Transition école-emploi : le cas de la Belgique vu par l’OCDE

L’OCDE publie cette semaine un premier rapport sur l’insertion professionnelle des jeunes Des emplois pour les jeunes : Belgique, qui examine les principales barrières à l’emploi et évalue la pertinence et l’efficacité des dispositifs existants pour faciliter la transition de l’école à l’emploi.

Cette publication s’inscrit dans un examen thématique auquel participeront entre 2006 et 2009 une quinzaine de pays : Belgique donc, puis Canada, Corée, Danemark, Espagne, États-Unis, France, Grèce, Japon, Pays-Bas, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pologne, République slovaque et Royaume-Uni.

Il s’agit là d’une initiative majeure de l’OCDE à l’heure où le chômage des jeunes reste très élevé dans la majorité des pays membres et où le marché du travail devient de plus en plus sélectif, alors que l’on constate un manque de qualifications pertinentes.

Un questionnement qui porte fondamentalement sur l’utilité de l’école et qui pointe la nécessité d’opérer des rapprochements entre le système éducatif et l’emploi, n’en déplaise aux défenseurs de la culture savante…
Si l’école n’a pas vocation à former à l’emploi, dans quelle mesure n’a-t-elle pas un rôle à jouer pour accompagner ces premières expériences sur le marché du travail qui peuvent conditionner durablement la trajectoire professionnelle ?Résultat s’agissant de la Belgique : un marché du travail moins performant que la moyenne des pays membres, où le chômage des jeunes de 15 à 24 ans s’élève à 20% en 2005 (contre 13% en moyenne) et où 12% d’entre eux sont à la fois sans emploi et en dehors du système éducatif. Des résultats qui mettent également en lumière de fortes inégalités géographiques, avec une situation particulièrement préoccupante dans la région bruxelloise et dans la région wallonne. Si une grande majorité de ces jeunes ont un emploi un an après la fin de leurs études, il s’agit pour environ 40% d’entre eux d’un emploi temporaire et pour un peu plus de 20% d’entre eux d’un emploi à temps partiel. Malgré une précarisation croissante, ces proportions restent toutefois dans la norme des pays européens.

Les recommandations du rapport portent sur 4 axes : faire en sorte que les jeunes quittent l’école avec des compétences reconnues par un diplôme valorisé ; rendre la transition de l’école à l’emploi moins abrupte ; renforcer les obligations réciproques des jeunes ; et éliminer les barrières existantes à l’embauche des jeunes.

Concrètement, l’OCDE préconise les mesures suivantes :

  • intervenir tôt et de manière coordonnée et soutenue. En Belgique, on agit souvent trop tard une fois que le décrochage scolaire s’est déjà installé. Des actions coordonnées auprès des enfants, de leurs familles, des enseignants et des travailleurs sociaux doivent être menées, avant même l’âge de scolarité obligatoire, pour prévenir l’échec scolaire.
  • réformer l’enseignement en alternance pour y attirer plus d’élèves, même les meilleurs. En Belgique, l’enseignement secondaire à horaire réduit est une filière de relégation pour les élèves qui n’ont pas réussi dans la filière générale. Ce n’est pas le cas dans de nombreux autres pays de l’OCDE qui ont un système d’apprentissage performant (Allemagne, Autriche ou Suisse) ou qui ont réussi à revaloriser les parcours en alternance (France).
  • garantir aux jeunes à la sortie de l’école un accompagnement sélectif et actif pour trouver un emploi et non principalement l’accès à une allocation de chômage. La Belgique est le seul pays de l’OCDE qui offre automatiquement après une période de 6 à 12 mois aux jeunes de moins de 30 ans qui n’ont jamais travaillé une allocation d’assurance-chômage (l’allocation d’attente) pour une durée illimitée. L’OCDE propose que cette allocation soit supprimée à terme pour améliorer les incitations au travail.
  • cibler les aides à la formation professionnelle en entreprise sur les jeunes demandeurs d’emploi les moins qualifiés. Ces aides sont surtout utiles aux jeunes qui ont rarement accès à une formation sur le tas. En Belgique, elles représentent trop souvent une aubaine pour l’employeur qui sélectionne lui-même son candidat.

En attendant les prochains rapports, on pourra consulter la récente étude de l’Institute for the Study of Labor (IZA), intitulée The Changing Nature of the School-to-Work Transition Process in OECD Countries, qui s’intéresse plus précisément à la durée de la transition entre l’école et le milieu professionnel, et au rôle joué par les emplois temporaires dans la trajectoire professionnelle (piège ou tremplin ?).

==============

MAJ mai 2007 :sortie du rapport sur l’Espagne (anglais, 157 pages)

MAJ juin 2007 :sortie du rapport sur la République slovaque (anglais, 110 pages)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.