Didactiques, didactique professionnelle : incidences sur le travail enseignant

Un colloque organisé par l’ex-INRP a proposé trois jours de réflexion sur les concepts de didactique, de didactique professionnelle dans le cadre du travail d’enseignant.

Structuré par des conférences plénières et des ateliers, ce colloque a été également rythmé par des débats parfois vigoureux, suivis par des participants assidus et nombreux, certains intervenants ou membres du public se positionnant clairement comme «didacticiens», d’autres plaçant leurs recherches dans le domaine de la didactique professionnelle.

Quelques constats :
– Les concepts ont été difficiles à définir : doit-on parler de LA didactique ou DES didactiques? La didactique professionnelle ne serait-elle pas une pédagogie masquée?
– Un grand silence a accompagné la conférence d’Yves Clot : chacun des enseignants présents se sentant concerné dans son métier, par cette analyse du travail dans les organisations : nécessaire recherche du bien-être, d’un collectif dans le travail, nécessité de soigner le travail (l’activité) plutôt que de chercher à soigner l’individu.
– Les conférences et les ateliers ont « mixé » les deux approches didactiques. Les bilans de fin de journée ou de fin de colloque ont souligné que ces trois jours ont été plus une juxtaposition des deux approches, qu’une démonstration d’une possible articulation.
– Les interventions de Roland Goigoux ont lancé la controverse dès la deuxième journée, quant aux relations entre didactique (disciplinaire) et didactique professionnelle et à leur usage en formation des enseignants et en production de connaissances.
– Les partisans d’une approche clinique de l’activité enseignante ont regretté le manque de prise en compte de l’affect. On a bien senti, dans les échanges, une distorsion entre une approche centrée sur l’enseignement d’une discipline et celle se centrant sur l’activité enseignante, dans la classe, sur l’individu en tant que professionnel.
– Comme dans bon nombre de colloque traitant du travail enseignant, certains ont reproché que l’élève ne soit pas vraiment au centre des préoccupations.
Pierre Pastré a insisté sur l’impossibilité d’envisager une approche prioritairement basée sur les contenus et leur mode de transmission sans prendre en compte simultanément les apprentissages.

Rendez-vous a été pris pour 2013, pour un rapprochement que tous les participants au colloque envisagent comme possible ou tout au moins vecteur de réflexions, d’échanges pour ces deux années à venir.

Projet DOTS du Centre européen des langues vivantes : compte-rendu d’atelier

Voici un bref compte-rendu de l’atelier du projet DOTS du Centre européen des langues vivantes qui s’est tenu à Graz, en Autriche, les 10 et 11 mars 2011.

Présentation du CELV

Le Centre européen pour les langues vivantes (ECML en anglais : European Centre for Modern Languages) est une institution du Conseil de l’Europe créée en 1994 et basée à Graz, en Autriche, qui a pour mission de rapprocher les politiques d’éducation aux langues des différents pays partenaires. À ce jour, 34 pays sont concernés auxquels s’ajoute parfois le Canada.

Le site du CELV propose des publications à destination des enseignants de langues, des formateurs d’enseignants et/ou des décideurs. Ces publications sont librement accessibles (une inscription au site est néanmoins nécessaire).

Le programme du CELV pour la période 2008 – 2011 est intitulé « Valoriser les professionnels en langues » et se décline en quatre domaines thématiques : l’évaluation ; les contenus et l’éducation aux langues ; la continuité de l’apprentissage des langues ; le plurilinguisme. Les objectifs de ce programme sont les suivants :

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search