Un nouveau tour de PISA

PISA encore ? On est maintenant tellement habitués à entendre la fameuse enquête internationale de l’OCDE citée au détour de toute conversation sur les performances de notre système éducatif, qu’on a l’impression de tout savoir sur la dégradation supposée de la position de la France dans les résultats PISA. Et si l’essentiel n’était pas là ?

En effet, plus que le fait de savoir si tel ou tel pays a progressé ou baissé de 10 points par rapport à son voisin, l’intérêt de PISA c’est de fournir  des  données de comparaison à une échelle à laquelle aucun laboratoire isolé ne pourrait rêver.

Pourquoi “nos” élèves ont tant de mal à répondre aux questions construites plutôt qu’aux QCM ? Pourquoi le redoublement plombe-t-il les résultats moyens de la France ? Quelles sont les compétences privilégiées par PISA par rapport aux connaissances transmises par nos programmes ?  Les résultats sont-ils meilleurs dans un système de tronc commun unique ou dans un système de filières de niveau ? Voilà quelques questions, parmi tant d’autres, que PISA permet de poser, sinon de trancher.

De nombreux chercheurs à travers le monde ne s’y sont pas trompés et n’ont pas hésité à utiliser les données de PISA pour approfondir telle ou telle question, y compris en les retraitant différemment de la façon dont l’OCDE les avait présentées. C’est cette diversité d’utilisation de l’évaluation internationaleque nous avons voulu mettre en valeur à travers le dossier “PISA : ce que l’on en sait et ce que l’on en fait“.

Un intérêt des chercheurs qui ne se dément pas,  au vu du nombre de travaux et de publications dont les thèmes sont reliés à PISA (et dont notre dossier ne donne qu’un petit aperçu). Encore récemment, nous avons dénombré plus de vingt communications à la conférence  de l’Association européenne de recherche en éducation (ECER 2011) à Berlin dont le titre comprenait une référence explicite à PISA.

Ceci noté, il n’était pas possible de faire l’impasse sur les utilisations de PISA dans le débat public. Ne serait-ce que pour souligner les réactions plus que contrastées de différents pays face aux résultats. Rien de commun entre l’Allemagne, qui a mis en oeuvre une profonde réforme de l’éducation suite aux résultats PISA, et les États-Unis, qui n’y ont accordé qu’une indifférence polie ! Quand à la France, on voit  PISA être de plus en plus évoqué depuis quatre ans à l’appui de telle ou telle orientation, et ce n’est pas le débat de la campagne présidentielle qui devrait inverser la tendance.

Tout cela justifiait donc que l’on se penche une nouvelle fois sur PISA, thème désormais solidement ancré sur l’agenda scientifique comme sur l’agenda politique.

Know & Pol : un projet européen pour aller au delà des bonnes pratiques

Comment les politiciens prennent-ils leur décision en matière d’éducation et de formation ? Comment les réformes sont-elles conçues, appliquées et accompagnées ? Évidemment ce billet ne va pas apporter de réponses à ces questions, mais force est de constater qu’elles se posent de façon plus urgentes qu’auparavant…

C’est en tous cas une des conclusions du projet européen Know & Pol (6e PCRD, 2006-2011), dont la conférence finale s’est tenue à Bruxelles le 23/09. Le nombre de doctorants venus de toute l’Europe pour participer à la Summer school qui précédait la conférence est un indice supplémentaire de l’intérêt porté à de telles questions. Merci à Eric Mangez et Bernard Delvaux pour l’organisation de ces 3 journées, riches en contenus et en interactions.

En bref, le projet Know & Pol a mobilisé pendant 5 ans des chercheurs et doctorants de 8 pays européens pour plancher sur les relations entre “knowledge” et “policy”. Il a ainsi permis d’impulser des recherches empiriques dans un domaine encore peu exploré, du moins en France, et de créer une communauté d’intérêt dont l’activité a vocation à perdurer au-delà du projet même (cf création du groupe Knowledge & Policy sur LinkedIn).

Plusieurs pays participants donc – Allemagne, Belgique, France, Écosse, Hongrie, Norvège, Portugal et Roumanie – et deux secteurs à l’examen : l’éducation et la santé mentale. Certains pays ont présenté une équipe dans chaque secteur, d’autres dans un seul.

