Dispositifs relais et familles : quelles relations?

Lors des journées d’études proposées par le Centre Alain Savary sur le thème: Dispositifs relais et familles : quels enjeux pour la réussite des élèves?, Daniel Thin a présenté et commenté l’étude réalisée avec Martine Kherroubi et Mathias Millet : Classes relais et familles: accompagnement ou normalisation.
Le dispositif relais s’appuie sur deux pôles ; le pôle éducatif et le pôle scolaire. La prééminence du premier sur le second prend plus en compte les familles, indépendamment de la composition des acteurs du dispositif (proportion d’éducateurs/enseignants). Dans la plupart des cas, les difficultés rencontrées ne tiennent pas à un problème de scolarisation mais beaucoup plus à des ratés dans la socialisation familiale. Il est donc important d’associer les familles, d’une part pour faciliter le travail des dispositifs et d’autre part parce que ce travail avec les familles est aussi un travail sur les familles et peut donc agir sur les causes des difficultés des élèves. Continuer la lecture de « Dispositifs relais et familles : quelles relations? »

Rencontre avec Agnès van Zanten

Auteur de plusieurs ouvrages majeurs en sociologie de l’éducation (dont le désormais classique « Sociologie de l’éducation » avec M. Duru-Bellat, récemment mis à jour) , A. van Zanten est par ailleurs bien connue en France pour son implication internationale à la fois personnelle et professionnelle (elle a vécu et travaillé au Venezuela, aux Etats-Unis, en Suisse…). Sa prolifique bibliographie en témoigne, de même que son implication dans des revues (comité éditorial de l’European Educational Research Journal par exemple) ou des réseaux internationaux.

Elle est à nouveau au cœur de l’actualité éditoriale de cette rentrée mais cette fois au titre de responsable de la nouvelle collection « Education et Sociétés » lancée aux PUF. Les deux premiers ouvrages parus (« De l’enfant au citoyen », de M. Raveaud et « Les managers de la République. Sociologie des chefs d’établissement », d’A. Barrère) donnent le ton de la ligne éditoriale : des ouvrages de recherche originaux, avec une sensibilité particulière à la dimension internationale et aux nouvelles problématiques du système éducatif. Continuer la lecture de « Rencontre avec Agnès van Zanten »

in-extenso : moteur de recherche en sciences sociales

Lancé à l’initiative de Revues.org, le moteur de recherche en sciences sociales in-extenso sort en ce mois d’octobre de sa phase expérimentale (cf. communiqué) après 4 années de test.
Le moteur de recherche indexe une sélection de ressources spécialisées, essentiellement francophones, et se compose de deux étages :

  • un étage « OAI » (pour Open archives initiative) qui donne accès à une vingtaine de dépôts de documents scientifiques (au rang desquels Gallica, Hal-SHS, Cyberthèses, Persée, Revues.org…), soit 135 000 documents environ
  • un étage « web » qui indexe le contenu de plus de 2 000 sites web sélectionnés par l’Album des sciences sociales (universités, laboratoires, sites thématiques, expositions, publications diverses…), répertoire de liens publié par Revues.org : un corpus d’une taille inédite avec plus de quatre millions de pages web.

Un projet convaincant (même si l’on aimerait par exemple une possibilité de regrouper les pages de résultats issues d’un même site), qui aurait vocation à concurrencer Google Scholar, que les milieux scientifiques français regardent encore avec beaucoup de frilosité, et ce malgré le partenariat signé avec l’INIST-CNRS en janvier dernier…

Maj du 20/10/06 (suite aux commentaires de Pierre Mounier et Bruno Cénou) :

en fait la possibilité de regrouper les résultats par site est bel et bien disponible, via l’option “trier par site” en haut de la liste de résultats. Une fonctionnalité qui nous avait échappé… Toutes nos excuses.

Démocratie à l’école…

Le 13 septembre 2006, la plateforme européenne de la société civile pour l’éducation et la formation tout au long de la vie (EUCIS-LLL), le Ceméa, les Francas, la fédération nationale Léo Lagrange et la Ligue de l’enseignement organisaient un séminaire sur le thème de « L’éducation non-formelle : un projet pour les habitants dans la cité », manifestation en marge du 9e congrès international des Villes éducatrices.

La séance plénière du matin était consacrée à une intervention de Madame Ólöf Ólafsdóttir, directrice du service de l’éducation scolaire et extra-scolaire du Conseil de l’Europe, qui a choisi de présenter trois parmi les programmes d’action placés sous sa responsabilité. Nous approfondirons plus particulièrement le troisième d’entre eux :

  • la reconnaissance des acteurs de l’éducation non formelle ;
  • l’éducation à la citoyenneté et aux droits de l’homme ;
  • la gouvernance démocratique de l’école.

