Tous les articles par Annie Feyfant

Égalité, citoyenneté, etc.

Le 13 avril dernier, s’est tenu, à Vaulx-en-Velin le troisième Comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté (CIEC), les deux premiers s’étant tenus en mars et octobre 2015.
La focale médiatique n’a vu dans cette journée que la présentation par le premier ministre du projet de loi « égalité et citoyenneté. Or, une centaine d’acteurs du monde économique, associatif, de cette fameuse « société civile », ont planché en quatre ateliers, autour de 8 défis, chaque atelier recevant la participation d’un(e) ministre ou secrétaire d’État. Continuer la lecture de Égalité, citoyenneté, etc.

L’histoire scolaire : des savoirs en débat

La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), vient de publier les résultats des évaluations CEDRE 2012 (Cycle des évaluations disciplinaires sur échantillon) pour la discipline histoire-géographie-éducation civique, pour les élèves en fin de collège et en fin d’école. Les élèves de primaire ont suivi les programmes de 2008, contrairement aux élèves de troisième pour lesquels ces programmes ont été mis en place après la phase d’évaluation. La dernière évaluation de ce type a été réalisée en 2006.

Au primaire, les performances des élèves sont stables, tant du point de vue du score moyen que de la répartition entre groupes de niveau. En fin de collège, on constate une baisse sensible du niveau moyen et une forte augmentation du nombre d’élèves figurant dans les groupes les plus faibles. Outre un déficit dans la maitrise de la langue, on observe « un affaiblissement de l’assimilation par les élèves d’une culture scolaire géographique et historique, notamment dans les établissements les plus défavorisés.

Ces évaluations portent à la fois sur la méthodologie du travail (autonomie, esprit critique, capacité à rédiger) que sur les éléments historiques retenus par les élèves.

Des analyses complémentaires portent sur la réception de cet enseignement d’histoire-géographie par les élèves, la vision qu’ne ont les enseignants.

Car au-delà de simples constats, il est intéressant d’étudier à la fois la construction des contenus d’enseignement, les attendus relatifs aux savoirs et compétences à acquérir par les élèves et ce qu’en retiennent les élèves.

Le Dossier de Veille de l’IFÉ du mois de mars parcours la littérature de recherche pour cerner l’évolution des enjeux de cette construction de l’histoire et de sa réception dans les classes, évoquant notamment la place du « roman national » dans plusieurs systèmes éducatifs et le difficile apprentissage de l’esprit critique vis-à-vis d’une histoire scolaire « fabriquée ».

Feyfant Annie (2016). Les enjeux de la construction d’une histoire scolaire commune. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 109, mars. Lyon : ENS de Lyon. http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=109&lang=fr

Parents, enseignants : y a pire ailleurs?

Nicky Morgan, secrétaire de l’Éducation britannique, vient de présenter, devant le Parlement britannique,  un Libre blanc intitulé “Educational Excellence Everywhere“. Tout un programme… N’ayant pas achevé la lecture des 128 pages de ce document, nous nous référons à une article de The Guardian, daté d’hier pour faire part du contenu de ce rapport.

Au-delà de la louable intention de faire tellement mieux qu’on finisse par atteindre l’excellence, quelles  conséquences?

Les grandes lignes du rapport sont les suivantes : prôner l’autonomie pour atteindre les standards pour tous; recruter des enseignants qualifiés; améliorer le leadership des chefs d’établissement; se préoccuper des enfants, des parents et des communautés; faire en sorte que les écoles passent de “bonnes” à “excellente”; se préoccuper des élèves en difficulté ou à besoins particuliers; répartir les dépenses d’éducation là où se sera le plus efficace… et pratiquer au maximum le “rendre-compte” (la fameuse “accountability” à l’anglaise).

