parents et, finalement, des acteurs aux statuts très divers qui œuvrent dans la région, ont posé la question de l’effet mille-feuilles de tous ces dispositifs, de la nécessité d’un travail collectif pour éviter cette juxtaposition : qui fait quoi, jusqu’où ; qui prend la suite, jusqu’où ; auprès de qui, quand, dans quelles conditions, avec quels partenaires…
  • Autre acteur fort avec lequel travaille l’Agence qualité éducation (et plus particulièrement le Centre Alain Savary) : ATD Quart monde, qui a organisé à la mi novembre des ateliers pour l’école, réunissant parents, enseignants, aides éducateurs, chercheurs, etc. « Tous les acteurs présents se sont reconnus mutuellement membres d’une même « communauté éducative ». Ils ont travaillé ensemble sur des propositions, en confrontant différents savoirs : les savoirs de la vie, les savoirs de l’action et les savoirs universitaires ».

Être enfant, tout un art ?

Enfant roi, enfant victime ? Dans tous les cas et sur fond de crise éducative, l’enfance mobilise les chercheurs et passionne les médias, engagés dans une démarche de vulgarisation sans précédent à son sujet.

Rare, désiré (il n’y a d’enfant que s’il y a projet d’enfant), l’enfant occidental est désormais sommé de gratifier narcissiquement ses parents. Objet de projets éducatifs, il est forcément « normal » et adapté : en aucun cas il ne doit mettre en danger la société adulte qui l’accueille, et dans les médias les « enfants dangereux » sont au coude à coude avec les enfants maltraités.

Dans ce dossier d’actualité du service Veille et Analyse édité par l’Institut français de l’éducation, Marie Musset fait le point sur quelques regards d’aujourd’hui sur l’enfance, soulignant l’extrême dispersion des représentations de l’enfance et la vivacité des débats à son sujet (en matière juridique, philosophique, socio-anthropologique, psychologique). La notion d’ « enfant-problème » (Le Débat, 2004) s’impose au croisement de ces représentations avec en son centre la question désormais fédératrice de la différence enfantine : sur fond d’une critique de l’adultocentrisme commune à la socio-anthropologie, à la sociologie et à la psychologie, resurgit la question de la différence enfant/adulte. La critique du paradigme piagétien menée conjointement dans la sociologie et dans la psychologie tient certes aux développements propres à ces disciplines, mais aussi, sur un plan plus général, à ce que ce paradigme ne paraît plus suffire en l’état à rendre pleinement compte de l’expérience des enfants, ni à englober la pluralité et la complexité des représentations le concernant.

Ce dossier d’actualité n° 68 explore donc, sans les épuiser, quelques uns des nouveaux paradigmes de l’enfance. Il a été réalisé dans le cadre du programme POLEART, financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR), porté par le laboratoire de recherche Education, Cultures et Politiques (Lyon 2, ENS-IFé, UJM), associé au centre Max Weber (CNRS), au laboratoire Profeor-Cirel (Lille 3), et au CRIFPE (Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession d’enseignant, Québec).

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search