Archives mensuelles : janvier 2008

Usages des wikis dans la co-construction des savoirs : de beaux chantiers en perspective…

Les injonctions pour la mise en oeuvre d’activités collaboratives ne manquent pas d’interpeller tous les acteurs des systèmes éducatifs. Qu’il s’agisse par exemple des travaux personnels encadrés (TPE) en classe de première, des certifications B2i / C2i ou tout simplement du Socle commun de connaissances et de compétences, les prescriptions plus ou moins fortes en direction d’un apprentissage collaboratif ne laissent pas de plonger dans la perplexité celles et ceux qui s’occupent de pédagogie, tant cette approche reste – structurellement ? culturellement ? – peu familière à l’institution.

Pourtant l’on sent bien, plus ou moins confusément, que les apprentissages passent aussi par les autres, qu’ils ont à voir avec la communication, base de toute collaboration. Et l’on se rappelle peut être quelques rencontres avec des théoriciens de l’éducation, qui ne peuvent que nourrir cette hypothèse : Dewey bien évidemment, et plus proche de nous Piaget, pour ne citer qu’eux. Et l’on pense aussi aux travaux sur l’apprentissage collaboratif via les réseaux numériques et sur l’intelligence collective, qui connaissent d’ailleurs naturellement un regain de popularité depuis que l’internet se démocratise.

Tout aussi confusément, on entend dire que la société de l’information (ou l’économie de la connaissance ?) ne se fera pas sans ces aptitudes à produire ensemble de la connaissance.

Et ça n’est sans doute pas anodin si l’OCDE s’intéresse de près à ces questions de “web participatif” (Participative Web and User-Created Content : Web 2.0, Wikis and Social Networking, octobre 2007). De l’oeuf ou de la poule… Continuer la lecture de Usages des wikis dans la co-construction des savoirs : de beaux chantiers en perspective…

20 ans de politique de la lecture

A l’occasion de la publication de l’ouvrage de Max Butlen « Les politiques de lecture et leurs acteurs, 1980 – 2000 » (INRP, 2008), les Mercredis de la bibliothèque proposaient, ce mercredi, un débat autour de « 20 ans de politique de la lecture ».

Pour accompagner Max Butlen sur ce sujet, Anne-Marie Bertrand, directrice de l’ENSSIB est venu éclairer le débat de son expérience et de ses recherches sur les biliothèques.Lors de son intervention, Max Butlen s’est fortement appuyé sur les travaux d’A.-M. Chartier et J. Hébrard (2000), pour dresser l’historique des politiques de la lecture et notamment du passage du modèle dominé par l’église à celui de l’école laïque. Dans l’un et l’autre modèle, la mission du prêtre, reprise par le maître, a été d’encadrer une lecture intensive, de dévoiler les textes classiques (la bible pour l’enseignement religieux), le principe étant de détourner les lecteurs du « braconnage littéraire ».

A la fin des années 1970, on change de pratiques pour passer à une lecture extensive, dans une recherche d’universalité, avec une accès plus large à l’information, au patrimoine, « tous les livres pour tous les publics ». S’est alors posé le problème de l’offre, jugée insuffisante par rapport à ce nouveau paradigme : insuffisance de la distribution, de l’appropriation. Le contexte change aussi en ce sens que de nouveaux acteurs apparaissent : outre les éditeurs, les libraires et les écrivains, des chercheurs se posent en experts, tiennent un discours scientifique sur la lecture ; les politiques se prononcent sur l’exclusion et les administrations publiques multiplient les “chargés de mission” sur la lecture.

