Peut-on aider les étudiants à réussir leur entrée dans l’enseignement supérieur ?

A la question de savoir si on peut aider les étudiants à réussir leur entrée dans l’enseignement supérieur, on est tenté de répondre “oui, évidemment” ! Pour autant, les pouvoirs publics s’interrogent depuis plus de 20 ans sur la manière de lutter contre l’échec et l’abandon à l’université, sans obtenir de résultats satisfaisants : bien au contraire, ces phénomènes semblent s’aggraver (pas seulement en France, d’ailleurs).

Le sujet est également abondamment traité par les chercheurs : nombre d’études se sont intéressées à cette nouvelle population étudiante qui, avec la massification, peut désormais prétendre à la poursuite d’études supérieures. Les inégalités, tant en termes d’accès que de réussite, et les difficultés que rencontrent les étudiants font également l’objet d’une littérature extensive.

Alors pourquoi revenir sur le sujet aujourd’hui avec ce nouveau dossier d’actualité de la VST ? Peut être parce que c’est seulement récemment que l’on parvient à prendre effectivement toute la mesure des efforts à consentir !

… que l’on prend conscience que ces phénomènes d’échec et d’abandon ne touchent pas seulement ceux qui s’inscrivent librement à l’université (d’ailleurs de moins en moins nombreux), mais que les filières courtes (surtout STS) et les écoles d’ingénieurs, malgré la sélection qu’elles opèrent, ne sont pas épargnées ;

… que l’on accepte que ceux qui échouent sont aussi parfois ceux qui réussissaient bien au lycée, que l’on admet que le discours commun sur la baisse de niveau et l’inadéquation scolaire n’est plus tenable et que l’échec ne peut décemment plus être imputable aux seuls étudiants ;

… que l’on comprend enfin qu’il ne s’agit plus de trouver LA solution (ex : le tutorat méthodologique) qui résoudra tous les échecs, mais qu’il s’agit bien d’avoir une approche plus “holistique” qui inclut, certes, des dispositifs d’accompagnement personnalisé, mais suppose également des transformations en termes d’offre de formation, d’organisation pédagogique et de pédagogie…

Bref, ce dossier, intitulé Réussir l’entrée dans l’enseignement supérieur, se propose de faire le point sur la question. Il se concentre sur le début du parcours des étudiants et les dispositifs d’aide à la réussite qui sont aujourd’hui proposés.

Après une première partie qui s’attache à mettre en évidence les spécificités françaises en termes d’accès et de réussite, il examine dans un deuxième temps les facteurs de risque, à la fois d’ordre contextuel et individuel, qui marquent l’entrée dans la vie étudiante, à la lumière des parcours et des expériences des étudiants. Dans une troisième partie, il aborde les différents dispositifs susceptibles d’aider les étudiants à entrer dans leur nouveau métier, et met au jour les approches multidimensionnelles qui sont aujourd’hui privilégiées.

Au delà de Lisbonne 2010 : un essai de prospective européenne

Sous le titre “Beyond Lisbon 2010: perspectives from research and development for education policy in Europe“, le CIDREE a publié son “Yearbook” 2010, consultable en ligne, qui marque aussi le 20° anniversaire du CIDREE.

Ce consortium réunit des représentants  d’une quinzaine d’institutions de différents pays européens qui ont comme point commun de se situer au carrefour entre la recherche  et la politique publique dans le domaine de l’éducation. On y trouve par exemple la National Foundation for Educational Research britannique (NFER), le Stichting Leerplanontwikkeling (SLO) néerlandais, le Oktatáskutató és Fejlestö Intézet (OFI) hongrois ou encore l’INRP français, qui accueillera en 2011 l’assemblée générale et la conférence annuelle du CIDREE à Lyon.

20 ans de recherche et formation en IUFM

La CDIUFM (conférence des directeurs d’IUFM) a organisé les 25 et 26 novembre dernier, un colloque intitulé « 20 ans de formation et de recherche dans les IUFM, et maintenant ?“.
Les conférences de début et de fin de colloque ont été de niveau inégal, au contenu controversé, selon les participants, en grand majorité directeurs ou formateurs d’IUFM. Au hasard des rencontres, une conseillère d’orientation exprimant les interrogations des étudiants de master, une conseillère pédagogique monégasque essayant d’éclaircir un paysage incertain…
Nous passerons sur les conférences introductives, notamment celles de Philippe Raynaud et Denis Kambouchner, censées apporter des regards croisés sur l’histoire politique et institutionnelle des IUFM. Ces regards ont été jugés plus décalés que croisés, montrant «une méconnaissance du métier d’enseignant et de formateur», critiquant pédagogie, centration sur l’élève, s’opposant au sentiment partagé par les participants sur ce que furent et peuvent être les IUFM, perfectibles certes, mais indispensables à la professionnalisation des enseignants, associant recherche et formation au service de l’Éducation.
Cinq tables rondes étaient organisées autour de la thématique centrale du colloque. Quasiment tous les intervenants ont mis en avant le rôle de l’INRP dans la recherche en IUFM et le support apporté aux formateurs et enseignants associés aux recherches : au début des IUFM, quand l’INRP a apporté son soutien à de nombreuses recherches, dans les premières années des IUFM, et ensuite, par une communauté de pratiques ou de préoccupations. Continuer la lecture de « 20 ans de recherche et formation en IUFM »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search