Les jeunes en France, des citoyens pas comme les autres ?

La notion de « jeunesse » est une construction récente. Si l’on considère les différents âges de la vie, la conception à l’œuvre depuis la fin du 19e siècle repose sur un cycle de vie tripartite, décomposé de la façon suivante :

  • L’enfance, caractérisée par l’obligation scolaire ;
  • L’âge adulte, initié avec l’entrée sur le marché du travail ;
  • La vieillesse, correspondant à la sortie du marché du travail.

Avec la complexification des modes de vie et un brouillage des transitions à divers niveaux (allongement de la durée des études, allers-retours au domicile des parents, retours en formation après une expérience professionnelle, etc.), l’âge de la « jeunesse » a émergé, dès les années 1970, pour désigner une période intermédiaire, fondée sur l’expérimentation de soi et des autres, à travers de nouveaux modes de vie.

Dès lors se pose la question du soutien à apporter à celles et ceux qui abordent cette transition, car les fragilités qu’elle induit ne relèvent pas de la seule responsabilité des familles, ni ne dépendent du seul marché de l’emploi. Comment les politiques publiques s’emparent-elles de ce nouvel âge ? Comment accompagnent-elles le passage vers l’âge adulte des nouvelles générations ? C’est la question qui fonde l’ouvrage collectif publié dernièrement, sous la direction de Tom Chevalier et Patricia Loncle, Une jeunesse sacrifiée ?, PUF, collection La vie des idées, 2021.

Des jeunes plus exposés à la précarité aujourd’hui qu’hier

La paupérisation des étudiants, devenue médiatiquement visible depuis la crise sanitaire, n’est pas nouvelle. Dès l’introduction, les auteurs rappellent que les classes d’âge les plus touchées par la précarité se sont inversées au fil du temps : à la sortie de la 2nde guerre mondiale, ce sont les personnes âgées qui étaient particulièrement fragilisées, mais depuis les années 1970 et l’essor d’une économie postindustrielle, ce sont les jeunes, les entrants sur le marché du travail, qui sont les plus exposés à la pauvreté et au chômage.

L’idée que les jeunes d’aujourd’hui risquent de connaitre des conditions de vie plus mauvaises que leurs parents essaime au-delà des discussions d’alcôve (litanie du « c’était mieux avant ») pour investir les débats publics. Certains analystes, comme le sociologue Louis Chauvel, prédisent une « rupture de la loi du progrès générationnel » pour des jeunes partageant une même destinée, marquée par un déclin économique, une faible mobilité sociale et une exclusion symbolique de la vie politique. D’autres mettent en évidence une concentration disproportionnée de richesses chez les babyboomers de l’après-guerre, accusant les plus âgés d’avoir mis à mal l’État providence.

Ces hypothèses, selon Chevalier et Loncle, résistent cependant mal à l’épreuve des faits, car elles postulent une homogénéité générationnelle qui invisibilise les inégalités au sein même des générations successives. Or, de même qu’il importe de revenir aux données de l’INSEE pour avoir à l’esprit que plus d’un million de retraités vivent en dessous du seuil de pauvreté, de même, la « jeunesse », devenue un objet de recherche, s’envisage, elle aussi, assez mal au singulier. C’est ce que Camille Peugny s’attache à mettre en évidence dans son chapitre sur les angles morts de la lecture « générationnelle » des inégalités, invitant à ne pas occulter les fractures à la fois inter et intragénérationnelles (in Chevalier & Loncle, 2021, p. 13 sqq). À l’image de la société dans son ensemble, la jeunesse est en effet traversée par de multiples lignes de clivage, qu’elles relèvent de l’origine sociale ou bien du genre, qu’elles soient imputables au territoire dans lequel les jeunes grandissent ou bien à leur appartenance ethnique.

Une massification scolaire qui accentue les inégalités intragénérationnelles

En amont des trajectoires professionnelles, il y a l’école… Une école massifiée, au sens où elle n’est plus réservée à une élite. Pour autant, l’allongement des carrières scolaires ne s’accompagne pas nécessairement d’un accès plus égalitaire aux diplômes, car la hiérarchie des filières de formation se recompose indéfiniment (cf. chapitre de Nicolas Charles, in Chevalier & Loncle, 2021, p. 29 sqq).