Continuer la lecture de « Démocratie à l’école… »

Un interrupteur pour le wifi en classe ou les inconvénients du “mobile learning”…

D’un côté, une école française qui a bien du mal à évoluer et des pratiques enseignantes profondément ancrées dans une pédagogie de transmission, de l’autre des adolescents de plus en plus consommateurs de technologies, des “digital natives” pour reprendre l’expression de Marc Prensky.

Cette question de l’articulation entre l’école et la société (liée notamment à l’essor des TIC) est bien évidemment centrale, même si l’on a parfois du mal à distinguer ce qui s’apparente simplement à un phénomène de mode de ce qui est à considérer comme un changement structurel fort… sans parler des implications cognitives…

Et ce n’est qu’un début ! Si certaines études commencent à montrer l’efficacité des TICE dans l’éducation, l’avènement des technologies mobiles, ou ce que les Anglo-saxons nomment “mobile learning” risque de bouleverser encore davantage la donne, en plaçant sur le devant de la scène les “formidables” potentialités pédagogiques de ces outils nomades, mais aussi parallèlement en renforçant les résistances existantes, voire même en en générant de nouvelles… Face aux certitudes exprimées par les “pro” et aux discours “anti”, l’alternative réside forcément dans l’observation, l’évaluation des pratiques…

Et là, on s’aperçoit – sans véritable suprise – que les outils ne sont pas simplement au service de la pédagogie : ils sont d’abord au service des usagers, qui ne manquent pas d’en faire une utilisation détournée.
Aux Etats Unis, certaines voix commencent donc à s’élever pour pointer les effets pervers de la prolifération des ordinateurs portables en cours dans les campus disposant d’accès wifi, effets pervers à la fois sur la relation enseignants-étudiants et sur les modes d’apprentissage.
Dennis Adams, professeur au département des sciences de l’information de l’université de Houston, plaide – ironiquement ? – pour la possibilité de couper le courant internet dans la classe dans un article publié dans le dernier numéro de Communications of the ACM : Wireless laptops in the classroom (and the Sesame Street syndrome). Continuer la lecture de « Un interrupteur pour le wifi en classe ou les inconvénients du “mobile learning”… »

L’école doit-elle évoluer avec la société ?

Le dernier rapport publié par la Commission Européenne sur l’accès et l’utilisation des TIC dans les 27 pays de l’Union – Benchmarking access and use of ICT in European schools 2006 – pointe de manière accablante sur la situation paradoxale de la France : des écoles plutôt bien équipées (6e rang sur 27) et des enseignants qui feraient partie du peloton de queue s’agissant de l’utilisation de l’ordinateur et de l’internet en classe (21e rang).
Pour expliquer cette absence d’utilisation, les enseignants français évoquent : le manque d’ordinateurs (63%), le sentiment d’incompétence (33%), le manque de matériel pédagogique adéquat (26%) et la conviction que les ordinateurs ne présentent guère d’intérêt en termes pédagogiques (22%). Les raisons de ce paradoxe entre équipement et usages seraient donc à chercher du côté des représentations des enseignants : les Français font partie de ceux qui se sentent le moins compétents pour utiliser l’internet en classe et le moins bien formés aux TIC.

L’interprétation de ces statistiques n’est pas sans soulever un certain nombre de questions, comme le rappelle Jean-Marc Manach dans Internet Actu.
Faut-il en conclure que l’école française souffre d’un immobilisme congénital ? Faut-il prendre pour argent comptant le postulat implicite selon lequel plus d’usages, c’est forcément mieux sur le plan pédagogique ? Selon lui, si école et société fonctionnent en France dans une relative indifférence, il ne s’agit en aucun cas d’un choix, mais bien plutôt d’une forme d’inertie qui renforce la reproduction des inégalités dans une “école-sanctuaire”.

Une vulnérabilité déjà évoquée dans un précédent billet, mais qui ne doit pas nous faire oublier que les usages se développent de toutes les façons, et de manière ascendante ; si les enseignants et le système scolaire dans son ensemble démontrent une frilosité certaine, les jeunes, eux, n’attendent pas. Comment concilier de tels résultats avec le fait que les adolescents français sont parmi ceux qui bloguent le plus au monde (cf. phénomène Skyblog) ?

Un ensemble de questions dont se fait écho le dernier numéro des Cahiers pédagogiques (n°446), consacré au numérique à l’école.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search