Archives du mot-clé voie professionnelle

Continuum -3 +3 : quid des bacheliers de la voie professionnelle ?

Assemblee nationaleCet article fait suite à celui de Laure Endrizzi qui relate notre audition par une mission d’information de l’Assemblée nationale sur l’articulation entre enseignement secondaire et enseignement supérieur. J’ai apporté un éclairage particulier, celui du devenir des bacheliers professionnels.
L’enseignement professionnel initial est présent dans tous les systèmes éducatifs, au moins en Europe, mais il prend des formes variées selon les pays. Le caractère national de l’enseignement professionnel est beaucoup plus marqué que pour l’enseignement général, ce dernier étant plus homogène d’un pays à l’autre, malgré des différences notables comme l’a expliqué Laure Endrizzi.
Par exemple, les cas de la Suisse et de l’Allemagne diffèrent très largement de ce qui se fait en France. Le CFC en Suisse (équivalent du CAP français) est obtenu par 60% d’une classe d’âge. La formation professionnelle fait partie intégrante du système scolaire, et l’obtention de ce diplôme pèse fortement sur le marché du travail : ceux qui ne l’ont pas (et qui n’ont pas d’autre diplôme) rencontrent de grandes difficultés pour trouver un emploi. Ce qui explique la difficulté particulière à laquelle se heurtent les étrangers en Suisse.
En Allemagne, la formation par alternance est très développée. Le nombre de jeunes apprentis correspond en France au nombre d’élèves inscrits en baccalauréat professionnel.
En France, la voie professionnelle, bien que dénigrée et souvent vue comme une voie de relégation, a permis à elle seule, la massification scolaire à l’oeuvre depuis les années 1980. Le nombre de bacheliers généraux et technologiques a très faiblement augmenté. Si en 2014 on frôle les 80% de réussite au baccalauréat, c’est grâce à la voie professionnelle dont les effectifs et la réussite au bac pro est en hausse constante, largement confirmée depuis la rénovation de la voie professionnelle de 2009.
Ventilation des élèves en fonction des filières du secondaire supérieur : général / professionnel / professionnel alternance
Ventilation des élèves en fonction des filières du secondaire supérieur : général / professionnel / professionnel alternance
Cette rénovation a d’ailleurs consacré le baccalauréat professionnel en en faisant l’égal du bac général ou technologique. Il permet d’ailleurs la poursuite d’étude au même titre que les autres. Mais au-delà du discours et des textes officiels, que deviennent réellement les bacheliers professionnels qui poursuivent des études ? Ont-ils réellement les mêmes droits que les autres ? Ont-ils les mêmes chances de réussite que les autres ?
Tout d’abord, de plus en plus d’élèves déclarent à leur entrée en lycée professionnel vouloir poursuivre des études après le bac : s’ils étaient 17% en 2000, ils représentaient 48% des entrants en 2014. L’orientation en LP s’inscrit aussi dans de nouvelles stratégies scolaires, ce qui a pour effet de modifier le profil socio-économique des élèves de LP. S’orienter en LP serait un compromis entre l’inappétence scolaire des enfants et l’ambition scolaire de leurs parents. Déclarer vouloir poursuivre des études ne signifie pas que ce sera effectivement le cas.
Et de quelle poursuite d’étude parle-t-on ? La voie « naturelle » reste l’orientation en STS pour passer un BTS. La proportion de bacheliers professionnels en STS est passée sur l’ensemble du territoire de 25% à 29% entre 2013 et 2014. Il semblerait qu’il y ait une évolution réelle qui soit à l’oeuvre. Mais la réalité est très différente selon les sections, les zones géographique, les réalités locales, le tissus économique, etc. Dans les sections industrielle, certaines STS ne recrutent que des bacheliers professionnels, parce que le vivier de recrutement existe déjà au sein de l’établissement. Dans le secteur tertiaire, les bacheliers professionnels se trouvent plus souvent en concurrence avec des bacheliers technologiques, voire avec des bacheliers généraux souvent issus de la voie scientifique. Si rien n’est mis en place pour accueillir les nouveaux publics, la mise en concurrence des élèves est largement défavorable aux bacheliers professionnels. Certains ne sont pas admis ou abandonnent, et se retrouvent à l’université.  Le taux de réussite pour les bacheliers professionnels sont les suivants :
  • en licence : 3,1%, ce qui fait de l’université une impasse ;
  • en BTS : 50% (73% pour les bacheliers technologiques et 85% pour les bacheliers généraux).
La poursuite d’étude, si elle peut être envisagée, ne garanti pas le succès. D’autant que depuis la réforme de 2009, les passerelles entre la voie professionnelle et la voie technologique ont pour ainsi dire disparu, limitant pour ces élèves un retour éventuel dans la voie technologique.
Malgré ce tableau un peu sombre, des expériences universitaires très concluantes existent :
  • L’ENEPS (École nationale de l’enseignement supérieur professionnel) à Grenoble (Université Joseph Fourier) s’adresse exclusivement aux bacheliers professionnels. Elle est intégrée à l’IUT. Pendant deux ans, les bacheliers professionnels sont pris en charge ensemble, ils bénéficient d’un accompagnement et d’un suivi particuliers. La formation se fait en alternance. A l’issue des deux ans, les étudiants sont intégrés avec les autres étudiants de l’université en troisième année de licence afin de passer le même diplôme. Il est intéressant de noter que tous les bacheliers professionnels de cette école trouvent un contrat après leur examen (écouter l’intervention de Pierre Billet à l’IFE pour la formation sur la professionnalité enseignante en lycée professionnel).
  • L’école Vaucanson en Bretagne (CNAM) adopte une pédagogie de projet et propose aussi une formation avec de l’apprentissage en alternance. Ils accèdent aux mêmes diplômes que les autres étudiants, et leur taux de réussite est de 75%. 35% poursuivront même en master.
  • Le dispositif Réussir de l’université Lyon 1, qui propose :
    • une année préparatoire pour les bacheliers professionnels ou technologiques, qui permet une (re)mise à niveau pour la poursuite d’étude ;
    • un semestre de soutien spécifique ou de détermination à l’issue du premier semestre universitaire, pour les étudiants qui éprouveraient des difficultés importantes, afin qu’ils ne perdent pas pied.
L’accueil des bacheliers professionnels dans les études supérieures doit être pensé et organisé, sinon la poursuite d’étude ne sera qu’un leurre. Les problématiques de l’accompagnement, du suivi des étudiants, mais aussi  de la pédagogie sont interrogées par ces nouveaux publics. Les expériences existantes sont encourageantes. Il est aussi question de la création de nouveaux diplômes spécifiques, à l’instar du Brevet professionnel supérieur. L’intention est louable, mais n’y a-t-il pas un risque de faire perdurer des hiérarchies entre les différentes voies d’étude ?