Au lycée, les voies technologiques et professionnelles sont moins prestigieuses que les bacs généraux, et un bac général reste un bac général même si on amoindrit l’emprise de la filière S en privilégiant des combinaisons de matières majeures et mineures, comme dans la réforme en cours. Dans l’enseignement supérieur, cette recomposition est d’autant plus marquée qu’elle concerne une grande variété de formations. Les inégalités se jouent ainsi moins sur l’accès aux formations supérieures, puisque ce sont les distinctions de prestige entre établissements (grandes écoles vs universités) et entre filières (formations longues type MD vs formations courtes type BTS, DUT, BUT ou sciences dites dures vs sciences humaines et sociales) qui se démultiplient et qui, surtout, déterminent l’accès aux différentes positions sociales.

Car ce qui rend le système français particulièrement inégalitaire, c’est l’emprise du diplôme initial sur la trajectoire professionnelle : il conditionne l’entrée sur le marché du travail. Et ce mécanisme n’est guère relativisé par la suite, car le retour en formation en France reste statistiquement beaucoup moins fréquent que dans les autres pays européens. Il existe par conséquent une réelle pression à ne pas rater sa formation initiale, incorporée à tous les échelons du système, car il n’y a pas vraiment de seconde chance. Cette pression pèse particulièrement sur les boursiers, pris dans les filets d’une réussite nécessairement linéaire, alors que dans les milieux favorisés se déploient des stratégies familiales visant à garantir la réussite à tout prix, et donc à l’« acheter ».

Cette mise en compétition exerce, ce faisant, un pouvoir normatif que l’on pourrait qualifier de « pervers » : elle rend en quelque sorte les inégalités légitimes, car ce sont ces inégalités qui permettent au système de fonctionner. La massification accentue donc le clivage entre les (multi)diplômés de l’enseignement supérieur et les vaincus de la compétition scolaire. C’est ainsi que la France apparait dans les analyses de l’OCDE comme le pays dont la performance scolaire aux tests standardisés PISA est la plus fortement dépendante du statut économique, social et culturel des élèves.

Un allongement de la formation initiale, mais pas nécessairement de meilleurs emplois

Bien sûr, le diplôme protège : poursuivre ses études reste un investissement en termes de capital humain, permettant théoriquement de mieux s’insérer professionnellement, quitte à attendre un peu, à cumuler parfois les masters. Mais, dans un marché du travail segmenté par l’âge, l’arrivée de jeunes de plus en plus qualifiés s’opère dans un contexte de raréfaction croissante des contrats à durée indéterminée, et avec un taux de chômage qui se maintient à un niveau préoccupant depuis plusieurs décennies en France.

La massification des études supérieures produit le déclassement des diplômes, et ce déclassement devient la norme. Autrement dit, à diplôme égal, une licence par exemple, l’accès à des postes de cadre est moins fréquent et moins rapide pour les jeunes (sur)diplômés d’aujourd’hui, contraints de se livrer une concurrence féroce pour trouver la place qu’ils et elles pensent mériter, celle qui correspond à leur diplôme. Parce qu’on leur a vendu l’adéquation entre le diplôme et l’emploi, parce que toutes les politiques publiques misent sur cette visée adéquationniste pour inciter à la poursuite d’études, alors que la relation formation/emploi est diagnostiquée largement introuvable depuis plusieurs dizaines d’années. Aucune formation ne prépare parfaitement à un métier, rappelle N. Charles.

Au rayon discount, une politique de massification… sans moyen supplémentaire

À une échelle autre qu’individuelle, les effets de la massification sont donc discutables si l’on se penche sur la qualité de l’insertion des récentes cohortes de diplômés. Y aurait-il un lien avec le fait que la part du PIB consacrée aux dépenses d’éducation en France a diminué depuis 20 ans ? N. Charles pose la question. Aucun déclin démographique n’est constaté sur la période, au contraire, le nombre d’élèves et surtout d’étudiants a plutôt progressé. Le niveau de dépenses par tête dans l’enseignement supérieur, en baisse depuis 2010, est aujourd’hui inférieur à la moyenne de l’OCDE.

Plusieurs mécanismes permettent au système de supporter cette baisse, bon an mal an : une externalisation implicite d’une partie de l’enseignement supérieur au secteur privé, marginalement subventionné (plus de 20% des étudiants aujourd’hui), une augmentation des frais de scolarité, à bas bruit, dans l’enseignement supérieur public hors université (IEP, écoles d’ingénieurs, etc.) et une extension progressive du périmètre de la sélection à l’entrée des études supérieures avec la mise en place des plateformes APB puis Parcoursup (et la disparition, de fait, de la garantie d’accès sans condition). Ces mécanismes, si insidieux soient-ils, accentuent la dépendance financière des étudiants vis-à-vis de leur famille, sans que les bénéfices à l’égard de l’insertion professionnelle soient véritablement garantis.

Pour les plus précaires, refuser l’infantilisation, c’est ignorer les aides publiques ?

