Éducation des enfants de migrants en Chine

Le site Curiosphere.tv, « l’éducation en images avec France 5 », vient de mettre en ligne un reportage filmé sur une école pour migrants à Pékin, l’école Ming Yuan, créée en 1995 et première école légalisée par le gouvernement, en 2003. En Chine, les « migrants » sont en fait des Chinois originaires des campagnes. L’exode rural s’est accéléré ces dix dernières années avec une augmentation de plus de 300 % des mouvements migratoires de la campagne vers les centres urbains.

Pour inscrire leurs enfants à l’école, les parents migrants doivent fournir leur livret d’enregistrement de résidence (Hukou) et un certificat prouvant que personne ne peut prendre en charge les enfants dans la commune d’origine.

Pour pallier cette discrimination, de nombreuses écoles se sont créées, avec de maigres moyens, parfois aidées par des organisations non gouvernementales ou internationales, parfois par des dons privés, parfois par le gouvernement.

A Pékin, on compterait 200 à 300 écoles pour migrants, la plupart non reconnues. En 1998, les autorités chinoises ont décrété que les écoles non reconnues seraient désormais autorisées, et que les grosses municipalités ne pourraient interdire leurs écoles aux enfants de migrants. La réaction de certaines villes a été de pratiquer des droits d’inscription prohibitifs (pouvant représenter plus de 50 % d’un salaire). Lors du cinquième recensement national, en 2000, il y avait plus de 20 millions d’enfants migrants pour 200 millions de travailleurs migrants. Outre la difficulté d’être scolarisé dans de bonnes conditions, les enfants de migrants doivent suivre leurs parents au fil de leur recherche d’emplois (Irwin, 2000). Selon les autorités chinoises, 4 % des enfants de migrants ne seraient pas scolarisés. Ce chiffre varie de 0,8 % à l’âge de 8 ans jusqu’à 15,4% pour les enfants de 14 ans (NWCCW, 2003).

Mais un bon nombre d’enfants migrants ne sont pas recensés. La fermeture d’un grand nombre d’école pour migrants et la difficulté à intégrer les enfants de migrants dans une école publique, incitent les parents à laisser leurs enfants à la campagne, à la garde d’un aïeul ou parfois seul : selon les chiffres de la Fédération de Toutes les Femmes de Chine, en février 2000, 58 millions d’enfants seraient abandonnés dans la Chine rurale lorsqu’au moins un de deux parents travaille toute l’année en ville. La discrimination par l’argent, par l’accès à l’éducation et à la santé est un problème crucial dans une société chinoise en plein évolution. L’UNESCO a initié début 2007 un projet «Chine-éducation des enfants migrants», visant à éduquer les enfants migrants vivant dans la misère et la discrimination. La Fondation des enfants de Chine a, de son côté, lancé en mai 2008 un « plan soleil » pour fournir une meilleure éducation aux enfants de migrants, afin d’aider “les écoles sélectionnées à construire des bibliothèques, à s’équiper de dispositifs informatiques et de projecteurs sur grands écrans. Selon le “plan soleil”, des experts et des célébrités seront également invités à donner des cours aux élèves“.

Pour en savoir plus :

  • Système de Hukou en Chine (2005). Extrait d’un rapport du Sénat, repris sur le site Chine informations.
  • Zhihong Sa (2004). A Case Study of Rural-Urban Migrant Children’s Education Barriers in China. Annual meeting of the American Sociological Association, août.
  • Froissart Chloé (2003). “Les aléas du droit à l’éducation en Chine : Enquête sur la scolarisation des enfants de travailleurs migrants à Chengdu” . Perspectives chinoises, n°77, mai-juin.
  • Amnesty international (2007). Chine : Les migrants de l’intérieur du pays face à la discrimination et aux atteintes aux droits humains : le coût humain du «miracle» économique. Paris : ÉFAI, p. 22-33.

Pédagogie Freinet et élèves en difficulté

Le service formation de formateurs de l’INRP a organisé les 3 et 4 juin dernier deux jours de formation de formateurs sur « un mode de travail pédagogique » en « milieux difficiles ». Les acteurs de ce mode de travail étaient les enseignants de l’école primaire Hélène Boucher de Mons-en-Baroeul. Cette école expérimentale s’est « construite » autour de la pédagogie Freinet et d’une synergie entre inspecteur d’académie, fédération ICEM, enseignants volontaires, sur un protocole de 5 ans, associant l’équipe de recherche Théodile, de l’université Lille 3.

Les chercheurs, didacticiens, sociologue et psychologue, avaient pour principes de recherche la description des modalités pédagogiques mises en place, les effets engendrés, la spécification des relations entre les pratiques et leurs effets, la transférabilité des dispositifs.

Continuer la lecture de « Pédagogie Freinet et élèves en difficulté »

Entre sur-qualification et professionnalisation : quels diplômes pour demain ?

L’actualité nous conduit, en cette période où certains, entrants ou sortants de l’enseignement supérieur, s’interrogent sur leur devenir à court terme, à explorer plus avant quelques publications récentes sur les questions de diplômation et d’insertion professionnelle. En ce mois de mai, le Céreq nous a gratifié de deux nouvelles publications sur les relations formation / emploi. La première intitulée Des emplois plus qualifiés, des générations plus diplômés : vers une modification des normes de qualification (Bref n°252, pdf, 4 pages) nous apprend que le niveau de diplômes progresse plus vite que le niveau de qualification des emplois et qu’il s’agit là d’un phénomène démographique qui ne manquera pas d’impacter nos représentations sociales. Faut-il entendre que la sur-diplômation doit être considérée comme naturelle dans nos sociétés contemporaines ? Autrement dit est-ce inéluctable qu’elle se banalise au point de devenir une norme ?

Continuer la lecture de « Entre sur-qualification et professionnalisation : quels diplômes pour demain ? »

Education, immigration, égalités des chances

« Les enfants issus de l’immigration réussissent moins bien à l’école ». Cette assertion mérite d’être discutée. Bien que les facteurs discriminant ou incriminant la scolarité des enfants migrants aient été listés, confortés et/ou contestés de longue date, plusieurs études récentes réalisées par l’OCDE permettent de mettre en exergue certains constats ou de faire tomber d’autres évidences. Le dernier dossier d’actualité de la VST intitulé « Éducation, migration, inégalités et intégration en Europe » articule le questionnement de l’OCDE quant aux performances des élèves issus de l’immigration et tente de donner quelques exemples issus de travaux de recherche, permettant de dire que, toutes choses étant égales par ailleurs, les enfants issus de l’immigration peuvent réussir mieux que d’autres, qu’on observe des signes de discrimination quant à l’accès à l’éducation et quant à l’orientation au cours du parcours scolaire. Et qu’il est par ailleurs difficile de comparer les différences de performances du fait de la disparité des marqueurs sociaux utilisés dans tel ou tel pays.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search