Faire durer l’éducation au développement durable

En 2007, la généralisation de l’éducation au développement durable (EDD) s’inscrit dans le plan triennal 2007-2010 pour l’EDD. Elle concerne plusieurs disciplines scolaires et met l’accent sur la formation des enseignants mais aussi de tous les acteurs de la communauté éducative, dans le but de multiplier les démarches globales d’éducation au développement durable dans les établissements. L’EDD  remplace l’éducation à l’environnement pour un développement durable (EEDD) en vigueur depuis 2004 et qui prenait la suite de l’éducation à l’environnement (ERE) en usage dans les programmes français depuis 1977. Avant cette date, l’éducation environnementale fait cependant partie depuis plusieurs siècles de l’éducation formelle comme informelle.

Le dossier d’actualité  de la VST n° 56 s’intéresse à la généralisation de l’EDD en France et, dans la mesure où les comparaisons peuvent être éclairantes, fait état des choix d’autres pays et systèmes scolaires : en effet l’EDD s’inscrit dans un cadre national (Charte de l’environnement, Stratégie nationale de DD, SNDD) mais aussi international : celui de la  Décennie mondiale pour l’EDD de l’Unesco.

De l’édition adaptée au héros handicapé

Magie des mots et des images, pouvoir de la littérature : parents et éducateurs savent combien le livre compte pout tout enfant. Marie-Ange Pompignoli a rendu compte dans la Revue des livres pour enfants de juin 2010 des actes du colloque Littérature, Jeunesse et handicap (INS HEA, 2007).

Garantir à tous l’accès au livre nécessite d’élaborer des supports spécifiques : adaptation des classiques, traduction en langue des signes, versions  tactiles ou  en braille. Quelques maisons d’édition s’y emploient : Danger Public (collection « les Mots à l’endroit »), Monica Companys, Regards d’enfants, et la Fée des Mots. D’autres initiatives participent aussi de la rencontre entre le livre et son public : animer un blog à l’hôpital, proposer des séances de lecture, ou encore penser le théâtre comme entrée en littérature, particulièrement dans le cas d’hospitalisation de longue durée et de handicap moteur.

Mais on doit aussi explorer une autre piste et poser la question de la représentation du héros handicapé en littérature jeunesse ; des initiatives ont lieu en Europe (Tchéquie, Pays-Bas, Italie) ; en France, on peut saluer la BD de Jack et Greg La Bande à Ed, et la collection Castor Poche.

Après les effets de la loi de 2005 (Musset & Thibert, 2010) dans les bibliothèques (rampes d’accès, signalétique braille, boucles magnétiques) peut-on faire le pari de rendre l’objet livre accessible à tous ? C’est la question que pose Soizic Jouin dans ce même numéro. Dans une petite bibliothèque milanaise, des ergothérapeutes, des psychologues et des éducateurs ont franchi le pas : avec quelques subventions, des dons et beaucoup de bénévolat, ils ont crée un fonds de plusieurs centaines d’ouvrages adaptés, tous accessibles au prêt. L’objet livre en est transformé : pages plastifiées, reliures spirales, poignées pour tourner les pages…autant d’aménagements qui le rendent manipulable. Le mobilier accompagne cette démarche : les tables sont munies de tourne-page, de sets en plastique antidérapants, de pupitres et d’appui-bras ; les étagères sont toutes inclinées et munies de rampes. Des plateaux réunissent des « magnets » à l’image des couvertures, ce qui permet aux enfants de choisir leur livre sans se déplacer et sans rencontrer de trop grandes difficultés pour s’exprimer. Les livres sont soigneusement choisis (l’enfant autiste est particulièrement sensible aux jeux de rimes et de rythmes), et éventuellement aménagés.