Les mesures retenues par The Guardian :

  • abandon des représentants élus de parents dans les conseils d’école au profit de représentants “professionnels”, ayant des compétences autres   que celle d'”être parent” (compétence de gouvernance, par exemple).
  • modification du système d’accréditation des enseignants. Actuellement les enseignants, après leur formation ont une période probatoire d’un an avant d’obtenir leur qualification.  Désormais, la qualification sera plus exigeante et pourra prendre plus de temps. La décision finale reviendra aux chefs d’établissement de l’enseignant mais aussi d’écoles “excellentes”. Si certains syndicats sont favorables à cette décision, d ‘autres y voit surtout une mesure budgétaire et le moyen de différer le versement d’un salaire de titulaire.
  • soutien plus grand aux chefs d’établissements  peu performants (les établissements), en leur donnant 30 mois supplémentaires pour faire les preuves d’une amélioration des performances de leur établissement.

Affaire à suivre …

 

Métiers de l’enseignement : le temps des incertitudes

La revue Spirale vient de lancer un appel à contributions pour son numéro 60, “Métiers de l’enseignement, le temps de l’incertitude”, coordonné par Bruno Garnier, à paraitre en octobre 2017.  Les contributeurs potentiels intéressés  peuvent  proposer un projet d’article (résumé) avant le 1er juin 2016.

Le début de l’argumentaire :
“Si la diffusion d’un sentiment d’incertitude chez les professionnels de l’enseignement est souvent évoquée depuis le début des années 2000, en France comme dans d’autres pays (Maroy, 2008), plus rarement, ce sentiment d’incertitude est caractérisé relativement à ses causes et à ses conséquences. Cet appel à contributions vise à dépasser le constat de la perception d’une crise de la professionnalité, certes partagé par de nombreux acteurs et exprimé par des énoncés récurrents. Il s’agit d’en analyser et d’en définir les termes et d’en explorer quelques sources et quelques effets”. […] “Au-delà de sa caractérisation, nous souhaitons voir explorer quelques-unes des sources de ce sentiment d’incertitude et aussi son impact, en prenant l’exemple de la France mais en autorisant des points de comparaison internationale.”
Pour lire la suite et  proposer une contribution :
http://spirale-edu-revue.fr/spip.php?article1253

Gestes professionnels, gestes de métier : de l’analyse à la formation

Le 5 février dernier, la Chaire UNESCO « Former les enseignants au XXIe siècle » organisait une journée d’étude sur « Les gestes professionnels des enseignants comme objet d’étude et objet de formation ». La colonne vertébrale de cette journée a été deux extraits vidéos, des moments de vie d’une même classe et deux enseignants, l’une de français, l’autre de maths.

Dans son introduction à la journée, Luc Ria a posé le décor, sur le fond et sur la forme que pouvaient prendre les réflexions et travaux sur les gestes professionnels[1]. Quelles méthodes pour les étudier ? Existe-t-il une culture partagée sur des gestes professionnels ? Les enseignants sont isolés, dans des espaces clos et s’ils inventent, testent des gestes professionnels, ils peuvent avoir des difficultés à partager ces gestes, à créer des référentiels. Par ailleurs, il existe des gestes porteurs d’un héritage culturel, historique et de valeurs symboliques. Enfin pour le travail scolaire, il peut exister des lourdeurs qui empêchent de faire un pas de côté pour observer ces gestes.

Ces gestes professionnels sont-ils révélateurs des préoccupations des enseignants ? On peut observer par exemple une posture d’attente des enseignants, marque d’une préoccupation de contrôler les élèves. Existe-t-il des gestes pédagogiques ou didactiques, pour enseigner et faire apprendre ? Certains gestes d’enseignement sont co-construits en classe, induisant une double signification pour l’enseignant et les élèves : quelles peuvent être les interprétations des gestes professionnels par les élèves ? Continuer la lecture de Gestes professionnels, gestes de métier : de l’analyse à la formation

Donner du sens à l’apprentissage des nombres et opérations?

