Rythmes scolaires : quel « temps » fait-il à l’école ?

La question des rythmes scolaires est un de ces « vieux dossiers » qui reste pourtant toujours d’actualité, dont les enjeux et implications dépassent largement le strict cadre de l’institution scolaire. L’école a connu depuis 30 ans diverses réformes visant réguler la durée du temps et du calendrier scolaire, et à « aménager » les rythmes scolaires pour améliorer les conditions de vie et d’apprentissage des élèves. Tel est encore l’objet de la Conférence nationale ouverte au débat public en septembre 2010 en France.

Au-delà des polémiques sur l’étalement des vacances ou la semaine de quatre jours qui monopolisent trop souvent le débat, les recherches françaises et internationales mettent au jour des questions plus fondamentales, dont se fait l’écho notre dernier  Dossier d’actualité (n° 60, février 2011) , en privilégiant des publications récentes.

Principe organisateur du fonctionnement de l’enseignement secondaire, « l’heure de cours » (quelle que soit sa durée) n’est-elle pas la rythmique première qu’il convient d’interroger ? Les emplois du temps qui découpent la vie pédagogique en une succession d’heures de cours sont-ils encore adaptés aux besoins actuels de l’enseignement et au respect des rythmes d’apprentissage de chaque élève ? Quels autres modes d’organisation peut-on imaginer et mettre en oeuvre  pour sortir des grilles de la prison du temps ? Comment mettre réellement le temps “au service” de l’enseignement et de l’apprentissage pour pouvoir conjuguer avec lui ?

Le temps scolaire n’est-il pas également soumis à la rude concurrence du temps « libre » des enfants et des adolescents ? Comment l’école peut-elle y faire face : doit-elle résister et se réaffirmer comme le temps légitime de la transmission des savoirs ou au contraire se décentrer pour composer avec les autres temps éducatifs ? Et qu’implique alors pour l’école une telle perspective ?

Depuis dix ans, des dispositifs alternatifs d’aménagement des rythmes et d’organisation du temps scolaire se multiplient de par le monde, à l’échelle expérimentale de quelques établissements ou bien à l’échelle plus vaste d’un pays. Mieux connaître ces alternatives et les évaluations dont elles font l’objet nous paraît une clé essentielle pour sortir d’un débat franco-centré, renouveler la réflexion et ouvrir des pistes pour d’éventuelles réformes à venir en France.

La CNIL au service des enseignants

La CNIL (Commission informatique et liberté) vient de créer un “espace enseignants” (qui peut aussi intéresser les parents et les élèves), qui propose des fiches pédagogiques, méthodologiques sur l’utilisation d’internet. A cette rubrique “surfer ça s’apprend!”, s’ajoute un numéro spécial du journal “L’Actu” sur la protection de la vie privée sur l’Internet et un guide à l’attention des chefs d’établissement du second degré sur les règles liées à l’usage des outils et fichiers électroniques.
Les fiches méthodologiques peuvent sans doute être distribuées aux élèves, les fiches pédagogiques donnent quelques pistes succinctes d’activités et surtout de débats.
Tous ces documents de réflexion ou de travail avec les élèves sont sur le site dédiés aux jeunes entre 6 à 16 ans.
De quoi donner une résonance au “safer internet day” , qui a mobilisé, le 8 février, de nombreuses manifestations autour des risques, du bon usage d’internet, du téléphone mobile, des réseaux sociaux. On trouvera sur le site Internet sans crainte (Programme national de sensibilisation des jeunes aux risques et enjeux de l’Internet, inscrit dans le projet européen Safer Internet Plus qui regroupe 27 pays de l’Union européenne), quelques éléments d’information et de réflexion complémentaire sur le sujet.

il ne reste plus qu’à trouver le temps d’en débattre avec les élèves, de les former, en espérant que les enseignants de discipline sauront s’appuyer sur les enseignants documentalistes, puisque “Le professeur documentaliste contribue notamment à l’acquisition par les élèves des compétences relatives à la maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication, et en particulier les compétences « savoir s’informer et se documenter » et « adopter une attitude responsable face à internet », et participe à l’obtention par les élèves du B2i (Brevet informatique et Internet)” (projet de circulaire DGESCO sur les missions des professeurs documentalistes).

Enseignement-apprentissage des langues vivantes et medias sociaux dans les nouveaux pays européens

Le projet LS6 (Language Learning and Social Media – 6 key dialogues) que nous avons déjà mentionné dans plusieurs articles et auquel participe l’IFÉ, continue et propose sa troisième conférence en ligne le 11 février 2011.

La thématique retenue par ce groupe de travail porte sur le rapport des nouveaux pays européens et plus particulièrement la Roumanie, la Lettonie et la Pologne avec l’enseignement-apprentissage des langues vivantes et les médias sociaux.

Comme pour les précédents groupes, trois temps sont prévus (voir la page du site) :

  • publication d’une étude réalisée avec le soutien de la Commission européenne, intitulée « Les médias sociaux et l’apprentissage des langues : croyances, attitudes et usages en Lettonie, Pologne et Roumanie », disponible en français, anglais, letton, polonais et roumain.
  • conférence en ligne (webinar) organisée par l’Université de Lettonie, qui fera le point notamment sur les usages aussi bien personnels que dans un cadre d”apprentissage des langues de l’Internet par les apprenants, sur leur rapport aux médias sociaux et sur leur motivation pour devenir des acteurs sur ces réseaux. Pour s’y inscrire (gratuitement), il suffit d’envoyer un mail à l’adresse suivante : webinar.riga@gmail.com.
  • un forum (déjà) ouvert qui perdurera pendant deux mois pour poursuivre les échanges.

*************

Pour rappel, le projet LS6 utilise plusieurs réseaux sociaux. il est donc possible de suivre l’actualité en visitant les liens suivants :

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search