Web & innovation sociale

docforumLe projet Web Intelligence et l’association Docforum ont organisé une journée de rencontres sur le thème de lweb et innovation sociale le 26 mai dernier. Différents regards se sont croisés : le management d’entreprise (André Benoit de Jaegere), le monde des ONG (Jean-Pierre Pinet pour ATD quart monde), des structures associatives et coopératives (Sylvain Bouchard pour La Péniche à Grenoble), le monde académique (Philippe Durance du CNAM), un think-tank (Jean-Michel Cornu pour la FING).

Pour André-Benoit de Jaegere, l’innovation est forcément sociale et l’entreprise a un rôle clé à jouer : l’entreprise qui innove transforme le tissu social. Il insiste sur les potentialités de la génération Y(16-32 ans) en terme d’innovation. Pourtant, le sondage qu’il présente (comment les entreprises voient cette génération) indique que l’inventivité n’est pas la qualité première de cette génération qui serait plutôt impatiente et individualiste même si elle est effectivement « connectée ». Le marketing doit prendre en compte l’évolution sociale et devenir plus personnel (en investissant les réseaux sociaux) et créer des communautés. Continuer la lecture de « Web & innovation sociale »

Ecrire, pour quoi faire ?

« Ils ne savent plus écrire »… « et pourtant ils écrivent ». Le vocabulaire courant ainsi que les interrogations de divers médias disent toute la complexité de l’écrit : il peut s’agir de produire un signe graphique ou un énoncé de communication. On admet en tout cas aujourd’hui la complexité d’une activité qui concerne d’emblée toutes les dimensions de l’écrit, linguistiques mais aussi culturelles et sociales.

À l’heure où les exigences en littératies sont importantes au sein de sociétés dans lesquelles l’écrit ne peut plus se réduire à du stockage d’information ou de la transcription, qu’a-t-on à dire et comment y arrive-t-on ? Quels sont les obstacles à cet apprentissage et les travaux de remédiation à envisager ?

Le Dossier d’actualité Veille et Analyses numéro 62 du mois de mai 2011 rend compte, dans une perspective internationale, des travaux récents dans les différents champs de recherche  concernés par la production écrite.

La naissance d’une « norme » : le cas du lifelong learning

Comment une norme se fabrique-t-elle ? De sa conception à sa diffusion, à son application, quel est son circuit et pourquoi des pays ont-ils adopté et appliqué des mesures dont l’efficacité n’a pas encore été prouvée? Voici les questions que soulève Alexander Kleibrink dans un récent article paru dans le European Journal of Education (Kleibrink, 2011) en s’appuyant sur l’exemple du lifelong learning dans le contexte européen.

Projet à la fois politique et éducatif, l’apprentissage tout au long de la vie est une notion partagée par de nombreux gouvernements. Il convient d’offrir aux adultes des mécanismes et une ingénierie leur permettant de mettre en œuvre leurs projets (diffusion des offres, reconnaissance des acquis, mesures incitatives, etc.). Il  s’agit également de prendre en compte l’importance accordée à l’apprentissage informel et l’autoformation. Cette argumentation  est présente dans les nombreux documents de politiques éducatives internationaux ou nationaux (1997, Unesco ; 2001, OCDE ; Pagé et al., 2004) : la société en général subissant de profondes transformations sociales et économiques, il convient d’adapter les modes d’apprentissage et de développer la formation continue de façon à permettre aux individus de s’insérer dans la vie active (Gaussel, 2011)

La commission européenne, l’OCDE et dans une moindre mesure, le Conseil de l’Europe et l’Unesco sont considérés comme des « fabricants de normes » en matière de lifelong learning. Ces organisations ont répondu à la demande des entreprises de mettre au point des  équivalences de diplômes et de faciliter la mobilité professionnelle grâce à un cadre commun sur les qualifications à échelle internationale  (EQF’s, European Qualifications Framework ou CEC, cadre européen des certifications). L’Union Européenne propose des mesures ayant pour objectif de faire adopter à l’ensemble des pays des normes similaires en terme d’apprentissage tout au long de la vie et de reconnaissance de compétences afin de faciliter la mobilité professionnelle. Elle a ainsi largement contribué à la définition du lifelong learning, initialement perçu comme un concept humaniste et égalitaire de la formation continue, en y ajoutant une nouvelle dimension d’efficacité et de qualité basée sur le concept du capital humain. Continuer la lecture de « La naissance d’une « norme » : le cas du lifelong learning »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search