Les sciences de l’éducation au risque de l’ovalie

Le colloque « Mêlées et démêlés, 50 ans de recherches en Sciences de l’Education » organisé par l’équipe Toulousaine du laboratoire EFTS a réussi la gageure de créer un événement réflexif et festif au service d’une « multi-discipline » scientifique. En séance d’ouverture, D. Lacroix, président de l’université de Toulouse, souligne que ce colloque permet d’inscrire cette discipline émergente dans une histoire, sans faire abstraction des polémiques.

Mélées et  Démélées ? un parallèle assumé

Le ton est ensuite donné par Jean-François Marcel, directeur de l’EFTS qui déroule avec brio l’analogie des sciences de l’éducation avec le maniement du ballon ovale.  Des champs où l’on ne craint pas de s’affronter, de controverser pour échanger, loin des précautions oratoires du « en même temps » (« pas de même temps » martèle l’orateur). On retiendra de sa leçon sommaire de rugby  l’importance des intervalles (la bonne distance du chercheur (et/ou de la chercheuse) avec son objet ?), des passages, des marquages et … des débordements, sans oublier la place de la défense et des adversaires.

Autour de la même thématique, les organisateurs du symposium ont confié à Marguerite Altet la difficile tâche de sélectionneuse des 15 figures marquantes des sciences de l’éducation pour composer une équipe qui gagne : 5 femmes, 10 hommes, qui ont répondu aux deux questions :

  • Quelle est la controverse la plus importante selon vous des sciences de l’éducation ?
  • Comment voyez-vous les sciences de l’éducation dans 20 ans ?

Cette exposition est destinée à voyager, et servir de point d’ancrage pour des formations de futurs enseignant.e.s. Enfin la sculpture « l’enfant au bonnet d’âne » du toulousain James Colomina,  surplombant le hall d’accueil , « un enfant exclu, isolé,  qui représente les stigmatisés de notre société »  selon l’artiste vient rappeler aux congressistes la douleur des laissés pour compte de l’éducation.

11 symposiums  pour les 50 premières années et les suivantes

Les titres des symposiums sont d’ores et déjà tout un programme. La construction des échanges se sera déroulée sur 2 journées et demie.

  1. Didactique-Pédagogie : des hauts et débats, alliance de raison pour une intelligibilité des faits éducatifs et une transformation sociétale
  2. Dispositif et médiation : objet scientifique ou démarche de recherche ?
  3. Evaluations en tant que pratique sociale : contrôler pour (de)valoriser et/ou accompagner pour (de)former
  4. Innovation – Changement : ressources, enjeux et méthodes pour la recherche en Éducation.
  5. Logique d’action vs. Logique de connaissance : Dissociation – articulation et dépassement.
  6. Peut-on encore parler de méthodes pédagogiques ?
  7. Pratique/activité : À quoi peut-on prétendre accéder ? Enjeux pour la recherche et la formation.
  8. Professionnalisation et cinquante ans de sciences de l’Éducation.
  9. Savoir(s) et/ou compétence(s) pour enseigner – apprendre : du discours Àl’action, quels compromis et compromissions ?
  10. Sciences de l’Éducation : recherche(s) et militance(s).
  11. Vieilles racines et jeunes pousses : recherche, formation, ingénierie ?

La tacatacatique du chercheur

Après un retour sur image des 50 premières années des sciences de l’éducation par deux maitres de cérémonie, et une revendication féministe, une conclusion en chansons marque le coup d’envoi. Il est question de confusion (on vous souhaite tout le boxon du monde), de confrontation encore (que nos dispute évitent les bombes), d’harmonie parfois (des concepts sereins qui scintillent dans les bouquins). On peut se demander en passant si la posture professionnelle du chercheur peut être comparée à celle du gendarme (la tacatique du chercheur c’est « de formaliser avec autorité »).

Appel aux chercheuses en éducation, et aussi aux chercheurs 🙂

Au service veille, nous avons initié la constitution d’un annuaire des chercheuses et chercheurs en éducation EduObs. Nous profitons de ce billet pour vous inviter à vous inscrire, si ce n’est pas déjà fait ! (plus que quelques inscriptions et nous serons à 800 !).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *