Quelles pratiques collaboratives à l’heure des TIC ?

Le dernier dossier d’actualité de la VST daté du mois de mars 2009 pose la question des pratiques collaboratives à l’heure des TIC.

« La collaboration est assurément un thème à la mode, un point de passage obligé du discours politiquement et pédagogiquement correct » (Chaptal 2009). Le terme « collaboratif » a connu un renouveau d’intérêt avec l’arrivée des technologies de l’information et de la communication (TIC), et surtout avec l’avènement du web dit 2.0. Les outils de réseaux sociaux en ligne prolifèrent, qu’ils soient à usage privé ou professionnel (mais la distinction entre les deux est de moins en moins évidente : les différents « mondes » se télescopent et s’interpénètrent), et invitent les utilisateurs à toujours plus collaborer. Du moins, cette possibilité est-elle fortement mise en avant par ces différents services.

Les TIC ont révolutionné – et sont encore en train de révolutionner – notre façon de vivre, d’agir et même de penser. C’est la thèse défendue par Lévy dans son livre sur « l’intelligence collective ». Les échanges collectifs, la collaboration sont partie intégrante de ce nouveau monde.

Ce dossier d’actualité se centrera sur l’aspect collaboratif de ces technologies de l’information et de la communication : nous tenterons de définir ce qu’est le travail collaboratif, puis de voir quelles sont les pratiques collaboratives : d’une part entre enseignants et d’autre part au sein de la classe. Enfin, nous verrons en quoi les TIC et plus particulièrement certains outils ou dispositifs peuvent favoriser l’apprentissage collaboratif.

Pascal Bouchard lance un site de débat sur l’éducation

Journaliste et essayiste bien connu dans le monde de l’éducation, ancien chroniqueur à France Culture, ancien fondateur de l’Agence Education Formation et auteur de nombreux ouvrages, Pascal Bouchard s’est lancé dans une nouvelle aventure avec le site “ToutEduc”, créé fin 2008

ToutEduc cherche à réunir, sur des sujets d’intérêt commun, les professionnels et les militants du secteur éducatif au sens large (Education nationale, périscolaire, accès à la culture, petite enfance, éducation sous main de justice, orientation, personnels jeunesse et éducation des collectivités).

Parmi les objectifs originaux du site : élaborer des réponses concrètes à des questions concrètes, en sollicitant les contributeurs qui se sont (gratuitement) inscrits sur le site.

Exemple de questions de ces derniers jours : “peut-on tout évaluer?“, “Comment aider un enfant maltraité par ses camarades ?“, “L’exclusion comme sanction : un mal nécessaire ?“.

Pas question, en revanche, de tomber dans les débats du café du commerce ou les poméliques récurrentes pédago/républicains, qui ont souvent amené l’arrêt de nombreux blogs et sites de débats éducatifs. Soucieux de s’appuyer à la fois sur des avis et des expertises des professionnels de l’éducation, les rédacteurs de ToutEduc ont donc conçu une sorte de site collaboratif démocratique à leur service.

http://www.touteduc.fr

Sur les traces du marché mondial de l’éducation

Le dernier Dossier d’actualité de la VST, daté de février 2009, s’aventure “Sur les traces du marché mondial de l’éducation”.

À l’instar de la culture, de la santé et de la recherche scientifique, le secteur de l’éducation semble en effet progressivement gagné par un discours et des exigences autrefois réservés aux activités industrielles et commerciales : rationalité économique, management de la performance, efficacité, rendement, retour sur investissement… Dans le même temps, de nouveaux modes de régulation des systèmes éducatifs dans les pays occidentaux et un climat général d’austérité budgétaire conduisent écoles et universités à externaliser certaines de leurs missions, à sceller des partenariats avec des entreprises ou même à faire appel à des donations privées.

Future force de travail pour l’économie mais déjà pleinement consommateurs, élèves et étudiants constituent un formidable marché potentiel qui suscite l’intérêt des nouveaux entrepreneurs. La mondialisation accentue ce processus, introduisant à grande échelle une concurrence entre les offres de formation, privées comme publiques, et, par delà, entre les États, sans cesse livrés à des comparaisons et des classements internationaux.

Si ces processus font déjà l’objet d’une abondante littérature, oscillant entre analyses théoriques, prises de position polémiques et interprétations alarmistes, ce dossier opte pour une approche plus pragmatique, en quête des signaux, forts ou faibles, qui manifestent la présence de nouvelles logiques dans les relations entre éducation et marché.
Ce parcours sur les traces du marché de l’éducation s’effectue selon deux axes complémentaires : la privatisation de l’enseignement et l’internationalisation des marchés.

Quelle place et quel rôle occupe aujourd’hui l’enseignement privé au sein du système éducatif, de l’école à l’université ? Quelles nouvelles relations se tissent entre le secteur public d’éducation et des partenaires privés ? Par quelles formes et sous quelles pressions s’opère l’internationalisation du marché éducatif ? La formation à distance est-elle en train d’accomplir la « révolution » du marché si souvent annoncée ? Et, finalement, dans quelle mesure les réalités observées justifient-elles les craintes récurrentes d’une « marchandisation » de l’éducation ?

À travers une revue de littérature scientifique francophone et anglophone, ce Dossier propose un point d’actualité sur ces questions.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search