Les MFR : un OVNI dans le paysage éducatif ?

logo-mfrJ’ai plusieurs fois mentionné l’enseignement agricole dans ce blog. La France est une exception dans le monde, avec un enseignement agricole qui dépend du ministère de l’agriculture et non de celui de l’éducation. Si l’enseignement agricole n’est pas complètement déconnecté des politiques du MEN, il présente quand même des spécificités qui méritent d’être connues et dont l’Éducation nationale pourrait s’inspirer parfois. Les réformes des dernières années tendent vers une organisation qui existe depuis bien longtemps dans l’enseignement agricole : CCF, lycées des métiers, partenariats, rapprochement avec les voies de l’apprentissage, etc. Dans ce qui relève de l’enseignement agricole, une structure apparait encore comme un OVNI parfois, de par son statut, son implantation, son fonctionnement : il s’agit des MFR (maisons familiales et rurales), souvent méconnues des enseignants de collège, de lycée ou de LP, parfois regardées avec méfiance car considérées comme concurrentes. Elles forment plus de 70 000 individus chaque année, de la 4ème à la licence professionnelle. 51 000 jeunes suivent ces formations dans des classes sous statut scolaire, 63 000 ont des contrats d’apprentissage, et 9 000 personnes ont recours à elles dans le cadre de la formation continue ou de la validation des acquis de l’expérience.
J’ai mentionné les MFR dans le Dossier de veille n°99, mais je tenais à présenter plus en détail l’histoire de ces structures atypiques. Un  billet avait déjà été publié en mai 2014 dans une série d’articles qui traitaient du climat décrochage scolaires.

