Le choix de l’école : avantages et inconvénients

Aux Etats-Unis, les défenseurs du libre choix voient en lui un moyen de mener à bien le changement dans l’école basée sur les principes du marché libre alors que les opposants avertissent des conséquences liées aux effets indirects de cette réforme.Les centres de recherche EPRU (Education Policy research Unit), EPIC (Education and the Public Interest Center) et Great Lakes viennent de publier une série de dix rapports, tous consacrés à la problématique du choix de l’école (School Choice). Le sujet y est examiné sous toutes ses formes, les charters schools, les chèques éducation, les magnets schools ou encore l’école virtuelle, et permet de mieux comprendre les multiples nuances qu’offre cette réforme.

Chaque contributeur a choisi d’examiner un modèle spécifique et de rassembler et analyser les conclusions des recherches déjà menées. Un autre point commun entre ces rapports a été de prendre en compte l’impact de ces modèles sur le système éducatif public traditionnel.

(Source : EPIC/EPRU Press Room)

Les enseignants face aux nouvelles prescriptions

Dans le cadre des « Mercredis de la bibliothèque », Françoise Lantheaume (Université Lyon 2) a présenté les résultats de travaux réalisés en collaboration avec Sabine Coste et Françoise Bessette Holland et qui viennent d’être publiés sous le titre « Les enseignants de lycée professionnel face aux réformes, tensions et ajustements dans le travail ».

Le point de départ de ces travaux a été une série de questions : Que font les enseignants des nouvelles injonctions ? Cela modifie t-il leur travail ? Sont ils des « saboteurs » ? Sont-ils incompétents face au changement ? Comment introduisent-ils le changement dans leur travail ? Existent-ils des résistances ? Ces résistances sont-elles facteurs de réussite ? Le projet a été de suivre une prescription : « mettre en œuvre les projets pluridisciplinaires à caractère professionnel (PPCP) ».

Extrait de la circulaire du 29 juin 2000 :

“Le projet pluridisciplinaire à caractère professionnel est pluridisciplinaire : Le projet pluridisciplinaire à caractère professionnel est par nature l’objet et le produit d’un travail en équipe, tant pour les élèves que pour les enseignants.La pluridisciplinarité envisagée ici est à considérer dans un sens large. Elle recouvre toutes les formes de coopération entre les disciplines, qu’il s’agisse d’une association en vue d’une réalisation commune ou de démarches de type interdisciplinaire ou transdisciplinaire.À travers ces différentes démarches, l’objectif visé est l’acquisition des savoirs et des savoir-faire des différentes disciplines. Il ne peut se limiter à l’acquisition de capacités ou compétences transversales.”

Continuer la lecture de « Les enseignants face aux nouvelles prescriptions »

Apprendre à faire du business à l’école?

Qui offre des programmes d’études interdisciplinaires par l’enseignement de concepts clés et de vocabulaire permettant de connecter l’élève à la réalité du monde ? Qui favorise la responsabilité, le leadership, la résolution de problèmes et la pensée critique « à travers » les mathématiques, le français, les sciences sociales et l’économie ?

La fondation californienne BizWorld, qui commercialise deux programmes, BizWorld et BizWiz, censés enseigner, en treize et sept sessions de 45 minutes, aux élèves de 8 à 14 ans (grades 3-8) « les concepts passionnants et pertinents d’entreprise, d’esprit d’entreprise et de gestion de l’argent ». Le discours commercial de cette entreprise s’enorgueillit des corrélations avec les standards nationaux, prône l’acquisition d’une nécessaire « acuité » dans la chose financière et met en avant le caractère ludique et innovant de cet enseignement. Bien entendu, de nombreuses manifestations permettent de valoriser les élèves ayant fait leurs preuves (mesurées par la hausse des profits annuels -virtuels).

Les documents distribués lors de la session 1 demandent aux élèves d’étudier un tableau donnant le taux de chômage et le niveau de salaire selon les diplômes obtenus et les fait réfléchir, sur ce qu’il serait bien de faire. Mais deux pages plus loin, il leur ait demandé de choisir une position virtuelle dans l’entreprise, entre président ou un des vice-présidents (le poste de vice-président pour les ventes ayant pour leitmotiv « vendre, vendre, vendre »). Cette initiative, qui justifie sa démarche, par des visées utilitaires (sans doute pour combattre l’endettement chronique), risque sans doute de faire peur aux détracteurs d’un enseignement des sciences sociales dès l’école primaire !

Selon Bernard Lahire, l’institution scolaire ne peut laisser «se développer des connaissances pré-rationnelles sur le monde social ». Pour éviter que ne soit utiliser, par défaut, des supports «ludiques » qui pourrait déformer l’image de la société ou orienter vers un univers impitoyable, songeons à l’une des compétences du « socle commun », la sixième, qui porte sur les « compétences sociales et civiques » et propose de se préparer à sa vie de citoyen grâce à « quelques notions de gestion », par la connaissance de l’organisation de le France (institutions, données démographiques et économiques, budget de l’Etat, fonctionnement des services sociaux). Comme on a aimé jouer à la marchande (tant pis pour les garçons), on peut jouer à être « patron » ou « trader », mais l’Education nationale a sans doute mieux à faire et des visées plus hautes et plus altruistes à proposer. Dernière point : les programmes d’enseignement BizWorld sont commercialisés dans plus de 84 pays, dont la France. Il serait intéressant de savoir comment et à quel niveau d’enseignement (CM2 semble-t-il) sont utilisés ces programmes?

  • Lahire Bernard (2005). « Vers une utopie réaliste : Enseigner les sciences du monde social dès l’école primaire ». In L’Esprit sociologique. Paris : La Découverte. p. 388-402.

Socle commun et littérature

Notre Dossier d’actualité de février 2008 s’intitule « De la communale au socle commun : littérature et culture humaniste ». Il s’intéresse à la définition et à l’usage de la « culture commune » et de la « culture humaniste », telles qu’elles sont définies depuis la loi d’orientation et de programme pour l’Avenir de l’Ecole (avril 2005), et jusqu’au projet de nouveaux programmes de l’école primaire (février 2008). En effet, les programmes scolaires français envisagent la compétence culturelle plus qu’instrumentale : la littérature et son enseignement, lorsqu’il est bien conduit, contribuent à construire l’honnête homme du XXIe siècle.

Tout au long du dossier, les questions liées à la mise en place du socle commun des compétences et des connaissances dans le paysage scolaire français sont éclairées par les conceptions et les pratiques d’autres pays. Ce dossier s’articule avec le colloque organisé par l’équipe Littérature et Enseignement de l’INRP, intitulé « Français, littérature, socle commun : quelle culture pour les élèves, quelle professionnalité pour les enseignants ? », qui se déroulera du 12 au 14 mars à Lyon.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search