Pour ce qui concerne l’éducation, l’équipe française était placée sous la direction d’Agnès van Zanten (Observatoire sociologique du changement, Sciences po Paris). Des chercheurs comme  Hélène Buisson-Fenet, Roger-François Gauthier, Margaux Le Gouvello, Nathalie Mons, Xavier Pons, Éric Verdier, etc. ont ainsi contribué au recueil et à l’analyse d’un grand nombre de données. Des chercheurs qui ne sont pas à la poursuite de la bonne pratique éducative, mais qui considèrent comme un préalable l’idée d’appréhender l’action publique dans toute sa complexité.

Il serait présomptueux de vouloir faire un compte-rendu exhaustif du projet, juste peut être offrir une vue d’ensemble des résultats à partir des quelques idées clés que j’ai retenues :

Knowledge / policy

  • Érosion des  états traditionnels, croissance de la science, montée des acteurs individuels :  knowledge => knowledges
  • Multiplicité d’acteurs : politiciens, chercheurs, groupes d’intérêts, usagers, professionnels, médias, transnationaux, etc.
  • Réflexivité : logique de contrôle => logique de coordination,  d’évaluation, d’accompagnement (post-bureaucratie)
  • Défi : trouver les « preuves » mais surtout savoir donner du sens aux connaissances disponibles, produites par une diversité d’acteurs : gouvernement => gouvernance (action publique)
  • Comparaison (évaluation, indicateurs) vs contextes (logique locale)

Knowledge as policy

  • une demande croissante du politique pour des connaissances aidant à la décision (informed policy)
  • mais surtout pour des connaissances spécifiques susceptibles de devenir des « instruments » (knowledge-based regulatory tool= KBRT)
    • Simplifiées, normatives, comparatives, positives, décontextualisées
    • Créées par des acteurs locaux, non maitrisées par les gouvernements
    • Potentiellement en conflit avec les connaissances des experts
  • experts => instruments (locaux, nationaux, supra-nationaux) –  santé mentale (connaissances locales) / éducation (évaluation) (cf. travaux de Lise Demailly)

Policy as knowledge

  • Des espaces politiques élargis, caractérisés par une co-construction des connaissances :
    • experience-based, expert, academic, state, legal, moral knowledge
    • inscribed, embodied, enacted (relation to knowledge)
  • « cross-worlds scenes » –  « sites where actors from various worlds and various kinds of knowledge are meeting » (and where knowledges may merge)
  • Intérêt de développer des dispositifs de débats (participatory devices including debates )
  • Rôle clé des acteurs locaux, en particulier des inspecteurs qui sont à la croisée de différents types de connaissances (cf travaux de Maroy / Verdier & Buisson-Fenet)
  • idée que la connaissance basée sur l’expérience est plus efficacement sollicitable dans la phase d’implémentation que dans la phase de conception d’une réforme ou d’un dispositif…

De quoi nourrir pour longtemps les réflexions de tous ceux qui comme nous, au service Veille & Analyses de l’IFÉ, s’interrogent sur la production et mise à disposition de connaissances utiles à la décision politique…

Maintenant, si vous êtes partisan d’un peu moins de connaissances théoriques, je vous invite à jeter un oeil à cette vidéo pleine de bon sens (en anglais, désolée) !

=====================

Principales publications françaises dans les 5 thèmes définis :

– The social and cognitive mapping of policy
Gauthier Roger-François & Le Gouvello Margaux (2009). L’instauration d’un « socle commun de connaissances et de compétences » en fin de scolarité obligatoire en France en 2005-2006 : « Politisation » du champ curriculaire et renouvellement des savoirs mobilisés. Know & Pol Project. 84 p.
Pons Xavier & van Zanten Agnès (dir) (2008). Mapping the knowledge producers on the French education sector: An overview of the evaluation and expertise of the education system. Know & Pol Project. 210 p.

– Knowledge and policy making (?)

– Supra-national instruments : fabrication, circulation and use
Mons Nathalie & Pons Xavier (2009). La réception de Pisa en France : Connaissances et régulation du système éducatif. Know & Pol Project. 125 p.

– National instruments : fabrication, circulation and use
Buisson-Fenet Hélène & Éric Verdier (2010). Mapping the provision of training. The role of knowledge in the regulation of regional initial vocational training and education policies (Provence-Alpes-Côte d’Azur/Rhône-Alpes Regions). Know & Pol Project. 68 p.

– Literature review and theoretical framework
Pons Xavier & van Zanten Agnès (2008). Knowledge circulation, regulation and governance. Literature review. Know & Pol Project. 52 p.