Origines

Si les premières Maisons familiales et rurales datent de 1937, elles s’inscrivent dans une histoire antérieure avec notamment la création du mouvement du Sillon en 1899, par Marc Sangnier, qui s’inspire de la doctrine sociale de l’Église. Les Sillons seront dissous en 1910 à la demande de Rome, mais ce mouvement renaitra en 1914 avec la création  du Syndicat central d’initiative rurale (SCIR). Ce sont les bases  des futures chambres d’agriculture et des Maisons familiales et rurales.
En 1935, le SCIR lance la première expérience de formation agricole, à l’initiative de trois agriculteurs et un prêtre, qui repose sur l’alternance du travail manuel et du travail intellectuel, l’enseignement en lien avec la réalité, la formation humaine, la vie de groupe… En 1937, devant le succès de cette expérience, la première MFR est créée à Lauzun, malgré les atermoiements du SCIR et de l’Église, dont le mouvement prend son indépendance. La deuxième MFR verra le jour en 1940 en Haute Savoie. D’autres expériences de ce type ont lieu entre temps, mais qui ne dureront pas, faute d’un support associatif solide.
L’Union nationale des syndicats des maisons familiales de France est créée en 1941, et dès le départ, les salariés sont associés au fonctionnement de la structure. Chaque Maison familiale est autonome et choisit d’adhérer à la structure nationale. L’Union va définitivement s’installer en 1946, et commence à se structurer en lien avec les milieux professionnels agricoles et le ministère de l’agriculture. Des associations départementales voient le jour entre 1955 et 1960, qui sont des relais locaux et qui assurent un maillage du territoire de proximité.
La communication de l’Union prend de l’ampleur à partir des années 1990, période à laquelle est adopté le slogan « Réussir autrement ».

Statut associatif

Le statut associatif pour les MFR est une volonté dès le départ, pour protéger leur indépendance, notamment à l’égard de la corporation paysanne qui était encadrée par le gouvernement de Vichy.
Dans la période d’après guerre, les MFR réaffirment leur volonté de ne pas être sous la coupe de l’État et de ne pas être non plus sous le contrôle de l’Église. Une scission a d’ailleurs lieu en 1945. De nouvelles orientations sont adoptées qui réaffirment le fonctionnement associatif de chaque MFR, le principe de l’alternance entre la MFR et l’entreprise, l’organisation en groupe restreint. Si les familles peuvent demander à ce qu’un prêtre ou un pasteur dispensent une formation religieuse pour ceux qui le souhaitent, le ministre du culte ne peut en aucun cas être le directeur de la MFR.
Les relations avec le clergé sont difficiles, car ce dernier souhaite récupérer dans son giron le mouvement des MFR. Les relations avec l’État ne sont pas plus faciles. Ce n’est qu’en 1984 que les MFR sont reconnues comme interlocutrices directes par les pouvoirs publics.
La visée affichée de ces associations est de permettre aux jeunes de trouver leur place dans le monde des adultes et de participer à sa transformation. Comme pour toute association, les adhérents (ici : les familles) sont associés au fonctionnement des MFR.
Si au départ, les MFR s’adressaient à des jeunes issus du monde agricole, ce n’est plus le cas aujourd’hui. L’évolution est la même que celle de l’enseignement agricole plus largement. Le déclin de la population agricole ne s’est pas accompagné d’un déclin des formations de l’enseignement agricole, bien au contraire. Tous les adolescents sont susceptibles de pouvoir intégrer une MFR. D’ailleurs, ces structures jouent un rôle indéniable dans le cadre de la lutte contre le décrochage scolaire, en « récupérant » des jeunes dont l’Éducation nationale ne sait pas quoi faire.