Cette poursuite d’études n’est en effet pas donnée à tous. Certains y accèdent sous condition (« oui si »), d’autres suivent des trajectoires beaucoup moins linéaires. Environ un million de jeunes, selon la DARES, seraient considérés comme des NEET, cette catégorie importée de la statistique européenne, qui désigne celles et ceux qui, parmi les jeunes, ne sont ni en études, ni en emploi, ni en formation. Emprunté à l’anglais, littéralement not in employment, education or training, comme si le fait de ne pas nommer en français rendait la réalité moins dure, cet acronyme stigmatise, liant l’identité de ces jeunes à une triple négation. Dotés de faibles qualifications, les « ni ni ni » cumulent les difficultés économiques et sociales et deviennent théoriquement dépendants des dispositifs d’aides et d’insertion professionnelle, notamment publics.

Théoriquement, car le « non-recours », phénomène d’une ampleur insoupçonnée, touche particulièrement les moins de 30 ans les plus précaires, peu soutenus par leurs parents dans leur processus d’autonomisation (cf. chapitre de Léa Lima et Benjamin Vial in Chevalier & Loncle, 2021, p. 43 sqq). Si le moment de quitter le domicile familial, autrement dit la « décohabitation » (encore un terme négatif !), présente un risque élevé de non-mobilisation des droits et services auxquels ils pourraient prétendre, ce sont tous les changements successifs de situations et de statuts, caractéristiques de la jeunesse, qui rendent les démarches administratives plus complexes et le non-recours plus fréquent, à la fois chez les jeunes en emploi précaire et les jeunes demandeurs d’emploi, et dans une moindre mesure, chez les jeunes en emploi stable.

L’enquête révèle plusieurs significations à ce comportement, selon que la primo-insertion est vécue comme une période de latence (pour celles et ceux qui ne sont pas encore prêts à s’engager dans une forme de responsabilisation de soi), une expérience de vie (pour celles et ceux qui consentent à une précarité de transition dès lors qu’ils acquièrent un peu d’indépendance) ou du temps perdu (pour celles et ceux qui vivent leur précarité chronique comme un échec personnel répété).

En explorant au-delà du ressenti des individus, les chercheurs observent que le non-recours est aussi le produit d’une construction sociale : la relation tutélaire et infantilisante entre l’État et les jeunes, induite par le recours aux dispositifs de solidarité publique, conduit certains jeunes à contourner ces dispositifs ou bien à en ajourner la mobilisation.

Des politiques sociales « familialisées » qui déresponsabilisent les jeunes…

L’analyse de Tom Chevalier (voir son ouvrage La jeunesse dans tous ses états, paru en 2018 aux PUF), en se plaçant du côté des dispositifs cette fois (aides aux étudiants, prestations sociales, aides familiales…), met en évidence deux types de stratégies utilisées en Europe au service de la « citoyenneté sociale » :

  • une action publique « familialisée », qui entérine juridiquement le maintien des jeunes dans l’enfance en misant sur des politiques familiales : l’accès direct aux prestations sociales est retardé, les aides fiscales sont accordées aux parents, les bourses sont aussi dépendantes du niveau de revenus des parents ;

  • une politique sociale « individualisée », avec une limite d’âge autour de 18 ans pour accéder directement aux prestations sociales, et à des bourses et/ou des prêts quasi généralisés, indépendamment des revenus des parents.

En France, comme globalement dans les autres pays de tradition catholique, bien que les aides au logement soient individualisées, l’action publique, dans sa logique générale, mise sur une familialisation de l’action sociale. L’exemple du RSA (nécessitant d’avoir au moins 25 ans) est particulièrement significatif de ce que Tom Chevalier qualifie de « citoyenneté refusée », en totale incohérence avec la majorité civile et la dimension politique de cette citoyenneté (droit de vote, par ex.), accordées à 18 ans. L’âge adulte est donc une notion particulièrement confuse dans le droit français.

Dans les pays nordiques, à tradition plutôt protestante, l’âge adulte s’acquiert juridiquement à 18 ans, dans tous les domaines. En Suède par exemple, tous les jeunes perçoivent une allocation d’un même montant, supérieur au plus haut échelon de la bourse en France, pour sécuriser leur poursuite d’études ou leur entrée sur le marché du travail ; ils sont considérés comme indépendants financièrement, leurs parents n’ont plus d’obligation alimentaire.

Les recherches montrent que plus les aides sont individualisées, meilleure est la condition des jeunes au regard de la pauvreté, meilleurs sont également le taux de confiance en l’État et la participation électorale.

