Retour sur l’usage des classes multiples

Lors d’un précédent article (janvier 2007),nous avons signalé plusieurs travaux relatifs aux classes multi-niveaux ou multi-âges et notamment le n° 6 des Notes de l’Iredu : “Efficacité pédagogique des classes à plusieurs cours : des résultats nouveaux qui relancent le débat“. Les auteurs, Christine Leroy-Audouin et Bruno Suchaut, viennent de publier les résultats complets de leurs travaux, sous la forme du n°69 des Cahiers de l’IREDU. L’accroche de la dépêche AEF, annonçant cette publication est sans équivoque “L’Iredu publie un rapport sur la constitution des classes multiples et leur inefficacité pédagogique». Le résumé que nous avions proposé pour signaler la Note parue en septembre 2006 était le suivant :

“Partant de travaux antérieurs réalisés sur l’école rurale, et qui témoignaient de l’efficacité des classes à plusieurs cours, les auteurs montrent l’inefficacité pédagogique des cours multiples par rapport aux cours simples, notamment pour les élèves en difficulté. Cet aspect négatif est gommé dès lors que l’équipe pédagogique opère un choix des élèves affectés dans les classes à cours multiples, selon leur adaptabilité”.

On en déduit qu’il est possible de lire cette analyse des classes à cours multiples de façon plus ou moins optimiste ! Continuer la lecture de « Retour sur l’usage des classes multiples »

Sorties sans diplôme et inadéquation scolaire

D’après l’enquête « Génération 2001 » menée par le Céreq (2005) sur un échantillon de 10 000 jeunes qui ont quitté le système éducatif en 2001, 18 % d’entre eux sont sortis sans aucun diplôme et 45 % avec seulement un diplôme du secondaire.

Ces chiffres qui se répètent dans d’autres pays de l’OCDE traduisent un phénomène préoccupant pour les chercheurs et les politiques. Et cependant, comment demander à ces jeunes de poursuivre leurs études, comment leur expliquer que les diplômes ont de l’importance quand à la fin du cycle de formation, l’emploi n’est pas au rendez-vous ?C’est ce thème qu’aborde la Lettre VST du mois de juin qui met en relation le problème du décrochage et la valeur des diplômes. À travers la littérature scientifique française et internationale, la Lettre fait le point sur les décrocheurs du secondaire et du supérieur, les dispositifs d’aide à la diplômation ainsi que la question de l’enjeu de la réussite dans l’enseignement supérieur.

Une interview d’Antoine Prost

Dans l’émission “Les matins” de France Culture, Ali Baddou recevait ce matin l’historien Antoine Prost, spécialiste reconnu de l’Education nationale.

Comment articuler temps politique et temps de l’éducation ? Faut-il “gérer” ou réformer l’école ? Que penser de l’abolition de la carte scolaire ? Quel avenir pour la filière littéraire ? Que doit enseigner l’école ? L’école doit-elle viser à une adéquation entre formation et emploi ? Quelle formation tout au long de la vie ? Que penser aujourd’hui du collège unique ? Comment rendre l’école plus juste ?…Voici quelques unes des questions sur lesquelles Antoine Prost était invité à s’exprimer. Continuer la lecture de « Une interview d’Antoine Prost »

Ecriture collaborative : comment ça marche ?

Dans un article publié en mai dernier sur le site de l’Agence des usages de l’internet, Béatrice Coutelet passe en revue quelques études sur les “bonnes pratiques” en matière d’écriture collaborative en contexte pédagogique.

Ce qu’il faut en retenir brièvement :

1. le “chat” (clavardage ou dialogue en ligne, selon la sphère francophone…) est plus efficace que le courrier électronique dans la dynamisation du processus rédactionnel.
L’idée ici est que la facilité et la fréquence des échanges favorisent l’activité d’écriture ; autrement dit un outil de communication interactif et synchrone permet une flexibilité dans les échanges qui influe positivement sur le résultat final.

2. la construction collective d’un schéma d’écriture (plan, diagramme, matrice, etc.) n’a pas d’impact significatif sur la qualité du produit final.
En amont donc, une consigne incluant une étape de construction schématique n’est pas forcément facilitante…, voire oblitère le temps disponible pour la rédaction. Continuer la lecture de « Ecriture collaborative : comment ça marche ? »

L’enseignement des “questions vives” à l’école

Chômage, mondialisation, choix énergétiques, changement climatique, manipulations génétiques du vivant… Comment l’école fait-elle la place à ces questions “vives” du monde contemporain, qui sont souvent sujettes à controverse dans l’espace social ?

Destruction des juifs en Europe, esclavage, colonisation et décolonisation, immigration… Comment l’école intègre-t-elle ces épisodes du passé qui laissent encore les traces de blessures vives ?

Quelle est aujourd’hui la place des “questions vives” et des sujets sensibles dans l’enseignement scolaire ? Tel est le thème de notre Lettre d’information du mois de mai 2007.

Cette Lettre propose de mieux comprendre les particularités épistémologiques et didactiques des questions vives. Leur introduction dans le champ scolaire étant encore récente, un tour d’horizon à travers les différents champs disciplinaires permet de prendre la mesure des avancées et des pratiques d’enseignement de questions vives. Autre innovation, la place croissante de la modalité du débat comme moyen d’apprentissage est ensuite explorée. Sont enfin dégagés les principaux messages que l’enseignement des questions vives renvoie au système scolaire.

De l’usage de l’œuvre de Basil Bernstein

Le colloque Enjeux sociaux, savoirs, langage, pédagogie : Actualité et fécondité de l’œuvre de Basil Bernstein, organisé par le centre Alain Savary en partenariat avec le LAMES, E.Scol, RE.S.E.I.D.A et l’IUFM de Lyon, s’est déroulé à Lyon du 31 mai au 2 juin. L’argument de ce colloque était de convoquer la théorie bernsteinienne au travers des travaux de recherches récents.

La théorie de l’éducation de B. Bernstein articule social, cognitif, langagier, institutionnel et pédagogique. Reconnue dès les années 1970, cette théorie rapproche et sollicite la sociologie, la psychologie, la linguistique, offrant une grille d’analyse des codes pédagogiques, des rapports entre classes sociales. Centrée sur les inégalités sociales, elle a servi de support à de nombreuses équipes de recherche. Qu’en est-il aujourd’hui? Cette théorie permet elle de répondre aux questions persistantes sur les inégalités ? Continuer la lecture de « De l’usage de l’œuvre de Basil Bernstein »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search