L’école joue-t-elle le jeu des partenariats ?

Si on sait qu’apprendre ne se fait pas seulement à l’école, la période de confinement renforce cette idée, en bousculant le cadre scolaire qui s’invite à la maison. Cela redessine en permanence la frontière entre le pédagogique et le ludique, le scolaire et le familial. Les enfants ont cependant l’habitude de devoir faire le lien entre tous ces temps éducatifs, souvent pris en charge par différentes personnes, comme par exemple dans les temps périscolaires (voir le Dossier de veille Aux frontières de l’école ou la pluralité des temps éducatifs par Marie Gaussel en 2013, voir également la série d’articles consacrée aux relations école-famille La continuité pédagogique à la recherche d’une véritable coéducation, Les parents, des partenaires particuliers de l’école).   

Le Dossier de veille n° 134 Travailler en partenariat à l’école prend la suite du Dossier de veille sur la coéducation entre école et parents (Coéducation : quelle place pour les parents par Annie Feyfant en 2015) en élargissant le propos à d’autres exemples de partenariats scolaires pris dans divers domaines. En effet, qu’ont en commun la réforme des rythmes scolaires, l’éducation artistique et culturelle, l’éducation à la citoyenneté et la lutte contre le décrochage, entre autres ? Elles impliquent souvent des acteurs et institutions en dehors de l’école – des collectivités locales, des associations, des institutions culturelles, etc. –  qui sont mobilisés pour atteindre des objectifs dont on considère à la fois que l’école devra dorénavant les prendre en charge, mais dont on sait qu’elle n’y arrivera pas toute seule. 

Au-delà de collaborations ponctuelles, c’est l’idée du “partenariat” qui s’est imposée dans l’école contemporaine, tellement omniprésente qu’elle semble aller de soi. S’il s’agit d’une part d’une injonction hiérarchique qui se retrouve dans tout le secteur public, le partenariat peut également être analysé comme un vecteur permettant des manières de faire plus horizontales, voire plus démocratiques, en élargissant le cercle des parties prenantes concernées par les questions éducatives.

Plus précisément, ce Dossier s’intéresse aux politiques de partenariat à l’école, en cherchant à comprendre la manière dont elles se déploient ou se combinent à différentes échelles, du ministère à l’établissement, et la manière dont les acteurs s’en saisissent. Au-delà de la difficulté de mise en œuvre concrète des partenariats, la culture professionnelle des partenaires, à l’intérieur ou hors de l’institution scolaire, se trouve bousculée. Se pose ainsi la question des communautés éducatives, à construire autour de finalités éducatives partagées et dans le but de prendre en charge, de manière globale, l’éducation et les apprentissages des élèves.


1 réflexion sur « L’école joue-t-elle le jeu des partenariats ? »

  1. Bonjour,
    Je me permets de signaler un exemple de partenariat entre l’école et les structures de l’économie sociale et solidaire connu sous le nom de l’Esper (https://lesper.fr/) partenariat très fructueux qui conduit à de nombreuses réalisations.
    Le récit de l’une d’entre-elles est proposé dans un article des cahiers pédagogiques (N°554) consacré à l’économie à l’école : « Une école de l’engagement  » (article co-écrit par moi-même et E.Besnier représentante de l’Esper dans l’académie de Rennes).
    Il y est fait référence à ce qui se produit quand l’éducation nationale rencontre l’éducation populaire.
    Bonne lecture et merci pour cet excellent dossier.

Répondre à Tanguy Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.