Transition école-emploi : le cas de la Belgique vu par l’OCDE

L’OCDE publie cette semaine un premier rapport sur l’insertion professionnelle des jeunes Des emplois pour les jeunes : Belgique, qui examine les principales barrières à l’emploi et évalue la pertinence et l’efficacité des dispositifs existants pour faciliter la transition de l’école à l’emploi.

Cette publication s’inscrit dans un examen thématique auquel participeront entre 2006 et 2009 une quinzaine de pays : Belgique donc, puis Canada, Corée, Danemark, Espagne, États-Unis, France, Grèce, Japon, Pays-Bas, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pologne, République slovaque et Royaume-Uni.

Il s’agit là d’une initiative majeure de l’OCDE à l’heure où le chômage des jeunes reste très élevé dans la majorité des pays membres et où le marché du travail devient de plus en plus sélectif, alors que l’on constate un manque de qualifications pertinentes.

Un questionnement qui porte fondamentalement sur l’utilité de l’école et qui pointe la nécessité d’opérer des rapprochements entre le système éducatif et l’emploi, n’en déplaise aux défenseurs de la culture savante…
Si l’école n’a pas vocation à former à l’emploi, dans quelle mesure n’a-t-elle pas un rôle à jouer pour accompagner ces premières expériences sur le marché du travail qui peuvent conditionner durablement la trajectoire professionnelle ? Continuer la lecture de « Transition école-emploi : le cas de la Belgique vu par l’OCDE »

Les enseignants efficaces

Une étude menée par le National Institute for Excellence in Teaching (NIET) évalue le programme californien de formation Teacher Advancement Program (TAP) qui offre aux enseignants l’opportunité d’occuper diverses fonctions au sein de leur établissement et d’évoluer en terme de carrière et de rémunération. Ce système permet aux enseignants qualifiés de progresser sans avoir à quitter leurs classes et leurs fonctions pédagogiques.

En effet, dans le système éducatif américain actuel, la façon la plus classique pour évoluer professionnellement est de passer du côté de la direction d’établissement, méthode qui prive alors les élèves d’enseignants motivés et efficaces.

Les enseignants qui suivent le programme peuvent organiser leur emploi du temps et réserver des plages horaires pour se réunir, apprendre, échanger, en vue d’améliorer leurs techniques pédagogiques. Ces pratiques collaboratives développent les compétences et favorisent l’émergence de réseaux de leadership éducationnel. Continuer la lecture de « Les enseignants efficaces »

L’école hors les murs… de la classe

Alors que les usages des TIC rendent de plus en plus poreuses les frontières entre l’espace scolaire et l’espace privé et remettent en question unité de temps et unité de lieu, la Grande Bretagne investit dans l’apprentissage hors les murs en lançant en novembre dernier son Learning outside the classroom manifesto : un programme de 2.7 millions de livres pour soutenir les sorties, visites, voyages scolaires et autres activités extérieures, répondant ainsi un an après aux recommandations du parlement (Education outside the classroom, 2005).

Le manifeste préconise la création d’un organisme indépendant, le Council for learning outside the classroom, pour accompagner le développement de ces activités et prévoit la publication d’un ensemble de recommandations à destination des collectivités, des chefs d’établissement et des enseignants au printemps prochain ; un premier document de travail concernant la prévention des risques et gestion des incidents est d’ores et déjà disponible, alors que TeacherNet fournit également quelques conseils sur ces aspects.

Ce regain d’intérêt pour l'”outdoor education” (OE), également appelée “education outside the classroom” (EOtC), prend effectivement place dans un contexte où les préoccupations sécuritaires et juridiques ont mobilisé les débats ces dernières années, et où les activités extérieures tendent à stagner, voire même à diminuer pour ce qui concernent les sorties en milieu naturel et les voyages scolaires.
Rien à voir avec les TIC, me direz-vous ? Effectivement, si ce n’est que la plus-value de ces situations d’apprentissage “moins formelles” est reconnue officiellement par l’institution, et étayée par plusieurs rapports de recherche depuis 2004… Continuer la lecture de « L’école hors les murs… de la classe »

L’enseignement des mathématiques au Sénégal et au Mali

Mamadou Sangaré (ENS Bamako) et Moustapha Sokhna (Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation, Dakar), professeurs invités par l’équipe EducMath de l’INRP ont donné une conférence sur le thème : « Enseignement des mathématiques au Sénégal et au Mali, une situation qui exige des solutions urgentes ».

Un premier constat s’impose, celui de la convergence de situations au Sénégal et au Mali, suivie d’une évidence : l’éducation est fondamentale pour contrer d’autres problèmes comme le sida ou le paludisme.

L’état des lieux dressé par ces deux enseignants montre que l’enseignement des mathématiques n’est pas chose simple : dans le secondaire plus de 75 % des enseignants sont des vacataires, ayant récemment obtenu leur baccalauréat (80% des enseignants de maths, au Sénégal). Le taux de scolarisation est en forte croissance et le nombre d’enseignants ne suit pas. Les conditions de travail s’en trouvent affectées, puisque l’enseignant a parfois des classes de 80 à 100 élèves.
Le besoin de formation des enseignants est donc la priorité. En matière de formation initiale, la centralisation de la formation n’est plus possible du fait de l’éclatement des lieux d’enseignement (le manque d’enseignants ne permet pas d’éloigner les enseignants vacataires de leurs établissements).
La formation continue n’est pas coordonnée, différentes structures prenant en charge cette formation et, là encore, les formateurs font défaut (un formateur pour 45 à 60 enseignants au minimum). Continuer la lecture de « L’enseignement des mathématiques au Sénégal et au Mali »

Temps scolaire, différenciation, individualisation : des échos de l’étranger

Espagne :

Juan Carlos Gonzalez Faraco, de l’Université de Huelva, a présenté, lors du dernier colloque annuel de l’AFAE (association française des Administrateurs de l’éducation), la réforme sur les rythmes scolaires instituée en Espagne.
Le système éducatif espagnol est passé d’une journée partagée à une journée continue ou concentrée.
On peut envisager cette réforme d’un point de vue négatif: rythmes d’apprentissage différents, manque de communication au sein des équipes (moins de temps de concertation), inégalités accrues (lors des temps libres), relations parents-équipes pédagogiques plus difficiles (inadéquation avec les temps sociaux et familiaux). Continuer la lecture de « Temps scolaire, différenciation, individualisation : des échos de l’étranger »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search