Où il est question de travail enseignant

Plus de 500 chercheurs se sont penchés sur le travail enseignant dans les cinq dernières années. Le travail enseignant a été fortement modifié, notamment depuis une dizaine d’années, par les changements de nos sociétés mais aussi par les réformes : réformes curriculaires en Afrique, réformes en Angleterre, Pays de Galles, Irlande du Nord, contrat pour l’école en Belgique, No child left behind act aux Etats-Unis, socle commun de connaissances et des compétences en France, renouveau pédagogique au Québec, etc.

L’analyse des incidences de ces changements sur le travail enseignant portent le plus souvent sur les pratiques enseignantes (parfois conjuguées aux effets sur les apprentissages), sur de nécessaires changements quant à la formation des futurs enseignants, sur les compétences attendues et leur évaluation.

La plupart des recherches font état de tensions entre les représentations des enseignants et leurs conditions de travail, effectives ou infléchies par les politiques éducatives.

La Lettre de la VST d’avril (n° 26) dresse un panorama des recherches portant sur les évolutions du travail enseignant, l’approche de l’enseignant efficace, l’identité professionnelle, le rapport à l’élève et au savoir.

Démarche expérimentale et apprentissages mathématiques

Ce dossier de la VST s’interroge sur la place et le rôle de la démarche expérimentale dans l’apprentissage des mathématiques. Il apporte un éclairage historique, culturel et institutionnel sur cette dimension de l’activité mathématique ainsi que de nombreux exemples de sa mise en œuvre pour un public français et international. Il met en débat certaines questions vives que soulève la prise en compte de cette démarche dans l’enseignement. Le dossier est enrichi d’une bibliographie internationale conséquente.

Enseigner : entre recherche et pratiques

En introduction de l’ouvrage « Enseigner », qu’ils ont co-dirigé, V. Dupriez et G. Chapelle se posent la question du rôle de la recherche scientifique dans la pratique enseignante. Quel peut ou doit être l’objectif de la recherche : est-elle de comprendre l’activité d’enseignement ou bien d’identifier les « bonnes » pratiques ? La recherche doit-elle produire des résultats que la pratique doit mettre en œuvre ? Les injonctions des politiques éducatives peuvent-elles se prévaloir d’études longitudinales et expérimentales, quand on sait qu’il n’y a pas une situation d’enseignement type, reproductible?

Par ailleurs, P. Maupant, dans la revue québécoise Formation et profession (février 2007) identifie trois modèles de recherches analysant la pratique enseignante. Il s’agit d’analyser les pratiques déclarées, la situation de classe ou les pratiques effectives.

Dans le premier cas, les analyses s’appuient sur l’analyse des discours sur la pratique ; dans le second, il est principalement question de l’effet maître (avec les risques de conception prescriptive de l’intervention éducative, dans un cadre théorique pour lequel P. Maupant souligne la faiblesse épistémologique) ; le troisième modèle cherche à identifier et comprendre l’activité d’enseignant en la déclinant en compétences professionnelles à atteindre. A visée formatrice, les recherches de ce type s’attachent à la mise à jour d’un référentiel professionnel.

Enfin, un récent colloque sur « Les effets des pratiques enseignantes sur les apprentissages des élèves » (Pôle Centre Est des IUFM, mars 2007) a surtout été l’occasion de présenter des analyses de pratiques enseignantes. Malgré tout, les 64 communications faites pendant ces deux jours ont montré la capacité des équipes « mixtes » IUFM / Université à réaliser des recherches pointues. (Un cédérom a été remis à tous les participants et devrait faire l’objet d’une diffusion plus large).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search