L’excellence en éducation : nous n’avons pas les mêmes valeurs

Les travaux de recherche en éducation manipulent avec beaucoup de prudence (pour ne pas dire de méfiance) les mots « qualité » « performance » ou encore « efficacité ». Il existe un autre mot très sensible, mais de plus en plus utilisé par certains décideurs, hommes politiques, etc. : « excellence ». Voici quelques éléments offerts à la réflexion du lecteur.

Prenons un exemple dans l’actualité éducative :
27 juin 2012 : publication du Rapport d’information fait au nom de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication par la mission d’information sur la carte scolaire par Françoise Cartron.
Rappelons les objectifs annoncés : « la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat décida en janvier dernier la création d’une mission d’information sur la carte scolaire, destinée à évaluer les effets de l’assouplissement et à proposer des pistes de réforme de la sectorisation au service de la mixité sociale ».
Comment le mot excellence y apparaît-il ? Comment est-il utilisé ?
Les éléments du discours de la sénatrice, présentant le Rapport :

« Votre rapporteur déplore la déstabilisation dont est victime l’éducation prioritaire du fait de l’assouplissement de la carte scolaire. Cette fragilisation forme le pendant de la promotion idéologique d’une politique dite « d’excellence » qui renonce à s’attaquer à la réduction des inégalités sociales et de l’échec scolaire » (p. 28).

« Depuis quelques années, s’est opéré un second glissement et l’éducation prioritaire est devenue un instrument de sélection d’élèves « méritants », les autres étant maintenus dans des voies de relégation. Le développement des internats d’excellence en est un exemple, tout comme les conventions ZEP/Sciences Po qui concernent moins d’un élève de ZEP sur 1 500 […] Il [s’agit] de concentrer de maigres ressources sur une fraction identifiée comme “méritante” et « digne d’être amenée à l’excellence” » ( p.28-29).

[Les internats d’excellence sont évoqués à plusieurs reprises, nous ne ferons pas un inventaire exhaustif des citations].

« La politique scolaire du Gouvernement n’a pas créé ces deux paradoxes de la cohérence temporelle de la sectorisation et de l’excellence, mais elle a amplifié et aiguisé les dilemmes auxquels doivent faire face les chefs d’établissement, les enseignants et les familles »(p. 52)

« Il faut décisivement rompre avec la logique de polarisation des établissements et d’abandon de certains territoires et de certains publics au profit des « méritants » qui a prévalu depuis plusieurs années sous le nom de politique d’excellence » (p. 72).

« L’autonomie et l’excellence sont deux mots que la politique du précédent gouvernement a galvaudés et subvertis pour en faire les nouveaux masques de l’inégalité assumée » (p. 74)

Lors des discussions qui ont suivies la présentation du rapport, F. Cartron a nuancé ses critiques de l’usage de l’excellence : « L’excellence doit être partout dans toutes les classes. Tout enseignant doit avoir l’ambition de mener chaque élève au plus haut niveau. Ce qui me gène c’est la différenciation. Nous devons avoir une école à une seule vitesse ».
Les groupes politiques ont apporté leur contribution au débat :

– « l’abandon des politiques d’excellence (comme les internats d’excellence) est nécessaire car, loin de poursuivre l’objectif de mixité sociale qui consacre des moyens à la réussite de tous les élèves, ces politiques lui préfèrent celui de mixité des élites, qui concentre les moyens sur quelques très bons parmi les plus défavorisés. » (groupe communiste républicain et citoyen).

– « au nom de la lutte contre les inégalités, le rapport ne laisse aucune chance à l’excellence :  aucune chance aux élèves méritants qui doivent absolument rester dans leurs quartiers pour « équilibrer » les niveaux ;  aucune chance aux établissements visant l’excellence en figeant les dotations des établissements les plus attractifs. Sans doute faut-il rappeler que les internats d’excellence et une politique en faveur des élèves boursiers ont ouvert les portes des meilleurs lycées publics à des jeunes doués mais enfermés dans leur condition sociale. Ces succès individuels font partie de la politique de lutte contre les inégalités ». […] « notre groupe […] affirme que l’école doit pouvoir à la fois assurer l’ascension sociale et viser l’excellence » (groupe union pour un mouvement populaire).