Pédagogie

Sur un plan pédagogique, les MFR diffèrent de ce qui se fait dans l’enseignement traditionnel, en favorisant la pratique avant la théorie. Le mouvement revendique une « pédagogie du réel » qui ne relève pas non plus de l’éducation nouvelle et de la pédagogie active. Ils mettent en place une approche globale de l’enseignement et tentent de créer des ponts entre les disciplines. Ils développent une véritable pédagogie de l’alternance (qu’ils qualifient d’alternance intégrative), en se basant sur trois principes : nécessaire relation pédagogique entre le vécu dans l’entreprise et la formation à l’école ; mise en situation réelle avec des adultes ; association formation technique et formation générale. Cette alternance privilégie  « la réflexion des jeunes à partir de leur mise en situation de travail réelle ».
Avec le développement des politiques favorisant l’apprentissage, les MFR, fortes de leur expérience en la matière, engagent une mutation et ouvrent des CFA à partir de 2007.
La présence d’un internat est aussi une caractéristique des formations dispensées. C’est un facteur essentiel de la socialisation et de l’autonomisation des jeunes.

Formation des personnels

Les encadrants ne sont pas des enseignants mais des moniteurs qui sont à la fois formateurs, animateurs et accompagnateurs. La question de la formation ne se pose donc pas de la même manière que dans l’enseignement traditionnel.
Des écoles pour  cadres sont créées à partir de 1942, qui deviendront par la suite des centres techniques , puis en 1946 une association paritaire voit le jour, qui deviendra plus tard l’ANFRA (Association nationale de formation et de recherche pour l’alternance). Jusqu’en 1968, la formation des moniteurs associera formation technique et formation pédagogique. En 1969, la formation pédagogique passe sous la tutelle du ministère de l’agriculture. Dans les années 1980, le recrutement se diversifie, la formation technique est moins importante, ce qui ne va pas sans créer quelques difficultés pour la mise en oeuvre de la pédagogie de l’alternance.

Ouverture à l’international

L’ouverture à l’international fait partie de l’ADN de l’enseignement agricole, et s’inscrit dans une politique de partenariats avec des associations ou structures dans les pays étrangers (coopération, etc.). C’est vrai aussi dans les MFR, qui commencent à essaimer à l’étranger, en Tunisie, en 1956, puis en Algérie. Elles travaillent avec le ministère de la coopération et nouent des liens avec les associations locales. Le continent africain, avec les anciennes colonies française, sera le premier à voir s’ouvrir des MFR (Sénégal, Côte d’Ivoire, Togo, Cameroun, etc.). En Europe aussi, certains pays adoptent ce fonctionnement : Italie, Espagne dans les années 1960. Après 1969, l’Argentine s’approprie l’idée des MFR, puis plus largement l’Amérique centrale et l’Amérique latine dans les années 1970. A la fin du XXè siècle, des MFR ouvrent au Québec, au Vietnam et au Maroc. Aujourd’hui, ce sont plus de 500 MFR qui sont présentes à l’étranger.

Pour aller plus loin :

Quand la recherche se penche sur le LP et la voie professionnelle

DV 99Pourtant largement dénigrée, la voie professionnelle en France fait l’objet de toutes les attentions. Le ministère souhaite développer l’apprentissage, les régions souhaitent avoir plus de prérogatives en ce qui concerne la formation professionnelle (initiale et continue), elles sont d’ailleurs reconnues comme l’échelon pertinent pour ce faire.

Le lycée professionnel scolarise un nombre important d’élèves, mais il souffre d’une « invisibilité sociologique », que certains mettent en lien avec le déclin de la classe ouvrière. Pourtant il joue un rôle important dans le système éducatif français, notamment en ce qu’il constitue un laboratoire d’innovation éducative : la mise en œuvre du socle commun, l’approche par compétences, le livret personnel de compétences sont autant d’exemple de ce qui se fait depuis un moment déjà dans ces établissements, avant que ce ne soit étendu à l’enseignement général et technologique.

La réforme de la voie professionnelle en 2009 a profondément modifié l’image du LP. De nouvelles stratégies scolaires se sont mises en place depuis que le baccalauréat professionnel se prépare en trois ans, comme le bac général, et qu’il permet aussi une poursuite d’étude. La voie professionnelle apparaît alors pour certains comme un bon compromis entre « l’inappétence scolaire des enfants et l’ambition scolaire de leurs parents ».

Ce dossier de veille présente un rapide historique de la formation professionnelle, qui a toujours été tiraillée entre deux logiques : celle du patronat qui souhaite adapter la main d’œuvre aux nouvelles contraintes ou technologies et celle du monde ouvrier qui veut en faire un outil d’émancipation et de lutte collective pour défendre les intérêts de la classe populaire.