La bibliothèque va plus loin encore et utilise la Communication améliorée et alternative (CAA) à destination des personnes sans langage oral ou écrit, avec des VOCAs (Vocal Output Communication Aids) tels le BIGmack qui diffuse des messages quand on presse un bouton, ou le BA.BAR (une page d’album est enregistrée sur un code-barres collé ensuite sur la page et lu grâce à un scanner). Des pictogrammes (par exemple le système BLISS, autre outil de la CAA) aident à la lecture mais aussi à communiquer sur ce qui a été lu.

En France, les bibliothèques publiques ont pris en compte l’adaptation pour les déficiences visuelles et auditives ; la médiathèque de l’hôpital Poincaré de Garches propose des livres tactiles mais privilégie la forme numérique. Les librairies qui proposent des fonds spécialisés, telle Talulu à Annemasse, méritent donc d’être connues, pour que le plaisir de feuilleter et de lire –ou de se faire lire- soit partagé, et que se multiplient les accueils spécifiques en bibliothèque.

Apprentissage des langues, médias sociaux et développement des ressources

Le projet LS6 (Language Learning and Social Media – 6 key dialogues) que  nous avons déjà présenté sur ce blog en est à sa phase 2 . Le thème retenu pour cette deuxième séance concerne le développement des ressources, toujours en lien avec l’apprentissage des langues et les médias sociaux.

La conférence (en anglais) portera sur le web 2.0 et les ressources en langues : nouvelle mode ou nouvelles perspectives méthodologiques ? (voir affiche) Les intervenants tenteront de répondre aux questions suivantes :

  • Le web 2.0 est-il l’avenir de l’apprentissage des langues ou une méthode de plus parmi toute une panoplie ?
  • Surestime-t-on l’influence du web 2.0 sur les pratiques d’apprentissage, comme cela a été le cas avec les médias des années 70 ?
  • Comment les ressources en langues évoluent en lien avec les communautés des réseaux sociaux ?

Interviendront :

  1. Marie-Noëlle Lamy (apprentissage des langues à distance à l’Open University) ;
  2. Regine Haschka-Helmer (Palabea.net)
  3. Kirsten Winkler (educhange movement)

Le débat sera animé par Linda Rath-Wiggins (Deutsche Welle).

A cette occasion, le réseau LS6 publie (avec le soutien de la Commission Européenne) une étude intitulée « Apprentissage des langues : ressources et réseaux » (Van Dixhoorn et.al, 2010) que l’on peut consulter (et télécharger) en français ou en anglais, directement sur le site du projet. L’étude a été coordonnée par RFI.

Toutes les informations sont accessibles sur la page dédiée de elearningeuropa. Il est aussi possible de suivre le compte Twitter du projet.

Pour suivre la conférence en direct, il suffit de suivre ce lien le moment venu. La conférence aura lieu le vendredi 1er octobre à 17h30 (heure de Paris).

——

Dixhoorn Lidwien Van, Loiseau Mathieu & Mangenot François et al. (2010). Aprentissage des langues ressources et reseaux. Commission européenne. En ligne : <http://www.elearningeuropa.info/files/LS6/aprentissage%20des%20langues%20ressources%20et%20reseaux%20DEF.pdf>.

Le petit enfant et les animaux. Apprentissage du monde, apprentissages des autres

L’animal a un rôle majeur dans l’équilibre de notre écosystème et pourtant sa présence, qui s’est longtemps perpétuée dans l’univers de la campagne et de la ferme, est en passe de devenir un souvenir lointain d’une humanité assez largement urbanisée. Quelque chose s’est perdu de cette intimité ancienne entre l’homme et l’animal. Que comprendre dès lors de ce qu’il en reste : ce compagnonnage de la petite enfance avec les animaux réels ou fictifs ? A quoi correspond cette médiation animale qui paraît être un intermédiaire obligé de la vie affective, de la vie sociale, de la construction de soi ?

Le séminaire BEES  (Bêtes, Environnement, Ecole et Société) 2010 se déroule les 5 et 6 octobre 2010 à l’INRP (Lyon).

