La mission civilisatrice de Walt Disney

Dans son ouvrage Les Contes de fées et l’Art de la subversion (Fairy tales and the Art of Subversion), Jack Zypes, universitaire américain spécialiste des contes de fées et traducteur des frères Grimm, s’intéresse au conte et à son rôle dans l’histoire sociale. Les contes traditionnels, qui mettent en avant une perception socio-politique du monde, désignent le pouvoir et l’oppression comme de puissants moteurs narratifs. L’on peut alors se demander dans quelle mesure le conte a « légitimé ou critiqué le contenu ou la forme du processus culturel occidental », peut-être jusqu’à la subversion. Perrault et ses émules ont créé le genre littéraire du conte de fées et lui ont assigné un mission culturelle durable, mélange élégant de principes et de canons esthétiques, mais Jack Zypes veut s’intéresser à la « zone d’ombre » des contes de fées en tant que processus de civilisation de l’occident ; il s’inscrit dans la démarche de Norbert Elias, dont les études socio-historiques mettent l’accent sur les interactions entre l’évolution socio-génétique d’une société et la constitution psycho-génétique de l’individu. Chaque conte véhicule en effet les valeurs nécessaires à la cohésion sociale du groupe. Continuer la lecture de « La mission civilisatrice de Walt Disney »

Production collaborative : quelles pratiques pédagogiques ?

Le service formation de formateurs de l’INRP propose les 17 et 18 janvier prochains un stage de deux jours, animé conjointement par la VST et par EducTice, sur le thème : “La production collaborative de contenus sur internet : quelles pratiques pédagogiques ?“.

Pour ces journées, nous nous fixons les objectifs suivants :

  • Développer la connaissance des technologies plaçant l’internaute au cœur de la création de contenus (blogs, wikis, et autres sites participatifs) et notamment du phénomène Wikipédia ;
  • Apporter des éléments de réflexion sur les enjeux, les potentialités et les limites de ces nouvelles formes de production, notamment autour de la question des processus de validation et d’évaluation des savoirs ;
  • Réfléchir aux approches pédagogiques visant à la construction d’une attitude critique et responsable (compétences du B2i, C2i et C2i2E) et à l’intégration de ces modes de production.

Ce stage combinera exposés, travaux d’exploration sur ordinateur et apports éventuels des participants sur leurs pratiques, pour aboutir à l’élaboration d’éléments de scénarios pédagogiques associant Wikipédia et les certifications informatique et internet.

Ce stage fait donc pleinement écho aux questionnements soulevés dans le dernier numéro des Dossiers de l’ingénierie éducative, consacré à “L’éducation du citoyen internaute”. L’article de Caroline d’Atabekian par exemple, intitulé « Adopter une attitude responsable » ou les items « citoyens » du B2i, recommande de mobiliser les élèves autour de projets de production collective pour valider les items citoyens du B2i, souvent laissés pour compte parce que moins faciles à “instrumenter” que les autres.

Vous pouvez consulter le programme détaillé des journées et télécharger le formulaire d’inscription ici (il reste encore quelques places)…

Université du Luxembourg : contextes multilingues et multiculturels

L’université du Luxembourg a mis en place, à la rentrée 2007, un master en sciences de l’éducation, « apprentissage et développement en contexte plurilingue et multiculturel », plus couramment appelé «MA multi-LEARN».

L’objectif de cette formation sur les processus de développement et d’apprentissage est de savoir qui communique, vers qui, par quel moyen (plurilingue, multimodal, multimédia, Internet etc.), qui interagit et à quel moment.

Selon Gudrun Ziegler, directrice d’études de ce Master, le principe est que quelle que soit la matière et le contexte ceux-ci peuvent être rendus accessibles à toute personne intéressée.

« La formation, c’est les processus d’apprentissage et les dimensions de gestion du transfert des savoirs». Abordant le cadre théorique, socioculturel, socioéconomique, historique de l’apprentissage, mais aussi ses aspects cognitifs, les étudiants travaillent beaucoup par études de cas dans une optique transdisciplinaire. Les grandes orientations du programme proposé aux étudiants sont les suivantes : – L’individu par le biais d’activités de développement et les interactions sociales évoluent dans des contextes culturels; – Le développement de la langue (s), le plurilinguisme et l’alphabétisation; – Le rôle des médias (par exemple, de l’information et de la communication) et de la médiation dans les processus d’apprentissage et de développement; – L’interaction de l’identité, le discours et la politique de la langue et de l’éducation.

