Innovation et créativité en éducation

Évoquer une éducation créative et innovante n’a rien… d’innovant, précisément.  Régulièrement invoquées dans certaines politiques éducatives et dans les documents d’orientation d’organisations internationales comme l’OCDE ou la commission européenne, les notions d’innovation et de créativité, proches et complémentaires, voire interdépendantes, restent encore éloignées de l’enseignement au quotidien.

Le Dossier d’actualité – Veille et Analyses, n° 70, mis en ligne en ce début janvier,  interroge sur une  évolution pédagogique, recommandée, espérée et dynamisante de l’éducation.

Sans revenir sur « l’Année européenne de la créativité et de l’innovation en 2009 », initiative de l’Union européenne,  nous nous sommes appuyés sur des rapports d’experts et des débats de chercheurs, qui définissent la créativité comme la « capacité à proposer de nouvelles solutions, de nouvelles visions pertinentes des choses » (Taddéi, 2010).

Bien souvent l’idée de créativité dans l’enseignement est associée aux disciplines artistiques ou « créatrices » : arts plastiques, musique. Une éducation essentiellement formelle, s’accommode mal de ces concepts flous de créativité et d’innovation. Il est malaisé de s’appuyer sur une structuration disciplinaire stricte, des évaluations certificatives en fin de niveau et  envisager simultanément une pédagogie innovante et un apprentissage créatif, ou chacun pourrait développer ses talents, compétences et savoirs à son rythme et selon son imagination.

Il ne s’agit pas d’opposer le savoir à la créativité, les disciplines à l’interdisciplinarité, il faut doser l’usage des pratiques qui fonctionnent dans l’enseignement transversal et celui de pratiques « nouvelles », qui facilitent les apprentissages de tous.

La créativité dont il est ici question n’est pas une simple agilité intellectuelle, elle s’apparente à une façon de vivre et pas uniquement de penser (Sternberg, 2003). Plus ou moins clairement exprimée dans les compétences transversales pour l’éducation et la formation tout au long de la vie, la créativité  est invoquée au côté de l’esprit d’entreprise ou autre aptitude réclamée sur le marché du travail.

Plusieurs enquêtes ou rapports permettent de mettre en lumière les déclarations institutionnelles et la réalité du terrain, aussi bien dans les curricula que dans la formation des enseignants ou les modes d’évaluation des pratiques  et apprentissages innovants et créatifs.

À consulter, par exemple : le projet  Creativity and Innovation in Education and Training in the EU27 (ICEAC), porté par l’Institute for Prospective Technological Studies (IPTS)
En France, la notion d’innovation est souvent associée à l’expérimentation. En 2005, un dispositif au niveau national d’innovation et d’expérimentation a été mis en place afin d’accompagner les « innovations et expérimentations » proposées par des équipes éducatives dans les écoles et collèges français. Un Vade-mecum, sorte de guide méthodologique pour faciliter l’accompagnement des ces équipes dans leurs pratiques a été publié à l’automne 2011.

Cette approche, qui reste dans les limites d’un enseignement formel, calé sur des évaluations certificatives reste quelque peu décalée de l’approche envisagée dans les années 1960 par le mouvement Freinet, le Groupe français d’éducation nouvelle, etc. Trente ans plus tard, le bilan des innovations identifiées comme telles par plusieurs rapports de l’Inspection générale ou par des analyses de chercheurs est contrasté et fait état d’une certaine rareté des pratiques pédagogiques réellement innovantes.

De notre revue de littérature, nous avons retenu qu’on peut « catégoriser comme innovation des dispositifs assez différents : classes relais, modules de seconde, travaux personnels encadrés, itinéraires de découverte, aide individualisée en seconde, variation des groupes d’élèves, dispositifs d’éducation prioritaire, écoles de la seconde chance, utilisation des TICE, établissements expérimentaux, nouvelles organisations du temps scolaire, apprentissage différent des langues vivantes, utilisation des bibliothèques et centres documentaires, apprentissage par expérimentation (“la main à la pâte”), tutorat, mallette des parents… »

Dans d’autres pays, les innovations, développées dans le cadre de dispositifs nationaux ou locaux, s’appuient plus ou moins fortement sur les TICE (comme l’a montré le sommet WISE , sommet mondial pour l’innovation en éducation) mais aussi sur des réformes curriculaires, des partenariats avec les collectivités locales, les parents, et surtout des initiatives donnant toute leur place aux élèves, dans des projets de type constructivistes, laissant, comme en Finlande une large autonomie aux établissements.

Pour prendre un peu de hauteur, reprenons quelques idées abordées par F. Taddéi rédigé pour l’OCDE, en 2009 : l’école doit être une organisation apprenante; il faut passer d’une école immobile à une adaptabilité des modèles éducatifs; l’école n’a plus le monopole des savoirs; on observe un déplacement du rôle de la transmission (transmission des savoirs, des informations, des méta-savoirs ; l’enseignant devient un spécialiste de la découverte des savoirs, il doit créer des liens entre différentes portions de savoirs (interdisciplinarité); l’enseignement est trop normatif; l’enseignant doit savoir se remettre en question, expérimenter, encourager les pionniers, ouvrir des espaces de liberté, favoriser les échanges, la réflexion personnelle, la créativité; enseignant et apprenant doivent prendre des risques, apprendre à créer, à échanger, apprendre l’exigence, bref, être inspirés et motivés par l’acte d’apprendre.



Citer ce billet
Annie Feyfant (2012, 9 janvier). Innovation et créativité en éducation. Éduveille. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3np