Pourquoi un dossier de veille sur … l’enseignement agricole ?

A l’heure où 9 organisations syndicales de l’enseignement agricole en appellent à bloquer les centres d’examen pour alerter sur les conséquences de la loi « Liberté de choisir son avenir professionnel » et la précarisation du personnel nous publions le Dossier de veille n°130, intitulé:  l’Enseignement agricole, enseigner autrement.

Cet enseignement, sous tutelle du Ministère de l’Alimentation et de l’agriculture occupe une place à part dans le système éducatif français. En prise avec le monde professionnel, il a développé depuis 60 ans des modalités d’enseignement originales.

Sa petite taille le rapproche de systèmes éducatifs de petits pays européens. Ainsi, le nombre d’élèves de l’enseignement agricole est du même ordre de grandeur que le nombre de lycéens de Belgique ou du Danemark.

Accueillant des élèves de tous horizons, se donnant comme mission à part entière l’insertion professionnelle (venant parachever les autres missions que sont la formation, l’ouverture à l’international, l’aménagement du territoire et l’expérimentation), il est traversé par les mêmes problématiques que l’Éducation nationale

Ce Dossier, loin d’épuiser la richesse que constitue l’enseignement agricole, s’est concentré sur deux questions : dans quelle mesure l’organisation de l’enseignement agricole permet-elle la prise en compte de savoirs professionnels, technologiques et scientifiques qui ont évolué et qui évoluent toujours aujourd’hui ? Comment accompagner la diversité des élèves de l’enseignement agricole dans des projets professionnels et éducatifs les préparant au mieux à l’évolution de ces savoirs ?

Voici un petit aperçu d’axes de recherche développés en lien avec l’enseignement agricole :

La question de la conscience pratique et de la didactique professionnelle

Comment passer d’une « conscience pratique » (Giddens) à une « conscience discursive » ? Comment expliciter des savoirs et les partager dans un cadre scolaire, professionnel voire familial ? Comment apprendre en situation des savoirs contingents, dépendant des conditions dans lesquels ils s’exercent ?

Les questions socialement vives

Comment traiter à l’école de savoirs non stabilisés, faisant l’objet de controverses au sein de la société et de la sphère scientifique ? Les conséquences environnementales des techniques agricoles intensives (qualité des eaux, OGM, pesticides, bien-être animal…) sont autant de sujets médiatiques qui prennent place dans les enseignements.

L’agroécologie un changement de paradigme mondial

Les changements climatiques, l’épuisement des ressources, la chute de la biodiversité, requièrent une modification des modes de production actuels gourmands en intrants. L’UNESCO présente les alternatives à l’agriculture conventionnelle pour une intensification durable de la production alimentaire prenant en compte la biodiversité. Elles consistent en « des combinaisons de méthodes innovantes, comme l’agroforesterie, l’agriculture de conservation, l’agriculture intégrée, les systèmes mixtes de culture et d’élevage et l’agriculture biologique ». Les agriculteurs pour faire face aux modifications rapides de leur environnement doivent avoir un niveau de formation suffisant qui peut être acquis via les éducation primaire et secondaire complétée par une éducation informelle, via des actions de vulgarisation (UNESCO, 2017). Dans l’enseignement agricole, l’implémentation de l’agroécologie se fait via le plan “enseigner à produire autrement“.

L’apprentissage horizontal et la distribution des connaissances

De nombreux apprentissages se construisent en dehors des institutions de formation et sociologues et anthopologues se penchent depuis plusieurs années sur la production de connaissance au sein des groupes d’agriculteurs. Leur capacité en matière de production de savoirs est avérée. Les ethnosciences étudiant les savoirs autochtones des paysans de pays en voie de développement soumis à des pressions environnementales liés aux modes de production occidental, ont renouvelé ces travaux. La question de la généralisation des connaissances locales, de la combinaison de savoirs « sauvages » et savoirs scientifiques et de leur ingéniérie, sont des recherches en cours de développement. Cette horizontalisation des formes d’expertise est une mutation en cours dans d’autres domaines (voir à ce sujet la prochaine journée d’études sur les espaces transformatifs).

 

 

 

 


2 réflexions sur « Pourquoi un dossier de veille sur … l’enseignement agricole ? »

  1. Bonjour
    Dans le dossier de veille de l’ifé du mois de juin 2019 sur ENSEIGNEMENT AGRICOLE : ENSEIGNER AUTREMENT. Certaines erreurs se sont glissés dans le texte, notamment sur les références citées /
    Les références pages 9,19, 20, 23 sont inexactes (Bouillier-Oudot & Bories, 2015) à remplacer par Bouillier-Oudot & Asloum, 2015
    Encadré inexact dans les références à modifier également
    – heurtée à l’opposition de certain.e.s professeur.e.s, en particulier les biologistes (Bouillier-Oudot & Bories, 2015) à remplacer par Bouillier-Oudot & Asloum, 2015
    – Le rapport Rémond de 1994 a souligné qu’il n’était pas possible de planifier l’interdisciplinarité, elle « se construit face à un projet, et requiert la compétence des enseignants à choisir les situations d’apprentissage, dans le cadre d’un travail collectif » (Bouillier-Oudot & Bories, 2015) à remplacer par Bouillier-Oudot & Asloum, 2015
    bibliographie
    Bouillier-Oudot Marie-Hélène & Bories Olivier Nina Asloum (2015). L’interdisciplinarité dans l’enseignement agricole. In Cécile Gardiès & Nicolas Hervé (dir.), L’enseignement agricole entre savoirs professionnels et savoirs scolaires: les disciplines en question. Dijon : Educagri Éditions, p. 133-159.

    Je vous remercie de bien vouloir faire le nécessaire pour modifier les références et de me tenir au courant des modifications.
    je me teins à votre disposition
    Bien cordialement

    1. Bonjour,

      J’ai bien noté votre demande et le rectificatif sera inséré dans la prochaine édition Edupass de notre dossier de veille. J’ai également mis à jour notre bibliographie collaborative.

      Les auteur de la table des matières de l’ouvrage ne correspondent pas exactement aux auteurs de l’article ce qui peut prêter à confusion.
      Bien cordialement.

Répondre à Anne-Françoise Gibert Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.