Quand l’Inspection générale s’interroge sur l’Inspection générale…

Quand elle s’interroge sur un possible positionnement entre « savoirs d’état » et « savoirs scientifiques », entre politique et recherche, elle met l’INRP dans son escarcelle :

Extrait  du dernier numéro de La revue de l’inspection générale (n°5, octobre 2008) :

S’agissant de la diversité des écoles, des expériences pédagogiques ou administratives qui peuvent être des gisements d’idées, le regard des membres d’un corps centralisé n’a pas et n’aura pas la continuité sur tel ou tel site qui leur permettrait d’évaluer la pertinence d’une pratique à partir de ses résultats. Les inspecteurs territoriaux étant eux-mêmes souvent impliqués dans les expérimentations, donc peu destinés à les évaluer, il serait souhaitable que les inspections puissent mobiliser des équipes de chercheurs susceptibles de mettre en place des évaluations longues, comme celle que le laboratoire Théodile de Lille 3 a pu mettre en oeuvre. Il y aurait là, de toute évidence, un besoin de production de savoirs sur les expériences qui marchent, auquel il faudrait construire les réponses appropriées, par exemple via l’INRP, autour des inspections générales.

Enfin, l’inspection générale est dans une position irremplaçable non seulement pour établir une interface entre les acteurs qu’elle fréquente au quotidien et les résultats de la recherche,mais aussi pour faire part aux chercheurs des besoins de l’éducation en termes de connaissances sur l’École. On pourrait donc imaginer que, directement ou par l’intermédiaire de l’INRP*, elle tisse des liens avec les différents laboratoires opérant en matière de savoirs sur l’École, à la fois pour susciter des conférences de consensus, pour concourir à la diffusion de ces savoirs auprès des acteurs de terrain et pour orienter certains appels d’offres.

* Qu’on pourrait aussi rattacher aux inspections générales, ce qui clarifierait le paysage.

A débattre ? Merci en tous cas  à Jean-Paul Moiraud, veilleur émérite voisin de la VST (EducTice), pour cette référence qui nous avait échappé.

Pour en savoir plus :

Gauthier, Roger-François (2008). « Inspecteurs généraux et savoirs sur l‘École : l’urgence d’un nouveau positionnement ». La revue de l’inspection générale, n°5, p. 26-33. (pdf)


1 réflexion sur « Quand l’Inspection générale s’interroge sur l’Inspection générale… »

  1. L’article de Roger-François Gauthier pose le problème de la place de la recherche en éducation dans les politiques éducatives en France. Ainsi, dans un paragraphe intitulé « “ Savoirs d’État” et “sciences de l’éducation”: beaucoup d’évitements, trop peu de synergies », il indique « Dans d’autres pays, les allers et retours ne sont pas rares entre des fonctions de chercheurs et des fonctions dans l’administration de l’École ou, quand ce type de structure existe, dans l’inspection générale ».
    R.-F. Gauthier cite Christian Maroy. On peut effectivement prendre comme exemple les chercheurs belges, que ce soit à l’Université de Louvain (C. Maroy) ou à celle de Mons (M. Demeuse), qui réponde à des commandes, comme par exemple pour le rapport sur « les bassins scolaires », en 2005.
    Et, plus loin, il donne quelques pistes possibles de synergies : « L’ESEN a bien réussi depuis plusieurs années à s’ouvrir aux chercheurs et aux savoirs universitaires. L’INRP, de son côté, entretient une veille scientifique et technologique, dont l’objectif est bien de tendre des passerelles entre le monde de la recherche et celui de l’éducation, mais ceci reste encore d’un impact limité ».
    On sait que les inspecteurs sont de fidèles lecteurs des productions de la VST, mais le relais n’est pas tangible : les enseignants qui souhaitent avoir accès aux outils éditoriaux de la Veille de l’INRP le font souvent de leur propre volonté, à titre individuel, en étant prêts à affronter des contenus « parfois difficiles » !
    Par ailleurs, la recherche de l’équipe Théodile, citée comme un exemple dont il convient de s’inspirer, a fait l’objet de deux journées d’étude organisées par le Centre Alain Savary et le service de formation de formateurs, deux entités de l’INRP : cqfd.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.