Kaleidoscope : un réseau européen pour l’excellence

Les technologies de l’information et de la communication sont-elles efficaces pour l’apprentissage ? Si cette question qui imprègne de façon plus ou moins explicite les recherches, reste irrésolue, Nicolas Balacheff, invité à l’INRP par l’équipe EducTice, nous incite à faire preuve de modestie et de patience, rappelant que le passage du « livre » au « livre de poche » a pris pas moins de 600 ans : les changements des systèmes éducatifs ne peuvent s’inscrire que dans une temporalité longue (plus longue que les quelques années qui ont vu l’avènement de l’informatique personnelle…).

Pour aborder plus sereinement cette question de l’efficacité des TIC, il prône l’humilité et le volontarisme. Il n’est en effet pas nécessaire de tout réinventer : les questions relatives à l’individualisation, à l’accessibilité et à la portabilité par exemple sont antérieures aux TIC. En revanche, il convient d’identifier les points réels de rupture, au nombre desquels il retient :

  • la matérialisation des réseaux humains
  • l’ubiquité du contenu
  • l’interactivité sur-mesure
  • la matérialité des documents, au delà des textes et des images.

Là où la communauté scientifique est fragmentée, là où les pratiques ne sont pas matures, les enjeux d’une mise en convergence sont forts pour relever le défi de la complexité. C’est l’objectif que poursuit le réseau d’excellence Kaleidoscope, dont N. Balacheff a été l’un des fondateurs dès 2004 : c’est en effet le premier réseau européen pluridisciplinaire à offrir un cadre pour la mutualisation des recherches en matière d’apprentissage assisté par les technologies ou « TEL » (technology enhanced learning).

logo Kaleidoscope

Le glissement sémantique n’est d’ailleurs pas anodin en anglais : on réintroduit ainsi la notion « éducative » dont le sigle « ICT » (information and communication technology) ne rendait pas compte. Reste à savoir s’il faut traduire « TEL » en français autrement que par le « TICE » dont nous disposons déjà ! En tout état de cause « AAT » ne me semble pas très porteur ! Mais au delà des questions sémantiques, revenons plutôt aux travaux de ce réseau d’excellence. Kaleidoscope fédère aujourd’hui près de 1100 chercheurs et 91 unités de recherche en provenance de 24 pays européens et du Canada. Résolument pluridisciplinaire, à l’interface des sciences de l’éducation, des sciences sociales et de l’informatique, il se donne pour objectif de contribuer au transfert de connaissances entre l’éducation, l’industrie et la société en général ; son action se place dans le cadre des activités de l’Union Européenne en faveur de la société de l’information (6e programme cadre). Deux documents servent d’appui à N. Balacheff pour présenter la « vision » des membres du réseau :

De cette vision de Kaleidoscope, nous pouvons retenir les deux points suivants :

  1. l’apprentissage naît d’interactions constantes et multiples entre une diversité d’apprenants (et de styles d’apprentissage), un large spectre de situations et contextes et une variété de technologies et d’outils
  2. le « mobile learning », objet des premiers consensus au sein du réseau, est à rapprocher de la résolution de problèmes et du travail collaboratif : 3 axes qui ont été réunis dans les recherches sur les modes d’apprentissage

Par « mobile learning », il ne s’agit pas d’entendre l’usage de technologies mobiles dans un contexte pédagogique, mais bien plutôt de comprendre comment ces technologies de plus en plus « embarquées » dans notre environnement quotidien renouvellent les pratiques enseignantes et apprenantes : quels scénarios ? avec quelles technologies ? pour quelles évaluations ?

Sur cette question, on pourra suivre les travaux d’EducTice dans le cadre du projet SPE (scénarios de pédagogie embarquée).

Pour finir, mentionnons que le symposium 2007 de Kaleidoscope se tiendra les 26 et 27 novembre prochains à Berlin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.