Pour M. Butlen, les politiques de la lecture, à la fin du 20e siècle sont :

  • consensuelles : tout le monde est concerné : partis politiques, villes , parents, médias, ministères. Mais cette consensualité est très discursive. Dans la pratique, on note des discussions, voire des oppositions quant au rôle de l’État, au financement de la politique de la lecture, aux positions vis à vis de l’illettrisme ou encore quant aux valeurs associées à la lecture (quelle littérature de jeunesse ?).
  • marquées par des résultats indéniables. L’offre sort de l’école, se répand (prison, foyer,…). De nombreuses actions incitent à la lecture (fête de la lecture, concours,…). On note aussi une suroffre éditoriale.
  • accompagnées par la montée de nouveaux acteurs : ministères, écrivains « passeurs de littérature », éditeurs « médiateurs dominants », universitaires.
  • limitées malgré tout en matière d’offre . Il ne suffit pas d’imaginer la proximité d’accès pour régler le problème de distance sociale à la lecture. D’autre part, les politiques publiques ont du mal à prendre la mesure des nouveaux accès à la lecture (révolution technologique).

A.-M. Bertrand souligne l’évolution de l’offre de lecture au niveau des bibliothèques, sur les 20 dernières années : le nombre de bibliothèques, les effectifs, les surfaces, le nombre d’inscrits ont été multipliés par trois. Un des paradoxes de ce développement des sites dédiés à la lecture étant que les municipalités ont fait appel à des architectes renommés, qui ont construits des monuments (concurrence entre villes voisines) qui peuvent aller à l’encontre d’une démocratisation de la lecture, mettent au second plan le services aux usagers.

On passe d’une institutionnalisation à une professionnalisation de la lecture. Les militants disparaissent au profit des professionnels. Pour travailler en bibliothèque il ne suffit plus d’en avoir envie, il faut passer un concours. D’autre part, les bibliothèques sortent de la tutelle de l’éducation nationale pour passer sous celle la culture ; les bibliothèques, suite à la décentralisation, deviennent des entités autonomes en matière de politique de lecture. Les bibliothèques deviennent des outils de politique territoriale. Elles s’insèrent plus dans des politiques éducatives, sociales, urbaines que culturelles. La seule référence nationale est la Bibliothèque nationale, la Direction du livre a perdu de son influence, car il faut passer d’une politique du livre à une politique de la lecture (“il faut lire, peu importe quoi”).

Les pratiques de lecture marquent la perte du statut symbolique du livre. Le rôle des bibliothécaires évolue. Ils œuvrent pour une démocratisation de la lecture, pour une diffusion des savoirs, mais ne revendiquent ni l’accompagnement scolaire ni la prescription et le conseil au lecteur.

Les questions qui ont suivi les deux présentations ont porté sur la perte de contacts dans les bibliothèques à la suite de la centralisation des banques de prêts et de retour : on ne discute plus de ses lectures avec le bibliothécaire comme on peut encore le faire avec son libraire. La question se pose aussi des liens entre école et bibliothèque : on note une chute du nombre de lecteurs à la fin de la scolarité obligatoire.

Comment déscolariser le livre tout en offrant un accès plus large à la lecture?

  • Butlen Max (2008). Les politiques de lecture et leurs acteurs :1980-2000. Lyon : INRP.
  • Mollier Jean-Yves (2006). « Bibliothèques et édition : de l’entente cordiale au désamour », Bulletin des Bibliothèques de France, n° hors série 2006, p. 69-87.
  • Anne-Marie Bertrand et Annie Le Saux (dir.) (2006) ; Regards sur un demi-siècle : cinquantenaire du Bulletin des bibliothèques de France. Villeurbanne : Enssib.

Le choix de l’école ne repose pas sur les performances scolaires

Des réformes scolaires aux États-Unis telles que les « charters schools » ou les chèques éducatifs ont comme fondement une régulation par le libre choix des familles. Une démarche que l’on retrouve aujourd’hui dans de nombreux pays occidentaux avec le progrès de l’idée de « libre choix » scolaire dans les politiques publiques.

Une présomption liée à ce libre choix est que le choix des parents se fera selon des critères liés à la qualité réelle (statistiques de réussite par exemple) ou perçue (réputation) des établissements scolaires.

Or, une étude publiée par des chercheuses américaines (Natalie Lacireno-Paquet et Charleen Brantley) remet fortement en cause cette présomption.

Continuer la lecture de Le choix de l’école ne repose pas sur les performances scolaires