Le projet professionnel dans l’enseignement supérieur : de la démarche aux outils – AFEC 2009

Ce billet fait partie d’une série de compte-rendus consacrés au 32e colloque de l’Association francophone d’éducation comparée (Dijon, juin 2009), sur le thème “Orientation et mondialisation”.

les univers conceptuels qui permettent de penser l’orientation (anthropologique, sociologique, psychologique)
les réformes de l’école secondaire en Afrique au service d’une orientation mieux maîtrisée
l’approche orientante, depuis ses origines québécoises jusqu’à ses applications en France
– les écoles de la deuxième chance, en France (et aussi en Europe)
– [les dispositifs de type projet professionnel dans l’enseignement supérieur]

Avec Jean Arrous (université Strasbourg 3 et association Projetpro), on réalise que la question du projet professionnel à l’université n’est pas tout à fait nouvelle, même si elle bénéficie d’un intérêt accru ces dernières années, en raison de forts taux d’échecs en premier cycle. Et si les fondements théoriques sont québécois (travaux de Denis Pelletier, Charles Bujold et Gilles Noiseux sur l’ADVP), la source française est lyonnaise : c’est en effet à l’université Claude Bernard (Lyon 1) en 1984 que le projet professionnel a été introduit pour la première fois, auprès des étudiants de 1ère année de sciences. Cette initiative est intervenue à une époque particulièrement propice en termes d’expérimentation, alors que quelques professionnels engagés – dont Geneviève Latreille – s’investissaient pour implanter et approfondir l’ADVP (Activation du développement vocationnel et personnel) en France. C’est aussi peu ou prou à cette période que l’association Trouver créer a été créée, premier “lieu” français de réflexion pour une approche éducative de l’orientation. Une association, qui sous la houlette de Robert Solazzi, continue aujourd’hui encore à fédérer les partisans d’une conception de l’apprentissage fondée sur l’expérience personnelle. Continuer la lecture de « Le projet professionnel dans l’enseignement supérieur : de la démarche aux outils – AFEC 2009 »

L’approche orientante : du Québec à la France – AFEC 2009

Ce billet fait partie d’une série de compte-rendus consacrés au 32e colloque de l’Association francophone d’éducation comparée (Dijon, juin 2009), sur le thème “Orientation et mondialisation”.

les univers conceptuels qui permettent de penser l’orientation (anthropologique, sociologique, psychologique)
les réformes de l’école secondaire en Afrique au service d’une orientation mieux maîtrisée
– [l’approche orientante, depuis ses origines québécoises jusqu’à ses applications en France]
– les écoles de la deuxième chance, en France (et aussi en Europe)
les dispositifs de type projet professionnel dans l’enseignement supérieur

Il ne fait aucun doute qu’un des mots clés de cette 32e édition du colloque AFEC est le terme “entreprendre”. On a déjà évoqué l’avènement de cet individu post-moderne “entrepreneur de soi” avec Jean Guichard (cf. billet 1) ; on a également retenu avec Jean-Marie de Ketele, que l’approche par compétences vise à former des entrepreneurs (cf. billet 2).
Le symposium consacré à l’approche orientante met à son tour en évidence l’importance d’une telle posture dans une démarche d’orientation. Ne serait-ce que parce que c’est sous ce libellé conjoint, “orientation et entrepreneuriat”, que l’orientation est introduite dans le curriculum québécois au début des années 2000, à la faveur du vaste mouvement de réforme du renouveau pédagogique. Mais aussi parce qu’il s’agit du fil conducteur du dernier colloque de l’AQISEP (association québécoise d’information scolaire et professionnelle), intitulé “j’entreprends… ma vie”, qui s’est déroulé mi-juin à Québec, comme nous le rappelle Gaston Leclerc, président de l’association .
Continuer la lecture de « L’approche orientante : du Québec à la France – AFEC 2009 »

Productivité et qualité scientifique : avec quelles publications compter ?

L’année universitaire a été marquée par des contestations, diverses mais durables, d’une partie des universitaires et des étudiants contre les réformes gouvernementales (loi “LRU”, décret sur les enseignants-chercheurs…). On trouvera des synthèses, des lectures, des analyses et des points de vue très intéressants sur cette question dans le dossier mis en ligne par La Vie des Idées.

Parmi les motifs de la contestation, la question des modes d’évaluation des universitaires et de leur productivité scientifique a tenu une place non négligeable, tant elle touchait  l’identité professionnelle de ceux que l’on appelle les “enseignants-chercheurs”.

Classements de revues, bibliométrie, indices de citation, palmarès, indicateurs de qualité : la polémique, à la fois nationale et internationale, a en effet porté sur des notions souvent mal connues dans le monde des sciences humaines et sociales.

Le cœur de la controverse réside surtout dans l’idée que l’on puisse utiliser des mesures quantitatives opérées sur des publications pour apprécier la productivité scientifique des chercheurs et enseignants-chercheurs. Si la communauté scientifique est plutôt attachée aux dispositifs d’évaluation par les pairs (peer review), l’évaluation par les chiffres fascine en effet toujours les décideurs et les profanes soucieux de disposer de références simples à comprendre et à manipuler.

C’est pourquoi nous avons consacré le dossier d’actualité n° 46 de la VST à cette question, en nous ‘interrogeant autant que possible sur la traduction de ces problématiques dans le domaine de la recherche en éducation.

