Une « Éducation à …» à la mode anglaise

Le dernier article publié par Claude Lelièvre sur son blog a pour titre « Ils sont fous ces anglais ». Qu’est-ce qui a bien pu, en effet, leur passer par la tête pour qu’ils aient soudain l’idée de rendre obligatoire la « PSHE – Personal, Social, Health and Economic Education » ? Cette discipline ferait ainsi partie des quatre fondamentaux : « litteracie, mathemacie, TIC, PSHE ». La date prévue pour cette entrée en matière obligatoire est pour 2011 (cf. DCSF, 2009).
Sur le site du National curriculum, le sujet est décliné en deux thèmes: « Economic wellbeing and financial capability » et « personal wellbeing ». Ce programme a donc pour vocation de traiter de la santé : nutrition, activité physique, éducation sur les drogues, l’alcool et le tabac, éducation sexuelle, bien-être, gestion des émotions ; mais aussi de la sécurité, de l’information sur les métiers, des relations dans le travail et des finances personnelles. On trouve sur ce site des études de cas, telles que « making sense of money » ou « creativity and healthy eating » ou encore «developing confidence ».

Actuellement, cette matière (subject) est essentiellement proposée aux « key stage» 3 et 4 (l’équivalent de notre collège), mais est également déclinée au primaire (key stage 1 et 2) avec, pour ce niveau, un contenu qui se rapproche de notre « éducation à la citoyenneté » (ex. : Coxhoe primary school).
Cette approche s’inscrit dans le programme SEAL (Social and emotional aspects of learning: Improving behaviour, improving learning), qui vise à promouvoir une attitude positive dans les apprentissages, de meilleures relations entre enseignants, enfants et communauté éducative.
Les modalités d’apprentissage peuvent prendre des formes très diverses, plutôt basées sur des opportunités: au travers du curriculum classique, dans des modules spécifiques, dans le temps scolaire ou hors temps scolaire, sur la base de projets particuliers ou s’appuyant sur la vie de l’école et de la communauté (PSHE association).
Sir Alasdair Macdonald, qui a été chargé de faire le point sur la PSHE education et de faire des préconisations pour son inscription dans l’enseignement obligatoire a rendu son rapport en avril dernier (Cf. Biblio). L’éducation sexuelle resterait non obligatoire -dans le cadre de la PSHE education mais pas dans l’enseignement des sciences-, laissant le choix aux parents d’en décider, au grand dam du planning familial anglais (FPA).

Pour mémoire, les « éducation à », selon le ministère de l’éducation, en France sont par exemple : l’éducation à la sexualité, l’éducation au développement durable, l’éducation à la sécurité / éducation à la responsabilité, l’éducation à la citoyenneté, l’éducation à l’image, l’éducation à la culture informationnelle, etc. Ces dispositifs se retrouvent en partie dans les piliers 6 et 7 du socle de connaissances et de compétences :
– compétences sociales et civiques,
– autonomie et initiative.

Une lecture rapide de ce qui s’est fait en Angleterre, dans le cadre de la PSHE education, depuis plusieurs années, montre que les dispositifs français ne sont pas aussi aboutis, les objectifs et mises en œuvre sont plus diffus (morcellement des « éducation à », incitation variable de la communauté éducative) et la prise en compte de l’enfant ou de l’adolescent et de son « éducation » n’est pas aussi clairement proclamée. De même que les documents et dispositifs d’accompagnement semblent moins visibles du côté français.

Bibliographie / sitographie :
– Macdonald Alasdair (2009). Independent Review of the proposal to make Personal, Social, Health and Economic (PSHE) education statutory. London : Department for Children, Schools and Families.
– Qualifications and curriculum authority (2005). PSHE at key stages 1–4 : Guidance on assessment, recording and reporting.
– Ofsted (2005). Personal, social and health education in secondary schools.
– Teachernet PSHE. site ressources à l’attention des enseignants. En ligne : http://www.teachernet.gov.uk/pshe/index.cfm?sectionId=72 .
– Eduscol. Site pédagogique du ministère de l’éducation nationale. En ligne : http://eduscol.education.fr/. Voir notamment « l’apprentissage de la responsabilité ».



Citer ce billet
Annie Feyfant (2009, 15 juin). Une « Éducation à …» à la mode anglaise. Éduveille. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3kf

Une réflexion sur « Une « Éducation à …» à la mode anglaise »

  1. Bonjour , suite à votre article j’aurais aimer savoir comment est instauré cette nouvelle discipline (PSHE) est ce qu’elle est bien perçue chez les britanniques et y’avait-t-il une éducation à la santé avant l’introduction de la PSHE ? La PSHE est elle moralisatrice ou informatrice , comment procède t’on ? Les comportements sont ils dictés ou encouragés à être changés?

    Bien , cordialement.

Les commentaires sont fermés.