Les 12 et 13 novembre 2015, le Conseil national de l’évaluation du système scolaire (CNESCO) et l’Institut français de l’éducation (IFÉ) ont organisé une conférence de consensus sur l’apprentissage des nombres et des opérations à l’école primaire. Parmi les questions posées aux experts, figure celle-ci : « quelles relations établir entre la résolution de problèmes et l’introduction des opérations et de leurs propriétés ? ». C’est E. Sander et J.-F. Richard qui ont été chargés de répondre à cette question. En tant que professeurs de psychologie (cognitive), ils ont expliqué l’importance des énoncés de problèmes dans le processus de compréhension de notions mathématiques abstraites, et du passage d’une « sémantique quotidienne » à une « sémantique mathématique ».
C’est dans ce contexte que s’inscrit la réalisation du Dossier de Veille de l’IFÉ du mois de novembre : réaliser une synthèse de travaux sur la résolution de problèmes mathématiques, à destination d’acteurs de l’enseignement primaire.
Après avoir listé les enjeux d’une vision institutionnelle de la résolution de problèmes, cet état de l’art tente une typologie de la notion de « résolution de problèmes » en mathématiques, avant de présenter divers travaux de recherche relatifs à la résolution de problèmes du point de vue opérationnel (techniques opératoires) ou cognitif pour aborder les processus, stratégies et contextes discutés.
Après le sens du nombre, il convient de donner du sens à la manipulation de données et aux techniques opératoires, sans certitude pour les enseignants du primaire de pouvoir privilégier une stratégie de résolution plutôt qu’une autre…

Référence :
Feyfant Annie (2015). La résolution de problèmes de mathématiques au primaire. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 105, novembre. Lyon : ENS de Lyon.

 

 

 

Apprendre, enseigner en lycée professionnel : pratiques, dispositifs et contenus

La revue Spirale vient de lancer un appel à contributions pour son numéro 59, coordonné par D. Bart et X. Sido, à paraitre en janvier 2017.  Les contributeurs potentiels intéressés par  la question des savoirs et contenus d’apprentissages en lycées professionnels peuvent proposer un projet d’article (résumé) avant le 4 janvier 2016.

Voici le début de l’appel à contribution:

“Si à la fin des années 1980, Caspard (1989) avait pu déclarer que l’enseignement professionnel était un « chantier déserté » par la recherche, Tanguy (2000) pouvait néanmoins souligner une décennie plus tard combien les recherches sur ce domaine s’étaient multipliées depuis lors. Constat que les observations de Feyfant (2006) ne semblent pas démentir puisque la voie professionnelle est l’une des plus fréquentes thématiques des thèses de sociologie de l’éducation enregistrées entre 2003 et 2005. Plus récemment, l’activité éditoriale montre également une certaine vitalité sur ces questions avec les publications de Brucy, Maillard et Moreau (2013), Depoilly (2014) ou Jellab (2014) pour ne prendre que quelques titres significatifs.
Une recension des travaux menés (Sido, 2006) a permis de montrer que les principaux axes de recherche développés concernant cette filière adoptent plutôt de larges focales d’investigation sur les plans temporels ou structurels, qu’il s’agisse de reconstruire l’histoire de l’enseignement professionnel (e.g. Pelpel & Troger, 2001) ou celle de son organisation et de ses programmes (e.g. Sido, 2011), d’analyser les relations formation-emploi (e.g. Paul & Rose, 2008), d’étudier la place des filières professionnelles et de ses acteurs dans le fonctionnement hiérarchisé du système scolaire (e.g. Palheta, 2012). D’autres investigations explorent plus spécifiquement les fonctionnements caractéristiques des terrains d’enseignement professionnel en étudiant les rapports aux savoirs des élèves qui les fréquentent (Charlot, 1999), en décrivant les enjeux liés à l’exercice du métier dans ces établissements (Coste, 2015) ou en analysant les pratiques pédagogiques des enseignants aux prises avec les formes spécifiques de rapport aux études des lycéens d’établissement professionnels (Jellab, 2005). […]

Pour la suite , c’est ici.