Voilà un premier échantillon de l’usage de l’excellence en éducation. On voit bien le clivage entre “un peu pour tous” ou “tout pour un peu”. La problématique de l’excellence en éducation serait-elle uniquement  “Comment aider les plus méritants (qu’est ce que le mérite ?), ceux qui ont du potentiel (le potentiel est-il une évidence ?)?”

Pour se décentrer du débat français, allons au Canada. L’Ontario est un état fortement multiculturel. Considérant que cette diversité culturelle, linguistique, religieuse, n’était pas suffisamment prise en compte par le système éducatif, le ministère de l’éducation ontarien a « formulé une stratégie d’équité et d’éducation inclusive pour les écoles de l’Ontario ». Dans un document déclinant cette stratégie, la ministre de l’éducation  a déclaré que « l’équité et l’excellence vont de pair » (Wynne, 2009). Il ressort du rapport que l’excellence passe par une éducation inclusive. La définition du concept, par ce même ministère étant la suivante : « Éducation basée sur les principes d’acceptation et d’inclusion de tous les élèves. L’éducation inclusive veille à ce que tous les élèves se sentent représentés dans le curriculum et dans leur milieu immédiat de même que dans le milieu scolaire en général dans lequel la diversité est valorisée et toutes les personnes sont respectées »).
Par ailleurs, les canadiens  sont également capables de décerner des prix d’excellence aux personnels de l’éducation (excellence du personnel de soutien, excellence du leadership, etc.) mais j’en ai déjà parlé (26/02/2012).

Revenons alors en Europe où, la même année, le Conseil de l’Union européenne a défini un cadre stratégique mettant en avant l’importance de l’éducation inclusive. La conférence internationale (40 pays participants) qui a suivi cette décision a conclu ainsi ses travaux : « L’éducation inclusive est un droit universel qui nécessite de prendre des mesures politiques visant à apporter un enseignement de qualité à tous les citoyens. L’éducation inclusive signifie également que toutes les ressources nécessaires (financières, humaines, éducatives, techniques et technologiques) seront fournies à tous les centres éducatifs afin de leur permettre de répondre à tous les apprenants et de leur garantir la réussite éducative, quelle que soit leur situation personnelle, économique, sociale, culturelle, géographique ou leur appartenance ethnique.[…] L’éducation inclusive doit garantir qualité, équité et excellence, conformément aux principes tels que l’égalité des chances, la non-discrimination et l’accès universel. Tous ces principes sont complémentaires et inséparables ».

De belles et bonnes intentions, mais on ne sait toujours pas comment prendre cette pelote d’où sort une multitude de fils qu’il s’agit de tirer, nouer, couper (pourquoi pas) pour tricoter de la belle ouvrage, autre chose qu’une serpillière éducative (expression excessive, que les cinéphiles francophiles comprendront sans doute, ma bonne éducation m’empêchant de citer mes sources).

Glossaire (Le grand Robert)
Excellence 
: Caractère de ce qui est excellent; degré de perfection qu’une personne, une chose, a en son genre.
Perfection 
: État, qualité de ce qui est parfait.
Parfait 
: Qui est au plus haut, dans l’échelle des valeurs. Qui est tel qu’on ne puisse rien concevoir de meilleur, de supérieur; qui réunit toutes les qualités imaginables, souhaitables.
Potentiel 
: Capacité d’action, de production, de travail. [NB : En grammaire, le mode potentiel exprime l’hypothèse du possible… difficile dès lors de séparer le bon grain de l’ivraie sans discriminer … tous les élèves ne sont-ils pas éducables?]
Mérite : Ce qui rend une personne digne d’estime, de louange, de récompense lorsque l’on considère la valeur de sa conduite et les difficultés surmontées / Ensemble de qualités intellectuelles et morales particulièrement estimables.
Mériter : Être, par la conduite, en droit d’obtenir (un avantage) ou exposé à subir (un inconvénient).

 

 



Citer ce billet
Annie Feyfant (2012, 28 juin). L’excellence en éducation : nous n’avons pas les mêmes valeurs. Éduveille. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3oj

2 réflexions sur « L’excellence en éducation : nous n’avons pas les mêmes valeurs »

Les commentaires sont fermés.