Des recherches plus scientifiques et plus utiles ?

La Lettre de la VST de mai 2006 s’intéresse aux critères de jugement de la qualité des recherches en éducation, à partir du débat anglo-saxon autour de l'”Evidence-Based Education”.
Il s’agit, sous ce terme, d’une orientation consistant à demander une approche plus “scientifique” de la façon de mener de recherches en éducation, afin que les résultats et les “preuves” qui en sont issues puissent servir de socle aux politiques et aux praticiens de l’éducation.

Au-delà de son caractère conjoncturel, le débat permet donc en fait de poser de nombreuses questions essentielles sur la nature de la recherche en éducation, sur la place des chercheurs dans la société, sur le rôle des chercheurs par rapport aux praticiens, sur les méthodologies utilisées, etc.

La Lettre passe en revue les principaux arguments utilisés, propose de nombreuses références permettant d’identifier les protagonistes et indique des exemples de réalisations qui cristallisent les discussions, telle que les “revues systématiques” de recherches.

Si ces discussions sont loin d’avoir pénétré le débat français jusque là, nous essayons dans une dernière partie de montrer néanmoins que certaines réflexions hexagonales dans la communauté des chercheurs ne sont pas si éloignées des tendances en cours outre-manche.

Les lecteurs souhaitant réagir à cette publication ou s’exprimer sur le sujet sont chaleureusement invités à s’exprimer ici !

Ségrégation, ethnicité et anomie

Dans le cadre d’un atelier du Colloque « Repenser la justice en éducation », Philippe Vienne, chargé de recherche en sociologie de l’éducation à l’Université Libre de Bruxelles, a raconté ses déboires de sociologue dans le rôle de professeur de morale.
On trouvera le résumé de sa communication sur le site de l’équipe « Éducation et politique », organisatrice du colloque.

Il est difficile de résumer les propos de Philippe Vienne, citant Durkheim, Hayek, Goffman, Duvignaud ou Schnapper…On retiendra la prise en compte de la notion d’anomie à partir de laquelle Ph. Vienne propose un schéma synthétisant les situations dans laquelle seraient les enfants issus de l’immigration dans les contextes vécus par Ph. Vienne.

Le schéma qu’il a présenté est impossible à reproduire ici, mais tentons de le décrire :

  • à gauche, la dimension sociologique, vision macro de la société : notions de crise, d’angoisse (et la volonté d’éliminer les désordres, pouvant mener au tout sécuritaire), sentiment d’une société brisée, mais aussi brouillage de la perception du monde vers lequel on tend…
  • à droite, la dimension psychologique, approche micro, du point de vue de l’individu: les individus sont meurtris, hérétiques, ont des comportements proches de la folie (au sens social : inexplicables), les situations peuvent être tragi-comiques…
  • au milieu, l’anomie (du grec an- : absence de, et nomos : nom, loi, ordre, structure, est l’état d’une société caractérisée par une désintégration des normes ou valeurs communes qui règlent la conduite des hommes et assurent l’ordre social). Dans cette espace, on y retrouve les notions de friches, de désordres, des qualificatifs comme scandaleux (choc moral, indignation par rapport à l’attitude des élèves). On y croise aussi l’imaginaire (quels codes ou valeurs les élèves opposent-ils à la société?), la libido (désir qui ne peut être satisfait de par la non intégration dans la société)…

La violence est ainsi resituée dans un contexte plus large. Il faut donc s’interroger sur tous les aspects liés à la ségrégation ethnique pour expliquer la violence.

A lire :

  • Sur le portail Liens Socio, compte-rendu de lecture faite par Rachel Gasparini de deux numéros de la revue La Matière & l’Esprit (n°2 et 3, juillet et novembre 2005) sur le thème « Violences à l’école. Neuf approches qualitatives »
  • Vienne Philippe. Au-delà du stigmate : la stigmatisation comme outil conceptuel critique des interactions et des jugements scolaires. Education et sociétés, n°13, 2004/1.

Education à l’information au programme de la 17e lettre VST

La 17ème Lettre d’information de la Veille est consacrée à l’éducation à l’information.

La capacité à donner du sens à l’information qui compose notre environnement à la fois personnel, social et professionnel représente aujourd’hui un enjeu majeur pour les systèmes éducatifs au même titre que les compétences de base telles que le “lire-écrire-compter”.

L’information literacy, née dans les cercles de bibliothécaires et professionnels de l’information dans les années 70, évolue d’une conception fortement liée à l’usage de la bibliothèque et à la recherche documentaire vers une conception multiforme incluant une diversité de médias, des savoir-faire techniques et des dispositions cognitives pour produire, échanger et transformer les connaissances.

Dans cette lettre, nous nous appuyons sur quelques publications récentes pour apporter un éclairage international sur les évolutions conceptuelles de l’information literacy et ses mises en pédagogie dans le contexte de l’enseignement scolaire, avec un focus particulier sur les collaborations enseignants-bibliothécaires et plus généralement sur le rôle des bibliothèques scolaires.

Les références utilisées pour cette lettre (et quelques autres) peuvent être consultées et téléchargées sur notre plate-forme bibliographique, avec les mots clés “éducation à l’information” et “bibliothèques scolaires“.

L’apprenti junior, ici et ailleurs

La DESCO (Direction de l’enseignement primaire) vient de publier le Guide pédagogique de l’apprenti junior : quels sont les publics visés, comment accéder à cette formation, comment s’organise-t-elle, quelle est la stratégie pédagogique qui s’y rattache, quelle suite peut être donnée à cette initiation? Par ailleurs, des pages sont consacrées à l’apprenti junior sur le site d’EDUSCOL (site pédagogique du Ministère de l’Éducation nationale). Continuer la lecture de « L’apprenti junior, ici et ailleurs »

Fondements de l’encyclopédisme et accès au savoir du papier au numérique

Après la mise en ligne du dossier “L’édition de référence libre et collaborative : le cas de Wikipedia”, petit retour en arrière sur les fondements de l’encyclopédisme, avec la synthèse proposée par la cellule Veille Scientifique et Technologique de l’INRP : Encyclopédisme et savoir : du papier au numérique.
C’est en s’appuyant sur quelques textes récents (et moins récents) que ce dossier tente de faire le point sur le rôle des encyclopédies au cours de leur histoire, sur leur évolution et sur leur avenir. Continuer la lecture de « Fondements de l’encyclopédisme et accès au savoir du papier au numérique »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search