Apprendre le nombre et les opérations : pas simple…

Les 12 et 13 novembre dernier, la didactique et la psychologie faisaient consensus sur les difficultés à enseigner et apprendre le nombre et les opérations à l’école primaire, lors de la conférence CNESCO-IFÉ ENS de Lyon.
Le jury de cette conférence réuni autour de son président, Jacques Grégoire (docteur en psychologie et professeur à l’université catholique de Louvain), a travaillé toute la journée du samedi 14 novembre pour proposer des recommandations qui auraient du être présentées à la presse le 19 novembre, mais le seront ultérieurement, compte tenu des circonstances. Continuer la lecture de Apprendre le nombre et les opérations : pas simple…

Le rapport Legrand, 30 ans après

Louis Legrand vient de mourir à l’âge de 95 ans. Il ne s’agit pas ici de faire une notice nécrologique, mais de rappeler ce pourquoi (entre autres) Louis Legrand a marqué l’histoire de l’éducation, le rapport qu’on connait sous le nom de “rapport Legrand” mais dont le  titre réel est “Pour un collège démocratique : rapport au ministre de l’Éducation nationale“.

Publié en 1982, soit 7  ans après la loi Haby sur le collège unique, ce rapport présente d’étranges similitudes avec une autre réforme… Tant par les propositions qui y figurent que par les réactions qu’il a suscitées.

Les grandes lignes de ce rapport (publié par la Documentation française)  sont les suivantes :
– aménager dans les classes de 6ème et 5ème des temps de travail en groupes d’élèves de niveau hétérogène et des temps en groupes de même niveau ;
– adapter les programmes nationaux à la diversité des publics et des situations locales ;
– favoriser les activités d’expression et de production technique ;
– renforcer les liens entre l’élémentaire et le secondaire pour faciliter le passage en 6ème ;
– favoriser l’autonomie des établissements pour prendre en compte la diversité des situations locales et transformer la vie des collèges en donnant des pouvoirs et des responsabilités aux partenaires ;
– mettre en place un tutorat destiné à aider les élèves dans leur travail et leur vie scolaire ;
– transformer les fonctions et les services des enseignants qui effectueraient 16 heures d’enseignement + 3 heures de concertation en équipe pédagogique et 3 heures de tutorat.
L’accent est mis sur l’importance du travail en équipe pédagogique et pluridisciplinaire, l’élaboration de projets éducatifs.

Quant aux réactions, on lit par exemple, dans une note de lecture de Gabriel Langouet, dans un numéro de la Revue française de pédagogie (1984) : “Avant même qu’il soit publié et dès sa parution, il a fait l’objet de discussions passionnées, de prises de position parfois tranchées, de polémiques acerbes, à partir d’analyses souvent incomplètes ou fragmentaires: le tutorat ou les services d’enseignement des professeurs par exemple“.

Ça vous rappelle quelque chose?

 Voir la Biographie de Louis Legrand, par Claude Lelièvre.

Observer et évaluer, observer pour évaluer en EPS

Les 17 et 19 octobre derniers, l’association pour l’enseignement de l’éducation physique et sportive (AEEPS) organisait sa première biennale sur le thème « L’observation et l’évaluation au service des progrès des élèves en EPS ».

Outre des conférences surplombantes (l’évaluation pour les apprentissages ; le lien entre les théories de l’apprentissage et les formats d’observation de l’activité des élèves ; la régulation des apprentissages en EPS ; les tensions liées à l’évaluation sommative en EPS), des communications professionnelles, présentant systématiquement des vidéos d’élèves en activité (ou en position d’observateurs) étayaient les problématiques de l’évaluation sous toutes ses formes et approches (sans note, par compétences, pour la réussite, pour la motivation, en auto-évaluation, etc.) mais aussi celles des pratiques enseignantes (observation pour réguler, guider, évaluer ; utilisation des TICE). Continuer la lecture de Observer et évaluer, observer pour évaluer en EPS