Construction et déconstruction de l’Histoire (de France)

L’élaboration des programmes disciplinaires a toujours été source de discussions, critiques et volées de bois vert.

En cette rentrée 2012, voilà l’enseignement de l’Histoire-géographie dans le collimateur … du Figaro et des historiens qui lui sont proches.
Le Figaro Histoire d‘octobre nous dit toute “La vérité sur l’Histoire à l’école”, présentant ainsi le contenu de ce dossier :

“Dans son numéro d’octobre, Le Figaro Histoire fait le point sur la crise de l’enseignement de l’histoire dans un dossier exceptionnel.Il décrypte les dérives pédagogiques et les nouveaux programmes. Fait entendre la voix des professeurs de collège et de lycée. Établit la galerie des déclassés de l’histoire de France : Vercingétorix, Clovis, Louis XIV, Napoléon, les Maréchaux de la grande guerre… Raconte de Guizot, Michelet à Pierre Nora, la naissance et la mort du roman national“.

S’appuyant sur la sortie de plusieurs ouvrages “dénonçant l’ampleur du désastre”, l’éditorialiste Michel De Jaeghere fustige l’accumulation d’objectifs contradictoires, une ambition démesurée de donner aux élèves à la fois les repères essentiels de l’histoire de France et une ouverture au monde par un saupoudrage de quelques vues sur les autres civilisations, la mondialisation, les institutions, avec au passage de l’histoire des arts, des idées, des religions. Visiblement, il ne fallait pas en rajouter, avec l’empire des Monomotapa, l’Inde des Gupta ou la Chine des Han, “sacrifiant les chronologies aux approches transversles” l’Histoire “est victime d’un snobisme”, de “préjugés qui ont mené à préférer l’histoire des peuples à celle des grands hommes ou des grands évènements”.
Le Figaro préfère “la leçon, la transmission des faits, des dates, des connaissances” à “un déluge de documents supposés attiser la curiosité des élèves”.

Qu’en est-il sur le terrain?

Les enseignants, formateurs et chercheurs, rédacteurs du blog aggiornamento hist-geo (lieu de réflexion et de propositions pour une renouvellement de l’enseignement de l’histoire et de la géographie scolaires et universitaires), s’ils consacrent plusieurs articles au programme de première et à l’épreuve anticipée de fin de première (1) se sont élevés contre les valeurs historiques mises en avant par le Figaro. Ils sont co-signataires d’un appel “Pour une autre méthode de construction des programmes scolaires”, contre la confiscation de l’écriture des programmes par des “experts“.
La définition des programmes d’histoire pose problème aux enseignants, oui, mais elle en pose aussi en terme de volume de connaissances à faire acquérir aux élèves (le sempiternel “on n’arrive pas à finir le programme”, qui voue assez souvent les Gupta ou les Hans aux oubliettes -chapitres “au choix”, de fin de programme).

Au collège, où la chronologie n’a pas disparu, contrairement aux dires des détracteurs de l’enseignement actuel, la difficulté des enseignants pourraient être de donner à voir la réalité de l’Histoire, qui n’appartient pas uniquement à des chefs politiques et militaires mais aussi aux ouvriers, aux paysans. “Cette domination du fait politique et institutionnel, est d’ailleurs confirmée par la liste des « repères historiques » exigée en fin de collège : sur 43 dates, 35 relèvent du champ politique, d’ailleurs très majoritairement national, ceci en dépit de la prétention des auteurs à affirmer que leurs programmes ” veillent à l’équilibre entre les différents champs de l’histoire “” (Girard, 2012, site Aggiornamento).

(1): sur  l’enseignement d’Histoire et  de géographie en première et terminale  : voir le site de l’association des professeurs d’histoire géographie (APHG).

 



Citer ce billet
Annie Feyfant (2012, 8 octobre). Construction et déconstruction de l’Histoire (de France). Éduveille. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3ox