Réformer l’école secondaire pour mieux orienter en Afrique – AFEC 2009

Ce billet fait partie d’une série de compte-rendus consacrés au 32e colloque de l’Association francophone d’éducation comparée (Dijon, juin 2009), sur le thème “Orientation et mondialisation”.

les univers conceptuels qui permettent de penser l’orientation (anthropologique, sociologique, psychologique)
– [les réformes de l’école secondaire en Afrique au service d’une orientation mieux maîtrisée]
l’approche orientante, depuis ses origines québécoises jusqu’à ses applications en France
– les écoles de la deuxième chance, en France (et aussi en Europe)
les dispositifs de type projet professionnel dans l’enseignement supérieur

Deux interventions plénières lors de ce colloque permettent d’appréhender les questions d’orientation dans les systèmes éducatifs africains.
– celle d’Alain Mingat (Irédu) : L’efficacité externe des pays en voie de développement et l’orientation post-primaire.
– celle de Jean-Marie de Ketele (université libre de Bruxelles) : Les compétences dans les curricula du monde francophone et leurs effets attendus sur l’orientation tout au long de la vie.

Avec une précision statistique chirurgicale, Alain Mingat met en évidence les écueils des systèmes éducatifs dans les pays en voie de développement, africains essentiellement. Il fournit ainsi un exemple concret de cette indexation au contexte évoquée par Francis Danvers (cf. billet 1), dans la conférence précédente ; enfin, il s’agit plutôt de plusieurs exemples du conflit fondamental qui oppose “forces internes” (continuité scolaire) et “forces externes” (marché du travail), tant les situations peuvent varier d’un pays à l’autre. Mais malgré cette diversité, l’analyse (macro) montre des formes convergentes dans les manifestations de ce conflit, qui requiert des solutions également convergentes : l’orientation est et sera en effet bien impuissante à résoudre ce conflit si aucune refonte des systèmes secondaires n’est entreprise à court terme.
Continuer la lecture de « Réformer l’école secondaire pour mieux orienter en Afrique – AFEC 2009 »

Quel homme l’école doit-elle produire ? – AFEC 2009

Le 32e colloque de l’AFEC (association francophone d’éducation comparée), co-organisé avec le CIREL-Profeor de Lille et l’ IREDU-CNRS de Dijon, a rassemblé fin juin quelques 200 personnes issues d’un grand nombre de pays francophones, depuis le Québec jusqu’au Burkina Faso en passant par la Belgique. Cette manifestation a également été l’occasion d’un renouvellement du bureau de l’association : Régis Malet termine là son mandat à la présidence de l’AFEC, après avoir oeuvré à la refonte de la revue Education comparée, et passe le flambeau à son collègue Abdel-Rahamane Baba-Moussa jusqu’alors secrétaire général.

Avec une thématique fédératrice autour du couple polysémique Orientation et mondialisation, le colloque a privilégié une approche pluridisciplinaire, offrant de multiples pistes de réflexion sur les aspects contextuels de l’orientation et sur les inégalités qui sous-tendent l’action des politiques publiques et l’engagement des acteurs de terrain.

Plusieurs billets rendront compte de la richesse des échanges qui ont nourri ces 2 jours et demie :

– celui-ci sur les univers conceptuels qui permettent de penser l’orientation (anthropologique, sociologique, psychologique)
– un 2e sur les réformes de l’école secondaire en Afrique au service d’une orientation mieux maîtrisée
– un 3e sur l’approche orientante, depuis ses origines québécoises jusqu’à ses applications en France
– un 4e sur les écoles de la deuxième chance, en France (et aussi en Europe)
– un dernier sur les dispositifs de type projet professionnel dans l’enseignement supérieur

Pour paraphraser Georges Solaux lors de sa conclusion, on peut dire que la question qui a finalement servi de fil rouge dans l’ensemble des interventions plénières, quel que soit l’angle de vue adopté, est celle de la vision de l’homme de demain – et de la femme aussi bien évidemment (pardon à Françoise Vouillot) – que la société / l’école souhaite promouvoir ou bien promeut malgré elle.
Continuer la lecture de « Quel homme l’école doit-elle produire ? – AFEC 2009 »

Le Ministère de l’éducation nationale à l’heure du numérique

Le Ministère de l’éducation nationale se met activement, semble-t-il, à l’heure du numérique avec l’utilisation de services extérieurs issus du web social (ou encore appelé web 2.0). Nous vous informions au milieu du mois de juin de l’ouverture d’un canal de microblogging sur la plateforme Twitter, ainsi que de la création d’une webTV ministérielle et d’une chaine dédiée sur la plateforme Dailymotion.

Depuis, l’annonce a été faite d’un service de cours en ligne, du CP à la Terminale, avec l’académie en ligne, le 19 juin (voir le communiqué de presse et l’article sur le site du ministère). Le Café Pédagogique s’en est fait l’écho dans ses colonnes, tout comme le site educinfo. Pour commencer, le site propose des activités du type cahiers de vacances pour les élèves de primaire et de secondaire sous la forme de fichiers pdf (ou parfois animés pour les plus petits) et de fichiers son à écouter directement sur le site. Il s’agit de cours du CNED (qui est responsable de ce site) mis à disposition gratuitement.  La navigation se fait par niveau de classe, par matière ou encore par mot clé. Il est prévu pour la rentrée prochaine que le contenu soit enrichi pour couvrir l’intégralité des programmes des enseignements généraux.

Le ministre a mis en avant l’aspect républicain du projet en donnant à chacun la possibilité d’accéder au savoir gratuitement (entrant en concurrence avec les éditeurs privés de cahiers de vacances) dans la continuité des missions de service public. Le rayonnement international de la France n’est pas oublié dans la mesure où la volonté est d’offrir aux pays francophones, notamment africains, la possibilité de recourir à ces ressources. Continuer la lecture de « Le Ministère de l’éducation nationale à l’heure du numérique »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search