Evaluation des enseignants

Xavier Darcos a déclaré le 3 novembre dernier « ”Nous sommes trop obsédés par l’inspection individuelle des professeurs”. « Ce qui importe ce sont les résultats des élèves, peu importent les moyens ». Cette intervention portait semble-t-il plus sur la nécessité de mieux évaluer les élèves, mais quelle discussion peut-elle entraîner sur l’évaluation des enseignants ?Pour mémoire, on pourra se reporter à l’avis du Haut Conseil de l’évaluation de l’école, “L’évaluation des enseignants des premier et second degrés” : – Le dispositif n’est pas juste : critères d’évaluation mal définis, rythmes et conditions d’inspection dissemblables…- Le dispositif est peu efficace : peu d’effets sur les pratiques enseignantes, ne tient pas assez compte des tâches hors de la classe, pas de réflexion d’ensemble sur les apports de cette évaluation…- Le dispositif engendre malaise et souffrance : infantilisation, sentiment de remise en cause, pas de valorisation du rôle d’inspecteur.

Le Hcéé avait notamment souligné la nécessité de :- Contrôler la qualité du système éducatif, et l’améliorer, c’est-à-dire favoriser l’atteinte de ses objectifs, notamment à travers les progrès et les comportements des élèves, et porter remède à ses points faibles ;- Conseiller, guider, aider et permettre une réflexion individuelle et collective sur les pratiques enseignantes et leur efficacité au regard de cette qualité ;- Encourager et faciliter des parcours à la fois positifs et valorisants pour les personnes et utiles à l’atteinte des objectifs de l’École ;- Reconnaître et valoriser l’effort et la réussite, c’est-à-dire l’atteinte des objectifs.

Pour un panorama des pratiques d’évaluation dans les pays industrialisés, on pourra se reporter à l’ouvrage dirigé par Léopold Paquay, « L’évaluation des enseignants : tensions et enjeux » (2004). La question centrale de cet ouvrage collectif étant : comment, et à quelles conditions, une évaluation des enseignants en cours de service peut-elle contribuer a l’amélioration de la qualité des pratiques enseignantes et au développement professionnel des enseignants ? Par ailleurs, L. Paquay , dans un article de la revue Recherche et formation, « Vers quelles évaluations du personnel enseignant pour dynamiser leur développement professionnel et leur implication vers des résultats? » (2005, n°50, p.55-74) met en évidence le paradoxe de la prescription de l’autonomie et propose des clés pour éviter aux enseignants de se retrouver « piégés » et pour que les démarches d’évaluation constituent un réel levier pour leur développement professionnel et leur mobilisation dans des projets collectifs.

Bibliographie pour survoler la question :

  • ESEN (2007). Évaluation, inspection des personnels enseignants. Sélection de ressources
  • IGEN ; IGANR (2006). La place et le rôle des inspecteurs d’académie et des services départementaux dans l’administration, le pilotage et l’animation de l’Education nationale. Ministère de l’éducation nationale.

Voir aussi

  • Finey Eric J. (2007). Quality Feedback: The Essential Ingredient for Teacher Success. Clearing House: A Journal of Educational Strategies, Issues and Ideas, vol. 80, n° 4, p.191-197 Mar-Apr 2007.
  • LANGANAY, Jean-Yves. L’enseignant exposé à de multiples regards. Éducation & management, mai 2006, n°31, p. 23-25.
  • HCÉÉ (2003). L’évaluation des pratiques enseignantes dans les premier et second degrés. L’avis du Hcéé.
  • Attali Alain, Bressoux Pascal (2002). L’évaluation des pratiques éducatives dans les premier et second degrés. Haut conseil de l’évaluation de l’école.
  • Chassard Yves, Jeanbrau Christian (2002). L’appréciation des enseignants du premier et du second degré : Diagnostic et propositions. Haut conseil de l’évaluation de l’école.
  • Monteil Jean-Marc (1999). Propositions pour une nouvelle approche de l’évaluation des enseignants : rapport remis à Monsieur le Ministre de l’Education nationale, de la recherche et de la technologie.
  • Perrenoud Philippe (1996). « L’évaluation des enseignants : entre une impossible obligation de résultats et une stérile obligation de procédure ». Éducateur, 1996, n° 10, pp. 24-30. Une obligation de résultats n’est pas vraiment praticable dans l’enseignement ; une obligation de procédure tourne le dos à la professionnalisation du métier d’enseignant et à l’efficacité pédagogique et didactique ; une obligation de compétences est la seule voie d’avenir qui suppose un changement de représentations et un autre fonctionnement du système éducatif.


Citer ce billet
Annie Feyfant (2007, 8 novembre). Evaluation des enseignants. Éduveille. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3hz

3 réflexions sur « Evaluation des enseignants »

  1. les Enseignants sont évalués depuis plus d ‘ un siècle par des adultes et des organismes formés à le faire , et non pas par des gamin(e)s de 10 ans : ce serait faire preuve de délire , de déraison et d’irresponsabilité de formuler une telle ineptie , quelle qu ‘ en soit la source…

  2. Ce qui est une ineptie c’est de nier la valeur et le jugement des enfants.

    Quand un enfant vous dit que quelque chose ne va pas, il vous dit que quelque chose ne va pas. Dans son langage et avec ses mots.

    L’évaluation de celui qui les encadre à tous les jours serait sans doute bien servie par l’input des enfants. On ne parle pas d’évaluation exclusive, mais d’une évaluation essentielle.

    «Délire , déraison et irresponsabilité» sont celles d’individus qui défendent un système de privilèges et qui craignent que la faiblesse de leurs justifications pour le maintien d’un système d’éducation oppressif soit dévoilée.

  3. Vous pouvez également mentionner le rapport de l’IGEN du 1er degré de 1995, qui n’a pas beaucoup vieilli: “évaluation et notation des enseignants du premier degré”.
    Jean Ferrier
    IGEN honoraire

Les commentaires sont fermés.