Les enseignements sont dispensés en plusieurs langues et les 25 étudiants de cette première promotion sont originaires d’une dizaine de pays différents, de l’Algérie à la Turquie, en passant par l’Indonésie. Des projets sont initiés en recherche appliquée, en collaboration avec des institutions étrangères, universitaires et privées, européennes et internationales.

Guide de recherche d’information en éducation

L’ESEN (École supérieure de l’éducation nationale) propose, sur son site, un Guide de recherche d’information, pour les cadres de l’éducation. De la réflexion préalable à toute recherche d’information jusqu’aux outils spécialisés en passant par les sources pertinentes, Nicole Siebert-Taabni, documentaliste à l’ESEN, donne des pistes pour mieux appréhender les ressources françaises et européennes dans le domaine de l’éducation.

Bien entendu, le portail ressources de l’INRP et les pages de la Veille scientifique et technologique y figurent. Ces ressources viendront compléter les sources administratives et institutionnelles ainsi que les bibliographies proposées par l’ESEN, notamment sous l’angle de la recherche internationale.

Apprentissage de la lecture : de la théorie à la pratique

Le séminaire de formation organisé par l’INRP, en décembre, sur l’apprentissage de la lecture a été l’occasion de s’interroger sur les rapports entre «scientifiques» et «enseignants de terrain». A.-M. Chartier a insisté à plusieurs reprises sur la fâcheuse tendance de certains enseignants-chercheurs à oublier de citer leur expérience antérieure « d’instit’». Le titre de chercheurs aurait-il plus de légitimité pour parler de l’apprentissage de la lecture ? Comme l’a dit F. Ramus lors de la table ronde sur la médiatisation du débat sur les méthodes de lecture, les scientifiques ont été impliqués dans le débat de 2006 sans pour autant revendiquer une compétence en matière de pédagogie. Mais certains de ces mêmes scientifiques, quelque fois chahutés par les professeurs des écoles, attendaient de la part de ces derniers une plus grande introspection.

Au risque de heurter les lecteurs , citons encore un scientifique : « lors du débat de 2006, il y a eu des gens honnêtes et incompétents et des gens compétents et malhonnêtes ».

Autre moment où le clivage terrain/recherche a été abordé, la demi-journée consacrer à la formation, initiale et continue des professeurs des écoles.

Comment relier théorie et pratiques ? Il est difficile d’imaginer une « tête à tête » entre scientifiques et enseignants du primaire. Les intermédiaires que sont les formateurs IUFM et les inspecteurs doivent être reconnus dans leur rôle de simplificateur, de transcripteurs.

S’il faut théoriser les gestes professionnels, comment transmettre ces questions sur les méthodes, les pratiques aux stagiaires IUFM ?Ces futurs enseignants ont le sentiment d’un transfert de compétences expertes sans clé pour les mettre en pratique. Ils ressentent « une insécurité cognitive » (S. Cèbe), ils manquent d’outils, de recettes; les éléments transférés leur semblent utopiques.

Pour Sylvie Cèbe, il faut fabriquer de l’attendu, il faut partir du «faire» et remonter à la justification, planifier à long terme. Il faut passer de la décontextualisation (avec des pratiques de références), à l’IUFM, à la recontextualisation (avec des pratiques nouvelles), dans la classe.

Bien souvent, cette recontextualisation est laissée à la charge des stagiaires. Il manque une réflexion sur les gestes professionnels (régulation du déroulement de la tâche et de l’activité de l’élève), une prise de conscience des interindividualités (traitement des erreurs, de la différenciation). Ces outils abordés en formation éviteraient aux stagiaires et aux nouveaux enseignants d’avoir à les construire in situ et leur permettraient de mieux anticiper des situations nouvelles.

Des ressources INRP :

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search