Apprentissage de la lecture : de la théorie à la pratique

Le séminaire de formation organisé par l’INRP, en décembre, sur l’apprentissage de la lecture a été l’occasion de s’interroger sur les rapports entre «scientifiques» et «enseignants de terrain». A.-M. Chartier a insisté à plusieurs reprises sur la fâcheuse tendance de certains enseignants-chercheurs à oublier de citer leur expérience antérieure « d’instit’». Le titre de chercheurs aurait-il plus de légitimité pour parler de l’apprentissage de la lecture ? Comme l’a dit F. Ramus lors de la table ronde sur la médiatisation du débat sur les méthodes de lecture, les scientifiques ont été impliqués dans le débat de 2006 sans pour autant revendiquer une compétence en matière de pédagogie. Mais certains de ces mêmes scientifiques, quelque fois chahutés par les professeurs des écoles, attendaient de la part de ces derniers une plus grande introspection.

Au risque de heurter les lecteurs , citons encore un scientifique : « lors du débat de 2006, il y a eu des gens honnêtes et incompétents et des gens compétents et malhonnêtes ».

Autre moment où le clivage terrain/recherche a été abordé, la demi-journée consacrer à la formation, initiale et continue des professeurs des écoles.

Comment relier théorie et pratiques ? Il est difficile d’imaginer une « tête à tête » entre scientifiques et enseignants du primaire. Les intermédiaires que sont les formateurs IUFM et les inspecteurs doivent être reconnus dans leur rôle de simplificateur, de transcripteurs.

S’il faut théoriser les gestes professionnels, comment transmettre ces questions sur les méthodes, les pratiques aux stagiaires IUFM ?Ces futurs enseignants ont le sentiment d’un transfert de compétences expertes sans clé pour les mettre en pratique. Ils ressentent « une insécurité cognitive » (S. Cèbe), ils manquent d’outils, de recettes; les éléments transférés leur semblent utopiques.

Pour Sylvie Cèbe, il faut fabriquer de l’attendu, il faut partir du «faire» et remonter à la justification, planifier à long terme. Il faut passer de la décontextualisation (avec des pratiques de références), à l’IUFM, à la recontextualisation (avec des pratiques nouvelles), dans la classe.

Bien souvent, cette recontextualisation est laissée à la charge des stagiaires. Il manque une réflexion sur les gestes professionnels (régulation du déroulement de la tâche et de l’activité de l’élève), une prise de conscience des interindividualités (traitement des erreurs, de la différenciation). Ces outils abordés en formation éviteraient aux stagiaires et aux nouveaux enseignants d’avoir à les construire in situ et leur permettraient de mieux anticiper des situations nouvelles.

Des ressources INRP :



Citer ce billet
Annie Feyfant (2007, 12 décembre). Apprentissage de la lecture : de la théorie à la pratique. Éduveille. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3i4