Grandes disparités en Europe concernant les droits d’inscription et les bourses pour les étudiants

La Commission européenne a publié en octobre 2014 un communiqué de presse où elle fait état d’une grande disparité entre les pays européens en ce qui concerne les droits d’inscription et les bourses pour les étudiants.

Dans un récent Dossier de veille sur la jeunesse, il était mentionné les écarts importants selon les pays dans la prise en charge par l’État ou par les familles du coût des études pour les jeunes qui entrent dans l’enseignement supérieur. Entre des pays nordiques où l’État providence assure l’autonomie des jeunes, l’Angleterre où le jeune doit s’assumer seul (emprunts bancaires), les États du Sud où c’est principalement la famille qui assume ce coût, et la France qui se situe un peu au milieu (l’État aide les familles à assumer la poursuite d’étude des jeunes), on comprend que les attributions de bourses dépendent des politiques et des cultures nationales. Il en va de même pour les droits d’inscription des étudiants.

Ces droits sont les plus élevés au Royaume-Uni, mais ils ne sont pas payés immédiatement. Par contre, les droits sont payés à l’avance en Irlande, Italie, Lettonie, Lithuanie, Hongrie, Slovaquie et aux Pays-Bas alors même qu’ils sont assez élevés.

Si dans la plupart des pays, seule une minorité d’étudiants ont droit à une bourse, dans neuf pays, ce sont tous les étudiants qui y ont droit (dont le Danemark, la Finlande, Chypre et Malte) ou une majorité d’entre eux (Luxembourg, Pays-Bas, Écosse, Suède, Norvège).

Pour avoir plus de détails sur les comparaisons par pays :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.