… et des politiques publiques à l’initiative d’emplois de faible qualité

De même, si l’on considère les politiques d’éducation et de formation qui préparent les jeunes à entrer sur le marché du travail, deux types de stratégie sont observables à l’échelle européenne :

  • une stratégie inclusive qui vise à donner à chaque jeune un niveau de compétence suffisant pour accéder à un emploi qualifié, qui mise donc sur le système éducatif et plus largement sur le capital humain ;

  • une stratégie sélective, qui répond à une logique élitiste, basée sur une forte hiérarchisation du système d’éducation et de formation.

Dans les pays nordiques, la logique prédominante n’est pas l’identification des élites mais la garantie d’un niveau minimal de connaissances et de compétences pour tous. L’idéal de la seconde chance structure l’ensemble du système d’éducation et de formation. On peut aisément faire des allers-retours entre la formation et l’emploi, les passerelles existent, fonctionnent ; la césure après la scolarité secondaire est normale. Au Danemark par exemple, une allocation d’environ 800-850 euros mensuels est accordée à tous les jeunes pour se former pendant 6 ans : ils peuvent ainsi utiliser leur enveloppe pendant deux ans, acquérir une première expérience professionnelle et revenir en formation, au gré de leur évolution.

À l’inverse, dans un pays tel que la France privilégiant une stratégie sélective, les écarts de compétences sont plus prononcés, les taux de scolarisation plus faibles, ceux de décrochage scolaire plus importants, et les inégalités s’observent à tous les étages du système d’éducation et de formation. La politique de l’emploi ne vise pas à combler ces écarts, mais se concentre sur la création d’emplois de faible qualité (qu’il s’agisse d’emplois aidés ou d’exonérations de cotisation sociale, voire du service civique), souvent dérogatoires au droit commun et retardant d’autant l’accès à une citoyenneté « économique », emplois dont le maintien artificiel, hors période de crise, pose question.

Cette orientation s’explique en partie par le fait que la croissance, en France, est associée à la demande intérieure (c’est-à-dire aux dépenses des ménages) : il y a moins nécessité d’investir dans la qualité des biens et des services que dans d’autres pays, comme l’Allemagne, qui misent davantage sur les exportations. Concrètement, cette polarisation plus forte de l’emploi entre des secteurs compétitifs et rémunérateurs et des secteurs low cost, se répercute sur la jeunesse, dualisée entre des jeunes hyperqualifiés et des jeunes disqualifiés, car sans diplôme.

Il reste la colère. Heureusement ?

Les chercheuses qui travaillent sur la jeunesse le savent : le sentiment d’être délaissés par les élites politiques et par l’action publique génère une défiance à l’égard des élus et du système politique, et, au-delà de la détresse éprouvée, un sentiment de colère qui vient potentiellement nourrir de nouvelles formes d’engagement, ou plus exactement de participation politique (cf. chapitre de Sarah Pickard et Cécile Van de Velde, In Chevalier & Loncle, 2021, p. 57 sqq).

Ces colères individuelles, dirigées contre le système, peuvent emprunter plusieurs voies ; elles ont souvent pour point de départ un rejet du jeu démocratique classique (donc des urnes) et s’accompagnent d’une montée nette de l’abstention « volontaire ». Chez celles et ceux qui se reconnaissent dans un « nous » minorisé en lutte contre les pouvoirs qui les écrasent, c’est par une polarisation des votes sur des partis antisystèmes, à droite ou à gauche de l’échiquier politique, que ces colères sont canalisées.

Pour de nombreux jeunes cependant, le politique est ailleurs, dans la manière même dont ils vivent, il est intégré au quotidien. Au niveau individuel, il s’agit d’une « exigence de mise en cohérence de ses valeurs, de ses actions quotidiennes et de ses choix de vie », c’est le lifestyle politics. Au niveau collectif, cette exigence se traduit par le développement du Do-It-Ourselves ou DOI politics, caractérisé par l’invention des nouvelles formes d’actions collectives, à l’écart des circuits institutionnels.

Pour d’autres encore, la colère s’incarne dans des luttes plus radicales, des actions de mobilisation contre (le système capitaliste) ou pour (l’environnement par exemple), généralement médiatisées. C’est la méthode Greenpeace, caractérisée par une radicalisation des demandes, un élargissement du répertoire de contestation et une diversification des cibles parmi les détenteurs du pouvoir.

À la marge, certains engagements cherchent à peser sur l’action publique. C’est l’exemple donné par Tom Chevalier et Patricia Loncle dans le chapitre consacré au bureau d’études coopératif créé à Rennes en 2019 (p. 71 sqq). Coop’Eskemm œuvre ainsi en faveur de l’émancipation des jeunes adultes, qu’elle soit sociale, économique, culturelle ou politique, en travaillant avec les acteurs publics concernés, tant au niveau local que national, et mobilise les financements européens (Erasmus+) pour mener des opérations d’évaluation et d’expertise avec les jeunes.