Pour en savoir plus :

– le site du projet Know & Pol : http://www.knowandpol.eu/
– les travaux français (très incomplets pour l’instant) : http://www.knowandpol.eu/-France-.html
– les articles en langue française : http://www.knowandpol.eu/Articles-en-Francais.html?rub_id=265

 

Quand la qualité des universités dépend de la confiance accordée à ses personnels

Ce n’est pas moi qui le dit, mais l’EUA – European University Association – dans un rapport rendu public dernièrement, sous le titre ‘Examining Quality Culture Part II: Processes and Tools – Participation, Ownership and Bureaucracy‘.

Il s’agit en fait du volet 2 du projet européen “Examining Quality Culture (EQC)” conduit par l’EUA en collaboration avec la conférence des recteurs allemands (HRK) et l’agence écossaise QAA (Quality Assurance Agency for Higher Education).

Le rapport fait valoir que le développement d’une “culture qualité” globale est le moyen le plus efficace de progresser qualitativement et de favoriser le changement au sein des universités : autrement dit, il s’agit d’encourager l”appropriation des personnels. Cette appropriation, délibérément aussi large que possible, peut être soutenue par la création d’espaces de débats, incluant les étudiants, mais aussi par une responsabilisation des personnels, quel que soit leur niveau hiérarchique.

Les résultats, présentés par l’auteure du rapport, Andrée Sursock, lors d’une conférence le 16/09 dernier à Bruxelles, insistent sur le fait qu’une culture qualité viable dépend d’une combinaison de facteurs à la fois externes et internes. Un environnement ouvert évitant l’écueil d’une réglementation excessive, nécessairement démobilisante pour les personnels, est plus efficace qu’une concentration / crispation sur une batterie d’indicateurs définis par des agences externes (diaporama, pdf).

Une lecture réconfortante pour certains, salutaire pour d’autres dans une version optimiste ! à faire circuler largement…

Références :
– le site du projet ECQ : http://www.eua.be/eua-work-and-policy-area/quality-assurance/projects/eqc.aspx
– le volet 2 Examining Quality Culture Part II: Processes and Tools – Participation, Ownership and Bureaucracy , réalisé par Andrée Sursock : http://www.eua.be/pubs/Examining_Quality_Culture_Part_II.pdf (2011)
– le volet 1 Examining Quality Culture Part I: Quality Assurance Processes in Higher Education Institutions, réalisé par Tia Loukkola et Thérèse Zhang (2010), qui avait mis en évidence les progrès réalisés par les pays européens pour développer des mécanismes qualité : http://www.eua.be/pubs/Examining_Quality_Culture_Part_1.pdf .

Le bonheur est dans le préau?

La Revue internationale d’éducation – Sèvres vient de publier un numéro qui suscite commentaires élogieux et intérêt dans les médias (et ailleurs?).

Comme il est difficile de faire plus rapide et efficace que François Jarraud, je me permettrais de faire référence à son article dans l’Expresso du jour (5 octobre), car il traduit bien l’ambiance de ce numéro très particulier de la revue dont la tonalité tient à la diversité de ses auteurs,  consultants ou chercheurs, aux domaines savants auxquels ils font habituellement référence:  philosophie, histoire, statistique, économie, encadrement et gestion de l’éducation, etc…

Les couleurs du plaisir  s’harmonisent autour de l’universalité des contributeurs (principes de la Revue) et la grisaille de l’ennui et de la souffrance fait fi des préjugés relatifs à tel ou tel système éducatif, l’ennui peut s’installer partout … mais le bien-être aussi.

F. Jarraud résume les propos de Maroussia Raveaud, Pierre-Louis Gauthier ou Anne-Lise Høstmark Tarrou : “Alors que “l’enfant au centre” n’a pas réussi à se vendre ici [en France], la “child central education” va de soi en Angleterre. Mais aussi en Norvège où le sentiment de bien être à l’école est un indicateur officiel pour le système éducatif. Ou encore aux Etats-Unis où PL Gauthier interroge la directrice d’une école de Brooklyn où l’on fait appel au jeu pour développer le plaisir d’être à l’école mais surtout l’engagement dans l’école“.

Avant de chercher le bonheur à l’école, ne  boudons pas notre plaisir d’enseigner et suscitons  le plaisir d’apprendre à nos élèves et étudiants.

Sources :
Jarraud François (2011). “Ecole du plaisir, école de l’ennui”. L’expresso,  5 octobre.

Revue internationale d’éducation – Sèvres
(2011). “Le plaisir et l’ennui à l’école”.  n°57, septembre.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search