Aujourd’hui, l’image du LP change, le parcours professionnel initial s’inscrit dans un processus beaucoup plus long de formation tout au long de la vie. Mais le risque existe de laisser de côté les publics les plus fragiles, les plus en difficultés, pour qui l’Europe souhaite harmoniser les qualifications entre les pays, en développant des diplômes « de base » (qui en France correspondraient plutôt au CAP ou au BEP) modulaires. Mais la redéfinition des diplômes préparés dans les LP (ou via l’apprentissage dans les CFA), que ce soient les CAP, les BEP ou les baccalauréats n’empêche pas les difficultés à poursuivre les études ou à s’insérer dans le monde du travail. L’apprentissage qui a le vent en poupe, et qui est présenté comme une solution importante pour lutter contre le décrochage scolaire, s’avère être positif…. pour les étudiants du supérieur uniquement.

Ce dossier de veille (n°99, février 2015) tente de faire une synthèse de ce que dit la recherche en France et à l’étranger sur ces questions de formation professionnelle initiale, d’apprentissage et d’alternance.

Vous pouvez laisser vos commentaires et remarques à ce dossier ci-dessous

 

Pour citer ce dossier :

 

Thibert Rémi (2015). Voie professionnelle, alternance, apprentissage : quelles articulations ? Dossier de veille de l’IFÉ, n° 99, février. Lyon : ENS de Lyon.
En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=99&lang=fr

Décrochage scolaire, climat scolaire: un exemple en lycée professionnel

La voie professionnelle permet d’acquérir des connaissances et des compétences dans un domaine professionnel. Les élèves préparent, après la troisième un CAP ou un baccalauréat professionnel.

Public accueilli

En visite dans un lycée professionnel, la proviseure qui a accepté de me recevoir m’explique que c’est en quelque sorte un choix de « relégation ». Ne viennent en lycée professionnel que les jeunes qui ont connu des difficultés au collège. Le lycée professionnel scolarise des vagues d’immigration récente, des élèves en échec scolaire ou ayant des difficultés scolaires.

Dans cet établissement, ¼ des élèves ont le brevet des collèges et un jeune sur deux maîtrise le socle commun de compétences. Toute la noblesse, l’enjeu et la fierté d’un lycée professionnel est de scolariser de « mauvais élèves », qui n’ont pas envie de venir, et d’en faire de « bons élèves » qui réussissent un baccalauréat professionnel et qui s’insèrent dans une poursuite d’étude ou dans la voie professionnelle.

Le lycée accueille deux tiers de garçons et un tiers de filles, ils ont de 15 ans à 20 ans et sont issus de familles défavorisées.

La persévérance scolaire

Le décrochage scolaire est plus présent en CAP qu’en baccalauréat professionnel. Deux explications possibles :

  • Des élèves trouvent des contrats d’alternance : les meilleurs élèves vont vers l’alternance car ils veulent gagner leur vie. On parle plus facilement de réorientation.

  • Des élèves qui sont à bout de souffle dans leur scolarité qui ne supportent plus d’être en classe.

Le lycée professionnel travaille en partenariat avec le CIO, la mission locale et avec les travailleurs sociaux. Au sein de l’établissement, un travail de partenariat s’établit notamment autour du Groupe de Prévention du Décrochage Scolaire (GPDS). Il se compose des deux CPE, de la COP, de l’intervenante de la Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire (MLDS), de l’infirmier, de l’Assistante Sociale (AS), de deux professeurs et de la proviseure qui préside. Cette assemblée évoque des cas d’élèves qui sont encore présents mais de manière perlée. Durant ces rencontres chacun des membres peut évoquer des suspicions d’élèves potentiellement décrocheurs.

L’absentéisme est le premier indicateur de décrochage scolaire. Selon la proviseure, l’absentéisme et le décrochage seraient des synonymes. Des résultats qui chutent pourraient être un indicateur mais au vu des résultats plutôt faibles dès l’arrivée des élèves, cette composante n’est pas fiable.

