Rester ensemble malgré les jugements scolaires

Un colloque était organisé les 22 et 23 octobre dernier à l’INRP par l’équipe Education et Politiques autour de la question « Déclin de l’institution ou nouveaux cadres moraux ? ».

La problématique au cœur de échanges était celle d’une jeunesse qui se serait construit « un monde à soi », avec des principes de justice en tension avec ceux portés par les adultes et en décalage avec le modèle normatif de l’école républicaine.

Parmi les diverses communications, celle de Patrick Rayou revenait sur la violence sociale que représente finalement le lycée actuel, qui met ensemble une fraction importante d’une classe d’âge pour mieux en trier et sélectionner les différents membres. Face à cette entreprise de séparation ressentie souvent de façon brutale, les lycéens apportent une réponse « pacificatrice » en fabricant une manière uniforme d’être « ensemble », en ignorant les différences et en cultivant la distanciation culturelle envers les canons scolaires.Ce comportement entre alors en conflit larvé avec le projet de l’école républicaine. Cette dernière entend en effet neutraliser les différences et les inégalités héritées de la société mais pour susciter des inégalités justes, sur la base du « mérite » scolaire.

Par ailleurs, les savoirs ne sont plus désormais, dans ce que l’on appelle parfois la “société de la connaissance”, le monopole de l’école, ou y entrent sans y avoir été produits au préalable : la forme scolaire est mise à l’épreuve de la pluralité et de la porosité avec l’extérieur, ce qui ne facilite pas sa légitimation.

De même, concernant le temps scolaire, l’école repose sur le principe de l’ascèse, du temps d’étude (voire de sacrifice) de longue durée dont la clé de compréhension apparaît à la fin du parcours. Autrement dit, elle invite les élèves à accepter un apprentissage parfois abscons et peu attractif au nom de la récompense qu’apportera la certification et une maîtrise d’un savoir à l’issue du processus.

Le modèle majoritaire des élèves est différent : ils veulent vivre plusieurs temps immédiatement, à l’intérieur même du temps scolaire ! Y compris le temps affectifs, le temps des copains, le temps de ses passions…

La réussite de l’ascèse, l’adhésion au processus scolaire , nécessite d’être convaincu de la justice de l’ensemble. Les récompenses consacrant le sacrifice scolaire doivent être justes, accordées au travail demandé, ne pas rentrer en conflit avec d’autres principes de justice (dans la sphère familiale ou amicale par exemple), etc.

P. Rayou constate ainsi de nombreuses contradictions qui empêchent l’accord sur un principe de justice commun dans le lycée, avec notamment une résistance forte des élèves à tout ce qui apparaît comme une fragmentation du groupe des pairs, les épreuves visant à vérifier les travaux des lycéens étant ainsi souvent dénoncées comme injustes pour de multiples raisons discordantes avec les normes scolaires habituelles. Les examens scolaires, en particulier, ne rendent pas justice, aux yeux des élèves, des différentes formes de grandeur (au sens de Boltanski) de leur personnalité.

En revanche, les élèves ne sont pas en rupture avec le lycée, ils privilégient plutôt ce qu’il appelle un « squat » de l’institution pour réaliser une sorte de socialisation générationnelle. On admet les différences tout en les déniant, on créé des « niches » dans l’établissement et le temps scolaire, en étant à la fois présent et absent selon les moments et les cours, on se différencie par des goûts et des affinités électives qui sont soigneusement relégués hors de la classe et socialement neutralisées.

Le rapport aux tâches scolaires est finalement largement surplombé par le rapport aux pairs.

Bref, les principes anthropologiques au fondement des univers lycéens sont largement différents de ceux que pré-suppose l’institution scolaire et sur lesquels elle est censée reposer !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.