Ebullition autour de la refondation de l’école

Après le lancement de la concertation “refondons l’École de la République” à la Sorbonne, le 4 juillet dernier, les groupes de travail se réunissent à un rythme soutenu depuis le début de la semaine.

Ils rassemblent en leur sein une grande part des acteurs les plus impliqués dans le débat éducatif. Représentants des personnels, des parents, des élèves, des associations, chercheurs, experts, inspecteurs, chefs d’établissements, parlementaires et élus locaux, recteurs et responsables de l’administration centrale du ministère : environ 400 personnalités réparties dans quatre groupes de travail (la réussite scolaire pour tous, les élèves au coeur de la refondation, un système juste et efficace, des personnels formés et reconnus) vont se réunir à de multiples reprises pour aborder les différents thèmes listés dans chaque groupe.

Chaque thème est abordé de façon successive, ce qui permet à chaque participant d’assister à toutes les séances de son groupe (si son calendrier personnel le lui permet !) et donc de suivre les débats sur tous les thèmes. Chaque thème fait l’objet d’une ou plusieurs séances, pilotées par  un animateur et un rapporteur.

Concrètement,le groupe 1 sur la “réussite scolaire”, s’est par exemple réuni hier lundi 10 juillet et a abordé le matin le socle commun (piloté par Claude Lelièvre et Roger François-Gauthier) et l’après-midi le lycée général et technologique (piloté par Olivier Rey et Catherine Moisan). Il se réunira dans la même configuration lundi 16 et mardi 17 juillet.

Après une trêve estivale, les débats reprendront le 21 août et une dizaine de séances permettrons d’aborder les thèmes de l’école primaire, de l’enseignement professionnel, de la rénovation du collège, de l’orientation, de l’éducation artistique, culturelle et scientifique et de la prévention du décrochage.

Le site web de la concertation devrait, par ailleurs, permettre d’envoyer des contributions.

Une rythme extrêmement soutenu, par conséquent, avec une échéance fixée en octobre pour le rapport final, l’objectif affiché étant de nourrir les décisions prises au plus haut niveau, notamment dans le cadre de la loi d’orientation annoncée par le gouvernement.

Nathalie Mons, membre du comité de pilotage de la concertation, a insisté (dans l’émission Rue des écoles) sur la visée pragmatique de ce qui va être produit par le processus, où il s’agit moins de réinventer l’école que de dégager des priorités politiques à partir de constats souvent partagés, en articulation avec un calendrier opérationnel et en s’efforçant d’identifier en amont les problèmes de mise en oeuvre prévisibles des mesures qui seront proposées. Le souci d’efficacité est donc au coeur de la concertation, que la chercheuse n’hésite pas à qualifier de mode de gouvernance “inédit” du fait de cette dimension opérationnelle revendiquée.

 

 


1 réflexion sur « Ebullition autour de la refondation de l’école »

  1. Ils oublient tous la “Méthode” et pourtant c’est là l’essentiel.
    Les clignotants rouges s’allument: dans tous les débats, dans toutes les émissions de télé,tous les intervenants sont d’accord pour constater que les inégalités entre élèves s’accroissent. On revient à la “France des privilègiés”. “Cela commence à l’école primaire”,constate Max Gallo qui met en exergue le déficit de l’expression orale et del’expression écrite.

    Tous les enfants (élèves) ont droit à la réussite. Et nous tous éducateurs (parents et enseignants) avons le devoir de les aider à l’obtenir. La priorité des priorités n’est pas d’accumuler des connaissances mais de s’approprier des savoir-faire.
    Chercher une solution nouvelle après avoir examiné les causes de l’échec scolaire plutôt que s’acharner à augmenter le temps de travail avec une méthode inadaptée et inapte dans des groupes de soutien, voilà ce que j’ai voulu quand j’enseignais.

    Diagnostic .

    J’ai observé les enfants qui fréquentent nos classes et j’ai pu dresser trois catégories:

    . ceux qui appartiennent à un milieu familial intellectuellement riche et où on a le souci de l’éducation : ils s’expriment facilement dans un langage clair et presque correct.

    . ceux qui ont des parents peu instruits mais préoccupés d’éducation : ils manifestent une volonté qui leur permet de réaliser rapidement des progrès et d’améliorer leur langage fruste.

    . ceux qui ne reçoivent aucun apport culturel dans leur entourage : livrés à eux-mêmes,ils ne trouvent aucune correspondance entre la famille et l’école. Leur niveau de langage est faible et ils viennent en classe sans motivation.

    Deux grandes lacunes sont à combler pour les deux dernières catégories:

    -un langage rudimentaire, approximatif,pauvre, entaché des défauts de la langue d’origine (argot, langue régionale ou nationale).

    -aucune habitude du langage abstrait, du « maniement » des idées.

    C’est donc des remèdes à ces deux faiblesses qu’il faut apporter.

    Mon diagnostic ne s’arrête pas là. J’ai constaté d’ autres causes d’échec:ma méthode ne servirait à rien si on n’éliminait pas deux verrous qui bloquent souvent l’esprit de nos élèves.
    Le premier est le désengagement et j’ai pu expérimenter une façon efficace de les sortir de ce manque de volonté.
    Très vite j’ai découvert un deuxième verrou .L’enfant , beaucoup plus que l’adulte , est comme paralysé par son « affect » qui empêche toute opération intellectuelle . Une émotion forte bloque le cerveau, la certitude ou la simple peur de ne pas réussir amène le trouble qui effectivement provoquera l’échec.
    Ce que je voudrais qu’on retienne, c’est qu’ en matière d’enseignement du français il faut éviter d’être frileux, résister à la peur d’en faire trop,cultiver l’enthousiasme. Une des qualités principales de l’éducateur est l’exigence. J’ai toujours demandé aux élèves de viser l’excellence*, dans tous les exercices, d’être exigeants avec eux-mêmes Ce qui ne signifie pas noter sévèrement. Je récompensais par un « TB » non pas le résultat mais l’effort accompli .Les professeurs de français se plaignent du désintérêt des élèves pour leur matière et ils sont leurs propres fossoyeurs en notant trop chichement les copies. Un prof de math distribue des 20 pour un exercice réussi, facile ou difficile. Un prof de français arrivera péniblement à concéder un 15 à la meilleure rédaction de sa classe.
    C’est aux parents que revient une large part de responsabilité, celle d’être disponibles et à l’écoute. Et nous verrons que tous ont cette possibilité de créer les conditions premières du succès : communication riche, confiance , joie.

    Dans cet océan d’incertitudes que représente la pédagogie, vogue un bateau qui porte un joli nom : CREATION.
    Il est là depuis des siècles. Il est insubmersible. Pour terminer , j’ inviterai votre enfant (élève) à son bord. Il le conduira,poussé par l’eau du riche réseau fluvial, jusqu’au port espéré,au nom plein de promesses : «  Le succès ».

    “La réussite pour tous à l’école” de Pierre Turon sur toutes les librairies en ligne et en particulier à la librairie “Chapitre.com” pour la version papier(13,90 euros et port gratuit) et à la FNAC pour la version numérique(5,90 euros)

    NB :les droits d’auteur vont à l’AFEV association qui aide les enfants en difficulté .

    N.B.Ma méthode est valable à tout âge: elle est aussi efficace à l’adolescence qu’appliquée dès la petite enfance :tout retard est très vite rattrapé.Et surtout ma méthode est valable dans nos classes hétérogènes, elle profite à tous :les productions sont différentes, plus riches et plus importantes pour les uns, plus originales ou plus banales pour les autres.

    *viser et non pas atteindre! Soyons modestes!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.