Le point sur… la mobilité étudiante

20% d’étudiants diplômés mobiles d’ici à 2020 ? Le défi lancé dernièrement par les ministres de Bologne est de taille, quand on a à l’esprit que moins de 3% des étudiants d’Europe sont bénéficiaires actuellement d’une expérience de mobilité…

Au menu des dossiers d’actualité de la VST, pour ce numéro 51 (déjà), nous vous proposons donc de cheminer sur les traces de la mobilité étudiante, entre mythe et réalité, dans le prolongement des dossiers précédents sur les universités dans la globalisation (Rey, 2007) et sur le marché mondial de l’éducation (Cavet, 2009).

Cette revue de littérature est l’occasion d’examiner les changements de perspective et d’échelle que connaît la mobilité étudiante depuis une vingtaine d’années et la position singulière qu’occupe l’Europe dans ce paysage. Les bilans réalisés pour les 20 ans d’Erasmus en 2007 et les 10 ans du Processus de Bologne en 2009 nous servent ici d’appui. Elle nous conduit aussi à interroger les bénéfices, réels ou imaginés, qui sont le plus souvent attribués à de telles expériences (accomplissement individuel, compétences en langue étrangère, compréhension des autres cultures, capital scolaire, employabilité…).

Après une première partie qui permet de définir les enjeux et les formes endossées par la mobilité étudiante, l’examen des flux entrants et sortants nous fournit des éléments de contexte pour mieux cerner le paysage migratoire mondial. Dans un troisième temps, nous concentrons notre analyse sur les politiques de la mobilité dans l’espace régional européen, avant de nous rapprocher, dans les deux dernières parties, des points de vue des étudiants. La réflexion nous porte d’abord sur le chemin qui conduit du projet de mobilité à l’expérience – ou plus exactement des projets aux expériences – pour ensuite interroger les perspectives offertes à court et moyen termes par la mobilité, en matière de parcours d’études et d’opportunités professionnelles.

Nous vous rappelons que le dossier est désormais diffusé en 3 formats : “en bref” pour tout savoir en une page (ou presque), “l’essentiel” pour avoir un aperçu plus précis du contenu en quatre pages (la synthèse de la synthèse en gros) et “l’intégrale” (en plein de pages) pour approfondir le sujet. Sans oublier la bibliographie et ses compléments, toujours consultable et exportable sur notre plateforme collaborative. Bonne lecture !

Pédagogisme, sciences de l’éducation et philosophie

De temps en temps, il peut être utile de revoir ses fondamentaux. La pédagogie en est un. Mais pourquoi certains s’écharpent-ils sur le sujet et mélangent-ils pédagogie et pédagogisme ?
Une chose est sûre : les propos des uns font grincer les dents des autres et inversement. L’élève est il au centre ou à la périphérie ? Quelle est la posologie pour absorber ces fichues connaissances et compétences (savoirs, vous avez dit savoirs) ?
Voici quelques morceaux choisis :
Quelques unes des dernières assertions sur le pédagogisme
« Le pédagogisme est un ensemble de techniques éducatives issues du rousseauisme et de l’illusion libertaire qui privilégient une idéalisation de l’enfant. Le pédagogisme en considérant que l’enfant est l’artisan de son propre savoir et le maître d’œuvre de son développement, se place au même niveau que l’enfant et limite tout symbole d’autorité éducative ou culturelle. Continuer la lecture de « Pédagogisme, sciences de l’éducation et philosophie »

Pourquoi décideurs et praticiens de l’éducation n’utilisent-ils pas les résultats des recherches ?

Sous le titre “Éducation et recherche : des liens à construire”, l’ association française des administrateurs de l’éducation (AFAE) a consacré le dossier passionnant de son numéro 124  de la revue Administration et Éducation à la question récurrente du faible impact des recherches en éducation sur le système éducatif.

D’un côté, en effet,  les responsables des politiques publiques  tiennent rarement compte des acquis des recherches, que ce soit pour étayer aussi bien que pour éclairer leurs décisions, même lorsque ces résultats sont robustes et consensuels dans la communauté scientifique.

De l’autre côté, les praticiens semblent bien  souvent suspecter les conclusions des recherches d’être toujours moins pertinentes que les savoirs “du terrain” et les recettes des collègues en place.

Des deux côtés, le “bon sens” ou son expérience personnelle  (de parent, de prof, d’ancien élève…)  semble fournir des savoirs suffisants pour avoir une opinion sur  ce qui est utile et pertinent en matière d’éducation.

Qu’il s’agisse des IUFM ou des sciences de l’éducation, il est ainsi de bon ton de railler ou disqualifier l’ensemble des recherches concernant l’éducation.

En fait, en matière d’éducation, tout se passe comme si divers intérêts convergeaient pour évacuer toute argumentation scientifique, Agnès van Zanten soulignant que le discours du chercheur est, dans le débat public, sans cesse “mis sur un pied d’égalité avec celui d’intellectuels parlant sans base empirique, de décideurs ou d’acteurs de terrain“.

Dans le même temps, une doctrine se développe dans de nombreux pays et organisations internationales plaidant pour que l’on confronte et adosse mieux les politiques et les pratiques éducatives aux résultats de la recherches (cf. notre dossier de 2006 sur ce sujet de “l’evidence based policy” ). Une notion encore peu répandue en France, sans doute en partie d’une culture ministérielle peu ouverte aux recherches , comme le dénonce Antoine Prost avec vigueur dans son article, parlant d’un “âne qui n’a pas soif“, là où J.R. Cytermann parle, de façon moins véhémente, d’un “rendez-vous manqué“‘.

Si les pouvoirs publics ont leur responsabilité, les acteurs du monde de la recherche ne sont pas non plus exempts de tout reproche, comme le note Roberto Caneiro (ancien ministre de l’éducation au Portugal) : “le discours de la liberté académique et scientifique, intouchable dans ses fondements éthiques, sert bien souvent de couverture à l’égoïsme des chercheurs et alimente un autisme devant les exigences d’une plus grande responsabilité et transparence de la politique publique scientifique et de l’argent public qui lui est consacré“.

En tout état de cause, on constatera dans ce numéro de la revue de l’AFAE une convergence remarquable sur le diagnostic entre les différentes contributions, émanant pourtant de chercheurs, cadres et praticiens de divers horizons.

Continuer la lecture de « Pourquoi décideurs et praticiens de l’éducation n’utilisent-ils pas les résultats des recherches ? »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search