Les élèves choisissent leurs cours, ce sont des absentéistes qui ciblent tel ou tel enseignement. Il n’est pas rare que des élèves soient absents en cours, mais qu’ils soient présents dans l’enceinte du lycée. C’est leur lieu de vie, ils viennent au lycée parce qu’ils s’y sentent bien.

Il est important de souligner que dans cet établissement public local d’enseignement (EPLE) l’équipe pédagogique et le pôle médico-social sont stables.

Le taux de réussite au baccalauréat professionnel est un peu moins bon que la moyenne académique. L’objectif est d’arriver à être dans la moyenne entre autre en travaillant sur l’absentéisme. En effet, les élèves absents, en situation de décrochage scolaire, sont conservés sur les listes alors qu’ils ne se présentent pas à l’examen. Les résultats sont donc biaisés.

A propos du climat scolaire

Selon la proviseure, le climat scolaire est la condition première pour amener les élèves vers la persévérance scolaire. Elle accorde beaucoup d’importance à l’ambiance générale de l’établissement. Selon elle, si les élèves ne se sentent pas bien dans leur établissement, les membres de la communauté éducative ne seront pas bien non plus, et inversement. Les locaux sont estimés comme le levier le plus important du climat scolaire favorisant la réussite. Un réel travail est mené au niveau des locaux de l’établissement : créer un foyer des élèves, aménager un patio avec jardin, placer des bancs dans le hall fabriqués par les élèves, rendre la salle des professeurs plus agréable en y installant une machine à café… Il faut faire en sorte que le lycée soit le plus accueillant possible, le plus agréable, avoir un joli accueil, mettre des poubelles tant dans l’établissement qu’aux abords du lycée. Si l’établissement paraît chaleureux aux yeux des élèves, ils vont avoir envie de venir. Une fois qu’ils sont là il faut que les apprentissages aient du sens, travailler sur l’orientation, sur leurs projets, même si ce qu’ils font ne leur plaît pas forcément, faire de leur formation un tremplin pour faire autre chose après.

En second temps, des relations interpersonnelles positives entre élèves, entre élèves et professeurs et entre professeurs joue un rôle essentiel. La proviseure veille à ce que les enseignants ne se sentent pas seuls, elle se rend disponible pour eux dès qu’ils en ont besoin. Elle s’arrête souvent en salle des professeurs, dans le hall d’entrée pour apprécier le climat scolaire.

L’ensemble de la communauté éducative s’engage à garantir un climat scolaire serein, la vigilance au sein de l’établissement tout comme aux abords est une des préoccupations de tous les instants. Selon la chef d’établissement, il n’y a pas de bon travail s’il n’y a pas de bon climat scolaire, c’est la base de tout travail éducatif. Elle accorde une importance toute particulière au langage des élèves, à leur vocabulaire et n’hésite pas à les reprendre systématiquement.

Selon les élèves interrogés, les règles ont été clairement explicitées en début d’année. Les élèves ont la possibilité se s’impliquer dans la vie du lycée grâce à des actions, des projets : Les membres du CVL travaillent sur le projet de création d’un foyer ; des élèves œuvrent à la mise en place des bancs préalablement fabriqués par leurs soins dans le hall d’entrée ; les secondes ont rédigé des contes fantastiques en cours de français qui ont été vendus lors de la journée portes ouvertes, avec l’argent récolté, un voyage à Disney à été organisé ; les 30 ans du lycée ont été célébrés ; la maison des lycéens a vu le jour…

D’après une élève interrogée, l’implication dans ces projets est source de motivation car les élèves s’investissent beaucoup mais en contrepartie, ils sont fiers du résultat.

La volonté serait d’associer le plus possible les parents à la vie de l’établissement: ils sont conviés à la réunion de rentrée, à la remise des bulletins en main propre au premier et deuxième trimestre. Malheureusement, en règle générale, ceux qui répondent présents sont les parents des élèves pour qui tout se passe plutôt bien. Les familles que l’on a le plus besoin de voir sont souvent absentes de ce genre de manifestation.

L’arrivée en lycée professionnel est synonyme d’une orientation plutôt subie. Ainsi, il est essentiel de favoriser un accompagnement individualisé du jeune, un dialogue vers son orientation future.