Il se propose de décliner des approches pluridisciplinaires consacrées à la découverte de la vie par les enfants à travers le monde animal et en particulier dans l’espace de l’école, privilégié pour les apprentissages, à travers les situations pédagogiques qui y sont préconisées. Toutes les approches seront sollicitées (anthropologique, sociologique, psychologique, scientifique, littéraire, éducation au développement durable…) et la réflexion proposée portera sur toutes les modalités de la « présence animale » : présence effective ou figurée, figuration à prétention documentaire ou fictionnelle, etc.

Ce séminaire est conduit par l’équipe « Enseignement et Humanités » de l’INRP en collaboration avec l’équipe ACCES et en partenariat avec l’équipe TRAVERSES 19-21 (Grenoble 3) et l’Université Lyon I – IUFM (PRALIJE). Il est porté par l’AO ISCC 2008, Programme Interdisciplinaire de Recherche.

Il est articulé avec le dossier 58 de la Veille Scientifique et Technologique du mois de septembre 2010, consacré à l’éducation à l’environnement et l’éducation au développement durable dans une perspective interdisciplinaire.

En savoir plus

Programme

Infos pratiques

Contact : Marie Musset

Inscriptions ici

Les enjeux de qualité de la recherche en éducation scrutés à Genève

Genève fera office pendant une semaine de centre névralgique des réflexions sur la qualité de la recherche en éducation.

A partir du lundi 13 septembre, en effet,  s’y déroulera le congrès AREF 2010 (Actualités de la recherche en éducation et en formation), placé cette année sous le signe de la “cartographie” de la recherche en éducation francophone, thématique qui invite les contributeurs à mettre en perspective leurs travaux dans le champ au regard des questions vives, des points aveugles et de la dimension contextuelle dans laquelle se situent les recherches.

De nombreux acteurs de l’INRP participeront à ces journées. L’équipe de la Veille scientifique (VST) apportera en particulier sa contribution récente en matière de cartographie, concernant les grandes tendances de la recherche en éducation appréhendées à travers les articles de trois revues européennes.

Prolongeant les journées AREF, le projet européen EERQI propose à Genève son deuxième séminaire de travail (vendredi 17 et samedi 18 septembre), afin de présenter les résultats intermédiaires de son travail concernant la qualité des publications scientifiques en éducation et la possibilité de définir de nouveaux indicateurs. Alors que les précédentes tentatives de classement des revues par la Fondation européenne de la science ont suscité de large critiques partout en Europe (cf. notre dossier paru en juillet 2009), le projet EERQI apparaît comme une voie différente d’approcher l’enjeu de la qualité scientifique dans les productions de recherche du domaine des sciences humaines et sociales.

Les inscriptions sont encore ouvertes jusqu’à ce soir (vendredi 3 septembre).

Une plate-forme pour les nouveaux enseignants

Sous l’intitulé NéoP@ssaction, l’INRP a ouvert fin août un dispositif en ligne original pour la formation des enseignants et en particulier la formation des débutants.

A côté, en effet, des traditionnelles ressources issues de la recherche en accès libre (témoignages, analyses, points de vue et références documentaires), la plate-forme propose un ensemble de vidéos présentant des activités typiques qu’on peut retrouver en classe, à partir d’observations réelles réalisées auprès d’une cinquantaine d’enseignants débutants. Tout personnel de l’éducation nationale peut consulter ces vidéos, après une rapide formalité d’inscription.

La plate-forme rassemble ainsi une série de  situations professionnelles problématiques partagées par un grand nombre d’enseignants qui débutent dans le métier, quelle que soit l’activité scolaire enseignée, ainsi que les stratégies adoptées face à ces difficultés. Ces situations sont discutées et analysées sur le site, afin de permettre le partage d’expérience éclairé et modélisé par les chercheurs.

Le premier thème traité par la plate-forme est, rentrée oblige, l’entrée en classe et la mise au travail des élèves.

Le site web NéoPass : http://neo.inrp.fr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search