« Il sera une fois » : Jack Zipes revisite les contes de fées

Jack Zypes, professeur d’allemand à l’université du Minnesota et spécialiste reconnu des contes de fées, relit ici les contes à l’éclairage d’autres théories, par exemple le darwinisme social, la linguistique ou la génétique textuelle, et souligne que ses analyses, attachées à un corpus européen et nord-américain, sont toutefois transposables à d’autres cultures.

« Il sera une fois »

Parmi les pistes suivies dans son ouvrage, Zipes explore celle du « il sera une fois » incessant qui permet aux contes de fées d’accompagner la civilisation. Comme l’humanité, le conte évolue et reste efficace, car il est ancré dans notre mémoire collective. Le contexte économique et politique, l’invention de la presse et le développement des mass media on favorisé son caractère hybride, relevant à la fois de l’écrit et de l’oral. Il a naturellement canalisé et formalisé les codes sociaux et moraux de son époque. Ainsi, l’on a fait un jour remarquer à Jack Zipes qu’Harry Potter était un avatar de l’archétype du conte de Cendrillon. En effet le conte, par ses enjeux même, est amené à se transformer, assurant ainsi lui-même sa relève. Continuer la lecture de « « Il sera une fois » : Jack Zipes revisite les contes de fées »

Statistiques ethniques

Dans le dernier numéro de la Revue française de sociologie (2008), G. Felouzis a coordonné un dossier sur l’usage des catégories ethniques en sociologie.

L’usage ou l’utilité de statistiques ethniques sont évoquées pour lutter contre la discrimination indirecte, la promotion de la diversité dans les organisations. En 2000, cette volonté s’est traduite par plusieurs directives de la communauté européenne et depuis 2004, par plusieurs rapports remis à divers ministres, concernant plus précisément les statistiques d’entreprises (photographie statistique avec questionnement anonyme sur l’appartenance à une minorité visible, évolution des recrutements par auto-déclaration ou calcul « à vue de nez » sur les noms et prénoms, utilisation des enquêtes INSEE sur l’emploi avec questions sur la nationalité et le pays de naissance des parents, études ponctuelles sur les candidats à la fonction publique, etc.) .

Continuer la lecture de « Statistiques ethniques »

Les compétences dans l’éducation, concept passe-partout ou nouvelle frontière pédagogique ?

La VST a publié un dossier d’actualité intitulé “de la transmission des savoirs à l’approche par compétences“. Il vise à faire le point sur les différents sens du mot « compétence » dans un contexte scolaire, alors que la présence fréquente de cette expression dans de nombreux dispositifs éducatifs va souvent de pair avec un certain flou conceptuel.

Qu’est-ce qui différencie une compétence d’un savoir ?

S’agit-il d’une approche plus concrète et pratique des connaissances ou d’une remise en cause des disciplines traditionnelles? D’une nouvelle façon de piloter les curriculums ou d’une autre méthode pédagogique ? S’agit-il de simplement désigner la montée en charge de problématiques interdisciplinaires ou de construire une démarche d‘apprentissage inédite ?

Il n’y a apparemment pas de consensus net qui se dégage sur ces questions, tant dans la communauté des chercheurs que dans le monde éducatif. On a par exemple pu remarquer que pour certains spécialistes des compétences, ces dernières représentent une alternative à la pédagogie par objectifs issue des conceptions comportementalistes alors qu’en France, notamment, de nombreux pédagogues utilisent les objectifs dans un cadre d’inspiration socio-constructiviste bien éloigné du behaviorisme.

Au niveau international, l’idée de compétences clés a bien été popularisé par les organisations internationales, mais on note encore de larges différences entre par exemple les variantes de « skills » dans les pays de langue anglaise ( « basic skills », « life skills »…), qui désignent souvent des compétences pré-professionnelles ou sociales de base et les « compétences » mises au cœur des réformes pédagogiques au Québec (Renouveau pédagogique) ou en Communauté française de Belgique (décret Missions).

Au niveau français, le « socle commun de connaissances et de compétences » adopté en 2005 constitue encore la référence officielle censée guider les contenus d’enseignement, mais on ne peut que constater que la récente réforme des programmes de l’école primaire est assez éloignée à ce qu’est censée représenter l’approche par compétences : contextualisation des connaissances, apprentissage par situations-problèmes, intégration des savoirs plutôt que segmentation par discipline et par sujet, etc.

En fait, on peut se demander si le concept de compétences, beaucoup plus abordé et discuté dans les autres pays francophones, n’est pas resté encore largement bloqué aux portes des écoles françaises, dont la tradition académique et la régulation par programmes se révèle particulièrement rétive à ce qu’implique l’introduction des compétences dans un curriculum global.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search