Rencontre avec Agnès van Zanten

Auteur de plusieurs ouvrages majeurs en sociologie de l’éducation (dont le désormais classique « Sociologie de l’éducation » avec M. Duru-Bellat, récemment mis à jour) , A. van Zanten est par ailleurs bien connue en France pour son implication internationale à la fois personnelle et professionnelle (elle a vécu et travaillé au Venezuela, aux Etats-Unis, en Suisse…). Sa prolifique bibliographie en témoigne, de même que son implication dans des revues (comité éditorial de l’European Educational Research Journal par exemple) ou des réseaux internationaux.

Elle est à nouveau au cœur de l’actualité éditoriale de cette rentrée mais cette fois au titre de responsable de la nouvelle collection « Education et Sociétés » lancée aux PUF. Les deux premiers ouvrages parus (« De l’enfant au citoyen », de M. Raveaud et « Les managers de la République. Sociologie des chefs d’établissement », d’A. Barrère) donnent le ton de la ligne éditoriale : des ouvrages de recherche originaux, avec une sensibilité particulière à la dimension internationale et aux nouvelles problématiques du système éducatif. Un troisième ouvrage vient de paraître sous la direction de C. Maroy, qui traite de la régulation des espaces scolaires en Europe, à partir des travaux de recherche menés dans le cadre du programme européen Reguleducnetwork.
La nouvelle collection devrait s’enrichir d’environ trois nouveaux titres chaque année. Les trois nouveaux livres pour 2007 sont en préparation et devraient traiter du gouvernement de l’éducation dans une perspective comparatiste France/Etats-Unis ( D. Meuret), des questions d’efficacité et d’équité (N. Mons) et des réformes des programmes, de leur élaboration politique jusqu’à leur traduction dans la classe (E.Mangez).

Par rapport à la collection « Apprendre » lancée l’an dernier, qui visait clairement un large public soucieux d’avoir une vision panoramique de la recherche sur un certain nombre de questions, « Education et Sociétés » s’inscrit dans une perspective plus académique de publication de travaux scientifiques dans le domaine des politiques publiques et de la sociologie de l’éducation.

A. van Zanten poursuit également un autre projet avec les PUF, à savoir la parution prochaine d’un Dictionnaire de l’Education.
Parallèlement, elle prépare également son propre prochain ouvrage pour l’année prochaine, qui conclura ses recherches en cours sur les choix scolaires des familles.

Elle a mené en effet pendant six ans (2000-2006) une enquête dans plusieurs communes de l’agglomération parisienne (aux profils sociaux et urbains divers) pour observer comment se construisent ces choix en fonction des ressources, disposition et représentation des parents d’une part, et des contextes locaux du système éducatif d’autre part.
« On ne parle pas assez des stratégies résidentielles liées à l’école », souligne la sociologue, qui constate que dans certaines configurations territoriales (agglomérations urbaines où coexistent des micros-segrégations et une offre scolaire large et diversifiée), l’école est devenue un facteur majeur, sinon le principal, pour comprendre les choix de logement des parents, surtout quand ils sont issus des classes moyennes et supérieures.

Autrement dit, là où l’on parlait beaucoup des écoles qui subissaient les effets-ghettos du quartier environnant, A. van Zanten montre que c’est l’école qui à son tour, contribue à modeler la composition sociale de son environnement et peut contribuer à la ségrégation urbaine !

La chercheuse analyse qu’une partie des classes moyennes, notamment celles qui étaient le plus liées à l’idéal méritocratique (secteur public par exemple), se sentent menacées d’en haut par la mondialisation et d’en bas par la massification, avec tout ce que cela signifie en matière d’angoisse quant à l’insertion sociale et professionnelle de leurs enfants.

Dès lors que les stratégies institutionnelles semblent atteindre leurs limites pour assurer un certain « avantage social », en l’occurrence quand l’école publique ne délivre plus les mêmes garanties, la délégation/confiance au système éducatif ne va plus de soi et les familles adoptent des stratégies individuelles plus offensives. Ici, on choisit son établissement, tantôt public tantôt privé, en fonction des opportunités et des réputations.
Ailleurs, on respecte la carte scolaire mais en intervenant en coordination avec d’autres parents pour maintenir l’image et le niveau de l’école.
Ailleurs encore, on se rabat sur les cours particuliers ou les séjours à l’étranger pour optimiser les chances de ses enfants.
C’est dans ce cadre qu’A. van Zanten apprécie le débat sur la carte scolaire, en remarquant qu’à la lumière de l’exemple de l’Angleterre (qui suit un modèle de « marché scolaire »), le libre choix accentue plutôt les ségrégations, d’après la majeure partie des études sur le sujet (cf. aussi l’article de C. Maroy dans Sciences Humaines )

Pour l’instant, en France, le secteur privé qui fonctionne selon ces mêmes principes produit d’ailleurs les mêmes effets de ségrégation, puisque le contrôle ne s’est historiquement centré que sur les programmes en laissant un recrutement totalement libre, alors que c’est là le point névralgique. L’Etat sait très peu de choses sur les politiques que suivent les établissements privés, puisqu’A. van Zanten a pu constater que les services d’une grande académie francilienne disposaient de très peu d’informations et statistiques quant au recrutement du privé.
La réflexion sur ces questions constituera un des thèmes du séminaire commun 2006-2007 IEP, CREN et MSH Ange Guépin (Nantes), placé sous la responsabilité d’Yves Dutercq et Agnès van Zanten, qui commencera en novembre-décembre par trois séances concernant les choix et projets des élèves et de leurs familles.

Quant au Réseau d’analyse des politiques publiques (RAPPE), dont A. van Zanten est l’actuelle directrice, il tiendra un colloque en mars 2007 à Dijon, autour du thème des sentiments de justice dans leur contexte.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.