Le plagiat à l’école : quels outils ?

Eh bien oui, le plagiat à l’école est une réalité, largement facilitée par la démocratisation de l’internet et des contenus numériques et par le développement de l’informatique personnelle, ne l’oublions pas. A nouvelles façons d’apprendre, nouvelles façons de tricher donc ! S’en préoccuper, oui, mais de quelle(s) manière(s) ?
Aujourd’hui on a Google, mais comment faisions-nous auparavant pour repérer la triche si ce n’est en faisant appel à la puissance de calcul de notre mémoire ? Serait-il excessif de penser que l’internet fournit plutôt une formidable opportunité pour la détection de la recopie ?
Il semblerait que certains l’aient bien compris. Récemment Thot nous présentait le logiciel suédois Urkund et la FING recevait les concepteurs du logiciel Compilatio à son dernier Carrefour des possibles Rhône Alpes.

Alors on s’interroge : serait-ce là une tendance lourde ? Ces outils de détection pourraient-ils être intégrés prochainement aux environnements numériques de travail, par exemple ? Autrement dit y a-t-il un vrai marché pour de tels outils ? En cherchant un peu sur internet, on découvre vite qu’il existe effectivement des « solutions ».Dès les années 2000, les premiers logiciels font leur apparition. Ceux qui s’intéressent à ces questions de plagiat se souviendront peut être de la société Laurion (française) qui lançait la promotion de son logiciel Ipium en octobre 2001 et qui depuis semble avoir disparue…
Aujourd’hui, la société américaine iParadigms commercialise TurnItIn, la Rolls apparemment en terme de détection de plagiat.

Eve Plagiarism Detection System, se décline lui en version monoposte ou bien nécessite un abonnement à un service distant (mode ASP) comme TurnItIn.
MyDropBox Suite, développé par une société canadienne, se présente plutôt comme un outil de gestion de copies, une sorte de workflow pour la notation à une ou plusieurs mains, avec cette fonctionnalité anti-plagiat.

Un petit tour du côté de l’open source nous confirme que là aussi il y a une (petite) offre, même si les applications les plus nombreuses concernent le plagiat logiciel (protection du code informatique).
Wcopyfind
, développé à l’université de Virginie, permet de comparer un document soumis à d’autres documents déclarés dans le système.
Plusieurs outils servent à administrer en ligne les copies ou exercices des élèves ; mais peu semblent intégrer une fonctionnalité anti-plagiat ; c’est le cas cependant du BOSS online submission system, un des projets les plus actifs sur Sourceforge dans ce registre.Mais on y trouve aussi Anti-Anti-Plagiarism System dont la genèse – provocatrice – nous est expliqué sur le site du concepteur…

Le principe de tels outils repose sur la recherche de similitudes : comparer une copie d’élève fournie sous un format électronique à d’autres documents numériques pour en mesurer l’authenticité et identifier les sources probables utilisées et non citées par l’auteur.

Cette traçabilité du plagiat dépend donc fortement des contenus numériques déjà indexés par l’outil ; autrement dit le différentiel ne se joue pas dans l’input (la fourniture de la copie), ni dans l’output (le rapport d’analyse) mais bien dans le processus de comparaison : quels algorithmes ? quels documents témoins ?

Et là l’offre oscille du logiciel à installer sur son poste de travail dans lequel l’utilisateur définit ses propres sources, à la plateforme distante qui sonde le web visible et invisible, les bases de données avec qui des accords ont été passés et… les copies fournies par l’ensemble des établissements abonnés au système. On s’aperçoit même que certaines déclinaisons commerciales de ces logiciels ciblent explicitement les éditeurs et producteurs de contenus scientifiques et revendiquent la protection du droit d’auteur !

Séduisantes pour les enseignants, ces solutions ? Il semblerait que l’idée fasse son chemin en tous cas. Après, bien évidemment rien n’interdit de s’interroger sur les causes et sur l’importance qu’il faut accorder à ce phénomène : quels sont les facteurs qui favorisent le plagiat ? ces pratiques constituent-elles une faute grave ? peut-on les considérer comme « formatives » par les manipulations de contenu qu’elles induisent ? la confusion, sincère ou non chez les plagieurs, ne risque-t-elle pas de s’accroître à l’heure du déploiement des licences Creative Commons et de l’interdépendance croissante des différents médias ?
Toutes ces questions et bien d’autres encore méritent sûrement d’être posées et il est certain que des chercheurs ont dû explorer ce terrain. Nous y reviendrons peut être dans quelques temps, mais en attendant si vous avez quelques pistes…


1 réflexion sur « Le plagiat à l’école : quels outils ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.