Ces colères qui s’expriment sont-elles « simplement » celles de jeunes qui s’inquiètent pour leur avenir ? Ou bien la pandémie va-t-elle laisser des traces durables sur la trajectoire de ces jeunes, avoir ce que les sociologues nomment une effet « cicatrice » ? Cette situation de crise peut-elle fragmenter davantage l’espace social ou finalement attiser des colères « générationnelles » ? Peut-elle déboucher sur de nouvelles valeurs, un rapport différent à l’État, à la politique ? Le repli national(iste) peut-il l’emporter sur la conscience d’un destin commun à l’échelle locale ou mondiale ?

La question est d’une pertinence absolue, si l’on considère combien les expériences de l’enfance et de la jeunesse sont des marqueurs structurants dans les parcours de vie.

Les auteurs de l’ouvrage Une jeunesse sacrifiée (Chevalier & Loncle, 2021) ne tranchent pas. Il faudra en reparler dans quelques années.

 

Les deux ouvrages qui servent de fil rouge à ce billet

  • Chevalier, T. (2018). La jeunesse dans tous ses États. Presses universitaires de France.
  • Chevalier, T. & Loncle, P. (dir.) (2021). Une jeunesse sacrifiée ? Presses universitaires de France.

 

Les ressources existantes de la veille de l’IFÉ

 

Quelques références pour approfondir

  • Amsellem-Mainguy, Y. (2021). Les filles du coin : Vivre et grandir en milieu rural. SciencesPo Les presses.
  • Beaud, S., & Mauger, G. (dir.) (2017). Une génération sacrifiée ? Jeunes des classes populaires dans la France désindustrialisée. Éditions Rue d’Ulm.
  • Becquet, V., & Stuppia, P. (2021). Géopolitique de la jeunesse : Engagement et (dé)mobilisations. Le Cavalier bleu éditions.
  • Charles, N. (2015). Enseignement supérieur et justice sociale. Sociologie des expériences étudiantes en Europe. La Documentation française.
  • Chauvel, L. (2014). Le destin des générations : Structure sociale et cohortes en France du XXe siècle aux années 2010 (2e éd.). Presses universitaires de France.
  • Coquard, B. (2019). Ceux qui restent : Faire sa vie dans les campagnes en déclin. La Découverte.
  • Dubet, F., Duru-Bellat, M., & Vérétout, A. (2010). Les sociétés et leur école : Emprise du diplôme et cohésion sociale. Seuil.
  • Guyon, R. (dir.) (2019). Portraits de jeunesses. Diversité, n° 194, janvier-avril. Canopé.
  • Lima, L. (2016). Pauvres jeunes : Enquête au cœur de la politique sociale de jeunesse. Champ Social éditions.
  • Muxel, A. (2018). Politiquement jeune. Éditions de l’Aube.
  • Peugny, C. (2009). Le déclassement. Grasset.
  • Peugny, C. (2022). Pour une politique de la jeunesse. Seuil.
  • Tiberj, V. (2017). Les citoyens qui viennent. Comment le renouvellement générationnel transforme la politique en France. Presses universitaires de France.
  • Van de Velde, C. (2008). Devenir adulte : Sociologie comparée de la jeunesse en Europe. Presses universitaires de France.
  • Walther, A., Batsleer, J., Loncle, P., & Pohl, A. (2021). Young people and the struggle for participation: Contested practices, power and pedagogies in public spaces. Routledge.

 


2 réflexions sur « Les jeunes en France, des citoyens pas comme les autres ? »

  1. Je ne sais pas si la jeunesse est “plus exposée à la précarité qu’hier”. Ce que je sais, c’est qu’il y a beaucoup plus de précarité dans notre société aujourd’hui qu’hier, et que ce n’est pas le fruit du hasard mais une politique délibérée qui a été suivie avec constance pendant plusieurs décennies. Lorsque la société devient précaire, fatalement, cela impacte la jeunesse fortement puisque les anciens sont déjà en place alors que la jeunesse part de zéro.

    Je crois que le rôle de l’école est de former des jeunes compétents et conscients. L’école ne peut absolument rien face à la désindustrialisation, aux délocalisations, à la perte de sens du travail et, fondamentalement, à l’égoïsme de quelques uns qui ravagent notre société dans l’impunité et l’impuissance de tous les autres.

Répondre à Franck Marsal Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.